FAQ

Un monde de Bisounours
Eh bien moi, j'ai une solution pour le gars qui remet en cause le sérieux de l'édito d'ULMag : le gars achète l'appareil concerné, il vole avec, et si il se casse la gueule, j'irais le voir près de son lit d'hôpital pour discuter avec lui de son analyse.
Car enfin, on peut se mettre la tête dans le sable pour ne pas voir un problème, mais à ce point, ça devient grave !
Quand on vous dit que l'entoilage est merdique, c'est probablement qu'il l'est !
Je pense que personne de raisonnablement responsable n'irait alerter tout le monde sur un problème qui n'existe pas.
Pour une fois qu'on a un magazine qui dit les choses !
On a déjà joué avec ces trucs là : le tabac n'était pas nocif, l'amiante non plus, aucun commerçant n'a vendu des appartements qui n'existaient pas, personne ne peut se faire rouler par du foie gras au label Français qui vient de Chine, tout le matériel ULM se vaut et est digne de confiance et d'absence de critique !
Le monde des bisounours n'existe pas, sauf pour quelques-uns !
J'ai acheté un Eurostar, un jour un avocat Suisse a fait faire une étude et a découvert un bout d'alu pas absolument conforme, et bien le constructeur a fait ni une ni deux, il a contrôlé TOUS les appareils en service et a pris toutes les réfections entièrement à sa charge.
C'est à mon avis la meilleure façon d'être sérieux.
Personne n'est à abri d'un problème technique, mais il peut être criminel de ne pas le considérer !
Ne pas le considérer, c'est hypothéquer sérieusement la vente d'appareils neufs et c'est effondrer le prix de la vente d'occasion de ces mêmes appareils !
Bref, moi je dis ça...
Résoudre un problème, ce n'est pas le nier en mettant en cause ''par ses effets d'annonce'' celui qui en parle !
C'est le prendre à bras le corps pour le résoudre, contacter les gens concernés et résoudre tout ça au nom de la sécurité des acheteurs.
Allez, bonne année à l'équipe d'ULMag, continuez à dire la vérité, mais vous le savez mieux que personne, ''le premier qui dit la vérité, il faudra l'exécuter'' !
Jacques Foucher - 25/12/12
Bonjour Jacques,
L'affaire est toujours sous investigation à ce jour. Le constructeur se défend avec des arguments intéressants ; malheureusement hors délai pour la publication. Mais la vérité reste une constante de mise ici : alors si un élément de nature à changer la donne fait jour, bien entendu ULMaG en fera partager ses lecteurs. Pour l'heure, rien ne remet en question le fait que les entoilages posent problème. La présentation des faits et les raisons sont d'autres affaires... Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Propos choquants
Bonjour Miguel,
Merci pour ton édito de décembre. Je trouve très choquante la réaction de l'importateur Randkar. Se réfugier derrière le manuel pour s'exonérer de ses responsabilités est trop facile. En ce sens, ton analogie avec l'affaire Jabiru, au demeurant parfaitement juste, ne relate pas les paroles d'Alexandre Patte qui préconisait d'attendre que le moteur casse pour entreprendre les travaux. C'est de notoriété publique. Ces professionnels sont en dehors des réalités (je mesure mes paroles). J'ai pris des cours de pilotage sur Skyranger, un ULM certes basique, mais sain et fiable. Son entoilage rouge et bleu était couvert de rustines et d'accrocs traduisant son âge et son histoire (douloureuse sans doute). Reste que personne n'a jamais eu l'horrible surprise d'en perdre une partie en vol. Continue à nous informer de la sorte. A+
Gilles - Issy-les-Moulineaux - 24/12/12
Bonjour Gilles,
Fidèle au clavier quand l'actu l'impose. Tu as malheureusement raison sur toute la ligne. Je n'ai pas à prendre position, mais en tant qu'ancien proprio d'un ULM Jabiru, je confirme qu'on se sent bien ''couillonné'' face à un problème de cette envergure, et face à un distributeur dépassé par l'ampleur des conséquences. Cordialement
miguel horville - ULMaG.fr

Doit-on vraiment s'inquiéter ?
Bonjour à toute l'équipe de ULMaG,
Les faits évoqués dans l'édito de décembre sont très graves. Les avez-vous vérifiés ? Sans remettre en cause votre enquête, je suis dubitatif qu'un constructeur puisse sciemment mettre la sécurité en second plan derrière l'appât du gain. Avez-vous des preuves de ce que vous avancez ? Comment expliquer qu'Hanuman soit victime d'un pourrissement aux UV et pas les autres marques qui utilisent les mêmes entoilages ? Pour simplifier, doit-on réellement s'inquiéter ou bien votre article n'est-il qu'un énième effet d'annonce pour amateurs de sensationnalisme ? Salutations.
J. Legendre - 24/12/12
Bonjour,
Croyez-vous réellement que je m'amuse à divulguer des choses aussi graves sans m'assurer préalablement de leur véracité ? Cette enquête repose sur un mois d'analyse, de vérifications, des coups de fil nombreux. J'ai cherché des témoins pour savoir comment G. Landri utilise et stocke ses ULM. J'ai testé les échantillons reçus, comme décrit dans l'édito. Tous les échanges téléphoniques sont enregistrés. Maintenant, s'il s'avère que j'ai été le fruit d'une machination, les instigateurs sont bien mal inspirés, car le matériel que je détiens peut se retourner contre eux. Mais en mon âme et conscience, je persiste à croire qu'il existe un problème avec les Hanuman récents. Pourquoi les autres marques ne sont-elles pas concernées : toutes les réponses sont dans l'édito. Le constructeur indien pourrrait avoir changé de produit sans avertir ses revendeurs (ou être tombé sur un mauvais lot). Je vous trouve un peu naïf sur le désintéressement des industriels. OUI, notre sécurité est chaque jour, à chaque instant, mise en cause par appât du gain. Dans la bouffe que vous ingérez, sur la route que vous utilisez, dans l'air que vous respirez, avec les ondes qui vous transpercent, les médocs qui vous font crever... Le principe de précaution est relégué bien loin, au-delà du principe d'enrichissement. Si vous ne le savez pas, c'est grave. Pour en finir, j'apprécie que les lecteurs restent en éveil : c'est pourquoi je publie votre courrier, non sans l'avoir expurgé du thème irrévérencieux que vous faites à l'égard de la presse en général et d'ULMaG en particulier. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Courage des uns... ou lâcheté des autres
Bonjour Miguel,
Je viens de terminer la lecture de ton édito de décembre. Bravo ; je rends hommage à ton courage. J'apprécie de trouver dans ULMAG ce qu'aucun magazine spécialisé n'ose écrire. Il existe donc encore des journalistes sérieux. Maintiens ton effort, pour nous tous, mal informés. Au plaisir dans le Massif Central.
Pierre - 22/12/12
Bonjour Pierre,
Merci pour le compliment. Dois-je être flatté par les courriers soulignant mon ''courage'' ou m'inquiéter de la dérive généralisée de la presse. Je reçois toutefois avec plaisir les encouragements que vous m'envoyez, et vous en remercie. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Louanges
Bonjour à toute l'équipe d'ULMAG,
Merci Miguel pour votre franc-parler. Je suis fan de vos éditos, toujours justes, bien écrits, avec un ton humoristique aigre-doux pour digérer les tristes vérités évoquées. Votre brûlot sur les mensonges de Total, les incohérences de la FFPLUM ou le doigt pointé sur les instructeurs au rabais (c'est vrai qu'on en connait tous) sont de véritables perles. Mais votre dernier édito (décembre 2012) vous démarque définitivement des revues aéro complaisantes qu'on trouve à la pelle dans les kiosques. Vous dénoncez nommément une marque qui met ses clients en danger. Vous nous éclairez sous l'angle des consommateurs que nous sommes. Et pour cela MERCI. Vous êtes un journaliste honnête, avec des prises de position fortes, et sans concession. En 2011, vous aviez répondu à mon courrier de manière assez sèche : sur le coup, ça a été assez dur à avaler et je vous ai même un peu boudé. Mais après-coup et en m'extériorisant au problème (le temps sert à ça), je reconnais que vous aviez à 100% raison. C'est la raison pour laquelle je continue de vous lire assidument et recommande votre site à mon entourage. Je vous souhaite de bonnes fêtes et une bonne année 2013. En attendant l'édito de janvier ! Salutation.
Philippe Noir - Paris - 22/12/12
Bonjour Philippe,
Merci pour ces louanges, peut-être méritées, peut-être pas ? Il est vrai que je fais peu de cas des conséquences de mes écrits. En 2012, j'ai perdu directement 3 annonceurs déclarés à cause de mes articles. TANT MIEUX ! Le fric n'est pas mon moteur. J'ai autre chose à prouver dans la vie que le prestige de ma bagnole ou de mes fringues... sans parler de la Rolex, qu'un petit con énervé estime être le nécessaire aboutissement d'un quinca' ordinaire. Je traîne une toquante de bazar depuis l'âge de 15 ans et m'en satisfait, puisque ne la portant jamais. Vous avez entièrement raison sur ce point : je m'identifie aux consommateurs car... j'en suis un ! Cela peut paraître idiot, mais ayant connu une presse riche où les véhicules ne nous coûtaient rien ou pas grand chose, je témoigne qu'il est facile de se laisser aller à l'indolence intellectuelle. Restant au plus prêt des préoccupations des lecteurs, on s'attache à défendre leur... NOTRE intérêt. Quant aux réponses aux courriers... bah, on a tous nos mauvais jours. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Une enquête serait nécessaire
Bonjour à tous,
Ce qui se passe avec les Hanuman est très préoccupant pour tous les ulmistes et devrait faire l'objet d'une enquête officielle, au moins de la FFPLUM qui accorde label à des écoles utilisant cet ULM. Si demain un élève est tué à cause d'un entoilage non conforme, je ne pense pas que la FFPLUM sera concernée en terme de responsabilité ; c'est regrettable. Quand on soupçonne un fait dangereux, ce n'est pas la peine laisser les gens s'y exposer. Cordialement.
Yvan - 22/12/12
Bonjour Yvan,
Très bonne analyse. La FFPLUM devrait avoir son mot à dire pour la raison que tu évoques (principe de précaution pour une fois bien placé), mais également la DGAC, d'autant que la BGTA a rendu un rapport. Attendons toutefois que l'usine s'explique (si elle le fait un jour) sur les causes de ce vieillissement des entoilages. Reste une vérité que relève l'importateur de l'Hanuman : si on surveille attentivement son entoilage, les conséquences de ce problème ne seront que financières. Après tout, cela ne constitue qu'un saut d'un siècle dans le passé. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Les toiles pourries, ça existe ?
Miguel, ce n'est pas à toi que j'apprendrais que les toiles usées existes ! Mais après combien d'années de vol ? Un entoilage qui explose après 16 mois d'utilisation, ce n'est pas acceptable. Je ne suis pas concerné, mais si j'étais client de cette marque, je demanderais des comptes à l'importateur. Comme tu l'écris, l'histoire Jabiru se ré-écrit, pour le plus grand malheur des passionnés. A bientôt, peut-être pour voler ensemble de nouveau...
Philippe - Persan B. - 22/12/12
Bonjour Philippe,
C'est vrai que tu as volé avec mon ancien Weedhopper... Il tirait un peu à gauche, il n'était pas très frais, mais il volait sacrément bien. Et surtout, malgré des raidisseurs baladeurs et des Velcros fânés, les toiles étaient intègres. Je l'ai revendu à Didier F. qui a volé quelques années encore et... reste toujours en vie ! Tous les moustachus (je pense aux Vieux Deb'S) savent que les toiles tendues tiennent le coup une éternité. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Le Pti'tavion m'a séduit
Bonjour à tous,

Je voulais vous rapporter mon histoire car elle devrait intéresser pas mal de gens qui aiment voler.

Je suis propriétaire d'un ULM Sinus dont les performances permettent de faire du voyage ou du vol à voile. Mais en voyage, le problème est souvent la météo qui peut nous bloquer, parfois plusieurs jours sur un terrain, souvent loin d'un restaurant et d'un hôtel, avant de pouvoir repartir. D'autres pilotes sont rebutés par les zones aériennes ; d'autres encore ne souhaitent pas laisser l'appareil seul sur un aérodrome.

Ces raisons m'ont fait rechercher ce qui existait comme ULM réellement pliable, facilement, afin de pouvoir le tracter derrière un camping-car. Je craignais que le dépliage, remontage, mise sur la remorque soit une véritable galère ou qu'il faille être à deux pour opérer. Je craignais aussi que la remorque se comporte mal sur la route, comme je l'avais déjà constaté avec certaines soi-disant adaptées. C'est ainsi que je suis tombé sur le Pti'tavion de Léopold Didier. Compte tenu du prix annoncé, j'étais extrêmement méfiant et sceptique surtout connaissant le milieu ULM dont la réalité est souvent bien décevante.

J'ai donc rencontré Léoplod Didier à Douzy, qui m'a montré son appareil au sol puis en vol. J'ai été surpris car tout ce qui était présenté sur son site était non seulement conforme, mais même inférieur à la réalité. L'appareil est sophistiqué par sa simplicité, robuste et efficace. Il est comparable en simplicité à un weedhopper, mais il a toutes les qualités d'un très bon ULM avec un bon moteur, pouvant affronter n'importe quel terrain, un équipement complet et cerise sur le gâteau, la possibilité de faire coulisser les portes en vol. Il se pose avec un fort vent de travers sans problème. Sa conception est sans fioriture, mais pleine d'astuces simples, qui le rend très solide et très fiable. Vraiment, plus je le découvre, plus il me surprend positivement. Le poids par exemple est de 265kg avec un 912 ce qui laisse une bonne marge, même pour des poids lourds. La consommation est d'environ 9 litres à 130 km/h...

Autres avantages intéressants et pas des moindres pour un ULM, il n'y a pas d'odeur d'essence à l'intérieur ce qui pour mon épouse était un critère éliminatoire. La visibilité est excellente et l'appareil est très sain en vol.

Sorti de ces généralités qui devraient être celles de tout ULM, son originalité ne s'arrête pas là. Comme annoncé, le Pti'tavion set plie facilement en 15 minute pour une personne, idem pour le dépliage. Il faut compter encore 5 minutes pour le mettre ou l'enlever seul de sa remorque, sans effort.. De plus, une fois monté, la visite pré-vol est faite. Plus besoin de manipuler des machines d'un hangar, de risquer les accrocs, de passer du temps et de dépenser de l'argent en location.

La cohérence de l'appareil, sa conception pour le pliage ou le dépliage, la remorque étudiée pour faire de la route en toute quiétude et un prix canon avec du matériel de qualité en font un appareil hors du commun. La remorque pèse moins de 500 kg et ses dimensions n'occasionnent pas de surtaxe de péage. Je parle de quiétude parce qu'on peut rouler dans la limite de la réglementation routière par vent de face, d'arrière ou de travers sans aucun effet pervers autre qu'une traînée accentuée.

Si je devais formuler une critique, je m'étonnerais qu'il faille les deux mains pour démarrer un avion ou un ULM. En effet s'il y a une panne moteur, il faut lâcher toutes les commandes pour essayer de redémarrer alors qu'il suffirait qu'il y ait un bouton de démarrage à côté de l'accélérateur.

Ajoutez à cela que Léopold est instructeur, qu'il aime ses appareils et ses clients et qu'il ne les lâche pas tant qu'ils ne sont pas capables de décoller, voler et atterrir quelles que soient les conditions météo. Il se plie à vos possibilités, met l'essence dans l'appareil et vous laisse partir quand il juge que vous êtes prêt. Il le fait gratuitement, même s'il doit y passer 5 heures ou 8 heures ou davantage. Il le fait de bonne grâce car son objectif n'est pas de toucher le chèque, mais d'avoir un client satisfait. Cela est exceptionnel dans le milieu, à ma connaissance.

Par ailleurs, si vous demandez une transformation de sa machine, il sait le faire ; mais s'il juge que l'idée est mauvaise ou que ce n'est pas possible, il explique le pourquoi de son refus. Une fois la vente conclue, que vous êtes rentrés chez vous, au besoin, il répond au téléphone : cela est d'un grand réconfort de savoir qu'on peut s'appuyer sur une personne compétente et fiable dont l'intérêt n'est pas que de vous soutirer de l'argent, mais de vous satisfaire.

Il me semble que le Pti'tavion mérite qu'on s'y intéresse tant par ses qualités que par son prix très attractif. Sans parler de Léoplod, de son caractère positif et enjoué.

Salutations à tous

Arnauld Ravoux - 17/10/12
Bonjour Arnaud,
Effectivement, le personnage de Léopold est très attachant. Ses ULM sont criants de véracité et de malice. Lorsque j'en avais fait l'essai pour ULMaG, j'avais contesté son choix de ne pas mettre de trim'. Depuis, il en a mis un. Mais surtout, il m'a dit : ''t'avais raison''. Une personne capable de se remettre en question donc. Dans l'actualité d'octobre 2012, Léopold nous informe d'une nouvelle remorque encore plus malicieuse...
miguel horville - ULMaG.fr

Le doigt où cela fait mal !
Bonjour Miguel ; toujours là à mettre le doigt où cela fait mal, entre-autres, sur ce qui ne tourne pas rond ! Et cela a dû faire mal à voir les dégâts du hacker très certainement commandité par un vérolé. Tenter de fermer la gueule de ceux qui l'ouvrent pour essayer de réduire nos neurones à de simples pois chiches ! Dur, dur de s'exprimer en toute liberté et surtout sans conséquences... Et bien content pour vous de fédérer beaucoup de lecteurs, à lire tous les témoignages de sympathie. Je prévois d'aller à Blois et j'espère que je pourrai venir vous saluer. Bon courage (facile à dire...) et très cordialement.
Daniel Combes - 25/08/12
Bonjour Daniel,
Merci pour ce concert de louanges qui me va droit au coeur. Attention de ne pas commettre d'amalgame ; si déjà plusieurs fois de charmants collègues ont tenté (de façon bien peu habile) d'enrayer la mécanique ULMaG par jalousie et malveillance, ce n'était pas le cas de la dernière attaque. Le hacker a priori situé aux states avait un but ''commercial'' très précis, celui de transformer les arcanes du magazine en centre d'envoi pour des mails de captation d'identité bancaire. D'où l'intérêt de la police fédérale américaine (à laquelle j'ai répondu par un courrier propice à générer une 3e guerre mondiale, expliquant que la police du monde n'étant déjà pas capable de surveiller leur cyber-délinquance, je n'avais aucun compte à lui rendre, encore moins du fait que le problème était originaire de leur beau pays des libertés sur-surveillées !). Du courage, il en faut, et nous en avons. Je dis toujours ''nous'' parce que Fabrice est indissociable du magazine, bien que travaillant dans l'ombre et bouffant des hamburgers américains !
Encore merci pour ton message.
miguel horville - ULMaG.fr

ULMaG retrouve son âme
Enfin ULMAG reprend les armes ! Je trouvais un peu de relâchement ces dernières semaines, avec des infos froidement énumérées sans l'âme de monsieur Horville. Mais depuis quelques temps j'ai plaisir à retrouver l'esprit batailleur, avec des éditoriaux engagés et polémistes, des actualités commentées (bravo pour avoir épinglé le préfet repris de justice !) et un ton plus nerveux. ULMAG retrouve son âme et on s'en réjouit. Je profite de ce courrier pour une demande personnelle : pourquoi je ne reçois plus la newsletter depuis quelques mois ? Enfin la nouvelle version du site est-elle bientôt en ligne ? Vous m'avez mis l'eau à la bouche et je ne vois toujours rien. Encore bravo pour votre magazine que je consulte chaque jour et parfois plusieurs fois par jour. Amicalement.
Jean-François - Super Sky - 23/08/12
Bonjour Jean-François,
Le ton d'un rédacteur est directement dépendant de son humeur. Or l'humeur est un tout ; on a la pêche quand tout va bien et pas trop quand ça merdouille... Depuis mai 2012, les ennuis s'accumulent. Le Site a été entièrement vandalisé par un salopard de hacker (très bien organisé) qui s'en est servi pour émettre des spams répréhensibles. J'ai même reçu un courrier de l'administration américaine me demandant de me justifier sur l'envoi de malwares. Bien entendu, la reconstruction du site actuel nous a coûté très cher en terme de temps et également de pognon puisque je n'ai pas accepté l'arrivée de nouveaux annonceurs tant que cet épisode n'est pas entièrement réglé. Conclusion, Fabrice qui fabrique la V2 passe plus de temps à consolider et réparer la V1 et moi je répare les anciens fichiers au lieu d'en créer de nouveaux. Il en va de même pour l'envoi de la newsletter. Ce n'est pas un service automatisé (ceci afin de cibler les demandeurs sans envahir les messageries) ; ce fichier ayant été également abîmé, il y a un gros travail de restauration pas encore terminé. Nous sommes sur tous les fronts à la fois. Je réponds par ailleurs aux personnes qui me demandent pourquoi nous n'avons pas de sauvegarde pour le site : bien sûr, des sauvegardes sont faites régulièrement. Mais le hacker avait préalablement implanté un ver associé à un cheval de Troie, dissimulés dans les nombreux fichiers du site. Quand ces mécanismes se sont déclenchés, le mal était fait depuis longtemps et les sauvegardes saines étaient beaucoup trop anciennes pour être réimplantées (le site évolue chaque jour et une sauvegarde vieille de plusieurs mois revient à pas de sauvegarde du tout). Merci pour votre courrier et votre intérêt pour ULMaG. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr