logo ULMaG www.ulmtechnologie-shop.com
Courrier des lecteurs

2024 à 2020

<< page..123456..page >>

Compétition et adhésion fédérale

Salut Miguel,
Je réagis à ton agenda dans lequel tu présentes régulièrement les épreuves STOL. Il est écrit à chaque fois que la rencontre est ouverte à tous les pilotes d'ULM des classes 2, 3 et 4 de toute la France.
A un détail près... il faut avoir sa licence fédérale ! Celui qui n'approuve pas les décisions prises, le manque de positionnement sur certains sujets et les diverses magouilles, celui là même qui ne se reconnaît plus dans la FFPLUM est exclu d'office. A quand l'obligation d'être assuré aussi chez le courtier officiel ? Il en va de même pour certains voyages qui s'organisent en France ou à l'étranger même si cette condition n'apparaît pas immédiatement, elle est bien présente dans le dossier d'inscription. Donc à moins de se renier... pas de chocolat !
Je voulais aussi ajouter que je te rejoins et te soutien complètement dans le sujet de ton édito de juin 2023. Tout comme l'alpinisme et la course au large, notre loisir à cela de comparable, c'est que si tu cherches les emmerdements tu as toutes les chances de les trouver ! A bientôt.
Christophe Marcoux - 08/12/23

Bonjour Christophe,
Sans consulter la FFPLUM pour articuler ma réponse, je suppose que cette dernière a besoin d'une décharge de responsabilité pour l'assurance, laquelle se fait naturellement par le biais d'une adhésion. Sauf erreur de ma part, c'est commun à de nombreuses disciplines sportives. Du temps où je pratiquais la moto, certaines années je prenais une licence annuelle, d'autres je prenais des licences à la journée, qui valaient pour une compétition donnée. Il serait en effet souhaitable que la FFPLUM propose des licences à la journée. Reste le cas particulier de l'adhésion ''sympathisant'' qui ne devrait pas suffire à
s'inscrire à une compétition, puisqu'elle ne permet pas d'assurer un ULM ou de s'assurer soi-même.
Maintenant ne nous y trompons pas ; organiser une compétition, même amicale, sans avoir recours à une assurance est suicidaire. Or l'organisateur doit répercuter le tarif de l'assurance sur les compétiteurs. Ce qui revient au même, à la différence que la FFPLUM bénéficie de l'effet ''masse'' pour réduire le coût de l'assurance par compétition, ce dont un organisateur indépendant ne pourra jamais profiter.
Merci de ton intéressante intervention. Cordialement.
Miguel Horville - ULMäG.fr

Désabusé

Bonjour Miguel,

Bien évidemment je partage ton édito de juin 2023,et plus particulièrement la dérive de notre mouvement qui va inévitablement nous emmener dans le mur ! Nous dénonçons cette dérive depuis bientôt 4 ans et l'inaction de notre fédé' sur ce point est criante. Pour le moment elle dilapide nos fonds et son énergie sur une présence inutile au salon de Friedrichshafen où nous n'avons rien à y vendre, un ''Mondial de l'ULM'' plus proche du comice aéro local avec une fréquentation ridicule et régulièrement en baisse pour un coût astronomique, un Tour ULM des jeunes où on peut compter les jeunes sur les doigts des 2 mains...
Oui le REV c'est bien, quoique dans un club digne de ce nom avec fonctionnement bénévole cela devrait être du b-a-ba que ce soit gratuit ; je le faisais déjà gratuitement quand j'étais professionnel, sorte de SAV de la formation !

Concernant le sérieux de la prise en charge par certains constructeurs de problèmes rencontrés sur leurs appareils lors de la conception ou de la fabrication, il n'est pas nouveau de constater que leur réaction est bien souvent minime et menée de façon à discrètement les dédouaner ; c'est ainsi qu'un de mes très anciens élèves s'est tué sur son appareil moderne, très rapide, suite à -selon le BEA- plusieurs causes possibles dont un mauvais collage constaté sur le longeron de plan fixe, la VNE a été provisoirement diminuée, la production revue et… dédommagement de la famille (?), rappel des autres appareils pour changement du plan fixe (?), fermez le ban...

Concernant l'aspect particulier du montage d'un parachute j'ai eu (encore) deux fois l'occasion, récemment, de faire remarquer à deux propriétaires d'appareil que le montage de leur parachute était mauvais et risquait d'entraîner des dommages / blessures supplémentaires avant même d'arriver au sol et que pour s'assurer de ce que je disais cela était relativement simple et permettrait de voir la position dangereuse de l'ULM une fois en tension sur les sangles du parachute... Pas besoin d'avoir fait un stage chez BRS aux US il y a bien longtemps en ce qui me concerne pour assimiler cela, c'est du basique ; tu accroches ton appareil à un treuil et une poutre de hangar, tu montes la bête et tu constates ; ah oui, quand même ! Ben non... 3 mois plus tard rien de testé ni de changé...

Porte-toi bien, cordialement
Guy Wardavoir (Les Vieux Déb') - 22/08/23

Bonjour Guy,
Rien de nouveau pour des ''anciens'' comme nous qui avons vu pas mal de trucs bizarres. Ce qui est navrant, c'est que personne ne semble avoir l'idée de mettre en marche son cerveau pour son propre compte, pas plus que pour celui des autres. Montrer à un ulmiste que son parachute est monté comme une merde, cela m'est arrivé. J'ai clairement vu qu'en cas de déclenchement, le gars mourra d'abord du mauvais montage (feu à bord et étranglement), avant de s'écraser parce que le câble accroché au moteur ne sauvera que celui-ci et bien sûr la tête arrachée du pilote, le reste de son corps étant consumé par le feu déclenché par l'extracteur directement monté au dessus de la goulotte de remplissage d'essence.
Bah pareil... le gars m'a invité à m'occuper de mes affaires, car il s'est très bien renseigné avant de monter son dispositif. Que faire face à cela ? Compter les points et féliciter Darwing pour sa clairvoyance concernant la sélection naturelle.
Cela étant, je m'étonne quand même du nombre résiduel de cons ; et pour paraphraser Coluche, j'ai même l'impression que les cons de l'année prochaine sont déjà là !
Cordialement
Miguel Horville - ULMäG.fr


Les paysans sont sympas

Bonjour Miguel,
En réaction à ton édito de mars 2023, mon Emile à moi s'appelle Sébastien. Lorsqu'il a récolté le blé dans le champ, en face de chez moi, je lui ai demandé s'il allait déchaumer tout de suite. Il m'a dit oui, mais m'a demandé pourquoi je lui posais la question.
Je lui ai expliqué que ça me ferait une piste provisoire ; sans hésitation il m'a proposé de laisser une partie en l'état jusqu'à qu'il fasse l'orge.
Donc oui les paysans sont sympas !
Bonne continuation et merci pour ton travail.

Laurent Gaudron - 18/05/23

Bonjour Laurent et merci pour ta fidélité au magazine.
Oui, bien sûr que les paysans sont sympas ; il faut juste savoir comment entrer en contact et estimer avec juste mesure les intérêts de chacun quand on a une doléance à présenter. Dès lors qu'on arrive pas en terrain conquis avec de gros sabots, il y a toujours moyen de s'entendre. Comme le reste de la population, le monde paysan est ouvert à d'autres activités que le travail de la terre ; les loisirs ne sont pas oubliés. Et d'ailleurs on n'a pas idée du nombre de paysans qui pratiquent l'ULM. Ceux-là sortent des radars car souvent pas adhérents à la FFPLUM ; ils possèdent leur hangar (en partage avec le matériel d'exploitation) et les surfaces pour décoller. Lorsque je vivais en Beauce, la plupart des plate-formes ULM étaient des émanations d'exploitations agricoles. Et maintenant dans ma nouvelle région de vie, le Poitou, je retrouve encore de nombreux exemples similaires. D'ailleurs en réciproque, le pilote que je suis a acquis un tracteur, des outils et une petite expérience pour gérer mon espace... Comme quoi, nous sommes tous un peu l'autre de l'autre ! Amicalement.
Miguel Horville - ULMäG.fr

Usine à gaz

Bonjour,
A propos de l'information du 1er avril 2023...
C'est un poisson d'avril qui n'est pas ! Deux avions, Piel CP1320 et Cessna 152, ont volé avec du GPL dans les années 90 !
Amicalement,
Lionel Serre - 12/04/23

Bonjour Lionel,
Je me doute bien que des aéronefs ont déjà volé au gaz, après l'essence, la vapeur, le gazole, les électrons... Mais je ne savais pas pour ces deux avions. Merci de votre fidélité au magazine. Cordialement.
Miguel Horville - ULMäG.fr

Retour aux fondamentaux

Bonsoir cher Miguel Horville,
Depuis mon départ du CD de la FFPLUM en 2017, puis la vente de ma MdC 912S, il y a un peu plus d'un an, après 10 années d'un bonheur procuré par la géniale machine de Maître Humbert, les joies du vol simple en ULM commençaient à me manquer.
Je me mets donc à la recherche d'une machine un peu semblable, le Rans S18 Stinger II, un ULM plutôt rare en France. Je pense alors à consulter les petites annonces d'ULMaG. Je n'ai rien trouvé si ce n'est l'occasion de lire vos deux derniers éditos et là... que du bonheur ! Sachez que je partage totalement votre point de vue, je compatis également très sincèrement pour la disparition de Gogo. Enfin je vais m'attacher à lire la trentaine d'éditos que j'avais depuis largement zappé en attendant avec gourmandise celui d'octobre. Très cordialement.
Gérard Coffignot - 02/01/22

Bonjour Gérard,
Votre agréable message m'a touché et je ne voulais pas expédier une réponse à la va-vite. Moi aussi je recherche maintenant davantage de simplicité dans le vol ; mon Super Guépard est génial à plus d'un titre, mais j'envisage de le remplacer par un engin très basique, genre Part103, monoplace léger, un peu costaud pour m'amuser, tout terrain et STOL pour aller boire le café chez les potes qu'ont des pistes encore plus merdiques que la mienne (c'est pas peu dire). Le Minifox me tape dans l'oeil, si toutefois les italiens qui le fabriquent acceptent de le motoriser convenablement (genre Swissauto 250...). Mais il existe d'autres zinzins cools. En fait, plus j'avance, plus l'orientation de l'ULM (notamment multiaxe) m'agace. Elle répond à l'opportunisme des nouveaux pratiquants, lesquels entendent imposer et imposent leur vision aéronautique, c'est-à-dire avion, avec la dérive qui l'accompagne, masse, vitesse de décrochage, complexité de pilotage, complexité d'entretien... Sur le principe, cela n'aurait pas à me déranger si la réglementation qui s'adapte en conséquence ne devait pas à terme restreindre notre chance de voler librement en ULM. Je prends les paris que bientôt le plus simple des penduleux devra accomplir des démarches chiantes pour continuer à voler. Je tiens la fédé pour responsable de cette dérive, et si ou quand les emmerdes commenceront, je n'oublierai pas de lui rappeler que sa mission était de protéger l'esprit de l'Annexe II et pas de réinventer l'aviation légère. Ce jour là il sera trop tard et les corniauds en charge des décisions stratégiques auront changé de danseuse, laissant les baisés dans la mouise. C'est comme ça que je vois l'avenir, et l'expérience montre que mes prédictions se réalisent malheureusement souvent au delà de mes craintes. En effet, qui peut croire, penser ou imaginer qu'un gouvernement (l'actuel ou d'autres), capable d'emprisonner les gens, de ressortir les ausweiss, et autres sauvageries ''républicaines'', hésitera deux secondes pour clouer une bande de zinzins au sol ? Pas moi en tout cas. Aujourd'hui nous (la fédé du moins), devrions surveiller avec attention un péril qui pourrait mettre un terme à notre liberté : les drones. En 2013, quand j'évoquais la chose, j'ai été copieusement raillé, traité de débile, que jamais ces engins ne transporteront quoi que ce soit, qu'il faut être naif pour croire en un buzz publicitaire d'Amazon... On voit le résultat aujourd'hui. Il suffit de constater la nature des SUP AIP (1 sur 2 a pour motif un vol télé piloté) pour comprendre qu'un nouveau lobby va peser de toute son influence pour dégager des routes automatisées les engins inutiles dont nous sommes les représentants. J'en prends le pari. Comme j'avais parié qu'il resterait moins de classe 6 en état de voler que de classe 6 au tapis dans un bref délai. Un seul classe 6 à Blois 2019 et combien de cartons ! Faut pas être devin pour comprendre des choses aussi simples : faut pas non plus être aveugle et aveuglé.
Bref, comme vous le constatez, si l'envie de voler reste toujours entière et intacte, si j'ai toujours autant d'énergie, le pessimisme m'envahit peu à peu. Je serai sans doute parmi les derniers à jeter l'éponge et quitte à voler sans règles (ce que je fais déjà - 8.33 my ass), je volerai encore. Juste je maudirai ceux qui ont tout foiré, la FFPLUM en premier lieu.
Bon.. ben voilà, j'ai tombé un édito personnalisé, rien que pour vous ! Dommage qu'il ne soit pas drôle du tout... Dommage qu'il soit sincère.
Cordialement
Miguel Horville - ULMäG.fr

De quoi se mêle-t-elle ?

Bonjour Miguel,
Je suis tombé sur le courrier que Françoise Horiot signe au nom du GIPAG : Encadrer le travail aérien en ULM. De quoi se mêle cette personne ? Que connaît-elle du monde ULM ? Cela va sembler paradoxal, mais ton édito d'octobre qui va dans le même sens ne me choque pas. Parce que tu sais de quoi du parles, et surtout parce que argumentes avec force et raison en donnant des exemples concrets. Je suis certain que cette personne a écrit son communiqué sur commande pour des gens jaloux de notre réglementation. La réaction de Sébastien Perrot, le président de la FFPLUM est légitime et bien sentie. Merci de tes articles toujours intéressants. Cordialement.
Jacques Delande - 23/12/21

Bonjour cher revenant !
Entièrement d'accord avec ton analyse : ce communiqué laisse un relent de jalousie. Et encore d'accord avec toi sur l'édito de Sébastien Perrot : il a remis les choses à leur place, qu'il en soit félicité. Amicalement.
Miguel Horville - ULMäG.fr




<< page..123456..page >>

Webmaster : Fabrice Gay & MH - Rédacteur : Miguel Horville - ULMaG ©2008-2024













page générée en 0,01 sec.