FAQ

Le courage de renoncer
Merci pour vote édito de juin 2011 ; je croyais être le seul à penser que les journalistes n'avaient rien compris à l'aviation ! Il a en effet fallu beaucoup de courage au pilote pour rebrousser chemin.
Bien à vous,
Dekof 01 - 21/07/11
Et oui, il faut avoir tenu le manche et surtout avoir déjà connu des situations difficiles pour comprendre que le renoncement est parfois la seule solution pour devenir un héros ! Mais annoncer froidement un événement simple ne fait pas suffisamment mousser le journaleux qui relate le fait...
Merci de votre message.
miguel horville - ULMaG.fr

ULMaG sur iPad
Bonjour,
Fidèle lecteur de votre magazine depuis le début (déjà à l'époque d'aeromoto), je suis maintenant l'heureux possesseur d'un iPad mais, malheureusement, la lecture de votre site y est particulièrement incommode : polices beaucoup trop petites, zoom ne permettant pas de caler la ligne sur la largeur de l'écran, etc. C'est bien dommage car, lors de certains de mes déplacements j'aimerais bien pouvoir découvrir tranquillement les nouveaux articles mais en l'état, je préfère attendre de les relire à la maison sur mon ordinateur fixe (un Mac d'ailleurs, ce qui me fait penser que le problème ne vient pas de Safari a priori). En tous cas, je tiens à vous adresser toutes mes félicitations pour ce magazine que j'apprécie énormément pour la qualité et la pertinence des informations que l'on peut y trouver. Cordialement,
Christophe Kervévan - 18/07/11
Bonjour Christophe,
Effectivement ULMaG n'est pas optimisé pour les supports portatifs. Une demande de plus que j'ajoute à la longue liste de Fabrice, l'homme de l'ombre qui n'en finit pas de peaufiner la V2, avec des exigences toujours plus poussées des lecteurs. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Pour un risque ZERO
Bonjour Miguel,
Je réagis à votre édito de MAI 2011 dans lequel vous adressez un camouflet à la DGAC et au DIRCAM qui s'approprient l'espace français en totalité pour laisser libre cours à l'entraînement des chasseurs. Je suis entièrement d'accord avec votre analyse et plus encore avec votre acceptation des risques inhérents à la vie. Vous m'amusez beaucoup avec votre phrase : ''j'arrête de vivre, réduisant ainsi à ZERO le risque de mourir''. Si tout le monde parlait comme vous les multiples règlementations sensées nous sauver la vie n'existeraient pas et les gens prendraient leur sécurité avec plus de sérieux pour éviter les accidents. Actuellement, on est tellement sécurisé qu'on ne fait plus attention à rien, en conséquence il y a davantage d'accidents et donc encore de nouvelles règles. C'est bien dommage. Bravo pour votre magazine et vos textes très bien écrits. Au plaisir de vous rencontrer.
Benoît - Amiens - 15/07/11
Malheureusement oui ; ne pas être évite de cesser d'être !
miguel horville - ULMaG.fr

Le sérieux ULM
Bonjour,
Je viens de passer ma licence ULM à Biscarrosse au sein du club ''Le Vol des Aigles''. S'il n'y a rien d'extraordinaire en soi, je souhaite diffuser le commentaire suivant :
Je suis également pilote avion, et ce témoignage consiste pour moi à faire connaître le sérieux qui existe au sein de club ULM, ce qui n'est pas souvent l'écho que j'avais eu. Cette démarche est importante pour moi et pour tout les pratiquants de cette aviation ultra légère tant décriée.
Richard Puybasset - 10/07/11


Vu à la Télé
Bonjour Miguel, bonjour à tous
Point de critiques dans mon propos à la vue de la pub télé de la FFA sur Antenne 2 hier soir. Bien au contraire si l'intention est d'attirer vers notre passion et de donner l'envie de piloter. Mais je pense qu'une association des fédérations ''qui s'envoient en l'air'' donnerait un horizon plus large, à l'image des actions menées par le CNFAS. Un état d'esprit ''famille de l'air'' ! Uthopique ? Peut'ête ben qu' oui ! Quoique ! Bons vols à tous
Daniel Combes - 05/06/11
Bonjour Daniel,
Vivons heureux... tu connais la suite. Actuellement, le mieux qu'on puisse faire pour rallier à nous les terrestres est de se tenir discret. Pour en revenir à la pub FFA, je ne comprends toujours pas à quoi elle rime. Quant au code institutionnel du message, je m'interroge sur sa pertinence, puisque le grand public visé par la TV n'a justement pas les clés du code ; ou alors tout cela me dépasse... Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Dans l'oeil du cyclone
Monsieur,
Pourriez-vous m'éclairer et peut-être publier une explication pour l’ensemble du monde ULM ? Dans votre numéro de septembre vous publiez les résultats de l'essai du Sparviero fabriqué par Pro.mecc et importé par monsieur Rolland Chevalier en France. Votre article semble équilibré et impartial. Quelque mois plus tard sur le site http://www.multiaxe.info/ monsieur Chevalier semble mettre en cause l'impartialité des médias. Il met en doute la compétence technique de Pro.mecc et leur honnêteté. Que faut-il penser du Freccia (présenté dans une info de ULMaG du 22 mai 2011).
- Est-ce que vous nous avez caché la vérité dans ce numéro de septembre ?
- Faut-il croire monsieur Chevalier ?
- Qui est malhonnête ?
Merci de l'attention que vous porterez pour éclaircir cette situation quelque peu délétère.
Acceptez, Monsieur, mes meilleures salutations.
Patrick Timmermans - 01/06/11
Bonjour Patrick,
Attention, je crois que vous commettez une confusion. Dans l'édito de son site, R. Chevallier a écrit :
''Les mensonges répétés sur les vrais capacités et performances des appareils (Voir les dernières publicités de mars et avril dernier, sur vos magazines au sujet des performances du nouvel appareil) : hallucinant et irréel pour les vrais pros de notre métier...''.
Cela ne concerne en rien l'essai du Sparviero. J'y reviendrai.
Cela concerne la publication par les médias du communiqué de presse du Freccia. Chacun sait que les médias, quels qu'ils soient, ne sont pas en mesure de contrôler les chiffres de communiqués annonçant l'arrivée prochaine d'un nouveau modèle. L'usine nous fournit des chiffres que nous publions. Je me réjouis toujours de l'annonce de chiffres tels que qualifiés -avec justesse- par monsieur Chevallier : hallucinants ou irréels. Il m'arrive même d'ajouter : ''des chiffres qu'un prochain essai permettra de vérifier''. Pensez-vous que les journalistes soient à ce point idiots ? Qu'ils tombent dans tous les panneaux ? Non, j'en suis sûr. Mais rien ne m'autorise à modifier un chiffre qui m'est communiqué. Ce serait là une faute professionnelle. Ce que je trouve réjouissant, c'est que lors des essais, face à mon GPS, les chiffres sont toujours ramenés à une réalité plausible. Dans l'intimité du cockpit, certains importateurs, revendeurs, font triste mine lorsque je réalise les essais. Plus drôle : l'un d'entre-eux m'a même demandé si mon GPS fonctionnait correctement !!! Elle est bien bonne celle-là... non ?
Bref, ne croyez pas que les lecteurs soient tous des gogos ; ils savent que les engins volant à 300 km/h, avec un rayon d'action de 1500 km et une masse à vide de 250 kg n'existent que dans les plaquettes publicitaires.
A présent, parlons un peu du déroulement de mes essais. Les importateurs, ou revendeurs, seraient bien mal avisés de remettre mes écrits et mes conclusions en doute. Voilà pourquoi :
- En premier lieu, les articles leur sont systématiquement transmis par mail pour relecture. Ceci afin d'éviter les fautes grossières dans les données ''constructeur''. La publication n'intervient qu'après retour de mail. Ils tentent parfois (souvent) de discuter, négocier ou ergoter sur les termes qui ne leur sont pas favorables, mais là-dessus je ne transige pas. J'accepte seulement de corriger une erreur (type de matériau, date, adresse...).
- En second lieu, tout ce qui se dit durant un essai est enregistré sur support numérique et conservé (comme en attestent les vidéos de ULMaG). En cas de contestation ou de dénégation, je prouverai mes dires sans difficulté et j'attaquerai systématiquement qui me fait passer pour un menteur.

Concernant l'édito de monsieur Chevallier, ses propos lui appartiennent. L'usine seule serait en droit de demander un correctif. Force est de constater que les termes utilisés sont suffisamment flous et empreints de conditionnel pour ne pas (selon moi) déboucher sur une plainte en diffamation. Si de nombreuses réactions font état d'un règlement de compte, je m'abstiendrai prudemment d'entrer dans la polémique, certain que quiconque a deux sous d'instruction aura su se forger un avis convenable sur la question.

A bientôt pour l'essai du Freccia ; nous saurons tout sur les performances réelles de cet ULM prometteur.
Bonjour à toute la Belgique, y compris la Wallonie !
miguel horville - ULMaG.fr

Contradiction
Bonjour,
Depuis quelques temps les articles de votre site se radicalisent ; vous répondez nerveusement à vos contradicteurs et semblez perdre patience facilement. Je ne comprends pas ce changement de cap et suis curieux de connaître vos motivations pour répondre parfois sèchement aux courriers ou aux réactions des lecteurs. Merci de me répondre, si possible sans m'assassiner.
Sébastien - Lille - 31/05/11
Bonjour Sébastien,
Votre mail a le mérite d'être direct. Je vais l'être aussi. Avez-vous bien réfléchi avant de choisir le terme ''contradicteur'' (personne qui contredit ou aime à contredire) ? ULMaG est un magazine en ligne, qui n'a pas vocation à entretenir des polémiques ou répondre à chaque intervenant. ULMaG n'est pas un blog, ni un espace d'échange. Il existe pour cela des forums. Toutefois, comme tout magazine, ULMaG permet aux lecteurs d'envoyer des courriers, comme vous le faites présentement. De plus, à la demande des lecteurs, j'ai créé le service des réactions aux informations. Ce service a été créé dans le but de compiler les réactions des lecteurs au contenu des informations. Il s'avère que ce service est régulièrement détourné de son usage initial, et sert à critiquer ma façon de traiter l'information. Comme je m'évertue à le répéter, ceux qui n'apprécient pas ULMaG sont libres de chercher un média à leur convenance. Je n'ai pas vocation à discuter mes méthodes de travail. Si c'est mieux en face... faut y aller. Quand je bossais pour des magazines publiés à plus de cent mille exemplaires, je recevais une ou deux dizaines de courriers mensuels. ULMaG reçoit plus de 1500 messages électroniques par mois, dont un tiers attend réponse. Je compte environ 3 heures par jour pour la gestion de ce courrier. Trois heures pendant lesquelles aucun article n'est produit. Et quand les réponses tardent, les relances parviennent. Donc oui ; il m'arrive parfois d'être expéditif avec ceux qui exagèrent. Je ne suis pas un paillasson et entends ne pas être traité comme tel. Si cela est choquant... tant pis. J'espère ne pas vous avoir assassiné. Cordialement
miguel horville - ULMaG.fr

Super Guépard vs Savannah
Bonjour Miguel,
Je lis régulièrement vos articles dans Volez et dans ULMaG. Je sais que vous affectionnez le Super Guépard et vous ai trouvé emballé par le Savannah S. Quel est le meilleur choix selon vous ?
Merci pour votre réponse.
Jean-Pierre L. - Lyon - 31/05/11
Bonjour Jean-Pierre et merci de votre fidélité.
Désolé, mais je ne peux répondre à votre question. Chacun de ces ULM a d'énormes qualités, parfois complémentaires. Le SG est rapide (notamment le SG10A), facile à piloter, sain et simple, bien construit. Le Savannah est moins rapide, mais plus performant aux basses vitesses, très joueur, rigoureux et bien fini (version usine). Les deux résident dans la même enveloppe financière. Sincèrement, je reste fan du SG pour ses performances élevées en croisière, mais je passerais volontiers au Savannah pour d'autres critères. Les deux ULM sont construits ou distribués par des enseignes sérieuses. Il m'est impossible d'orienter votre choix. Essayez les deux, quelques heures chacun et tenez-moi au courant de vos réflexions. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Coup de gueule et gravillons
Bonjour ULMaG,
Je veux pousser un coup de gueule contre certains pilotes égoistes (ULM et avion). On voit souvent sur les terrains, des pilotes mettre en marche leur moteur pour la préchauffe, sans se soucier de ce qui se passe derrière. Il se croient seuls au monde. Derrière, il y a d'autres ULM qui se font souffler et qui reçoivent divers projectiles comme des graviers ou de l'herbe, dans l'hélice, dans le pare-brise ou les bords d'attaque. C'est incroyable que des pilotes n'aient pas plus de cerveau ou soient égoistes à ce point.
Thierry - 30/05/11
Bonjour Thierry,
On en rencontre partout, de ces pilotes inconscients. A Deauville en 2008, un pilote de bimoteur allemand a repeint trois avions qui attendaient comme lui en file indienne que la piste se dégage. Au lieu de se mettre en biais comme la logique l'exigeait, il lançait ses moteurs à fond bien axé sur les suivants. En quatrième position, j'entendais les graviers crépiter sur les hélices et ailleurs... Et personne n'a gueulé dans la radio... même pas moi. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

La fédé ne fait pas peur
Bonjour Miguel,
J'ai reluqué l'intervention de D. Méreuze à l'AG de la FFPLUM. L'accent mis sur la sécurité était particulièrement appuyé, avec des pistes intéressantes et une forme de condamnation pour les comportements accidentogènes. Or que remarque-t-on depuis début 2011 ? Des accidents mortels où les pilotes semblent avoir eu ces comportements dangereux. Finalement, je pense que la fédération ne fait pas assez peur à ses affiliés. Bonne continuation et bon courage.
Gilles Bailey - 28/05/11
Salut Gilles,
Ben non, tu vois, les mises en garde ne servent à rien. A bientôt.
miguel horville - ULMaG.fr