logo ULMaG www.ulmtechnologie-shop.com
Courrier des lecteurs

2019 à 2019

<< page..12345......19..page >>

Recyclage de matériel militaire ?

L'information du 1er avril dernier m'a laissé perplexe... La tondeuse de terrain ULM serait-elle vendue par Gilbert Poisson ? En fait ce que ULMag ne sais pas, et pour être vraiment complet, c'est que cette tondeuse est un recyclage des petits chars Sdkfz 302 Goliath de la dernière guerre (www.dday-overlord.com/materiel/armements/goliath). A noter que pour rester encore plus écologique, cette tondeuse fonctionne avec un carter rempli d'huile d'olive. En effet, le manque de produits pétroliers pendant la WW2 a contraint la Wehrmacht à utiliser l'huile d'olive assaisonnée de jus de citron, pour ses propriétés décapantes et anti- redéposition. Une technique déjà ancienne de remplacement que le monde écolo actuel redécouvre. Le carter ne comportait pas de bouchon de vidange, mais un opercule jetable, facile à retirer, et qui nécessitait une soudure à l'étain pour garder le nouvel opercule parfaitement étanche. Ce dispositif prévenait des fuites d'huile au carter, même si celui-ci était soumis à quelques déformations en opération. Sur les anciens modèles, une clé spéciale était fourni pour faire la vidange. Anecdote : lors de l'utilisation du Sdkfz 302 Goliath, il n'a plus été utilisé pour la traversé de rivière, car l'huile attirait trop la faune des dites rivières, et on en retrouvait dans le carter d'huile après avoir été scalpé par les chenilles !
Merci à ULMag d'avoir signalé cette possibilité d'achat chez Gilbert Poisson qui recycle des vieux ustensiles, désormais utilisés seulement pour la paix (écologique en plus). J'ai trouvé un distributeur de ces tondeuses à Concarneau... près de la mer, près des poissons...
J'apprécie toujours quand ULMag se trouve à la pointe des news comme celle là, de façon à nous garder informés au jour le jour des meilleures possibilités pour ses lecteurs ! Je note les efforts de la rédaction, même si son rédacteur en chef est un peu taquin en cette période ! Mais quelque chose me gratte le dos, un truc accroché dans le dos peut être ?
Jacques Foucher - un pilote est à gamin qui a su obéir à ses rêves (Bernard Chabert) - 06/04/20

Bonjour Jacques,
Je te trouve en très grande forme. Mais tu m'as eu l'année dernière, alors cela suffit ! J'ai regardé ton lien par curiosité, mais je n'y ai pas cru une seconde. Enfin... arroser l'arroseur est amusant une fois, mais il ne faut pas en prendre l'habitude. Je revendique la paternité des poissons de ULMaG et pas question de partager cette spécialité ! Amicalement.
Miguel Horville - ULMäG.fr

En avril, gardons le sourire

Bonjour monsieur Horville,
Cette année je ne tomberai pas dans le panneau comme en 2019 (votre Savannah à ailes basses m'a bien attrapé). Quand même, vous m'avez fait perdre un peu de temps en vaines recherches sur internet, mais je n'ai pas perdu le sourire, loin de là. J'ai trouvé toutes sortes de robots-tondeuses, mais pas de Trackmower, ni rien qui lui ressemble. Je vous le dist net : c'est bien dommage, car l'idée est bonne. Il faudrait même travailler le sujet plus en profondeur. Le temps pour vous de déposer un brevet ! J'ai toujours beaucoup de plaisir à parcourir ULMaG. Respectueusement.
Th. Boyer - 05/04/20

Bonjour Thierry,
En cherchant bien, on trouve des choses intéressantes sur la toile. La tondeuse sur chenilles existe réellement, je vous le confirme. Mais s'agissant d'un nouveau produit, le référencement internet n'est pas encore pertinent. Merci de votre fidélité au magazine. Cordialement.
Miguel Horville - ULMäG.fr


Tondeuse salée

Bonjour Miguel,
10 à 15 mille euros pour une tondeuse, c'est cher ! Surtout si elle sort de l'océan dans les filets d'un thonier de Milford Haven. Encore un beau poisson dont tu as le secret. Un moment j'ai douté ; technologie possible, puissance conventionnelle... Mais la date a confirmé mes doutes. Encore bravo pour ton magazine. Amicalement.
Jacques Delandes - 05/04/20

Bonjour Jacques,
J'espère que tu plaisantes : le tarif est tout à fait convenable au vu de la technologie embarquée. Pour le reste, l'appréciation d'appartient... Amicalement.
Miguel Horville - ULMäG.fr

Poissonnier à sec !

Bonjour Miguel,
Où peut-on se procurer le robot-tondeuse découvert dans les actus du 1er avril dernier ? Mon poissonnier a été dévalisé, il n'en a plus à vendre ! Cela reste toutefois une riche idée pour les clubs. Merci de pérenniser cette tradition, surtout en ces temps troublés où le moindre sourire vaut de l'or. Longue vie à ULMaG. Amitiés aéronautiques.
Philippe Noir - 03/04/20

Bonjour Philippe,
Je ne comprends rien à votre message ; cette histoire de poissonnier dévalisé... Serait-ce une subtile allusion à un éventuel canular dissimulé dans les actus du magazine ? Ce serait bien mal me connaître... Mon sérieux m'interdit tout amusement dans le travail ! Euh... Ou pas. Attendons la semaine prochaine pour connaître le fin mot de ce mystère. Merci de votre fidélité au magazine. Cordialement.
Miguel Horville - ULMäG.fr


Haute technologie sur piste

Bonjour,
La tondeuse autonome est une formidable invention. La technologie n'est pas réellement révolutionnaire d'ailleurs on la trouve sur de nombreux matériels. C'est l'idée de concentrer ces solutions innovantes dans une seule machine qui en fait un excellent produit technologique et sans doute un investissement pertinent pour les clubs. Ma seule réserve concerne la présence d'un robot sur une piste où un ULM peut atterrir à tout moment. Je pense qu'il faudrait imaginer une signalisation (pourquoi pas automatique) pour interdire la piste quand le robot est en fonction. Merci pour votre travail au service de notre passion.
Pascal C. - 02/04/20

Bonjour Pascal,
Excellente suggestion en effet. Sur une piste surveillée, cela ne pose pas trop de problèmes, mais sur une piste déserte, aïe... On pourrait imaginer également un procédé calqué sur l'illumination nocturne des pistes par appel VHF codé. Affaire à suivre. Cordialement.
Miguel Horville - ULMäG.fr

Coïncidences

Bonjour,
Pour illustrer votre éditorial de février 2020, l'Express titrait : Quand Jean d'Ormesson ironisait sur le ''bon'' timing de la mort d'un écrivain (par Audrey Kucinskas).
Jean d'Ormesson savait qu'il ne fallait pas disparaître en même temps qu'une superstar... et pourtant.
En 2008, l'auteur expliquait qu'il ne fallait pas disparaître en même temps qu'une autre grande célébrité pour ne pas être éclipsé. C'est pourtant ce qui lui est arrivé.
C'est certain : Jean d'Ormesson, disparu un jour avant Johnny Hallyday, aurait apprécié l'ironie de la situation. Il l'avait d'ailleurs théorisée.
Un écrivain doit faire attention à tout ce qu'il écrit, à tout ce qu'il dit et il doit faire attention à la façon dont il meurt, expliquait-il à Thierry Ardisson, dans un humour très noir. Vous savez, c'est très mauvais pour un écrivain de mourir en même temps que [Edith] Piaf. Piaf a pris toute la lumière pour elle et on n'a pas parlé beaucoup de [Jean] Cocteau.
Frédéric Formey - 08/03/20

Bonjour Frédéric,
Le mauvais timing, c'est pas de bol. On aurait pu imaginer des médias un peu moins inféodés capables de rétablir certaines inégalités. Mais comme ils en sont pour la plupart à l'origine, alors oui, il faut programmer avec prudence l'heure de sa mort si on veut rester dans les mémoires. On peut aussi avoir l'âme pudique ou être simplement discret et mourir avec décence, à défaut de panache. Cordialement.
Miguel Horville - ULMäG.fr




<< page..12345......19..page >>

Webmaster : Fabrice Gay & MH - Rédacteur : Miguel Horville - ULMaG ©2008-2020













page générée en 0,01 sec.