FAQ

Voilà c'est fini
L'épreuve de l'adieu est derrière nous, commence le long cheminement du souvenir dans nos cœurs. Cette cérémonie, simple et belle, à été très émouvante. L’évêque​,​ Monseigneur ​di Falco, avait permis qu'elle puisse être célébrée sur l'aérodrome même. Un prêtre ami, ulmiste, officiait. Le cercueil reposait sous l'aile protectrice du Tanarg de Dominique. Yvette, leurs deux enfants, les petits enfants l'entouraient. A l'extérieur des machines rutilantes, de toutes classes, délimitaient l'espace. Les fleurs disposées au pied dans un ordonnancement du meilleur effet.
Et surtout, la grande foule des AMIS. C'est peut être la première fois que j'assiste aux obsèques d'une personne où j'ai l'impression que chacun est venu, à titre personnel, dire au revoir à son ami cher. Pas pour représenter ceci ou cela, mais vraiment à titre personnel.
​Tout cet amour familial, toute cette belle amitié fraternelle donnaient à cette cérémonie une intensité émotive très forte. Il y a eu les adieux des enfants​, des petits enfants, le dernier mot d'Yvette pour son amour parti, et tous ses amis soudés, infiniment tristes, essayant de cacher leurs yeux brouillés derrière les lunettes de soleil.
Les discours officiels, extrêmement sobres, précéderont l'arrivée de quatre parachutistes portant le drapeau de la FFPLUM , posés exactement devant le cercueil recouvert du drapeau de la légion d'honneur.
Le passage à basse altitude de ces oiseaux de toile et de métal qu'il affectionnait tant, clôturera cette cérémonie belle et très émouvante.
Dominique, ton enveloppe nous a quittés, tu restes pour toujours dans nos cœurs...
Alain Costes - www.mas-des-grailles.com - 16/06/15
Bonjour Alain,
Bel hommage, merci. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Inquiet pour l'avenir
Bonjour Miguel,
La disparition de Dominique Méreuze est une tragédie pour sa famille et ses proches. Pas seulement ; le monde de l'ULM perd un digne représentant doublé d'un défenseur acharné de notre liberté de voler. Je m'inquiète pour l'avenir. Amicalement.
Jacques Delande - 15/06/15
Bonjour Jacques,
Des mots justes... quid de l'avenir de notre représentation ? Il est facile et confortable de se reposer sur un être compétent ; quand cet être s'en va, on perd l'équilibre. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

L'homme de nos combats
C'est une triste journée que celle des adieux à Dominique Méreuze. D'ailleurs il pleut. Je ne connaissait pas personnellement l'homme, mais savait l'énergie qu'il dépensait pour le mouvement ULM et le courage qu'il mettait dans ses combats, NOS combats. C'est cela être au service des autres. Pour ces années à défendre l'ULM, qu'il soit remercié. Nous ne vous oublierons pas Dominique.
Philippe Noir - Paris - 15/06/15
Bonjour Philippe,
En effet, du courage, de l'énergie, de l'altruisme aussi... Un Président qui a fait autant de bien mérite une majuscule... Ils sont si rares dans son club. Merci de votre courrier. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Belle phrase d'ailleurs
Bonjour monsieur Horville,
Vous m'avez bien berné avec votre édito d'avril. J'ai cru en cette histoire de classe 7 et j'en ai parlé dans mon entourage. Maintenant je passe pour un crédule ! Et puis j'ai vu l'actualité du 8 avril dernier qui rétablit la vérité. Je ne vous en veux pas, comme on dit chez nous : le naïf est sans arrière-pensée ; il a plus de temps pour être heureux. Votre magazine est formidable. Amicalement.
F. Texier - 09/04/15
Bonjour,
Très joli dicton : mais c'est où chez vous ? Merci pour le compliment et désolé de vous avoir menti... Je n'y peux rien, c'est dans ma nature au moins 1 jour par an ! Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Fiche d'identification
Bonjour,
Nous avons en projet l'achat en Allemagne d'un Kitfox 2 de 1991. Or sa fiche mentionne une masse maxi de 400 kg seulement (ancienne réglementation ?). Pensez-vous qu'on peut l'immatriculer en France en portant la masse maxi à 450 kg ? Merci de votre réponse, bien cordialement.
Jean-Claude Extier - 08/04/15
Bonjour Jean-Claude,
Vous ne me surprenez pas ; le Kitfox est un appareil léger auquel convient une faible motorisation (532 ou 582). La version 2 de 1989 avait une MTOW de 430 kg ; la version 3 disposait de modifications structurelles qui le rendaient plus résistant (mais je n'ai plus la MTOW en tête) : il pouvait prétendre à un moteur 912 ; la version 4 était bien différente, avec une MTOW de 475 kg (912 S). Augmenter la MTOW lors d'une cession me paraît être une très mauvaise idée ; outre que ce n'est administrativement pas possible, je vous laisse imaginer les conséquences d'un accident après revente, votre implication, votre responsabilité légale (sans parler de votre responsabilité morale). Le constructeur (ou revendeur, ou négociant...) a indiqué 400 kg en connaissance de la résistance structurelle de son aéronef, prenant en compte un coefficient de sécurité ; vous n'avez ni les compétences, ni le droit administratif de modifier ce chiffre. Ou alors vous apportez une modification majeure et dans ce cas vous constituez un dossier pour la justifier ; mais là, j'en reviens à votre responsabilité. Et pourquoi ne pas choisir un appareil qui vous convienne, plutôt que bidouiller un mouton à 5 pattes ? C'est plus sage à mon avis... Et n'oubliez pas de définir vos paramètres avant de choisir un aéronef ; le design, c'est la dernière chose que vous percevez quand vous volez. Plusieurs dossiers traitent de ce sujet dans le magazine ULMaG. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

La classe 8 dans les tuyaux
Bonjour Miguel,
Tant à parler des nouvelles classes (:-O), tu as oublié la 8, le problème étant à ce jour les soucis d'approvisionnement en carburant. Mais le Fédé' se penche déjà sur le sujet (http://www.ufunk.net/gadgets/le-futur-est-la-le-premier-jet-pack-est-officiellement-commercialise/). PS : quelle date aujourd'hui ? Ah oui... le 1er avril !
Jean-Philippe Binet - 01/04/15
Bonjour, Jean-Philippe.
J'avoue céder avec grand plaisir à cette tradition annuelle. Et bien sûr, il faudra compter avec les classes X, car elles seront sans doute nombreuses à l'avenir. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Une vague odeur de friture
Bonjour Miguel,
D'habitude il y a un certain retard pour les éditons du mois (je suis en République Dominicaine, mais j'entends déjà râler "le Miguel" d'ici) et une absence totale et regrettable d'illustration. Cette année, le mois d'avril semble étrangement ponctuel ! Et ça sent bougrement le poisson cette affaire ! Bien essayé en tout cas, j'y ai cru une petite heure ! Bravo pour cette excellente caisse de poissons !
Jacques Foucher - 01/04/15
Bonjour Jacques,
Non, je ne râle pas quand les lecteurs me reprochent de manquer de ponctualité ; au contraire, j'enrage de ne pas parvenir à tenir les délais. Mais la vie est un tumulte débordant de ressources pour nous empêcher de suivre le chemin. Je n'y échappe pas. Ravi de t'avoir piégé une petite heure. C'est tout le but de l'opération. Etrangement, Dominique Méreuze ne m'a pas appelé cette année... D'ordinaire il est plus prompt à se manifester... A moins qu'il n'ai pris ''l'habitude'' de mes petites blagues de 1er avril. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Hommage à Eric Guilloud
Bonjour Miguel,
Voilà... Flight América est fini. Eric s'est tué ce 29/03 en Equateur. Je tenais à saluer sa mémoire, même s'il ne volait pas toujours dans les ''clous''. Bien cordialement
Salvatore Rizzo - 30/03/15
Bonjour Salvatore,
C'est en effet une fin tragique pour un homme qui volait avec passion et conviction, sans frime, mais avec beaucoup d'audace. Merci de votre témoignage. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Une prière pour conjurer les sorts
Bonjour Miguel,
Il est vrai que l'expérience (mauvaise ?) arrivant, je vole -seul- de temps en temps, hors du fameux cône, y compris sur la mer... Par contre, je suis de ton avis concernant le sorcier potentiel : avant chaque branche un peu tendue, une petite prière à ''St Ratox'' , et un coup d'œil appuyé sur les instruments moteur, au cas où... Et puis (là je vais me faire insulter), sur la forêt et la mer, je me jure de tirer sur la poignée magique rapidement pour ralentir un éventuel crash... Bien sûr, ce n'est pas fait pour ; mais qui vole UNIQUEMENT dans le cône ? Bien entendu, j'évite tout de même un maximum ces situations dans mes tracés ; cela rallonge la route, mais n'est-ce pas le plaisir de voler ? En revanche, une inspection de prévol ''sérieuse'' n'est jamais une option ; et pas de cela avec un passager ! Voilà, bons vols.
Henry Poutot - 17/03/15
Bonjour Henry. Peut-être la foi est-elle d'un grand secours parfois... Ou du moins d'un grand réconfort. A condition de ne pas s'en remettre à elle en toutes circonstances et pour ''bénir'' les conneries avant de les concrétiser. St Ratox n'est pas moins influent que les autres saints après tout... Il va sans dire qu'une visite prévol vaut toutes les prières ; et comme dit Jojo, l'idéale fantaisie qui illumine ma vie, la religion place un flic à l'intérieur de chaque croyant. Alors mieux vaut que ce flic s'intéresse à la mécanique qui nous maintient en l'air. Merci de votre courrier. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Changer de monde
Bonjour ULMaG. Survoler la mer hors du cône de sécurité reste un challenge pour les pilotes de monomoteurs (certifiés ou non). Une panne mécanique peut toujours se produire. Il y a aussi les phénomènes météo différents de ceux rencontrés habituellement, comme la disparition de l'horizon. Sans parler la monotonie du vol qui peut bercer... ou endormir. La prudence voudrait qu'on ne participe pas à ce concours de roulette russe. Mais le plaisir et l'audace veulent qu'on s'élance. J'aime beaucoup ces éditos qui font réfléchir. Amicalement.
Jacques Delande - 17/03/15
Bonjour Jacques,
Tu as raison, changer d'environnement et de référentiel peut conduire à des découvertes parfois déroutantes. Egalement en terme physiologique. Une bonne remarque. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr