FAQ

A propos de l'édito d'août 2013
Bonjour. Je suis instructeur paramoteur du coté de Rennes. Je suis entièrement d'accord avec toi à propos des cons, débiles mentaux, et autres dégénérés qui ne sont pas foutus de respecter les règles (pourtant simples et pas si restrictives que ça). J'espère que tu vas retrouvé le mec qui a fait le con en paramoteur et lui faire sa fête. Je suis moi-même à la recherche d'un énergumène de ce genre qui s'est permis de survoler à moins de 50 m de hauteur un château lors d'un mariage. Le châtelain est bien sûr venu me trouver alors que personne de mon école n'était en cause. Si je le trouve... Mort aux cons !
Philippe Hay - Moulins 35 - 03/10/13
Bonjour Philippe,
Je te sens bien énervé... et il y a de quoi l'être. Comme toujours, une minorité fout son petit bordel et c'est la majorité qui trinque. A la nôtre, l'apôtre ! Cordialement
miguel horville - ULMaG.fr

Faut pas déconner !
Bravo Miguel pour ton édito de septembre 2013. J'avais lu l'info dans les actualités sans réfléchir au plus avant aux conséquences. Merci pour ta réflexion... faut pas déconner !
Au fait ; à quand ton édito sur la classe 6 ? Amicalement.
Hervé de Candillargues - 26/09/13
Bonjour Hervé,
Merci pour ta fidélité au magazine. Tu as raison : faut pas déconner... Quant à l'édito classe 6, il est programmé pour novembre 2013, si aucune actualité ne me fait réagir entre temps. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Responsabilités
Bonjour Miguel,
Je fais suite à votre dernier édito (septembre 2013) "Un cône, ça se respecte ou ça se fume". Qu'en pensent les assureurs ? Peut-être hors sujet de l'édito ? Que nous soyons pro ou privé, parallèlement au drame humain, ne serons-nous pas dans le même collimateur des assureurs ? Je commets également des fautes ! Et j'essaie de me corriger. Mais je sais aussi que la faute sera recherchée par les assureurs pour minimiser le coût des indemnisations. Si je ne ramène pas mon passager et si je ne suis plus là, quid des frais supportés par mon épouse si l'assureur se retourne contre elle ? Et là je ne parle pas des autres conséquences humaines pour ceux qui restent ! Alors ''bien sûr'' un pro doit être ''sécuritaire'' jusqu'au bout des ongles, mais un privé aussi. La sécurité a-t-elle un statut ''pro/privé'' ? Je comprends votre distinguo mais au final ?
Pour en revenir au pro, quid de la survie de son entreprise -et de lui-même- après un événement aussi dramatique ?
Pour terminer, merci pour vos éditos toujours aussi ''frappants'' : je m'en délecte et en plus ils me font réfléchir. Si un assureur lit cet édito, je serais tout de même curieux de connaitre son avis ! Bien cordialement et bonne continuation.
Daniel Combes - 26/09/13
Bonjour Daniel, fidèle lecteur qui lira bientôt ULMaG avant sa mise en ligne ! J'ai voulu faire léger dans cet édito déjà pesant par la gravité du sujet. Les assureurs ont un rôle à jouer. Ils assurent notre activité tant qu'elle reste responsable. Je sais même qu'ils ferment les yeux sur les ''petits'' débordements. En fait, je me soucie peu du cas d'un professionnel qui joue au con. Je me soucie beaucoup plus de ceux, très sérieux, à qui on cherche des poux. D. Méreuze ressasse l'exemple d'un accident d'autogire où la justice a rendu un verdict de non responsabilité à l'encontre de l'instructeur pro', mais a condamné l'assurance à payer au-delà du montant consenti par la convention de Chicago en cas de crash (voir édito de février 2011). Là où je distingue l'amateur du pro', c'est dans l'intention initiale d'entreprendre un vol à risque. L'amateur n'a pas d'intention, puisqu'il ne tire aucun profit (le raccourci est rapide, mais vous me comprenez). Alors que le pro a une intention initiale avouée : faire son job pour gagner son salaire. Or le distinguo est justement là. S'il doit entreprendre un vol à risque, il le fera parce qu'il a une bonne raison de le faire, alors que l'amateur ne le fera pas car il n'a aucune raison, ou alors il le fera parce qu'il est idiot. Pour répondre à votre question : qu'en avons-nous à faire de la survie d'une entreprise non pérenne ? Qu'en avons-nous à faire d'une entreprise qui joue à la roulette avec ses clients ? Moi... rien. Merci de votre fidélité. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Animaviation
Bonjour ULMaG. Je réagis à notre sympathique info sur la sortie du film Planes. Les chanceux qui étaient à Oshkosh en 2013 (j'en fais partie) ont vu le film en avant-première. Le réalisateur ainsi que les studios Disney nous ont affirmé que c'est la première fois pour une avant-première qu'il y ait 45 000 spectateurs ! Le film est magnifique. Comme l'a dit le réalisateur qui est pilote : ''j'ai fait ce film pour enflammer l'imagination des enfants et espérer ainsi en faire des pilotes''.
Sur un site comme Oshkosh , où on peut trouver des ateliers pour les enfants, y compris sur les facteurs humains, on n'en attendait pas moins. Dusty (c'est le nom de ce petit avion agricole) a le vertige parce qu'il n'a jamais volé beaucoup plus haut que les cultures qu'il traite. Par ailleurs, le réalisateur à affirmé que tous les gens qui ont participé à l'animation, sont proches du monde des avions, ou sont pilotes. Le making-off nous a permis de voir les équipes du film sur des porte-avions, sur des cultures avec des ''crop duster'', des caméras... Oshkosh a fait volé un ''Dusty'' bien sûr. Le deuxième volet de Planes est en préparation, nous a dévoilé Disney... Amicalement.
Jacques Foucher - 25/09/13
Bonjour Jacques, heureusement il y a aussi des actualités réjouissantes, comme l'annonce de ce film dédié à l'aviation... une ''animaviation'' en quelque sorte. Les premières images sont très alléchantes et je pense faire partie des premiers à aller voir ce film au ciné. Merci pour ton témoignage et pour ces révélations. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Sélection naturelle
Comparer vos propos au sujet de la sélection naturelle avec l'idéologie nazie me paraît un raccourcie dangereux, et pour la liberté d'expression, et pour le futur de notre activité qui ne saurait être prise en otage par quelques énergumènes irresponsables, ce que vous avez très bien expliqué. Alors je ne comprends pas du tout les propos de ce Mr Delcourt, ni où il veut en venir par cette comparaison. N'est-ce pas le politiquement correct qui justement est la dictature de la pensée ? Personnellement je ne supporte plus qu'une minorité impose sa loi et mette en danger les libertés ''chèrement acquises'' de la grande majorité. Lorsque un pilote disparaît par sa faute quoi de plus normal que de parler de sélection naturelle ; car l'imprudence est toujours suivie de conséquences (souvent dramatiques), et cela dans tous les domaines. Le comprendre est faire preuve de sagesse ; le contraire est suicidaire pour la liberté de chacun et la survie de notre activité. ''L'invective ne déshonore que son auteur'' disait Confucius 500 ans avant JC. Continuez Miguel, vous serez toujours soutenu par l'immense majorité des pilotes sérieux et responsables.
René Sanchez de Sao Paulo - 23/09/13
Bonjour René,
Qu'ajouter à cela ? Je pense que désormais l'animal est chapitré quant à sa sortie ; s'il lit les courriers, ce dont je ne doute pas un instant, il comprendra l'immensité de son isolement. Merci de votre courrier. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Simulateur de vie
Bonjour à tous. Je trouve inquiétantes les réactions de certains. Votre réponse à J Delcourt est aussi humaine que son propos est minable. Ces gens vivent dans l'irresponsabilisation maximale, avec toujours une chance de plus pour ''récupérer'' les erreurs ou les fautes. Ce n'est pas comme ça qu'on progresse. Si toutes les fautes sont pardonnées, on peut en commettre de nouvelles. Cela me fait penser aux simulateurs de vol sur ordinateur ; il suffit de se mettre en mode ''immortel'' pour enchaîner les erreurs sans que le jeu s'arrête. Je conseille à ces personnes de voler sur simulateur : les chutes seront moins douloureuses et elles les répéteront à l'infini. Bonne continuation.
Gérald - 13/09/13
Bonjour Gérald, belle image que celle du simulateur. Dans le passé, j'en avais un sur mon ordi ; conclusion, je n'ai jamais posé un avion entier. La raison ? Je n'étais pas concerné par les conséquences. Et comme vous le soulignez, le mode immortel est tellement pratique ! Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Dogmatisme
Bonjour, Je souhaite également répondre à monsieur Delcourt. Je ne vois pas ce que le nazisme a à voir avec votre propos ou même l'édito de ULMAG (août 2013). Vous avez un esprit étroit et un discours dogmatique. A votre place j'aurais honte d'utiliser de telles comparaisons. J'espère que vous l'avez fait par provocation, sinon c'est grave. Il est normal qu'on se dissocie d'une thèse quand on y adhère pas, mais on n'est pas obligé d'insulter son auteur pour se faire entendre. Je ne suis pas toujours d'accord avec les éditos de monsieur Horville, mais cela ne m'autorise aucunement à me commettre dans ce genre de discours haineux. Bravo à Miguel Horville d'avoir publié ce courrier. Bons vols à tous.
Jérémy - 13/09/13
Bonjour Jérémy,
Ce courrier méritait en effet d'être publié, parce qu'il soulève une importante question : jusqu'où les moutons peuvent-ils suivre le troupeau des bêlants ? Je suis toujours étonné de l'impact du politiquement correct sur les esprits perméables. En général, les objecteurs de tous genres sont ceux que la vie a épargné. Dès qu'ils rencontrent une difficulté, soit ils se perdent dans leurs antilogies, soit ils dérivent dans le militantisme démonstratif. Lui n'est que véhément. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Cherchez pas l'artiste
Bonjour Miguel, Je me suis pissé dessus en lisant la réponse au courrier de J. Delcourt du 12 sept. 2013. Visiblement il vaut mieux ne pas le chercher, l'artiste !!! Je partage en tous points ton raisonnement et n'aurais jamais trouvé de mots aussi justes pour l'exprimer. Bien sûr la vie est belle... bien sûr tout le monde a le droit d'en profiter... mais il est normal qu'à chercher les ennuis on finisse par les trouver. C'est ce que ne comprennent pas certaines personnes qui prêchent en béni-oui-oui pour que tout le monde ait une place égale dans la société. Tu as raison en cela : les pénitents en prison, les imprudents au cimetière et tous les autres au bar à boire des coups et faire la fête. Ainsi tout le monde est à sa place et nous pouvons vivre tranquilles. Merci pour tes éditos, continue.
Jean-Claude - 13/09/13
Bonjour Jean-Claude,
Bien, au train où vont les choses, tu vas devoir porter des couches ! Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Les feuilles mortes se ramassent à la pelle...
Bonjour à toute l'équipe. Loin de moi l'idée de critiquer votre travail ou le contenu du magazine, mais je trouve élevé le pourcentage de ''carnets gris'' dans les actualités. N'y a-t-il pas d'informations plus réjouissantes à passer pour nous donner la pêche ? Amicalement.
Pascal - Coubressac - 12/09/13
Bonjour Pascal,
Je regrette sincèrement de devoir relater ces tristes ''faits-divers'', et le fais sans malice ni goût du sensationnalisme. Au Contraire. Septs morts depuis Blois 2013. Cela me pèse de rédiger ces infos. Mais elles sont réelles. Je ne suis pas un média ''politiquement correct'' qui trie l'actu quand elle se présente pour offrir de la joie. Les communiqués de presse des constructeurs, les RV de clubs, les nouveautés comme les accidents sont traités avec la même gravité. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

NON m'sieur ; OUI m'sieur !
Je lis régulièrement vos articles et vos éditos, ce qui me renvoie au courriers des lecteurs et à vos réponses acerbes. Je suis ulcéré par celle que vous faites à Benoît, le 4 septembre 2013 : Je me fous royalement qu'un pilote joue avec sa vie ; la sélection se fera d'elle-même ! Et ce n'est pas la première fois que vous écrivez ce genre de chose. Ainsi, la sélection naturelle, selon vous est la mort pour les moins adroits ou les plus téméraires ? Et bien si vous pensez cela, permettez-moi de vous opposer la compassion, la bonté, la charité et le respect de la nature humaine, de l'Homme et de la vie. En prenant ce genre de position, vous adhérez à un courant de pensée apparenté au nazisme. Le fou d'Hitler voulait une race pure et forte, quitte à tuer tout ce qui ne correspondait pas à son idéal. Seriez-vous adepte de telles méthodes ? Je ne m'étendrez pas d'avantage, d'autant que mon courrier sera détruit aussi vite que lu. Toutefois, si vous avez un brin de d'humanité en vous, apportez une correction sur votre réponse et abstenez-vous à l'avenir de traiter la vie avec autant de dédain. La vie est belle, pour tout le monde.
J. Delcourt - Belgique - 12/09/13
Bonjour,
J'ai beaucoup plus de respect pour le libre-arbitre de mes contemporains que de compassion. Quand à la charité, j'en connais pas la signification, mais je crois me rappeler qu'il s'agit d'une grossièreté réservée aux bigots. Le libre-arbitre, c'est le fait de décider d'une pensée, d'une action, et de s'en autoriser l'exécution. C'est le dernier bastion de nos libertés. Ainsi une personne place un révolver sur sa tempe et appuie sur la détente. Elle le fait de sa propre initiative. C'est son libre-arbitre. Il en résulte généralement un décès. Et bien, cher monsieur, je respecte hautement la personne, le geste et en accepte la conséquence. En revanche, si la balle dévie et qu'elle blesse ou tue un tiers, je n'accepte plus du tout l'acte du désespéré. Il en va de même avec la conduite en société. Si pour pratiquer son loisir préféré, un individu prend des risques : BIEN. S'il se tue pour avoir pris trop de risque : RE-BIEN. Personne ne l'a contraint à agir ainsi. Il a usé de son libre-arbitre, en conséquence de quoi la sélection s'est faite d'elle-même. Quoi de choquant dans le terme ? La sélection entre les gens prudents et les casse-cou est-elle interdite ? NON, m'sieur ; la société passe son temps à juger et à sélectionner les individus. La police sélectionne les conducteurs prudents, à qui elle fout la paix, des imprudents qu'elle sanctionne. Tout comme la vie sélectionne les prudents, qu'elle laisse vivre, des autres, qu'elle élimine. Tout ceci est normal et naturel. A l'échelle de l'évolution des espèces, les éléments ''non-adaptés'' sont systématiquement éradiqués. Parce que la nature n'a pas de logiciel pour gérer leur singularité. Remettriez-vous en cause Darwin ? Il n'y a rien de choquant dans le fait qu'un suicidaire disparaisse. Ce qui est inacceptable en revanche, c'est que son acte provoque des dommages collatéraux préjudiciables à des tiers qui ne demandent rien et agissent raisonnablement, dans un but d'harmonie sociétale. Taxez-moi d'eugénisme si cela vous amuse ; l'eugénisme est la vie. Vous découlez de l'eugénisme. Comme moi, comme 7 milliards d'individus, comme des millions de milliards d'organismes vivants de toutes espèces et toutes races. En revanche, ayez l'amabilité de ne pas me comparer à Hitler. D'une part parce que je ne partage avec lui qu'un manque évident de sens artistique, en particulier pour la peinture. D'autre part parce que cela pourrait vous amener des ennuis dont vous n'avez pas idée. Mais une fois encore, il s'agit de votre libre-arbitre. Personne ne vous a contraint à m'insulter de la sorte. Si j'ai un ''brin d'humanité'' ? OUI m'sieur. Je me surprends même parfois à avoir de la compassion, voire de l'indulgence. N'en demandez-pas plus à un ''néo-nazi'' qui accepte l'éradication des plus cons au profit d'une société harmonieuse. Vous avez raison sur un point : la vie est belle. D'ailleurs elle le serait davantage sans les cons. Le serait-elle sans vous ?
miguel horville - ULMaG.fr