FAQ

Dans l'oeil du cyclone
Monsieur,
Pourriez-vous m'éclairer et peut-être publier une explication pour l’ensemble du monde ULM ? Dans votre numéro de septembre vous publiez les résultats de l'essai du Sparviero fabriqué par Pro.mecc et importé par monsieur Rolland Chevalier en France. Votre article semble équilibré et impartial. Quelque mois plus tard sur le site http://www.multiaxe.info/ monsieur Chevalier semble mettre en cause l'impartialité des médias. Il met en doute la compétence technique de Pro.mecc et leur honnêteté. Que faut-il penser du Freccia (présenté dans une info de ULMaG du 22 mai 2011).
- Est-ce que vous nous avez caché la vérité dans ce numéro de septembre ?
- Faut-il croire monsieur Chevalier ?
- Qui est malhonnête ?
Merci de l'attention que vous porterez pour éclaircir cette situation quelque peu délétère.
Acceptez, Monsieur, mes meilleures salutations.
Patrick Timmermans - 01/06/11
Bonjour Patrick,
Attention, je crois que vous commettez une confusion. Dans l'édito de son site, R. Chevallier a écrit :
''Les mensonges répétés sur les vrais capacités et performances des appareils (Voir les dernières publicités de mars et avril dernier, sur vos magazines au sujet des performances du nouvel appareil) : hallucinant et irréel pour les vrais pros de notre métier...''.
Cela ne concerne en rien l'essai du Sparviero. J'y reviendrai.
Cela concerne la publication par les médias du communiqué de presse du Freccia. Chacun sait que les médias, quels qu'ils soient, ne sont pas en mesure de contrôler les chiffres de communiqués annonçant l'arrivée prochaine d'un nouveau modèle. L'usine nous fournit des chiffres que nous publions. Je me réjouis toujours de l'annonce de chiffres tels que qualifiés -avec justesse- par monsieur Chevallier : hallucinants ou irréels. Il m'arrive même d'ajouter : ''des chiffres qu'un prochain essai permettra de vérifier''. Pensez-vous que les journalistes soient à ce point idiots ? Qu'ils tombent dans tous les panneaux ? Non, j'en suis sûr. Mais rien ne m'autorise à modifier un chiffre qui m'est communiqué. Ce serait là une faute professionnelle. Ce que je trouve réjouissant, c'est que lors des essais, face à mon GPS, les chiffres sont toujours ramenés à une réalité plausible. Dans l'intimité du cockpit, certains importateurs, revendeurs, font triste mine lorsque je réalise les essais. Plus drôle : l'un d'entre-eux m'a même demandé si mon GPS fonctionnait correctement !!! Elle est bien bonne celle-là... non ?
Bref, ne croyez pas que les lecteurs soient tous des gogos ; ils savent que les engins volant à 300 km/h, avec un rayon d'action de 1500 km et une masse à vide de 250 kg n'existent que dans les plaquettes publicitaires.
A présent, parlons un peu du déroulement de mes essais. Les importateurs, ou revendeurs, seraient bien mal avisés de remettre mes écrits et mes conclusions en doute. Voilà pourquoi :
- En premier lieu, les articles leur sont systématiquement transmis par mail pour relecture. Ceci afin d'éviter les fautes grossières dans les données ''constructeur''. La publication n'intervient qu'après retour de mail. Ils tentent parfois (souvent) de discuter, négocier ou ergoter sur les termes qui ne leur sont pas favorables, mais là-dessus je ne transige pas. J'accepte seulement de corriger une erreur (type de matériau, date, adresse...).
- En second lieu, tout ce qui se dit durant un essai est enregistré sur support numérique et conservé (comme en attestent les vidéos de ULMaG). En cas de contestation ou de dénégation, je prouverai mes dires sans difficulté et j'attaquerai systématiquement qui me fait passer pour un menteur.

Concernant l'édito de monsieur Chevallier, ses propos lui appartiennent. L'usine seule serait en droit de demander un correctif. Force est de constater que les termes utilisés sont suffisamment flous et empreints de conditionnel pour ne pas (selon moi) déboucher sur une plainte en diffamation. Si de nombreuses réactions font état d'un règlement de compte, je m'abstiendrai prudemment d'entrer dans la polémique, certain que quiconque a deux sous d'instruction aura su se forger un avis convenable sur la question.

A bientôt pour l'essai du Freccia ; nous saurons tout sur les performances réelles de cet ULM prometteur.
Bonjour à toute la Belgique, y compris la Wallonie !
miguel horville - ULMaG.fr

Contradiction
Bonjour,
Depuis quelques temps les articles de votre site se radicalisent ; vous répondez nerveusement à vos contradicteurs et semblez perdre patience facilement. Je ne comprends pas ce changement de cap et suis curieux de connaître vos motivations pour répondre parfois sèchement aux courriers ou aux réactions des lecteurs. Merci de me répondre, si possible sans m'assassiner.
Sébastien - Lille - 31/05/11
Bonjour Sébastien,
Votre mail a le mérite d'être direct. Je vais l'être aussi. Avez-vous bien réfléchi avant de choisir le terme ''contradicteur'' (personne qui contredit ou aime à contredire) ? ULMaG est un magazine en ligne, qui n'a pas vocation à entretenir des polémiques ou répondre à chaque intervenant. ULMaG n'est pas un blog, ni un espace d'échange. Il existe pour cela des forums. Toutefois, comme tout magazine, ULMaG permet aux lecteurs d'envoyer des courriers, comme vous le faites présentement. De plus, à la demande des lecteurs, j'ai créé le service des réactions aux informations. Ce service a été créé dans le but de compiler les réactions des lecteurs au contenu des informations. Il s'avère que ce service est régulièrement détourné de son usage initial, et sert à critiquer ma façon de traiter l'information. Comme je m'évertue à le répéter, ceux qui n'apprécient pas ULMaG sont libres de chercher un média à leur convenance. Je n'ai pas vocation à discuter mes méthodes de travail. Si c'est mieux en face... faut y aller. Quand je bossais pour des magazines publiés à plus de cent mille exemplaires, je recevais une ou deux dizaines de courriers mensuels. ULMaG reçoit plus de 1500 messages électroniques par mois, dont un tiers attend réponse. Je compte environ 3 heures par jour pour la gestion de ce courrier. Trois heures pendant lesquelles aucun article n'est produit. Et quand les réponses tardent, les relances parviennent. Donc oui ; il m'arrive parfois d'être expéditif avec ceux qui exagèrent. Je ne suis pas un paillasson et entends ne pas être traité comme tel. Si cela est choquant... tant pis. J'espère ne pas vous avoir assassiné. Cordialement
miguel horville - ULMaG.fr

Super Guépard vs Savannah
Bonjour Miguel,
Je lis régulièrement vos articles dans Volez et dans ULMaG. Je sais que vous affectionnez le Super Guépard et vous ai trouvé emballé par le Savannah S. Quel est le meilleur choix selon vous ?
Merci pour votre réponse.
Jean-Pierre L. - Lyon - 31/05/11
Bonjour Jean-Pierre et merci de votre fidélité.
Désolé, mais je ne peux répondre à votre question. Chacun de ces ULM a d'énormes qualités, parfois complémentaires. Le SG est rapide (notamment le SG10A), facile à piloter, sain et simple, bien construit. Le Savannah est moins rapide, mais plus performant aux basses vitesses, très joueur, rigoureux et bien fini (version usine). Les deux résident dans la même enveloppe financière. Sincèrement, je reste fan du SG pour ses performances élevées en croisière, mais je passerais volontiers au Savannah pour d'autres critères. Les deux ULM sont construits ou distribués par des enseignes sérieuses. Il m'est impossible d'orienter votre choix. Essayez les deux, quelques heures chacun et tenez-moi au courant de vos réflexions. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Coup de gueule et gravillons
Bonjour ULMaG,
Je veux pousser un coup de gueule contre certains pilotes égoistes (ULM et avion). On voit souvent sur les terrains, des pilotes mettre en marche leur moteur pour la préchauffe, sans se soucier de ce qui se passe derrière. Il se croient seuls au monde. Derrière, il y a d'autres ULM qui se font souffler et qui reçoivent divers projectiles comme des graviers ou de l'herbe, dans l'hélice, dans le pare-brise ou les bords d'attaque. C'est incroyable que des pilotes n'aient pas plus de cerveau ou soient égoistes à ce point.
Thierry - 30/05/11
Bonjour Thierry,
On en rencontre partout, de ces pilotes inconscients. A Deauville en 2008, un pilote de bimoteur allemand a repeint trois avions qui attendaient comme lui en file indienne que la piste se dégage. Au lieu de se mettre en biais comme la logique l'exigeait, il lançait ses moteurs à fond bien axé sur les suivants. En quatrième position, j'entendais les graviers crépiter sur les hélices et ailleurs... Et personne n'a gueulé dans la radio... même pas moi. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

La fédé ne fait pas peur
Bonjour Miguel,
J'ai reluqué l'intervention de D. Méreuze à l'AG de la FFPLUM. L'accent mis sur la sécurité était particulièrement appuyé, avec des pistes intéressantes et une forme de condamnation pour les comportements accidentogènes. Or que remarque-t-on depuis début 2011 ? Des accidents mortels où les pilotes semblent avoir eu ces comportements dangereux. Finalement, je pense que la fédération ne fait pas assez peur à ses affiliés. Bonne continuation et bon courage.
Gilles Bailey - 28/05/11
Salut Gilles,
Ben non, tu vois, les mises en garde ne servent à rien. A bientôt.
miguel horville - ULMaG.fr

Auto-censure
Salut Miguel,
Je suis toujours très fan de ton e-mag mais je me sens aujourd'hui obligé de t'adresser une critique un peu dure concernant l'illustration de la semaine qui me rappelle trop tous ces malheureux sautant des tours du World Trade Center en voulant échapper aux flammes tout en sachant qu'ils allaient mourir ! De plus l'habillement du personnage de ce montage photo tient autant d'une tenue ''moyen-orientale'' que celle avec laquelle l'usage représente les anges ce qui accroit encore le malaise ressenti ! Désolé de te faire cette critique car pour le reste je trouve que ton mag est d'un remarquable niveau et que tes interventions pour calmer certains excités commentateurs de tes actus sont appropriées et réellement modératrices ! Cordialement.
Gérard Coffignot - 20/05/11
Bonjour Gérard,
Comme je vous en ai averti, j'ai demandé conseil aux modérateurs de ULMaG, sans tenir compte de mon propre avis. Si tous reçoivent vos arguments avec intérêt et peuvent même les partager, personne ne veut soumettre ULMaG au diktat d'une ''pensée lisse''. Pour la majorité d'entre-eux, sans aller à la provocation inutile, l'humour et l'imagerie ne doivent pas s'arrêter devant le risque de choquer. Sinon, on doit fixer trop bas le curseur de la limite acceptable, sachant qu'il y aura toujours quelqu'un, quelque part, choqué par un mot ou une illustration qui passe pour insignifiant aux yeux de tous. Que ce soit à cause d'une association d'idée, à cause d'un cas personnel rare ou d'une coïncidence événementielle. Pour ma part, je reste en retrait, certain qu'il y a effectivement des limites à ne pas dépasser, mais certain aussi que l'application de la censure ou de l'auto-censure est extrêmement difficile. Merci de votre intérêt pour ULMaG et de votre contribution. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Location d'ULM - suite
Merci pour ta réponse.
Pour le contrat de location je suis d'accord, il faut blinder. Pour la casse je suis dans les clous je leur ai demandé une assurance à 35 000 euros. Pour la rémunération, l'idée que j'ai en tête, comme ils vont faire environ 100 HdV en 2 mois, c'est de me faire financer ''l'upgrade'' du Jabiru qui est facturée 3 500 euros par A. Patte. Cela me fera une révision moteur en même temps.
Guy-Emmanuel Aramy - 18/05/11
Guy-Emmanuel,
3500, cela paraît raisonnable pour 100 HdV, même très bien puisqu'ainsi tu auras un moteur neuf au sortir du prêt. Attention encore à une chose : blinde une éventuelle casse moteur. Si le moteur pète sans conséquence pour l'avion, qui va payer ? L'instructeur ne va-t-il pas dire... c'était une merde ton Jab' ? Inverse les rôles pour te rendre compte : tu loues un avion et le moteur casse à la première heure... as-tu envie de respecter ton contrat ?
Cordialement,
miguel horville - ULMaG.fr

Location d'ULM
Salut Miguel,
Te sachant de bon conseil, je me retourne vers toi pour avoir ton avis. A Biscarosse ou je suis basé, s'est installée depuis quelques mois une école privée de pilotage (Le vol des Aigles) dirigée par un jeune retraité militaire ancien pilote de chasse. Comme nous partageons le même hangar, nous avons bien sûr sympathisé. La semaine dernière, panne moteur au décollage (instructeur à bord) avec un Storch Rotax 912. Tentative de posé à contre QFU mais très fort vent dans le dos et sortie en bout de piste avec destruction de l'appareil dans les pins mais heureusement aucun blessé. Le gars était assuré en casse mais Fly Synthesis ne peut lui fournir un nouvel appareil avant 2 mois. Donc il est dans les ennuis car son planning de formation était assez fourni. Il se tourne vers moi me demandant si je pourrais lui rendre service en lui louant mon Super Guépard durant cette période (je ne vole que le Samedi). Bien sûr il me propose une assurance casse et un contrat de location en bonne forme avec une rétribution à l'heure de vol. J'ai 2 questions :
- Mon Guépard Jabiru ayant 4 ans avec 220 HdV, quel est à ton avis la valeur à assurer en casse ?
- A combien estimes-tu la valeur locative de l'heure de vol ?
Guy-Emmanuel Aramy - 17/05/11
Bonjour Emmanuel,
Une fois encore... une colle ! En matière de responsabilité : pas de cadeau, pas d'arrangement parce que tout va bien on se tape sur l'épaule, mais quand ça coince, on se tape l'avocat du défendeur. La valeur à assurer pour ton SG est la valeur que tu comptes le revendre au moment où il pourrait être détruit. Selon moi, au vu des annonces, un SG Jabiru de 4 ans avec 220 HdV vaut à la louche 30 000 euros. Donc pas d'assurance à moins de 30 KE.
Concernant l'heure de vol : il faut prendre en compte :
- la dépréciation (heures ajoutées ou prix de vente à 220 H moins prix de vente à xxx H)
- l'usure (les atterros, les ''ratés'')
- la dégradation (petits chocs école, coups de pied dans les joncs, la console...)
- les consommables (bougies, huile, TBO...)
Pour calculer cela, tu as un outil dans ULMaG / rubrique : Services / Coût horaire : le tableur est à ta disposition, il sert à ça.
Cordialement,
miguel horville - ULMaG.fr

Edito de mai : en finesse
Bonjour monsieur Horville,
Je connaissais vos éditos acides et décapants, parfois tonitruants, je les attends tous les mois et m'en délecte. Mais avec celui de avril-mai 2011, vous apportez une nouvelle tonalité qui loin de me déranger éclaire une facette beaucoup plus subtile de votre analyse. Vous ouvrez votre coeur et je perçois une authenticité vécue qui vous honore. Je vous rejoins sur tous les points évoqués, la décision parfois inexplicable de décoller ou les raisons obscures qui nous poussent à prendre l'air quand les éléments sont contraires. Vous avez raison en écrivant que nous sommes tous concernés ou le serons tous un jour. Merci de cette analyse qui ne blâme personne et constate froidement que nos instants de folie font que nous sommes humains, avec ce que ça a de bon et de moins bon. Je reste persuadé que ces instants de folie font également notre exception, comme ce pilote anglais qui a entamer un périple que certains jugent fou ou suicidaire, que je juge pour ma part courageux et humain. Merci pour l'excellent magazine que vous me livrez gratuitement à domicile, par le biais de mon ordinateur. Longue et vie et beaux vols.
J. Legendre - 16/05/11
Merci de vos compliments. Du vécu ? Pour sûr... Malheureusement.
miguel horville - ULMaG.fr

Rubrique nécrologique
Bonjour Monsieur,
Je tenais à dire avant tout que votre site ULMaG est un site magnifique qui peut apporter beaucoup de renseignements utiles pour les pilotes du dimanche que nous sommes et pour ceux qui volent durant la semaine aussi. Néanmoins en parcourant vos actualités sélectionnées souvent, je peux m'apercevoir que la rubrique nécrologique prend une part importante. Elle est aussi nécessaire pour montrer à tous pilotes de loisirs combien notre activité ou passion peut aussi être mortelle.
Ma proposition est la suivante : serait-il possible de créer un chapitre différent comprenant uniquement les annonces d'accident, un peu comme la rubrique nécrologique de certains journaux. Je trouve que ces annonces là font partie de la vie, mais mélangée avec des annonces techniques et utiles, ce n'est pas trop leur place. Cela pourrait aussi porter atteinte, dans une moindre mesure, sur le moral de certains pilotes. Techniquement : dans la rubrique actualités sélectionnées, juste indiquer un titre ''voir chapitre XY''. Et dans ce chapitre XY, mettre les annonces nécrologiques.
Je ne suis pas informaticien, mais avec la technologie actuelle, on arrive à faire de belles choses, comme l'est d'ailleurs votre site (je me répète).
Recevez mes salutations distinguées.
Roland Besançon, 1860 Aigle (CH) - 14/05/11
Bonjour Roland, Merci de l'intérêt que vous portez au magazine ULMaG ; merci également de votre appréciation et de vos compliments. La question que vous soulevez est intéressante et a fait débat entre Fabrice, le webmaster, les modérateurs et quelques intervenants. Dans l'état actuel des choses, nous n'avons pas décidé de créer de rubrique nécrologique, qui serait un repoussoir en terme d'audience (je vous rappelle que le magazine ne vit que par la pub et que cette dernière est aussi versatile que susceptible). L'argument que je soutiens : quand vous regardez le JT de la TV, le présentateur passe invariablement du tremblement de terre, aux 20 000 morts, au prix de l'essence, à une nouvelle loi, à des trucs plus distrayants... Pour l'heure, je ne suis pas chaud pour séparer les constituants de l'information. Mais je ne suis pas seul à décider : quand une majorité naîtra, nous la suivrons. Cordialement,
miguel horville - ULMaG.fr