FAQ

Une hélice fendue pour 35 euros !
Bonjour,
Je reviens sur votre édito de mai 2015. La mésaventure rencontrée par les ''défendeurs'' pourrait arriver à n'importe qui. L'année dernière, j'entends parler de problèmes d'hélices sur des moteurs à prise directe. N'étant pas concerné, je ne me suis pas affolé, mais par curiosité j'ai démonté mon hélice pour vérifier son état. Hormis un peu d'oxydation qui a fait virer la couleur des bagues de pieds de pales, je n'ai rien constaté d'anormal. Un copain me voyant faire a également démonté son hélice. Pour lui, le constat était différent : un pale fendue sur les trois. Toute petite fente qui a nécessité son remplacement. Rien de dramatique, mais quelques interrogations ; nous avons le même moteur (Rotax 912 S) ; la même hélice (DUC Swirl) ; tous deux un cône en composite ; et des nombres d'heures voisins (450 et 520 heures). Pourquoi son hélice est-elle abîmée et pas la mienne ? Finalement l'explication est apparue lors du remontage. Tout comme moi, mon copain serrait son hélice à la main, sans contrôle de couple. J'ai toujours fait comme ça et jusque là sans problème. Or ce jour là passait un mécano expérimenté qui lui a conseillé de prendre une clé dynamométrique pour serrer l'hélice et les coquilles. Il nous a assuré que la fissure venait sans doute d'un défaut de serrage. Depuis j'ai acheté un clé dynamométrique à 35 euros et refait le serrage de mon hélice (et ensuite celle du copain), qui en effet était loin des 2,5 kg/m indiqués. Combien d'ulmistes utilisent une clé adaptée pour serrer leur hélice ? Je n'en sais rien, mais je pense qu'il serait bon de le rappeler, parce que ce n'est pas évident pour tous (j'en sais quelque chose!). Merci de votre magazine toujours agréable à consulter. Cordialement.
Marc - 22/06/15
Bonjour Marc,
Les médias spécialisés rappellent souvent que la mécanique aéro, qu'il s'agisse d'ULM ou d'aviation certifiée, doit être confiée à des connaisseurs et que les plus dangereux sont les amateurs plein de bonne volonté, qui commettent des erreurs en toute bonne foi. Donc oui, une hélice se serre à l'aide d'une clé dynamo' ; de plus il faut vérifier le serrage et inspecter son hélice régulièrement. Et re-oui, de nombreux problèmes de dégradation viennent d'un mauvais serrage. Merci de votre témoignage. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Un président en or
Bonjour à tous. Je témoigne de ma tristesse suite à la mort de Dominique Méreuze. Notre mouvement perd un président intègre et généreux qui a donné beaucoup de temps pour la sauvegarde de notre liberté de voler. Je pense aussi à sa famille et à sa femme Yvette, souvent présente à ses côtés à le suivre dans ses voyage, sur terre comme dans les cieux. Ce président en or nous quitte, mais nous garderons son image en mémoire. Merci à ULMaG de publier les messages de sympathie. Amicalement.
Phil - 18/06/15
Bonjour Philippe,
Merci de ce témoignage. En effet, Yvette partageait volontiers le pendulaire du ''big chief'' ; je pense qu'elle aime bien ça ; mais surtout je crois qu'elle aimait profondément son époux. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Bon vol
L'annonce du ''départ'' de Dominique Méreuze m'a profondément touché. Je pense que, même si les cimetières sont remplis de gens irremplaçables, le trou n'est pas prêt d'être comblé. Et je dois reconnaitre que si nous avons tous perdu un super Président nous avons surtout perdu un ami pilote... Les rares contacts que j'ai eu le plaisir d'avoir, surtout à Blois, ont toujours été marqués par sa sympathie spontanée et par sa gentillesse permanente illustrées par un sourire qui ne nous quittera pas. On dit que que quand on quitte le monde des vivants on va au ciel ; il doit donc y être pour toujours. Alors, comme tu nous disais toujours, bon vol, cher Dominique.
Be Good - 18/06/15
Bonjour Guy,
Merci de ce témoignage qui s'inscrit dans la droite ligne de ce que pense l'immense majorité des pilotes ULM. En effet, bon vol. Et bon vol à toi, sans doute prochainement lâché pour voler de tes propres ailes... Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Vision noire
Bonjour,
Sans Dominique Méreuze, je ne donne pas cher de la défense de nos acquis auprès d'une EASA qui rêve de nous couper les ailes. Qui à la FFPLUM pourrait faire ce travail avec autant d'efficacité et de bons résultats ? Et hors fédération ? Je ne vois personne à la hauteur de la mission et cela me rend pessimiste pour l'avenir. Mes pensées aux proches de D. Méreuze, longue vie à ULMaG.
Jean-Claude - 16/06/15
Bonjour Jean-Claude,
Une vision noire de notre devenir... Je comprends votre pessimisme ; l'avenir AVEC Dominique Méreuze n'est sûrement pas le même SANS lui. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Faire le bien et le faire bien
En paix avec lui-même
Il y a des hommes qui font le bien, et d'autres le mal. Certains hommes font bien les choses, d'autres les font mal. Dominique Méreuze faisait le bien, et le faisait bien. C'était un homme simple au service des autres, plein d'humour et de convictions, généreux et râleur, passionné et sans compromission. On ne peut qu'admirer un homme comme lui. Et le regretter quand il disparaît. Une chose me rassure. Dominique est parti en paix avec lui-même, son devoir accompli, ses missions achevées. Il laisse une place nette, exempte de manquement. Un exemple que devra suivre son successeur. Bon vent, bon vol pour ailleurs.
Marc - 16/06/15
Bonjour Marc,
Les témoignages de sympathie sont nombreux et ne peuvent pas tous être publiés. Le vôtre traduit avec de jolis mots la pensée collective. Merci. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Voilà c'est fini
L'épreuve de l'adieu est derrière nous, commence le long cheminement du souvenir dans nos cœurs. Cette cérémonie, simple et belle, à été très émouvante. L’évêque​,​ Monseigneur ​di Falco, avait permis qu'elle puisse être célébrée sur l'aérodrome même. Un prêtre ami, ulmiste, officiait. Le cercueil reposait sous l'aile protectrice du Tanarg de Dominique. Yvette, leurs deux enfants, les petits enfants l'entouraient. A l'extérieur des machines rutilantes, de toutes classes, délimitaient l'espace. Les fleurs disposées au pied dans un ordonnancement du meilleur effet.
Et surtout, la grande foule des AMIS. C'est peut être la première fois que j'assiste aux obsèques d'une personne où j'ai l'impression que chacun est venu, à titre personnel, dire au revoir à son ami cher. Pas pour représenter ceci ou cela, mais vraiment à titre personnel.
​Tout cet amour familial, toute cette belle amitié fraternelle donnaient à cette cérémonie une intensité émotive très forte. Il y a eu les adieux des enfants​, des petits enfants, le dernier mot d'Yvette pour son amour parti, et tous ses amis soudés, infiniment tristes, essayant de cacher leurs yeux brouillés derrière les lunettes de soleil.
Les discours officiels, extrêmement sobres, précéderont l'arrivée de quatre parachutistes portant le drapeau de la FFPLUM , posés exactement devant le cercueil recouvert du drapeau de la légion d'honneur.
Le passage à basse altitude de ces oiseaux de toile et de métal qu'il affectionnait tant, clôturera cette cérémonie belle et très émouvante.
Dominique, ton enveloppe nous a quittés, tu restes pour toujours dans nos cœurs...
Alain Costes - www.mas-des-grailles.com - 16/06/15
Bonjour Alain,
Bel hommage, merci. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Inquiet pour l'avenir
Bonjour Miguel,
La disparition de Dominique Méreuze est une tragédie pour sa famille et ses proches. Pas seulement ; le monde de l'ULM perd un digne représentant doublé d'un défenseur acharné de notre liberté de voler. Je m'inquiète pour l'avenir. Amicalement.
Jacques Delande - 15/06/15
Bonjour Jacques,
Des mots justes... quid de l'avenir de notre représentation ? Il est facile et confortable de se reposer sur un être compétent ; quand cet être s'en va, on perd l'équilibre. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

L'homme de nos combats
C'est une triste journée que celle des adieux à Dominique Méreuze. D'ailleurs il pleut. Je ne connaissait pas personnellement l'homme, mais savait l'énergie qu'il dépensait pour le mouvement ULM et le courage qu'il mettait dans ses combats, NOS combats. C'est cela être au service des autres. Pour ces années à défendre l'ULM, qu'il soit remercié. Nous ne vous oublierons pas Dominique.
Philippe Noir - Paris - 15/06/15
Bonjour Philippe,
En effet, du courage, de l'énergie, de l'altruisme aussi... Un Président qui a fait autant de bien mérite une majuscule... Ils sont si rares dans son club. Merci de votre courrier. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Belle phrase d'ailleurs
Bonjour monsieur Horville,
Vous m'avez bien berné avec votre édito d'avril. J'ai cru en cette histoire de classe 7 et j'en ai parlé dans mon entourage. Maintenant je passe pour un crédule ! Et puis j'ai vu l'actualité du 8 avril dernier qui rétablit la vérité. Je ne vous en veux pas, comme on dit chez nous : le naïf est sans arrière-pensée ; il a plus de temps pour être heureux. Votre magazine est formidable. Amicalement.
F. Texier - 09/04/15
Bonjour,
Très joli dicton : mais c'est où chez vous ? Merci pour le compliment et désolé de vous avoir menti... Je n'y peux rien, c'est dans ma nature au moins 1 jour par an ! Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr

Fiche d'identification
Bonjour,
Nous avons en projet l'achat en Allemagne d'un Kitfox 2 de 1991. Or sa fiche mentionne une masse maxi de 400 kg seulement (ancienne réglementation ?). Pensez-vous qu'on peut l'immatriculer en France en portant la masse maxi à 450 kg ? Merci de votre réponse, bien cordialement.
Jean-Claude Extier - 08/04/15
Bonjour Jean-Claude,
Vous ne me surprenez pas ; le Kitfox est un appareil léger auquel convient une faible motorisation (532 ou 582). La version 2 de 1989 avait une MTOW de 430 kg ; la version 3 disposait de modifications structurelles qui le rendaient plus résistant (mais je n'ai plus la MTOW en tête) : il pouvait prétendre à un moteur 912 ; la version 4 était bien différente, avec une MTOW de 475 kg (912 S). Augmenter la MTOW lors d'une cession me paraît être une très mauvaise idée ; outre que ce n'est administrativement pas possible, je vous laisse imaginer les conséquences d'un accident après revente, votre implication, votre responsabilité légale (sans parler de votre responsabilité morale). Le constructeur (ou revendeur, ou négociant...) a indiqué 400 kg en connaissance de la résistance structurelle de son aéronef, prenant en compte un coefficient de sécurité ; vous n'avez ni les compétences, ni le droit administratif de modifier ce chiffre. Ou alors vous apportez une modification majeure et dans ce cas vous constituez un dossier pour la justifier ; mais là, j'en reviens à votre responsabilité. Et pourquoi ne pas choisir un appareil qui vous convienne, plutôt que bidouiller un mouton à 5 pattes ? C'est plus sage à mon avis... Et n'oubliez pas de définir vos paramètres avant de choisir un aéronef ; le design, c'est la dernière chose que vous percevez quand vous volez. Plusieurs dossiers traitent de ce sujet dans le magazine ULMaG. Cordialement.
miguel horville - ULMaG.fr