FAQ

Le bruit des drones
Bonjour ULMaG,
Je reviens sur votre édito de décembre 2013 concernant les drones. Je trouve votre sujet très piquant et parfaitement en phase avec les préoccupations actuelles. J'y vois deux aspects distincts. D'abord le rappel à la réglementation qui semble nécessaire car beaucoup de personnes croient pouvoir piloter librement un drone (notamment pour réaliser et vendre de la photographie ou de la vidéo aérienne). Le second aspect est beaucoup plus profond et interroge sur le devenir d'une société qui place l'objet sur un piédestal et sur une industrie qui place le robot en concurrence de l'homme (au désavantage de ce dernier). Vous apportez une vision éveillée sur l'avenir des travailleurs dans ces conditions et ouvrez sur un réel débat que la politique n'a jamais abordé, proposant même un début de solution avec la taxation des robots. A ce jour, je n'avais pas encore entendu ou lu de journaliste assez impliqué dans son époque pour tenir de tels propos. Je tenais pour cela à vous témoigner toute ma sympathie, même si d'aucuns ont pris votre texte au premier degré ou si d'autres vous reprochent d'être éloigné de l'activité purement aéronautique.
Reste à poser une question à laquelle je ne trouve nulle part de réponse : les drones actuels sont mus par des moteurs électriques, thermiques (à pistons), des turbines, voir des réacteurs pour les matériels militaires. Mais quelle législation réglemente des drones à réaction dont la masse permet d'entrer dans la catégorie pouvant survoler du public ? Pourquoi cette question ? Parce qu'on a nulle part évoqué la nuisance sonore que peuvent générer ces appareils. Or si on s'en réfère à certains modèles réduits, l'émission sonore peut dépasser les volumes habituels... Avez-vous une idée ce sur le sujet ? Amicalement.
J. Lemarchand - Strasbourg - 28/12/13
Bonjour,
Merci pour votre analyse de l'édito de décembre. J'essaye de conserver ma lucidité et mon éveil sans sombrer dans l'aveuglement passionnel d'une activité au mépris du reste. Etant père (et même grand-père), le devenir de notre descendance m'intéresse... et m'inquiète aussi parfois. Concernant le bruit des drones, je n'ai en effet pas vu de réglementation spécifique à ce sujet. Mais en toute logique, la réglementation aéronautique devrait s'appliquer... sauf que pour cette dernière, un flou d'une intensité hallucinante entoure le propos (voir édito d'avril 2012). Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Ouvert aux ULM ; fermé aux ulmistes
Hello Miguel,
Avant tout très bonne fin d'année, la grande forme et la santé pour toi et tes proches ainsi qu'à ULMaG et ses intervenants. Je suis relativement perplexe par rapport au titre ''accrocheur'' : Tour ATL ouvert aux ULM (info du 27 décembre 2013). Ces machines jouent leur survie en étant modifiées ULM... Je pense que vu les restrictions qui sont apportées sur les conditions d'accès (100 ch mini, équipage possédant un PPL valide...), c'est avec beaucoup de sectarisme que le Tout ATL s'ouvre aux ULM. Et pourquoi pas une qualif' IFR ? Je pense donc à titre personnel que cette info ne mérite pas la une d'ULMaG, non ?
Bien amicalement
Emmanuel Colombier - 27/12/13
Bonjour Emmanuel
Il est clair que les conditions d'accès n'ouvrent pas le Tour ATL aux pilotes d'ULM, mais seulement aux ULM ressemblant à des avions (on pense à des Dynamic et autres MCR). Reste que l'actualité mérite toutefois d'être rapportée car elle intéresse le monde ULM et plus malicieusement parce qu'à terme, les mentalités évolueront, notamment quand les membres influents des aéroclubs avion perdront leur capacité à voler sous régime PPL (visite médicale...) et seront ''contraints'' à voler sous régime ULM. Vous verrez alors que ces mêmes personnes qui excluaient les pilotes ULM deviendront leurs meilleurs soutiens. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Déception & nostalgie
Bonjour,
Je suis déçu par les conclusions de l'enquête concernant le monoplace idéal (sondage). Je m'imaginais que les ulmistes conservaient l'esprit des précurseurs, comme l'association des Vieux Debs l'entretient. Mais visiblement, la formule ne fait plus recette. C'est dommage, car la technologie progressant, on rêve d'ULM très simples pouvant décoller et voler avec des moteurs de faible puissance (ce qui n'était pas le cas avec les constructions lourdes d'autrefois). Ce qui baisserait le coût d'une heure de vol et permettrait d'utiliser des pistes de 50 à 100 mètres de longueur. Mon rêve n'est pas de voyager, mais de décoller d'un chemin près de chez moi, le soir quand la campagne est calme. Ce n'est pas possible avec les ULM de club, presque toujours biplaces, lourds et rivés à des aérodromes. Dans les ULM commercialisés, je ne vois que le Quicksilver 2S qui corresponde à cette définition, mais sa conception biplace en fait un ULM encore trop lourd et sur-motorisé. A quand un multiaxe comme je le souhaite ? Vous faites un travail formidable, merci. Amicalement.
Rayane - 10/12/13
Bonjour Rayane,
Un constructeur doit répondre au marché. Si une majorité veut du bleu : alors ce sera bleu. Si les clients de rouge sont peu nombreux, le développement n'est pas rentable. Or les constructeurs sont des entrepreneurs et pas des philanthropes. Il y a bien quelques tentatives isolées : prenez l'exemple de Jean-Daniel Roman (Aéroservices) qui a développé la Guêpe parce que le concept lui plaisait. Ce fût un échec commercial. Les personnes a priori intéressées lors de sa présentation à Blois, n'ont pas donné suite. Comme vous, j'aimerais bien un ULM minimaliste pour décompresser après le boulot. Mais je crains devoir changer de catégorie pour y parvenir (paramoteur ou pendulaire...). Je ne partage pas votre point de vue quand vous évoquez la sur-motorisation ; s'il est vrai qu'on souhaite tous des moteurs moins stressants, moins coûteux ; moins lourds, plus économes... la puissance demeure une alliée indéfectible en terme de sécurité ; notamment pour décoller de pistes improvisées. Merci de votre message. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Spacek SD-1
Bonjour,
Dans votre article ''Sondage Multiaxe Monoplace'', vous arrivez à une double conclusion et deux types d'ULM ressortent du lot : les ailes hautes de voyage et les ailes basses rapides et sophistiqués. Or dans cette seconde catégorie, c'est le Spacek SD-1 qui est cité le plus souvent, suivi de la Luciole, alors qu'ils ne correspondent pas à cette définition. Ce sont des aéronefs en bois (pas très sophistiqué) et de plus ils ne présentent pas de technologie moderne. Le Solo Atec ne vient qu'en 3e place. Je m'étonne de cette contradiction. Passionné d'aviation et d'avions sans sectarisme, j'apprécie ces 3 ULM pour leurs qualités respectives, mais rangerais seulement le Solo en composite dans les appareils sophistiqués. Pas vous ? Je trouve cet article très intéressant car il permet de se rendre compte des attentes des pilotes et de présager le futur parc d'ULM. Amicalement.
Grégory - 09/12/13
Bonjour Grégory,
Je ne qualifierais pas de contradiction le fait que les appareils cités ne correspondent pas exactement aux critères idéaux donnés par les chiffres. J'attribue plutôt cela à la représentativité médiatique de ces ULM. La Luciole a fait l'objet de nombreux articles de presse et elle émane d'un ingénieur connu pour la qualité de ces conceptions. Elle offre des performances élevées avec une motorisation faible et économique. Le Spacek a marqué les esprits lors de sa présentation au salon de Blois 2009 : des chiffres alléchants, un prix serré... Il n'en faut pas moins pour créer le ''buzz''. Par ailleurs, quand le panel dessine à l'aveugle un ULM, il l'idéalise. Mais s'il doit se référer à l'existant, il se projette avec des paramètres de faisabilité concrets, au rang desquels le prix d'achat, la revente éventuelle... Et là, le Solo, en dépit de toutes ses qualités, ne rivalise pas avec le Spacek ou la Luciole. Je n'ai pas d'autre explication à vous fournir. En tout état de cause, l'article dresse un constat des demandes, attentes et espoirs du panel. Les chiffres sont commentés, mais pas interprétés. Merci de votre intervention. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Croiser un drone
Bonjour,
Pour faire suite à votre édito de décembre, je pense avoir croisé un drone en 2011, lors d'un vol dans la région aquitaine, à 30 kilomètres au nord-ouest de Bordeaux. Il s'agissait d'un aéronef de petites dimensions (environ 3 mètres d'envergure), au fuselage très fin avec des ailes en canard et probablement une hélice propulsive. La ''rencontre'' a été rapide, de sorte que je n'ai pas pu apercevoir plus de détails. J'ai croisé cet ''ovni'' par le travers à une centaine de mètres, et sa vitesse paraissait semblable à la mienne (100 kt). Dans votre article vous craignez de voir chuter des drones, mais je pense qu'il faut plutôt craindre d'entrer en collision avec. Je précise que je volais en avion (HR200), et que j'avais connaissance des NOTAMs et des informations locales, qui ne signalaient pas de vols non habités. Des questions se posent : les gestionnaires sont-ils libres de faire voler des drones sans en avertir l'autorité de l'air ? Les drones peuvent-ils échapper au contrôle des télépilotes ? Les drones sont-ils équipés de systèmes anti-collision comme TCAS ou autres (qui n'empêchent pas les collisions avec les aéronefs non pourvus de TX) ? La notion de ''voir et être vu'' ne perd-elle pas son sens avec des vols non habités ? Autant de réponses que vous pourriez aborder à l'occasion d'une prochaine publication... Salutations aéronautiques.
Luc - 09/12/13
Bonjour Luc,
J'ai entendu un récit pareil au vôtre, émanant d'un pilote limousin. Je pense que des entités sérieuses, notamment militaires, ne s'amuseraient pas à faire voler des drones sans prendre toutes les sécurités utiles. Il en va de même pour les constructeurs qui auraient beaucoup à perdre en cas d'accident. Que des drones échappent au contrôle, cela est possible, car la technologie, y compris les sécurités, sont faillibles. Comme vous le faites remarquer avec justesse, ''voir et être vu'' ne signifie pas grand chose si l'opérateur ''voit'' à travers une caméra. Ce n'est pas comme être sur le siège avec des yeux partout (pour ceux qui ne dorment pas aux commandes). Vous avez également raison à propos des systèmes anti-collision qui ne fonctionnent qu'entre appareils équipés. Je n'ai pas prévu d'article sur le sujet, mais l'idée est intéressante. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Boussole en panne
Si je ne suis pas d'accord avec tout ce qui se dit ou s'écrit, à l'invective je préfère le contre-argumentaire ! Et si je ne peux développer la contradiction, je la ferme en lieu et place de propos incohérents ! ''Les cons ça ose tout. C'est même à ça qu'on les reconnait.'' Sacré Michel Audiard ! Pour en revenir au sujet de l'édito, si en effet une catégorie de salariés est remplacée par des robots, je relève, aussi :
- l'obsolescence programmée des produits manufacturés
- la connivence tarifaire entre certaines sociétés
- le pourrissement étudié des ambiances de travail par le harcèlement
- le nivellement par le bas des petits salaires
- les taxations diverses et variées
- les multiples magouilles de nos ''dirigeants'' de tous bords
- ...tellement à dire...
Aujourd'hui, la ''boussole'' qui m'aidait à me projeter dans le futur est complètement déréglée. En revanche, ce que je sais, entre autres choses, c'est que je continuerai à lire ULMag. Bien cordialement à toute l'équipe.
Daniel Combes - 09/12/13
Bonjour Daniel et merci de votre fidélité au magazine. J'ai des nouvelles fraîches de J-R Chevalier. Vous allez tout comprendre à la lueur de ces courts extraits :
- ...sachez monsieur que je suis doté d'attributs suffisamment calés pour m'exprimer en clair...
- ...Je ne pratique pas l'ULM mais une forme d'aviation plus noble, mais sachez que votre site et son abyssale imbécilité donnent de l'ULM l'image que, somme toute, je m'en faisais avant que vous ne vous autoproclamiez expert : intellectuellement pauvre, techniquement limité et considérablement inculte...
- ...je continuerai de vous lire, vous êtes amusant...
Une forme d'aviation plus noble que l'ULM... J'avais un instant craint qu'un esprit habite sa cervelle ; mais ces quelques bribes prouvent qu'il n'en est rien. Cette simple phrase démontre donc que toutes les répliques d'Audiard s'appliquent à son cas. Pour moi l'incident est clos. Concernant votre ''boussole'', nous devons avoir la même. Effectivement, je ne comprends plus grand chose aux repères qui nous entourent. Je préfère ne garder à l'esprit que le petit vol d'hier avec ma compagne, Les Sables d'Olonne, le restaurant en bord de mer... Des moments pareils permettent d'oublier le reste et de rester en forme dans sa tête. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Fallait-il répondre ?
Bonjour Miguel,
Une fois encore tu remets un mauvais-coucheur à sa place. Mais fallait-il répondre à ce monsieur et lui donner l'importance qu'il n'a pas (et qu'il ne mérite pas) ? Nous connaissons tous des phénomènes de ce genre, pas fins, pas subtils, seulement capables d'insulter sans arguments. Moi je préfère les ignorer. Cela m'évite de me fatiguer pour rien. Bien sûr j'ai lu ton édito et j'ai compris que tu t'en prends à quelque chose de beaucoup plus vaste qu'une information Amazon (que je trouve amusante pour ma part). Pour comprendre cela, il faut être confronté à la difficulté de trouver un emploi et de le garder. Ou alors il faut voir plus large et s'inquiéter de la dérive que nous vivons ; je pense que c'est ton cas. Continue pour tous ceux qui apprécient ton travail. Amicalement.
Gilles Bailey - Issy-les-Moulineaux - 07/12/13
Hi, Gilles
C'est vrai ; j'aurais pu laisser cet abruti à sa mélancolie. Mais c'est tellement plus fun de lui servir la fessée qu'il réclame. Ces mecs me font penser à des moustiques. De ces insectes immondes qui te pourrissent un moment serein en bourdonnant à ton oreille. Un bon coup de tapette sur la gueule les calme et m'apaise intensément. Comme si l'univers était débarrassé d'un nuisible inutile. Celui-là ne viendra plus battre des ailes stupidement dans notre microcosme. D'abord parce qu'il est brack-listé, ensuite parce que s'il a un minimum d'amour-sale, il doit s'étouffer sous un tombereau de honte. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Fantôme
Bonjour Miguel,
Il y a des gens sans gêne ! Ce que raconte ce monsieur ne repose sur aucun argument. Ce sont des insultes gratuites. Ce courrier me choque et me met mal à l'aise. Je ne sais pas qui est ce monsieur Chevalier, mais il devrait s'excuser. Les personnes de son entourage, pilotes ou copains de club, ne doivent pas comprendre pareille haine. A ma connaissance votre site est très apprécié, en position de référence. Il n'est pas convenable d'écrire ces choses. Je vous apporte toute ma sympathie et apprécie votre travail sérieux. Salutations amicales.
Claude Mongin - Clermont - 07/12/13
Bonjour Claude,
Merci de votre courrier. Ne soyez pas étonné par l'immensité de la bêtise et de la méchanceté de ce genre de mec. Je me demande si dieu ne les place pas sur Terre pour compenser les humains bienveillants. Il eût été accablant qu'il démontre que je suis un âne. Mais là... comme vous le relevez, il ne fait qu'insulter. Quant à son entourage, je peine à croire qu'un tel individu dévoile son véritable patronyme. En dépit d'une adresse mail qui tend à le faire croire, je pense qu'il n'est qu'un fantôme. Peut-être qu'un exorcisme serait utile ? Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Entre gens courtois...
Monsieur Horville,
Vous n'avez jamais vraiment brillé par l'intelligence de vos analyses ni même votre culture aéronautique qui s'avère fort limitée, mais alors, grâce à votre édito de décembre, vous confirmez pour ceux qui auraient pu avoir encore des doutes que vous n'êtes qu'un rigolo : un enfant de 5 ans aura compris tout seul que Amazon n'a lancé qu'une bonne blague... Contentez-vous donc de copier-coller les alertes Google comme vous le faites dans vos pages actualités, mais, de grâce, cessez de donner vos avis, vous n'avez aucune envergure.
Jean-René Chevalier - 06/12/13
Monsieur...
Comme je pense que vous usez d'un pseudo, je ne m'abaisserai pas à insulter d'estimables Jean-René. Si je comprends bien, vous lisez donc ce torchon écrit par un âne ! Régulièrement de surcroît, pour vous forger une opinion définitive sur la misère intellectuelle qui y règne. Vous avez donc beaucoup de temps à perdre, à moins que vous ne soyez masochiste, ou vicieux... Ce qui me rassure, c'est que vous n'avez pas compris le sens de cet édito. Cela me rassure et me conforte : car la critique venue d'un imbécile est un hommage inattendu. Le demeuré de 5 ans consent toutefois à éclairer votre lanterne anémique : l'info Amazon sert d'image (comprenez support, prétexte, ou ne comprenez-rien du tout) pour aborder un difficile problème de société qui vous échappe visiblement. Doté d'un QI raisonnablement moyen, vous l'auriez compris. Mais bon... chacun fait avec ce qu'il a. Concernant vos conseils ou vos prières, je suis désolé de ne pouvoir y répondre favorablement ; en effet, de nombreux lecteurs hautement respectables attendent chaque mois mes stupidités sans envergure. Je ne souhaite pas les décevoir. A mon tour de vous prier : auriez-vous, s'il vous plaît, l'amabilité de décéder tragiquement. Cela me ferait plaisir.
miguel horville - ULMaG.fr

Esprit ouvert ou fermé
Bonjour,
Il faut être gogo pour croire à de telles bêtises. Ce n'est pas demain que des drones livreront le courrier ou les colis. Trop dangereux et trop aléatoire. Vous devriez vérifier vos sources comme l'a fait Aerobuzz. Son article est plus sérieux.
Aymeric d.M. - 05/12/13
Bonjour Aymeric,
Comme je m'en suis déjà expliqué, réelle ou infondée, l'information donnée par Amazon (et pas imaginée comme vous le pensez) m'a permis d'aborder un propos autrement plus grave et sérieux que le vol des drones : le remplacement des humains par des machines. Si vous n'avez pas lu, ça, vous n'avez rien lu. Quant au jugement de valeur du magazine concurrent que vous citez, rien ne prouve qu'il est pertinent. Pour ma part, je refuse de devenir autiste et de fermer les yeux sur tout ce qui n'est pas ULM ou aérien. Donc, relisez l'édito de décembre avec un esprit ouvert, vous y verrez qu'Amazon est à mille lieues de mes pensées. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr