logo ULMaG www.ulmtechnologie-shop.com
Edito janvier 2021
142 articles .......... anciens éditos


vignette
Fédérer, uniformiser... désunir

La raison d'être d'une fédération est de promouvoir et organiser une discipline, dynamiser son développement, gérer les évolutions techniques, réglementaires, légales, piloter les interactions et mener toutes les actions utiles à l'ensemble de ces objectifs.

Une fédération se donne également pour mission de capter de nouveaux pratiquants ; notamment en valorisant sa pratique par le biais d'actions en communication extérieure.

En effet, toute fédération nécessite un effectif d'adhérents élevé pour asseoir sa position, optimiser son pouvoir d'action (parlons de dominance au sens positif du terme), et pour peser sur l'échiquier des doléances, notamment au plan comptable si elle dépend d'un ministère généreux.

Mais la nécessité d'expansion en vue de dominance peut aussi conduire une fédération à accueillir en son sein les pratiquants d'une discipline voisine et à aménager ses statuts (ou son règlement) en conséquence.

C'est le cas de NOTRE fédération FFPLUM dont la gouvernance prouve son besoin d'affirmer sa dominance par le rappel régulier du nombre d'adhérents, quitte à arrondir les chiffres avec les adhésions gratuites, les sympathisants et autres bidouilles fédérales éculées.

La FFPLUM a profité en 2019 d'une directive européenne permettant d'élargir le cadre réglementaire des ULM, notamment en terme de masse.

En appliquant, ne serait-ce que partiellement la réglementation offerte, et en adaptant quelques paramètres (puissance, vitesse minimale...) en accord avec l'autorité de tutelle (en l'occurrence la DGAC), la FFPLUM pensait-elle amener à elle des pilotes de la discipline ''voisine'' qu'est l'aviation certifiée, ou simplement légaliser les ULM trop lourds actuellement en circulation ?

Toujours est-il que l'intention possiblement louable se heurte à de palpables réalités : les adhérents qu'il convient de distinguer en plusieurs catégories dont notamment deux antagonistes :
- ceux qui craignent le changement à tort ou à raison,
- ceux qui profitent du changement pour de bonnes ou de mauvaises raisons.

Sans parler de ceux qui y voient une énième manifestation de la récompense aux mauvais élèves, concept inventé pour exaspérer les gens normaux...

NOTRE fédération opère dans le cadre d'une réglementation aérienne complexe. Mais ses adhérents profitent -cas unique- d'un règlement allégé et particulièrement avantageux (Annexe 2, régime déclaratif...). Aussi doit-on défendre cet acquis par tous les moyens et ne le mettre en péril d'aucune manière.

Ici l'adage ''pour vivre heureux vivons cachés'' prend tout son sens. Une philosophie qui s'oppose par essence à toute pensée expansionniste.

A ce stade, une synthèse s'impose : la fédé' entend accroître sa zone d'influence pour être forte, mais cela déplaît à une partie du socle historique des adhérents. Pensant l'esprit ULM ''dévoyé'', certains manifestent leur agacement, alors que d'autres quittent le navire.

Paradoxalement, la refonte de la réglementation ULM de 2019 n'attire pas les pilotes avion. La migration constatée est clairement opportuniste. Et pire encore, les nouveaux ULM flirtent encore avec la limite pondérale quand ils ne l'emboutissent pas.

Dès lors une question se pose : la FFPUM a-t-elle eu raison ou tort de réviser ses fondamentaux ? A-t-elle choisi le bon chemin pour accomplir sa mission.

Personnellement, je ne remets pas en question la nécessité de nettoyer des règlements quand ceux-ci deviennent inadaptés ou obsolètes.

Mais dans le cas qui nous occupe, le règlement était parfaitement adapté à notre pratique ; mais comme l'a maintes fois relevé l'actuel président de la FFPLUM, ce sont certaines pratiques qui ne s'accordaient pas du règlement.

En fait, la formule était plus tordue : ''cette nouvelle réglementation permettra à tous les ULM existants d'être dans les clous et d'éviter l'hypocrisie''.

Ce qui revient au même, mais reporte la responsabilité sur la ferraille plutôt que sur l'individu.

Et pour faire plus clair : quand la règle est contraignante, on la change !

Je n'ose imaginer où en serait resté l'humanité si on avait appliqué cette doctrine à chaque difficulté... Un univers hémisphérique centré sur une Terre plate soutenue par quatre éléphants portés par une tortue !

Pour moi la FFPLUM s'est égarée en chemin. Par manque d'imagination et d'audace elle a raté l'occasion de satisfaire pleinement toutes les tendances (''ULM canal historique'', ''basiques'', ''néo-lourds'', ''ultra sophistiqués''...), d'aller au-delà des attentes de tous et, plus encore, de créer une nouvelle dynamique.

Parce que le mouvement ULM possède la possibilité (en partie grâce à l'Annexe 2) de régir sa réglementation et que la FFPLUM a l'oreille de l'administration.

Paradoxe de la dualité, elle voulait faire une fois bien, mais elle a fait deux fois mal.

Ce qu'il fallait éviter : l'unification de l'ULM sous une même définition, quelles que soient les caractéristiques des appareils ainsi dénommés.
Et à ceux qui défendent qu'une 2CV est une automobile au même titre qu'une Testarossa, je rappelle que les deux sont capables de rouler à 65 km/h ou moins, ce dont sont totalement incapables certains ULM.

Au contraire. La FFPLUM aurait dû se saisir de la nouvelle réglementation européenne concernant les aéronefs légers pour créer une classe nouvelle (appelons-la ''classe X'').

Dans les grandes lignes, la classe X adopterait sans restriction des dispositions ULM européennes (600 kg...), simplifiant le commerce neuf et d'occasion dans toute l'Europe. Le brevet ULM suffirait à piloter les ULM de classe X (multiaxe pour la classe 3X, autogire pour la classe 4X, hélico pour la classe 6X...). En contrepartie, si dans un premier temps les statuts de l'Annexe 2 pourraient s'appliquer, la FFPLUM ne s'opposerait pas a posteriori et de manière non rétro-active à des évolutions sécuritaires comme l'obligation d'équipements embarqués, le contrôle technique des machines, la visite médicale, les évaluations périodiques...), avec l'accidentologie comme principal marqueur.

Les classes actuelles resteraient en l'état à quelques détails près :
- aucun changement pour les immatriculations existantes,
- les équipements sophistiqués trains rentrants et pas variable relégueraient l'ULM en classe X lors de toute mutation,
- les masses et la Vs0 reviendraient au valeurs d'avant 2019 pour tous les ULM neufs,
- la puissance des moteurs seraient unifiée pour tous les ULM biplaces et tous les ULM monoplaces,
- le surcroît de puissance dans la limite autorisée par le traité européen reléguerait en classe X.

Et tant que nous y sommes, pourquoi ne pas réintroduire les sous-classes d'ULM légers qu'on pourrait nommer ''classes L'' pour loisir, AULL ou AU2L (pour aéronef ultra léger de loisir), répondant à l'Annexe 2, partiellement déréglementées.

Les ULM de classe L seraient mono ou biplaces avec :
- Vs0 basse démontrée (par exemple 45 km/h),
- masse maximale réduite,
- vol limité aux espaces français de classe E et G,
- hauteur maximale de vol limitée,
- accès non systématique aux aérodromes,
- aucune sophistication hors parachute de secours...
- VHF seule autorisée,
- utilisation exclusivement loisir (pas de vol rémunéré, pas de travail aérien...), à l'exception de l'instruction (ou REV...).

Avec des classes ainsi définies : les déçus des 500 kg qui en auraient voulu davantage seraient satisfaits ; les réfractaires à tout changement seraient satisfaits ; les débris historiques seraient satisfaits ; de nouveaux pratiquants viendraient s'adonner à un ''loisir'' sans arrière-pensée et la technologie évoluerait forcément pour répondre aux critères techniques imposés, ce qui irait dans le sens de plus de sécurité, de performances, voire d'écologie avec des moteurs modernes plus adaptés.

En corollaire, la FFPLUM qui s'est octroyée la charge de l'assurance tiendrait une comptabilité analytique des coûts de l'accidentologie sur laquelle serait indexée la grille de tarifs des cotisations. Une pratique généralisée partout, sauf dans notre activité. Une manière de récompenser - pour une fois - les bons élèves.

Il aurait été innovant de présenter un tel schéma en 2019. Le faire aujourd'hui serait audacieux. Mais la marque d'une grande fédération n'est-elle pas l'audace ?

Aujourd'hui, nous sommes face à un possible séparatisme*.
Notre activité tourne en rond sans évolution marquante.
Notre avantageuse réglementation est notablement sous-utilisée.
La classe d'âge à plus forte activité se lasse...

Comme dit Gilou, philosophe-diéséliste et psycho-chaudronnier : la quadrature c'est quand on parvient à transformer un cercle en petits carrés ; la connerie, c'est de vouloir faire un cercle avec des carrés... (mais certes, il s'adonne à la boisson).

Bons vols, sous la neige, sous couvre-feu, sous surveillance...

Miguel Horville

* séparatisme : vocable peu usité tendant vers l'obsolescence



ANCIENS EDITOS
Fédérer, uniformiser... désunir
janvier 2021
De quoi j'me mêle ?
décembre 2020
Le diable se cache dans les petits caractères
novembre 2020
La cocorilose* en inaction
octobre 2020
J'ai perdu mon ombre... et bientôt ma liberté
septembre 2020
Punir les pilotes ; une idée citoyenne !
août 2020
Et Dieu créa la différence
juillet 2020
Bonne fête, mère Mozette
juin 2020
Vivre riche, sans modération
mai 2020
Histoire d'un rêve qui se termine
avril 2020
Le virus qui rend tout fou
mars 2020
Ceux dont la vie vaut plus
février 2020
Les bonnes résolutions
janvier 2020
Les pendul' à l'heure
décembre 2019
Pour qui roule la fédé' ?
novembre 2019
Qualif' radio : le début du renoncement
octobre 2019
Cherche ULM désespérément
septembre 2019
De qui se moque-t-on ?
août 2019
Les spécialistes
juillet 2019
Le respect des hôtes, des autres
juin 2019
Métastases cherchent naïfs pour proliférer
mai 2019
Les nouveaux ULM...
avril 2019
Vend liberté : mise à un prix 300 000 euros !
mars 2019
Remplir les cases
février 2019
Générations éphémères
janvier 2019
Est-il urgent d'attendre ?
décembre 2018
Aérodrome avec supplément d'âme
novembre 2018
Promotions à débattre
octobre 2018
Victimes or not victimes ?
septembre 2018
La foire aux accessoires
août 2018
Esprit ULM... es-tu là ?
juillet 2018
Entre peu et pas, un état d'esprit
juin 2018
Espace Schengen, my ass...
mai 2018
Entêtement irresponsable
avril 2018
Du carburant frais pour voler ''safe''
mars 2018
Universalité ; diversité ; francophonie...
février 2018
ULM : aéronef sémantiquement indésirable
janvier 2018
Ce contexte qui brise le rêve ?
décembre 2017
Parler patois pas parler à toi ?
novembre 2017
From rustic to high-tech
octobre 2017
S'élever, se régaler, se déplacer...
septembre 2017
De l'impuissance à l'imposture
août 2017
Baliser entre les cônes
juillet 2017
ULM : le bal des hypocrites
juin 2017
Les marquis du narquois vous em... brassent
mai 2017
500 kg : et après ?
avril 2017
Il est si facile d'interdire
mars 2017
A quand les ZIP ?
février 2017
Spécialistes en herbe
janvier 2017
Légèreté
décembre 2016
Comprenez si vous pouvez
novembre 2016
Le ciel a bon dos
octobre 2016
Salon de Blois : les limites
septembre 2016
Les euro-cocus du 8.33
août 2016
Concepteurs amateurs
juillet 2016
Ce chien... un humain comme les autres
juin 2016
Fumisterie électrique
mai 2016
De l'économie au foutage de gueule
avril 2016
Ça va chier !
mars 2016
Presbyte cherche gros caractères
février 2016
Et après?
janvier 2016
Le prix du baril d'a-brut-i...
décembre 2015
Vol de nuit : le bal des hiboux
novembre 2015
Et si la sophistication tuait ?
octobre 2015
Victimes consentantes
septembre 2015
Le sentir... ou pas
août 2015
La saison des gamelles
juillet 2015
Qui osera ?
juin 2015
Un système qui nous échappe
mai 2015
Multicopters : vers une 7e classe ULM ?
avril 2015
Le cinquième élément : celui de trop
mars 2015
Vigipirate : entre psychose et laisser-aller
février 2015
Dans le brouillard de la schizophrénie
janvier 2015
Une furieuse envie de voler !
décembre 2014
Marques sulfureuses... attention patates chaudes !
novembre 2014
Ceux dont la vie vaut moins...
octobre 2014
Drones : la messe est dite
septembre 2014
Attention aux bagages
août 2014
Dieu ne connaît pas ma soeur !
juillet 2014
L'ultime décision ; question de choix
juin 2014
Le beurre, l'argent du beurre et le reste on s'en fout
mai 2014
Volez! : la fin d'une histoire
avril 2014
Nous irons tous au paradigme*
mars 2014
Histoire belge
février 2014
Transfert d'incompétence : le Noël des voyous
janvier 2014
Drones à toutes les sauces
décembre 2013
Sophistication simplifiée
novembre 2013
Histoires de discrimination
octobre 2013
Un cône, ça se respecte ou ça se fume
septembre 2013
Dommages collatéraux
août 2013
Voler n'est pas un caprice
juillet 2013
Profiter c'est bien : mériter c'est mieux
juin 2013
Rencontres avec des martiens
avril 2013
Les pommes tombent des arbres... Les bananes s'y accrochent !
mars 2013
La méritocratie des branleurs ; comment accélérer le déclin
février 2013
Occasion : qu'est-ce qui cloche au pays des ulmistes ?
janvier 2013
Problèmes d'entoilage X-Air : lumière en vue
décembre 2012
Total Access ou l'étonnant paradoxe d'un vampire au sourire d'ange
novembre 2012
Une tablet'... à tous prix !
octobre 2012
Sainte Sarah is watching you*
septembre 2012
Intérêts... Désintérêt ? Connivence ou naïveté ?
août 2012
Conflit de probité ou incompétence... le danger guette
juillet 2012
J'ai tombé, je m'ai fait mal, je m'ai relevé... ou pas
juin 2012
En mai, fais ce qu'il te plaît...
mai 2012
Le bruit flou de l'administration
avril 2012


Rotax 912 iS : une innovation qui se mérite
Le grand secret : la théorie du compl... L'arrivée d'un nouveau moteur aéronautique, parfois seulement son annonce, occasionne un remue-ménage fébrile dans notre landerneau. Les rumeurs vont généralement bon train, accompagnées en corollaire de prospectives quasi-divinatoires. Entre ceux qui...

Ne sombrons pas dans la vulgarité
février 2012
Et quoi d'autre pour 2012 ?
janvier 2012
Voler, c'est voler
décembre 2011
Les limites ont été atteintes... et dépassées !
novembre 2011
Blades...
octobre 2011
Les femmes, mères de tous les maux
septembre 2011
Le Tour ULM : une belle vitrine pour l'aéronautique
août 2011
Fausse-bonne idée cherche gogos... pour allonger l'oseille
juillet 2011
Du choix des mots et des propos
juin 2011
Basses couches en vert kaki
mai 2011
Ce facteur qui sonne toujours ... le glas
avril 2011
OUI... MAIS...
mars 2011
Des vautours planent sur nos ULM
février 2011
Restons éveillés
janvier 2011
Faisons un rêve
décembre 2010
Attention à la tâche d'huile...
novembre 2010
Mon royaume pour un bidon
octobre 2010
Genèse d'une Loi liberticide
septembre 2010
Aime le ciel, et le ciel t'aimera... peut-être
août 2010
Voler en Belgique... ou rouler
juillet 2010
Poule, oeuf et sophistication : la classe de plus, la classe de trop ?
juin 2010
Sous couvert d'anonymat
mai 2010
Taxe carbone : carbonisée
avril 2010
L'union fait notre force, notre salut
mars 2010
Le désespoir de ceux qui restent
février 2010
Bug de l'An 2000 : une simple répétition ?
janvier 2010
Migration : coucous désorientés
décembre 2009
La Chine s'éveille ; le monde s'endort
novembre 2009
Une crise... quelle crise ?
octobre 2009
Un parachute par amour, ou par respect
septembre 2009
Quand les pilotes dérapent...
août 2009
Quand les médias dérapent !
juillet 2009
A moi le ciel électronique !
juin 2009
A la gravité s'ajoute la connerie !
mai 2009
Etrange réglementation...
avril 2009
Inauguration
mars 2009

Webmaster : Fabrice Gay & MH - Rédacteur : Miguel Horville - ULMaG ©2008-2021










page générée en 0,06 sec.