logo ULMaG www.ulmtechnologie-shop.com
Edito octobre 2018
128 articles .......... anciens éditos

vignette
Promotions à débattre

Dans le cadre de la promotion de son activité, la FFPLUM offre la première année de licence aux jeunes de moins de 25 ans et aux femmes à partir du 1er octobre.

Aider les jeunes à prendre le relai de la gériactivité aéronautique est une idée à la fois généreuse et porteuse d'espoir.

Encore que...

Un âne a besoin d'une carotte pour avancer. C'est un âne. Mais un passionné ? Celui qui veut peut, a-t-on coutume de dire. Le jeune qui aime l'air, le ciel et les zinzins zailés n'aura nul besoin de carotte ; au contraire. Plus hauts seront les obstacles, plus grande sera son implication et forte sa motivation. A l'inverse, celui qui reçoit sans effort apprécie peu. Question de point de vue, d'option et d'éducation.

Reste que l'intention est louable et l'investissement peu conséquent. L'idée est donc possiblement bonne, même si je ne la partage pas.

Mais les femmes... Je savais l'homme capable d'extrême maladresse dans son rapport avec et à la femme, la parité ou l'égalité. Mais là... Les bras m'en tombent... les cheveux, les dents et les trous de nez aussi !

Ainsi la femme est assimilée à quoi exactement ; un jeune ? Sous-entendu, dans le cas présent, une fauchée, une assistée à qui on offre une obole ?

Pourquoi pas la charité ?

Pour ma part, ce n'est pas exactement l'idée que je me fais de la femme. Selon moi, la femme qui vole est accomplie. Elle peut être mère de famille ou executive woman, mais sûrement pas indigente ou précaire. Elle est responsable et comme telle, elle assume sa passion.

La femme qui vole est l'égale de l'homme qui vole : elle le fait parce qu'elle le peut et qu'elle le veut.

Si elle n'en a pas envie, toutes les promotions et remises du monde n'y changeront rien.

Vouloir l'attirer à notre discipline avec un bon d'achat, c'est comme offrir de la verroterie à un peuple primitif dont on convoite le sous-sol : c'est la prendre pour une primitive, une conne.

De mémoire, les aviatrices du passé (célèbres parce qu'aviatrices ou parce que aviateurs-femmes ?) ont surmonté beaucoup plus d'obstacles que leurs homologues masculins. Le cheveu court a souvent été leur première leçon de pilotage.

Que la femme soit inférieure en tout à l'homme, sauf dans quelques activités secondaires comme la vaisselle ou les querelles infondées, c'est acquis. Mais est-il utile de le rappeler en pratiquant la discrimination positive, comme on le ferait avec un rappeur ou un footballeur ?

N'est-il pas aventureux de la promouvoir, alors qu'elle doit gérer sa faiblesse et finir le ménage ?

Plus sérieusement... Favoriser un sexe (ici ledit faible) nous fait juste remonter au bon vieux machiste de fin 19e début 20e siècle. Quand la gent masculine trouvait très moderne d'autoriser les femmes à pénétrer dans le fumoir de leur club, mais leur interdisait pour encore un demi-siècle de posséder un chéquier ou de voter.

Pareil ici... Nous, mâles volants, invitons les femmes à partager notre activité ô combien virile et nous félicitons de cet élan magnanime ! Et pour le prouver, nonobstant la gêne qu'une telle offrande peut occasionner, nous leur adressons quelques colifichets, gestes et mots d'encouragement. Ne sommes-nous pas confondants d'implication paritaire ?

Certes, pendant que l'homme fédéral ré-invente le sexisme, Svetlana Kapanina époussette les cumulus, Pascale Alajouanine brosse son dix-huitième tonneau, Mélanie Astles essore son manche de balai et Catherine Maunoury reprend du rab de G.

Ces femmes, ces nanas, ces Dorine Bourneton n'ont pas besoin d'une licence gratuite pour choper le virus de l'air et accessoirement renvoyer l'ordinaire masculinité pilotesque aux manèges forains.

Favoriser la femme n'est pas la respecter ; encore moins l'honorer. Ce n'est ni obligeant, ni galant. C'est moche, balourd et compatissant. C'est à la rigueur blessant.

C'est juste suggérer qu'elle n'est pas un homme, ou qu'elle n'en a pas la valeur.

Et d'ailleurs...
La simple existence d'une commission féminine à la FFPLUM est un non-sens. Comment le féminisme qui prône l'égalité entre hommes et femmes peut-il se satisfaire d'une différenciation par le sexe ? Les hommes-pilotes n'ayant aucune commission les représentant, comment comprendre que les femmes en aient une, comme en ont les jeunes ou les handicapés ? Etre femme est-il un handicap ?

Promouvoir l'activité ULM chez les femmes au travers d'activités somme toute... ordinaires. Supercherie ! La femme qui veut voler vole. Les Bolland, Bastié, Auriol et autre Boucher avaient-elles une commission ''voler au féminin'' ? Sûr que non. Comme toutes les femmes, elles avaient la commission du repassage et du ménage. Sauf qu'elles avaient une intense envie de voler. Alors elles volaient.

Sous couvert de bien-pensance, cette commission des femmes confine au comble du sexisme, stigmatisant un sexe en lui attribuant un traitement d'exception.

Du coup, quid des commissions LGBT, des métis, des pieds-plats ou des cons ?

Mais comme l'opération part d'une bonne intention et qu'elle ne coûtera pas cher, l'idée est donc possiblement bonne, même si je ne la partage pas.

La Fédération offre également la possibilité pour tous les autres nouveaux adhérents (hommes, plus de 25 ans) de souscrire la licence à partir du mois d'octobre. Une licence souscrite en octobre est donc valable jusqu'en décembre 2019 (validité de 15 mois).

D'en conclure que la reconnaissance de la fédé' pour les anciens et fidèles adhérents s'arrête là où commence son besoin d'étoffer le contingent. En langage moins châtié ça donne : bocado pour la bleusaille et banane beurrée pour les autres !

Idéalement, la meilleure méthode pour agacer les assidus.

Mais comme la promotion découle d'un projet ambitieux et comme elle ne coûtera pas cher, l'idée est donc possiblement bonne, même si je ne la partage pas.

Comme dit Gilou, philosophe-diéséliste et psycho-chaudronnier : acheter reste la meilleure façon de convaincre, surtout quand ça ne coûte rien.

Bons vols, avec légèreté.

Miguel Horville


ANCIENS EDITOS
Pour qui roule la fédé' ?
novembre 2019
Qualif' radio : le début du renoncement
octobre 2019
ULMaG : le renouveau magazine
septembre 2019
De qui se moque-t-on ?
août 2019
Les spécialistes
juillet 2019
Le respect des hôtes, des autres
juin 2019
Métastases cherchent naïfs pour proliférer
mai 2019
Les nouveaux ULM...
avril 2019
Vend liberté : mise à un prix 300 000 euros !
mars 2019
Remplir les cases
février 2019
Générations éphémères
janvier 2019
Est-il urgent d'attendre ?
décembre 2018
Aérodrome avec supplément d'âme
novembre 2018
Promotions à débattre
octobre 2018
Victimes or not victimes ?
septembre 2018
La foire aux accessoires
août 2018
Esprit ULM... es-tu là ?
juillet 2018
Entre peu et pas, un état d'esprit
juin 2018
Espace Schengen, my ass...
mai 2018
Entêtement irresponsable
avril 2018
Du carburant frais pour voler ''safe''
mars 2018
Universalité ; diversité ; francophonie...
février 2018
ULM : aéronef sémantiquement indésirable
janvier 2018
Ce contexte qui brise le rêve ?
décembre 2017
Parler patois pas parler à toi ?
novembre 2017
From rustic to high-tech
octobre 2017
S'élever, se régaler, se déplacer...
septembre 2017
De l'impuissance à l'imposture
août 2017
Baliser entre les cônes
juillet 2017
ULM : le bal des hypocrites
juin 2017
Les marquis du narquois vous em... brassent
mai 2017
500 kg : et après ?
avril 2017
Il est si facile d'interdire
mars 2017
A quand les ZIP ?
février 2017
Spécialistes en herbe
janvier 2017
Légèreté
décembre 2016
Comprenez si vous pouvez
novembre 2016
Le ciel a bon dos
octobre 2016
Salon de Blois : les limites
septembre 2016
Les euro-cocus du 8.33
août 2016
Concepteurs amateurs
juillet 2016
Ce chien... un humain comme les autres
juin 2016
Fumisterie électrique
mai 2016
De l'économie au foutage de gueule
avril 2016
Ça va chier !
mars 2016
Presbyte cherche gros caractères
février 2016
Et après?
janvier 2016
Le prix du baril d'a-brut-i...
décembre 2015
Vol de nuit : le bal des hiboux
novembre 2015
Et si la sophistication tuait ?
octobre 2015
Victimes consentantes
septembre 2015
Le sentir... ou pas
août 2015
La saison des gamelles
juillet 2015
Qui osera ?
juin 2015
Un système qui nous échappe
mai 2015
Multicopters : vers une 7e classe ULM ?
avril 2015
Le cinquième élément : celui de trop
mars 2015
Vigipirate : entre psychose et laisser-aller
février 2015
Dans le brouillard de la schizophrénie
janvier 2015
Une furieuse envie de voler !
décembre 2014
Marques sulfureuses... attention patates chaudes !
novembre 2014
Ceux dont la vie vaut moins...
octobre 2014
Drones : la messe est dite
septembre 2014
Attention aux bagages
août 2014
Dieu ne connaît pas ma soeur !
juillet 2014
L'ultime décision ; question de choix
juin 2014
Le beurre, l'argent du beurre et le reste on s'en fout
mai 2014
Volez! : la fin d'une histoire
avril 2014
Nous irons tous au paradigme*
mars 2014
Histoire belge
février 2014
Transfert d'incompétence : le Noël des voyous
janvier 2014
Drones à toutes les sauces
décembre 2013
Sophistication simplifiée
novembre 2013
Histoires de discrimination
octobre 2013
Un cône, ça se respecte ou ça se fume
septembre 2013
Dommages collatéraux
août 2013
Voler n'est pas un caprice
juillet 2013
Profiter c'est bien : mériter c'est mieux
juin 2013
Rencontres avec des martiens
avril 2013
Les pommes tombent des arbres... Les bananes s'y accrochent !
mars 2013
La méritocratie des branleurs ; comment accélérer le déclin
février 2013
Occasion : qu'est-ce qui cloche au pays des ulmistes ?
janvier 2013
Problèmes d'entoilage X-Air : lumière en vue
décembre 2012
Total Access ou l'étonnant paradoxe d'un vampire au sourire d'ange
novembre 2012
Une tablet'... à tous prix !
octobre 2012
Sainte Sarah is watching you*
septembre 2012
Intérêts... Désintérêt ? Connivence ou naïveté ?
août 2012
Conflit de probité ou incompétence... le danger guette
juillet 2012
J'ai tombé, je m'ai fait mal, je m'ai relevé... ou pas
juin 2012


En mai, fais ce qu'il te plaît...
C'est ce qu'a dû penser le pilote paramoteur de l'ONG Greenpeace qui s'est posé le 2 mai dans l'enceinte de la centrale nucléaire de Bugey. Ce militant avait pour objectif de démontrer la vulnérabilité des centrales nucléaires françaises et d'adresser un message aux candidats à l'élection...

Le bruit flou de l'administration
avril 2012
Rotax 912 iS : une innovation qui se mérite
mars 2012
Ne sombrons pas dans la vulgarité
février 2012
Et quoi d'autre pour 2012 ?
janvier 2012
Voler, c'est voler
décembre 2011
Les limites ont été atteintes... et dépassées !
novembre 2011
Blades...
octobre 2011
Les femmes, mères de tous les maux
septembre 2011
Le Tour ULM : une belle vitrine pour l'aéronautique
août 2011
Fausse-bonne idée cherche gogos... pour allonger l'oseille
juillet 2011
Du choix des mots et des propos
juin 2011
Basses couches en vert kaki
mai 2011
Ce facteur qui sonne toujours ... le glas
avril 2011
OUI... MAIS...
mars 2011
Des vautours planent sur nos ULM
février 2011
Restons éveillés
janvier 2011
Faisons un rêve
décembre 2010
Attention à la tâche d'huile...
novembre 2010
Mon royaume pour un bidon
octobre 2010
Genèse d'une Loi liberticide
septembre 2010
Aime le ciel, et le ciel t'aimera... peut-être
août 2010
Voler en Belgique... ou rouler
juillet 2010
Poule, oeuf et sophistication : la classe de plus, la classe de trop ?
juin 2010
Sous couvert d'anonymat
mai 2010
Taxe carbone : carbonisée
avril 2010
L'union fait notre force, notre salut
mars 2010
Le désespoir de ceux qui restent
février 2010
Bug de l'An 2000 : une simple répétition ?
janvier 2010
Migration : coucous désorientés
décembre 2009
La Chine s'éveille ; le monde s'endort
novembre 2009
Une crise... quelle crise ?
octobre 2009
Un parachute par amour, ou par respect
septembre 2009
Quand les pilotes dérapent...
août 2009
Quand les médias dérapent !
juillet 2009
A moi le ciel électronique !
juin 2009
A la gravité s'ajoute la connerie !
mai 2009
Etrange réglementation...
avril 2009
Inauguration
mars 2009

Webmaster : Fabrice Gay & MH - Rédacteur : Miguel Horville - ULMaG ©2008-2019

















page générée en 0,01 sec.