logo ULMaG www.ulmtechnologie-shop.com
Essais

<< page..123456..page >>




JMB VL3 Sprint 912 S


Recordman toutes catégories



Accès rapides


Comportement en vol : que chercher de plus ?

Il y a beaucoup de plaisir dissimulé dans cet aéroplane. Le manoeuvrer emporte vers le paroxysme de la félicité. Jean-Marie à qui je repasse les commandes régulièrement pour écrire mes notes se marre de me voir virevolter avec son jouet. Les commandes sont d'une douceur... Une peu trop peut-être. Extrêmement douces et efficaces dès les plus basses vitesses, les gouvernes le restent à allure élevée, leur efficacité ne faisant qu'augmenter. Au final, une pichenette dans le manche génère un rodéo. Il faut un peu d'habitude pour ne pas provoquer de mouvements brusques. On pourrait peut-être jouer sur le réglage des renvois pour calmer un peu la bête. On verra plus tard que même dans les conditions un peu difficiles du jour, on est loin d'utiliser toute la course des manches et palonniers. Ce qui nous amène à parler stabilité. L'hyper sensibilité des commandes n'empêche pas le VL3 de revenir dans l'axe dès qu'on relâche l'effort aux pieds. En tangage, la valeur est dans la norme, avec une oscillation et demi et 39 s avant de retrouver l'assiette initiale. Sur l'axe de roulis, à condition de trimer parfaitement, l'ULM suit un long virage spiralé sans tendance à engager. Avec 1''9 pour passer le -45° à +45° et 1''6 pour revenir (VNO -10%, soit 190 km/h), le VL3 se place parmi les plus vifs et réactifs aux ailerons.


Le VL3 s'avère confortable en air agité grâce à sa charge alaire importante et silencieux même à vitesse élevée.


STOL ?

Pour l'instant, à part cette hyper-sensibilité des commandes qui ne demande qu'à être corrigée, le VL3 réalise le sans-faute. Reste à découvrir ses ressources aux basses vitesses. Hélice en transparence, vers 3 000 tours et configuration lisse, je cabre l'assiette jusqu'à trouver le point d'équilibre qui se situe vers... 65 km/h ! Vous avez bien lu. Je réitère et confirme le test. Avec un cran de volets sans rien changer à la config', j'obtiens 60 km/h. Bluffant. D'autant que les gouvernes restes 100% opérationnelles et le VL3 entièrement contrôlable. Réduisant les gaz, je tire jusqu'au décrochage (à environ 55 km/h) qui s'assortit d'une abattée douce, avec un léger effet à droite qu'on reprend aux pieds sans plus y penser.
Qu'il s'agisse de s'intégrer sur une piste enclavée ou de plonger dans une percée lors d'une excursion « on-top », le taux de chute est un élément de sécurité quand sa valeur est élevée. En lisse ou avec un cran de volets à 115 km/h stabilisés, le VL3 affiche -600 à -650 ft/mn, comme la plupart des ULM rapides. Avec deux crans, la vitesse tombe à 110 km/h et le taux de chute passe à -1 000 ft/mn, ce qui est excellent. Tout sorti au 3e cran, nous chutons cette fois à 1 300 fr/mn, à 110 km/h stabilisés ; un record. La piste est sous les roues, mais nous avons encore 2 000 ft à perdre pour s'y poser. En dépit de la météo, je décide de la jouer ULM à fond en improvisant un tour de piste réduit pour un poser éclair. Rien de mieux qu'une glissade pour rejoindre les vaches sans traîner. Et là, je touche le taux absolu de – 2 050 ft/mn à 180 km/h. Jean-Marie est serein ; la dérive est solide ! Base rapprochée à 120 km/h et sortie d'un cran de volets, puis finale patatoïdale à 95 km/h avec 2 crans, et enfin courte à 80, accroché aux surfaces complètement déployées. Le seuil de piste encombré d'arbres oblige à réaliser une baïonnette, facile, vu la réponse du VL3 en configuration d'atterrissage. Je touche le sol précisément au point d'aboutissement prévu, juste avant la bretelle de taxiway. Mission réussie pour le VL3 qui a passé son examen avec brio.


L'efficacité des volets est redoutable ; au 3e cran il autorisent un taux de chute stabilisé de 1300 ft/mn à 110 km/h et de très faibles vitesses d'approche tout en conservant des gouvernes efficaces.






<< page..123456..page >>
Webmaster : Fabrice Gay & MH - Rédacteur : Miguel Horville - ULMaG ©2008-2019













page générée en 0,02 sec.