FAQ

Carbmate et ULMaG : bravo
Bonjour Miguel,
Merci bien pour ton article sur la synchro des carbus ; tes explications sont très claires. Et également félicitations pour ton site. Tu dois te souvenir de moi, nous avons papoté lors de ton passage au terrain. J'ai reçu le Carbmate et j'ai fabriqué des manchons de raccordement au tube de compensation. Un outil pratique, mais dont l'utilisation sur un moteur tournant avec son hélice n'est pas simple et risque d'augmenter la statistique des accidents stupides. Tu as raison d'insister sur le côté dangereux de cette opération qu'il faut effectivement faire a deux. La bonne idée est de fabriquer le crochet pour fixer l'appareil quelque part. Cordialement
Lothar - Cap 28 - 24/03/10
Bonjour Lothar,
Merci pour tes compliments. Des courriers comme le tien montrent que mon boulot est utile : c'est déjà une récompense agréable. Bons vols.
miguel horville - ULMaG.fr

Que la lumière soit (suite)
Petite précision à propos de la recette de la tarte aux prunes. La candela est l'intensité lumineuse, dans une direction donnée, d'une source qui émet un rayonnement monochromatique de fréquence 540 ×1012 hertz (l = 0,555 µm = 555 nm) et dont l'intensité énergétique dans cette direction est 1/683 watt par stéradian. Avant 1978, la candela était définie comme étant l'intensité lumineuse d'une surface de 1/60 cm2 d'un corps noir à la température de fusion du platine (2042 K). La valeur numérique de 1/683 a été choisie de manière à raccorder le système actuel d'unité avec l'ancien. Le lux (lx) est l'unité d'éclairement lumineux produit sur une surface de 1 m² par un flux lumineux de 1 lumen uniformément distribué sur cette surface. [1 lx = 1 cd sr m-2]. Est-ce mieux ainsi ?
David H. - 05/03/10
ben voilà... C'est tellement simple ! Où avais-je la tête ? Mais au fait, pour la tarte : feuilletée ou brisée la pâte ?
miguel horville - ULMaG.fr

Que la lumière soit
Désireux de réaliser un phare d'atterrissage léger et économe en électricité, j'ai eu l'idée d'utiliser des Leds lumineuses. Or on me dit que ce n'est pas assez puissant et que les optiques sont trop petites... Pourtant sur les catalogues de composants électriques et électroniques, on trouve des diodes puissantes. Reste une question, parfois la lumière émise est exprimée en Lux, d'autres fois en Lumen ou Candela. Je ne parviens pas à trouver de correspondance entre ces unités. Quel est votre avis sur la question ?
Bertrand Roux - Paris - 02/03/10
Bonjour Bertrand,
Voici la réponse d'un spécialiste :

Bonjour,
La candela est une intensité lumineuse, ça représente l'émission de la diode dans n'importe quelle direction. Le lumen est le flux lumineux émis par une source ponctuelle (LED par exemple) d'intensité 1 candela dans un angle solide d'1 stéradian (surface de 1m² placée à 1 m de distance de la source, la sphère totale faisant 4*Pi stéradians). Le lux est un éclairement lumineux produit sur une surface de 1m² par un flux lumineux de 1 lumen. Comparer une intensité à un éclairement est impossible car il manque une donnée. En général les fabricants de LED donnent l'intensité en candela et un angle d'émission, par exemple 100 candelas et un angle d'émission de 30° ce qui revient à un flux lumineux. Ensuite pour convertir en lux il faut faire le rapport de la surface définie par un angle de 30° (exemple précédent) vue à 1 m de distance et une surface de 1m². Mais avec les données parcellaires qui me sont communiquées, on ne peut rien comparer.
Exemples d'éclairement :
- nuit de pleine lune 0,5 lux
- rue de nuit bien éclairée 20 - 70 lux
- local de vie 100 - 200 lux
- local de travail 200 - 3000 lux
- stade de nuit 1500 lux
- journée ensoleillée > 50000 lux
David H.


Bien...
La prochaine fois, nous lui demanderons la recette de la tarte aux prunes ; y'a des chances que sa réponse soit plus compréhensible !
miguel horville - ULMaG.fr

ULM Bimoteur ?
Bonjour,
Je viens de lire l’article concernant le crash dans la manche et je suis étonné par une phase dans l’article : ''...dans l'accident de son ULM Mistral bimoteur...'' Je suis novice dans l’ULM mais je pense qu’un ULM ne peut être que monomoteur. Salutations.
Fernando Costa Silva - 17/02/10
Bonjour Fernando,
Le Mistral fait partie des très rares ULM a avoir été homologués en version bimoteur. Cela a pu se faire grâce à la disposition Push-Pull des moteurs qui ne perturbe pas le vol en cas de panne d'un des moteurs, et parce que chaque moteur (Rotax 503) a la capacité de faire voler le Mistral. Par ailleurs cela a été ''vendu'' à l'autorité de tutelle comme argument de sécurité supplémentaire. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Immatriculation ULM
Bonjour Miguel,
Mon ULM multiaxe est immatriculé (3 lettres + département) sur l'intrados de l'aile droite. J'ai ajouté sur le plan fixe de la dérive mon indicatif radio FJxxx. Plusieurs personnes me disent que ce n'est pas réglementaire. Je n'ai rien trouvé à ce sujet. Qu'en penses-tu ?
Charles H. - 14/02/10
Bonjour Charles,
Ces personnes qui te renseignent ont entièrement raison. Tu es en infraction en affichant ton indicatif radio sur un ULM. Voici le texte qui traite du sujet. Cela étant, je ne crois pas que tu seras verbalisé pour cela.

Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Passion biplan (suite)
Bonsoir,
Merci pour votre réponse rapide et pour votre conseil avisé. J'ai l'habitude de me débrouiller seul dans la vie mais quand j'ai besoin d'un conseil, j'essaie d'aller le chercher chez ceux qui savent vraiment. Je vous ai demandé votre avis car ne nous connaissant pas je pense que c'était le meilleur moyen d'avoir une vision objective. Je pense que lorsque comme moi, on a juste un peu d'expérience, la passion (car j'ai une réelle passion pour les biplans) nous fait oublier ou plutôt chasser la raison. Je ne vous connais pas personnellement mais par la lecture que je fais sur votre site internet, j'ai su que je pouvais vous parler de mon problème et vous remercie encore des conseils que vous m'avez donnés. Bons vols à vous, et au plaisir de vous rencontrer.
Sincères salutations.
Gilles di Lorenzo - 13/02/10
A votre service.
miguel horville - ULMaG.fr

Passion biplan
Bonjour, je connais votre site depuis quelques mois seulement par une amie pilote qui m'en a parlé, et à la recherche d'informations je me dis que rien ne coûte de vous demander. Passionné de biplan depuis de nombreuses années (je vole sur un SE5a monoplace 503 et un Wheed AX3 582 qui lui n'a qu'une aile malheureusement ou heureusement , car avec 2 ailes il ne volerait sans doute pas si bien). J'ai découvert le Highlander de la firme Air Lony après une discussion avec l'instructeur qui m'a formé et breveté. Je cherche de bonnes infos sur cet ULM (s'il en est un vraiment "poids et
vitesse de décrochage") et sur la société Air Lony qui le fabrique. Il n'a pas encore été importé en France d'après ce que je crois et après un courrier resté sans réponse que j'ai envoyé à Air Lony par mail je me pose des questions. Cela m'attriste beaucoup car j'ai le béguin pour cet appareil et comme Mr Dassault disait, je crois que tout ce qui est beau vole bien. Avez vous des informations sur cet appareil et la Sté qui le fabrique, que vous pourriez me transmettre. Vous remerciant par avance pour votre réponse et pour votre site internet que je visionne souvent maintenant avant de me coucher, je vous souhaite une bonne nuit puisqu'il est tard, et de bon vols à venir. Sincères salutations.
Gilles di Lorenzo - 12/02/10
Bonjour Gilles,
Je ne connais pas le Highlander de Air Lony, en revanche je connais le constructeur qui fabrique par ailleurs le Skylane. C'est du sérieux, bien construit, mais avec quelques failles structurelles qu'il a fallu batailler pour faire modifier (exemple la fourche avant, visiblement trop fragile, qui a cassé plusieurs fois sur les premiers modèles et que seul un revendeur sérieux a réussi à faire modifier). J'ai en revanche un conseil à vous donner : quand vous aurez fini par trouver votre perle rare, ce sera sans doute un appareil orphelin sans réseau de distribution... ne comptez pas le revendre facilement, ni le faire réparer aisément en cas de problème ; quant à la garantie...
La passion, c'est bien ; mais il faut aussi garder la raison ; à moins que vous soyez très riche. Désolé de briser votre rêve. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Merci ULMaG
Bonjour, votre magazine ULMaG nous a évité de nous faire arnaquer par des personnes se prétendant M. et Mm Ayral. Ces personnes nous ont contacté pour une réservation de très longue durée (2 mois) dans notre hôtel, prétendent vouloir faire un virement pour l'acompte. Mais lors de cette réservation, ils nous ont transmis les pièces d'identité françaises que vous avez signalées. Heureusement que la lecture de votre rubrique ''arnaques'' nous a averti. Peut-être cette mésaventure pourra-t-elle intéresser d'autres personnes.
Hôtel Aquatel, Bateau Le Copère - Place Baudouin Ier - 5500 Anseremme - www.lessekayaks.be
Salutations sportives, Coraline - 14/01/10
Bonjour Coraline,
Vous me voyez très fier d'avoir pu vous aider ; souhaitons que ces arnaqueurs se fassent prendre au plus vite. Mais ne comptons pas sur leur gouvernement qui est totalement complice de leurs agissements. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Sectarisme ?
Plutot sympa votre magazine... Mais pas un seul pendulaire a l'essai ! Seriez vous sectaire ?
Pierre Pieuchot - 08/01/10
Bonjour Pierre,
En effet il n'y a pas d'essai de pendulaire dans ULMaG ; à cela une raison simple, je ne suis pas spécialiste de cette catégorie. J'ai passé des annonces pour recruter un ou plusieurs essayeurs, sans succès, car mes paramètres de recrutements sont stricts et impliquent prioritairement un niveau de pilotage instructeur minimal (supérieur si possible) ET le détachement total et inconditionnel de toute marque. Or les pilotes qui ont le premier profil n'ont que rarement le second, puisque leur niveau est justement la condition qui les lie à des marques (normal). Pour ma part, mes compétences en matière de pilotage pendulaire, autogire, ou paramoteur sont ridicules et déprécieraient le travail que j'accomplis en multiaxe. Pourtant ULMaG attire de nombreux pilotes pendulaires et mieux encore, j'ai des témoignages d'annonceurs qui ont vendu rapidement leur pendulaire grâce aux petites annonces de ULMag.fr. Vous savez maintenant que je n'entretiens aucun sectarisme, juste j'essaye de conserver toute ma crédibilité. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

J'y vois pas clair
Bonjour Miguel,
Lors de notre rencontre l'autre jour à Alençon, vous m'avez dit être intéressé par les énigmes scientifiques et surtout par le génie que déploient les hommes pour les résoudre. J'en porte une à votre réflexion. Peut-être avez-vous un avis. Moi pas. Et bizarrement, personne ne semble s'être posé les bonnes questions. Je lisais récemment une revue populo-scientifique qui reprend les thèses révisionnistes selon lesquelles les mission lunaires américaines sont fictives et montées sur terre de toutes pièces. Il me semble pourtant facile de prouver la présence ou non des hommes sur notre satellite. Les missions y ont paraît-il abandonné un grand nombre de matériel, dont les jeeps lunaires ; vu les progrès de la science, la qualité des lunettes astronomiques et autres moyens d'observation de l'univers, je n'imagine pas qu'il soit possible de rater tous ces déchets. Qu'en pensez-vous ?
Yves Girard - 08/01/10
Bonjour Yves,
Je pense que tu fais référence au livre de Philippe Lheureux ''Le grand doute''. Je l'ai lu aussi. Intéressant, mais un peu confus. Je ne retiens qu'une chose, la possibilité que certaines photos aient été voilées par le rayonnement cosmique non absorbé par aucune atmosphère, et le fait que la caméra n'était pas dépressurisée (objet visible au musée de la NASA). Pour le reste, je n'ai pas d'avis. C'est la raison pour laquelle j'ai interrogé un spécialiste ; voici sa réponse.
miguel horville - ULMaG.fr

Bonjour,
La lumière qui provient de la lune passe à travers l'atmosphère qui n'est ni homogène ni stable. Lors d'une ''belle nuit'' on peut distinguer 2 objets séparés d'environ 0,5 seconde d'arc, c'est la distance angulaire qui sépare les deux objets, par exemple le bord gauche du bord droit d'un cratère. 0,5 arcsec à 400 000 km (distance Terre-Lune) équivaut à 1 km ! Donc on ne peut pas voir de détails plus petits que 1 km. On ne peut pas non plus utiliser de systèmes d'optique adaptative qui corrigent (pas complètement) les turbulences atmosphériques, parce qu'il faut une étoile de référence très proche de ce que tu observes (quelques arcsec). Or la Lune fait environ 30 minutes d'arc ; donc elle masque les étoiles qui pourraient servir de référence. La solution est de placer un télescope hors de l'atmosphère comme le télescope Hubble, ainsi on n'est plus limité par les turbulences atmosphériques. Mais la lumière est une onde donc cela entraîne un phénomène qui s'appelle la diffraction, qui est un éparpillement des rayons lumineux causé par le diamètre fini du composant qui focalise l'image et qui est inversement proportionnel au diamètre. Pour voir un objet de 1 m sur la Lune il faudrait alors un télescope de 200 m de diamètre ; le télescope Hubble fait 2 m de diamètre ! Donc on ne peut que voir les cratères de plus d'1 km de diamètre, mais pas le matos laissé sur place. Les astronautes ont placé des miroirs sur la Lune qu'on utilise encore maintenant pour réfléchir un faisceau laser émis de la Terre afin de mesurer constamment la distance Terre-Lune comme le fait un radar. On mesure le temps mis par le faisceau pour faire l'aller-retour qui est de l'ordre de 2,5 secondes. Si personne n'a été sur la Lune, comment les miroirs s'y sont-ils retrouvés ?Les "non-croyants" s'appuient principalement sur 3 choses : il n'y a pas de traces de la poussée du réacteur sur le sol, un petit cratère ou un déplacement de poussière, lors des communications radio lors de l'alunissage on n'entend pas le bruit du moteur (les astronautes sont juste au-dessus) et les éclairages et les ombres les perturbent. Par exemple les zones qui sont à l'ombre devraient être noires puisqu'il n'y a pas d'atmosphère qui diffuse la lumière or on les voit mais d'un autre côté l'albédo (le pouvoir réfléchissant) du sol est très important et je pense qu'il devrait suffire à éclairer les zones dans l'ombre (mais je n'ai pas fait de mesures ni de simulations !)
David H.