FAQ

Moteur volé (suite)
Merci Miguel pour votre plaidoyer à propos du changement de moteur sur un appareil. Ceci ne m’avait pas échappé et je partage entièrement votre point de vue. Pour mon cas, un Magni M16, le 912 ULS fait partie de la panoplie des moteurs possibles. Je sais ''avec carbus'' et non injection. Je me gardais ce problème pour plus tard. Ma 1ère préoccupation est de savoir si réellement le 912 ULS à injection peut fonctionner en 100 ch continus sans être à 5 800 tours. Car là encore je partage votre analyse si effectivement les 15 ch supplémentaires du 914 ne servent que très rarement, les 100 ch ne sont pas de trop lors des décollages sans vent, lors des fortes chaleurs et en plus si l’on est 2 à bord. D’où mon hésitation. Je me suis également tourné vers un 914 d’occasion ou reconditionné. Mais là aussi, il est difficile d'en trouver un et, lorsque vous en trouvez un (comme ça m’est arrivé), le fait de demander quelques photos et quelques précisions sur les équipements du moteur font que plus personne ne répond et le correspondant devient injoignable. Peut-être est-ce moi qui ai intrigué mon interlocuteur avec mes questions ? Si toutefois vous possédez quelques adresses pour ce type de moteur, je vous en serai très reconnaissant. Bien cordialement et grand merci pour votre dévouement.
Joseph Garcia - 29/03/10
Bonsoir Joseph,
Pour ce qui est de trouver un 914 d'occasion, c'est pas simple, effectivement. Je vous invite à passer une annonce de recherche dans les PA de ULMaG, et de contacter les revendeurs sérieux, comme Avirex, Loravia et leurs points-relais. En revanche, soyez circonspect avec un moteur venant d'un particulier ou (pire) d'un pays étranger (Europe de l'Est, Italie...). Historique, factures et vérification des numéros sont de mise ! Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Moteur volé
Bonjour,
Quelques individus m’ayant ''emprunté'' mon moteur 914 sur mon autogire, j’envisage par économie et par obligation si je veux encore voler, d’acquérir un 912 S reconditionné avec injection électronique. Après maintes explications et renseignements divers sur cette solution, cela me paraît très fiable et plus économique, on m’assure également qu’il peut fonctionner en 100 cv en continu. Mais cependant divers échos de toutes parts me mettent en garde sur la fiabilité du moteur. Y a-t-il quelques utilisateurs de ce type de moteur pour me donner des indications sur sa fiabilité à long terme ?
J. Garcia - 29/03/10
Bonjour,
En attendant les réponses des lecteurs de ULMaG, voici mon avis. J'ai eu l'occasion de tester l'injection produite par Loravia, sur un Rotax 912 UL. Effectivement, le moteur est doux et semble avoir gagné en puissance (ou du moins en restitution). L'injection n'apporte à mes yeux que des avantages sur ce moteur, y compris une consommation minorée. De plus, rien ne permet de douter de la fiabilité tant que les températures sont maîtrisées. Concernant le 912 S, je n'ai pas d'avis. J'ai en revanche un avis sur l'adaptation à l'autogire. Le 914 délivre 115 ch pendant 5 minutes et 100 ch continus. Pas le 912 S. Les phases de décollage en seront peut-être affectées. Par ailleurs, l'ULM a une valeur potentielle avec ses équipements d'origine. La revente risque de poser problème avec un moteur de moindre puissance.
Pour revenir sur la puissance continue disponible, il suffit de regarder les courbes données par Rotax. Pour le 912 ULS-FR : 100 ch à 5800 tr/mn pendant 5 minutes maxi (et avec échappement et boîte à air Rotax) et 80 ch à 5250 tours continus. Pour le 912 ULS : 100 ch à 5800 tr/mn pendant 5 minutes maxi (et avec échappement et boîte à air Rotax) et 95 ch à 5500 tours continus.
Libre à chacun de penser que la limite du 912 ULS-FR n'est qu'administrative et que le moteur étant identique au modèle ULS, ça doit le faire pareil : peut-être...
Au plan administratif, il en va autrement. Qui dit changement de moteur, dit déclaration à l'administration. Le moteur que vous choisissez est-il inscrit au rang des moteurs éligibles par le constructeur de l'autogire ? Ce dernier vous-fournira-t-il une fiche d'identification modifiée ?. N'oubliez pas qu'en cas de carton entraînant des blessures corporelles ou pire, tout sera passé à la loupe, y compris la référence du moteur.
Je pense pour ma part qu'en matière aéronautique, même non certifiée, il est nécessaire de prendre l'avis des professionnels les plus proches de la question, et de respecter la réglementation. Une fois encore, et tant pis si je passe pour un pisse-vinaigre pas drôle, il en va de la liberté de voler pour tous que chacun soit le mieux au clair avec la réglementation. L'EASA nous surveille par dessus l'épaule de la DGAC et rêve de nous mettre un coup de trique européenne dans le dos. Ne lui ouvrons aucune brèche.
Vous-êtes-vous renseigné de savoir combien coûte un 914 reconditionné ? Pas sûr que l'opération soit inaccessible. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Pipeau ?
Bonjour ULMaG,
Je lis avec beaucoup d'intérêt les courriers publiés et me suis arrêté sur celui de Pierre Duvuy datant du 17 décembre 2009. J'ai eu beau lire et relire son courrier, je ne trouve pas la moindre trace de véracité dans les termes utilisés. Je crois que ce monsieur roule pour le motoriste JLT Motors dont le site gratifie les internautes d'un bandeau d'avertissement, genre alerte Windows, au demeurant très désagréable. Qu'en pensez-vous ? Je souhaite longue vie à ULMaG.
M. Leroy - 26/03/10
Ha ha ha ! Vous ne croyez pas si bien dire ! Duvuy rouler pour JLT ? Non... Duvuy est JLT. Ce courrier très dérangeant me mettant en cause, j'ai enquêté pour en savoir plus sur ce monsieur. Vous ne serez pas déçu du voyage lors de la publication de l'enquête ! Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Carbmate et ULMaG : bravo
Bonjour Miguel,
Merci bien pour ton article sur la synchro des carbus ; tes explications sont très claires. Et également félicitations pour ton site. Tu dois te souvenir de moi, nous avons papoté lors de ton passage au terrain. J'ai reçu le Carbmate et j'ai fabriqué des manchons de raccordement au tube de compensation. Un outil pratique, mais dont l'utilisation sur un moteur tournant avec son hélice n'est pas simple et risque d'augmenter la statistique des accidents stupides. Tu as raison d'insister sur le côté dangereux de cette opération qu'il faut effectivement faire a deux. La bonne idée est de fabriquer le crochet pour fixer l'appareil quelque part. Cordialement
Lothar - Cap 28 - 24/03/10
Bonjour Lothar,
Merci pour tes compliments. Des courriers comme le tien montrent que mon boulot est utile : c'est déjà une récompense agréable. Bons vols.
miguel horville - ULMaG.fr

Que la lumière soit (suite)
Petite précision à propos de la recette de la tarte aux prunes. La candela est l'intensité lumineuse, dans une direction donnée, d'une source qui émet un rayonnement monochromatique de fréquence 540 ×1012 hertz (l = 0,555 µm = 555 nm) et dont l'intensité énergétique dans cette direction est 1/683 watt par stéradian. Avant 1978, la candela était définie comme étant l'intensité lumineuse d'une surface de 1/60 cm2 d'un corps noir à la température de fusion du platine (2042 K). La valeur numérique de 1/683 a été choisie de manière à raccorder le système actuel d'unité avec l'ancien. Le lux (lx) est l'unité d'éclairement lumineux produit sur une surface de 1 m² par un flux lumineux de 1 lumen uniformément distribué sur cette surface. [1 lx = 1 cd sr m-2]. Est-ce mieux ainsi ?
David H. - 05/03/10
ben voilà... C'est tellement simple ! Où avais-je la tête ? Mais au fait, pour la tarte : feuilletée ou brisée la pâte ?
miguel horville - ULMaG.fr

Que la lumière soit
Désireux de réaliser un phare d'atterrissage léger et économe en électricité, j'ai eu l'idée d'utiliser des Leds lumineuses. Or on me dit que ce n'est pas assez puissant et que les optiques sont trop petites... Pourtant sur les catalogues de composants électriques et électroniques, on trouve des diodes puissantes. Reste une question, parfois la lumière émise est exprimée en Lux, d'autres fois en Lumen ou Candela. Je ne parviens pas à trouver de correspondance entre ces unités. Quel est votre avis sur la question ?
Bertrand Roux - Paris - 02/03/10
Bonjour Bertrand,
Voici la réponse d'un spécialiste :

Bonjour,
La candela est une intensité lumineuse, ça représente l'émission de la diode dans n'importe quelle direction. Le lumen est le flux lumineux émis par une source ponctuelle (LED par exemple) d'intensité 1 candela dans un angle solide d'1 stéradian (surface de 1m² placée à 1 m de distance de la source, la sphère totale faisant 4*Pi stéradians). Le lux est un éclairement lumineux produit sur une surface de 1m² par un flux lumineux de 1 lumen. Comparer une intensité à un éclairement est impossible car il manque une donnée. En général les fabricants de LED donnent l'intensité en candela et un angle d'émission, par exemple 100 candelas et un angle d'émission de 30° ce qui revient à un flux lumineux. Ensuite pour convertir en lux il faut faire le rapport de la surface définie par un angle de 30° (exemple précédent) vue à 1 m de distance et une surface de 1m². Mais avec les données parcellaires qui me sont communiquées, on ne peut rien comparer.
Exemples d'éclairement :
- nuit de pleine lune 0,5 lux
- rue de nuit bien éclairée 20 - 70 lux
- local de vie 100 - 200 lux
- local de travail 200 - 3000 lux
- stade de nuit 1500 lux
- journée ensoleillée > 50000 lux
David H.


Bien...
La prochaine fois, nous lui demanderons la recette de la tarte aux prunes ; y'a des chances que sa réponse soit plus compréhensible !
miguel horville - ULMaG.fr

ULM Bimoteur ?
Bonjour,
Je viens de lire l’article concernant le crash dans la manche et je suis étonné par une phase dans l’article : ''...dans l'accident de son ULM Mistral bimoteur...'' Je suis novice dans l’ULM mais je pense qu’un ULM ne peut être que monomoteur. Salutations.
Fernando Costa Silva - 17/02/10
Bonjour Fernando,
Le Mistral fait partie des très rares ULM a avoir été homologués en version bimoteur. Cela a pu se faire grâce à la disposition Push-Pull des moteurs qui ne perturbe pas le vol en cas de panne d'un des moteurs, et parce que chaque moteur (Rotax 503) a la capacité de faire voler le Mistral. Par ailleurs cela a été ''vendu'' à l'autorité de tutelle comme argument de sécurité supplémentaire. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Immatriculation ULM
Bonjour Miguel,
Mon ULM multiaxe est immatriculé (3 lettres + département) sur l'intrados de l'aile droite. J'ai ajouté sur le plan fixe de la dérive mon indicatif radio FJxxx. Plusieurs personnes me disent que ce n'est pas réglementaire. Je n'ai rien trouvé à ce sujet. Qu'en penses-tu ?
Charles H. - 14/02/10
Bonjour Charles,
Ces personnes qui te renseignent ont entièrement raison. Tu es en infraction en affichant ton indicatif radio sur un ULM. Voici le texte qui traite du sujet. Cela étant, je ne crois pas que tu seras verbalisé pour cela.

Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Passion biplan (suite)
Bonsoir,
Merci pour votre réponse rapide et pour votre conseil avisé. J'ai l'habitude de me débrouiller seul dans la vie mais quand j'ai besoin d'un conseil, j'essaie d'aller le chercher chez ceux qui savent vraiment. Je vous ai demandé votre avis car ne nous connaissant pas je pense que c'était le meilleur moyen d'avoir une vision objective. Je pense que lorsque comme moi, on a juste un peu d'expérience, la passion (car j'ai une réelle passion pour les biplans) nous fait oublier ou plutôt chasser la raison. Je ne vous connais pas personnellement mais par la lecture que je fais sur votre site internet, j'ai su que je pouvais vous parler de mon problème et vous remercie encore des conseils que vous m'avez donnés. Bons vols à vous, et au plaisir de vous rencontrer.
Sincères salutations.
Gilles di Lorenzo - 13/02/10
A votre service.
miguel horville - ULMaG.fr

Passion biplan
Bonjour, je connais votre site depuis quelques mois seulement par une amie pilote qui m'en a parlé, et à la recherche d'informations je me dis que rien ne coûte de vous demander. Passionné de biplan depuis de nombreuses années (je vole sur un SE5a monoplace 503 et un Wheed AX3 582 qui lui n'a qu'une aile malheureusement ou heureusement , car avec 2 ailes il ne volerait sans doute pas si bien). J'ai découvert le Highlander de la firme Air Lony après une discussion avec l'instructeur qui m'a formé et breveté. Je cherche de bonnes infos sur cet ULM (s'il en est un vraiment "poids et
vitesse de décrochage") et sur la société Air Lony qui le fabrique. Il n'a pas encore été importé en France d'après ce que je crois et après un courrier resté sans réponse que j'ai envoyé à Air Lony par mail je me pose des questions. Cela m'attriste beaucoup car j'ai le béguin pour cet appareil et comme Mr Dassault disait, je crois que tout ce qui est beau vole bien. Avez vous des informations sur cet appareil et la Sté qui le fabrique, que vous pourriez me transmettre. Vous remerciant par avance pour votre réponse et pour votre site internet que je visionne souvent maintenant avant de me coucher, je vous souhaite une bonne nuit puisqu'il est tard, et de bon vols à venir. Sincères salutations.
Gilles di Lorenzo - 12/02/10
Bonjour Gilles,
Je ne connais pas le Highlander de Air Lony, en revanche je connais le constructeur qui fabrique par ailleurs le Skylane. C'est du sérieux, bien construit, mais avec quelques failles structurelles qu'il a fallu batailler pour faire modifier (exemple la fourche avant, visiblement trop fragile, qui a cassé plusieurs fois sur les premiers modèles et que seul un revendeur sérieux a réussi à faire modifier). J'ai en revanche un conseil à vous donner : quand vous aurez fini par trouver votre perle rare, ce sera sans doute un appareil orphelin sans réseau de distribution... ne comptez pas le revendre facilement, ni le faire réparer aisément en cas de problème ; quant à la garantie...
La passion, c'est bien ; mais il faut aussi garder la raison ; à moins que vous soyez très riche. Désolé de briser votre rêve. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr