Filtre Foucher
.
.
.
La boîte à malice


Cette astuce demande de récupérer un filtre métallique inoxydable à mailles très fines comme on en trouve dans certaines cafetières à filtre permanent.


Filtrer le siphon de remplissage
septembre 2014 - par Jacques Foucher

Le filtre à mailles fines

Le carburant qui entre dans nos réservoirs doit être le plus pur possible, débarrassé le cas échéant des impuretés qu'il contient. Pour cela une seule solution, le filtrage. Mais souvent nous utilisons un tuyau siphon, communément nommé ''branlette'', pour avitailler. Or ce tuyau pratique n'est pas équipé de filtre. Jacques a remédié au problème, comme toujours de manière simple et peu onéreuse




Vous prendrez bien un café !

Je me suis toujours demandé pourquoi les tuyaux de remplissage automatiques à siphon qu'on utilise pour remplir nos réservoirs d'ULM sont dépourvus de filtre. En effet, le carburant stocké dans les bidons est potentiellement pollué par des particules qu'il est inconcevable de transvaser dans le réservoir. Ne trouvant aucune réponse à cette question, et encore moins de raison valable s'opposant à ma demande, j'ai décidé de fabriquer moi-même un filtre à placer sur le clapet des siphon automatiques communément nommés ''branlettes''. N'ayant pas trop confiance dans les produits issus de la transformation chimique (Nylon, plastiques...) lorsqu'il s'agit de les tremper dans un liquide hautement agressif contenant de l'alcool et du benzène, je me suis rabattu vers une fine maille de toile métallique inoxydable. On en trouve dans l'industrie, on peut en trouver dans certains ustensiles alimentaires, et plus facilement au rayon ''consommable'' des cafetières électriques, précisément dans la case ''filtres permanents''. Il en existe en Nylon que je décline, et d'autres en Inox dont le prix d'achat reste très raisonnable au vu du service qu'il peuvent rendre et des ennuis qu'ils peuvent nous éviter. Une fois procuré la maille Inox, il suffit de découper un coupon avec des ciseaux et de manchonner le clapet du siphon automatique. On le fixe en enroulant un fil de laiton de cuivre. Pour le transport, toujours dans le but d'éviter de polluer le carburant, il est sage d'ensacher les extrémités : on peut se replier vers les tubes de médicaments, des sachets plastiques à clipser ou tout autre matériel adéquat. Astuce en prime : un peut d'adhésif rouge pour ne pas égarer les bouchons dans l'herbe ou le sac à outils...



Il existe de la toile de fer à maille fine dans l'industrie. S'en procurer quelques centimètres carrés n'est pas compliqué et souvent très peu onéreux (des entreprises spécialisées vous les donneront sans problème).





Découper la surface utile de filtre et manchonner le clapet de la ''branlette'' avec.





Un fil de laiton (facile à trouver en magasin de bricolage) sert de collier de serrage. On peut également prendre du fil de cuivre pouvant être récupéré dans du fil électrique dégainé.





Quelques euros pour un filtre à café permanent en Inox, L'enjeu peut valoir cette dépense.





Eviter les filtres en Nylon dont on ne connait pas précisément la tenue aux composants de l'essence.





Pour le transport ou le remisage, boucher l'embout du tuyau avec un bouchon improvisé (tube de médicament ou autre...





Côté clapet, boucher avec un tube de médicament, un sac plastique à fermeture clipsée... afin que les impuretés ne polluent pas la conduite.




.
.
.