logo ULMaG www.ulmtechnologie-shop.com
. . Magazine ->
Expériences vécues

<< page..1234567..page >>




Travers France par J. Foucher


Transhumance




Vent d'Est soutenu

Je descends du zinc, pendant que quelqu'un approche du côté des hangars. Il a entendu mes messages radio et vient voir en connaissance de cause, puisque c'est ni plus ni moins que l'instructeur du Club de Loudun. Il me propose une place de hangar libre pour la nuit car un avion vient de partir dans l'après midi et ne rentrera pas cette nuit ! Super ! Et puis arrive Clément, dans les bras de sa mère, parce qu'il veut voir ''le petit avion militaire'' avant d'aller au lit ! Hé oui, avec sa peinture camouflage et les bandes de débarquement, c'est forcément un ''petit avion militaire''. Clément se déclare ''futur pilote d'hélicoptère militaire'', comme quoi, les vocations se forgent très tôt ! Autour d'un verre au bar du Club je regarde Marc arriver à fond de train en voiture, et nous parlons de nos projet de demain. Surtout, il nous faut un hôtel calme pour la nuit. Il sera très calme ! Le patron nous conseille de manger dans une pizzeria ''au feu de bois''. C'était un conseil éclairé. Nous avons même droit à une réduction parce que nous sommes logés à l'hôtel ! Voilà une bonne collaboration entre commerçant. La nuit est excellente, et donc reposante. A l'aéroclub de Loudun, une liaison Internet est à notre disposition et nous savons que demain, il fera beau mais avec un bon vent d'Est. Après une bonne nuit et un petit-déjeuner à la hauteur de notre appétit, nous arrivons à l'aéroclub de Loudun après avoir ''cherché un peu'' l'itinéraire. Pendant que nous sortons l'Himax, la météo est consultée, pour constater un fort vent d'Est, qui me poussera bien sûr, mais qui demande certaines précautions au décollage. Après un briefing des conditions avec l'instructeur, nous décidons d'y aller ! Il faudra monter et voler là où l'atmosphère sera plus calme, là où l'écoulement du vent ne sera pas perturbé par le relief au sol. Au moment ou je boucle ma ceinture et prépare mon casque radio, un pilote ULM du Club, arrivé sur l'entrefaite déclare : ''oh moi ! je ne vole pas avec un vent pareil !''. J'entends Marc qui essaye de le faire taire, pour éviter de rajouter un stress inutile à mon dernier trajet... Mais j'ai bien entendu. Décollage court, grâce au vent de face, puis 180°, direction, plein Ouest ! Marc me diras plus tard que, lorsque je me suis retrouvé vent dans le dos, ma vitesse s'est accrue de façon spectaculaire, vu du sol. Quand à moi, dans l'Himax, je suis bien secoué, alors je grimpe doucement sur ma trajectoire, jusqu'à ce que je retrouve un vent plus ou moins laminaire. Je vais trouver la couche laminaire, à une altitude que j'estime être de 3000 ft environ. Ma navigation me fait survoler le terrain de Montaigu où il n'y a strictement aucune activité. La vitesse sol, calculé par le GPS et la vitesse indiquée par l'avion verrons leurs différence égale à 40 km/h, effectivement, il y a du vent ! Cela doit faire environ 20 à 25 km/h au sol. Tant mieux, finalement, car le terrain d'arrivée sur cette dernière étape ne mesure que 250 m de long et est en pente lorsque l'on regarde l'Est. Je dois précisément me poser face à l'Est et ce vent m'aidera à avoir une vitesse sol plus faible. Bref, j'approche de la TMA2 de Nantes, une zone où les avions de lignes commencent à descendre vers l'Aéroport de Nantes-Atlantique, et je n'ai vraiment pas envie de me retrouver au milieux d'eux (je n'en ai d'ailleurs pas le droit sans transpondeur pour faciliter le contrôle aérien). J'entame ma descente sous cette TMA, à 1500 ft donc, puis mon GPS m'indique qu'il ne me reste qu'un kilomètre avant d'arriver. J'ai beau chercher, je ne vois rien qui ressemble au terrain de la Possardière... J'y suis allé souvent en voiture, mais de là haut...


La piste au centre.


Je l'ai fait

Finalement, la meilleure solution, malgré les indications du GPS qui m'indique l'arrivée, sera de faire une ''erreur systématique'', il ne servirait à rien de tourner en rond. Je vais me diriger sur le village de Paulx que j'aperçois et que je sais tout proche du terrain, ensuite je suivrais la route que je connais bien pour l'avoir souvent empruntée en voiture. J'ai bien prévu un terrain de dégagement à Beauvoir, bien que ce soit un terrain privé, un autre dégagement à Frossay et même à la Baule-Escoublac, mais ce ne semble pas nécessaire encore. Au dessus du village, identifié avec certitude, je fais un demi tour pour retourner vers le terrain en suivant la route qui serpente au sol.
Deux minutes plus tard, le terrain de la Possardiere me saute aux yeux cette fois !
Je me prépare à un atterrissage sportif, sur la piste près des hangars de la ferme (la Possardière, c'est d'abord une ferme), car ça doit ''turbuler'' au sol avec ce vent ! J'oublie la piste qui descend légèrement et me tiens prêt à remettre les gaz si ça se présente mal. Mieux vaut interrompre l'atterrissage, même très bas, plutôt que de prendre le moindre risque. Mais non, tout se passe bien, malgré des corrections indispensables et très ''sèches'' à ras du sol ! La turbulence est bien là ! Je pose immédiatement au seuil de cette piste courte, debout sur les freins sitôt la roue avant posée et voilà : je l'ai fait ! Demi-tour vers les hangars, où mon ami Claude, égal à lui même viendra m'accueillir dans ses installations.


A l'arrivée à la possardière.


Une nouvelle vie

Un coup de fil à Marc, à Rose-Marie. Il est 11h et j'attendrais Marc pour rentrer à la maison, à Saint-Père-en-Retz, après une traversée pour rapatrier mon ''rêve de gosse'' dans l'Ouest ! L'oiseau est désormais en sécurité dans son hangar à la Possardière, le parachute pyrotechnique de dernier recours n'as pas été nécessaire, il aura servi à tranquilliser toute la famille ! L'installer, c'est aussi une quiétude pour ceux qui restent au sol, je l'ai déjà dit. Je ne peux pas terminer ce récit sans remercier tous les acteurs de cette équipée, car, c'en était une et, tout particulièrement, Marc qui m'a soutenu, comme toute la famille, mais aussi conseillé.


Texte et illustrations Jacques Foucher



<< page..1234567..page >>
Webmaster : Fabrice Gay & MH - Rédacteur : Miguel Horville - ULMaG ©2008-2020



















page générée en 0,01 sec.