Manche à air
.
.
.
La boîte à malice




Fabriquer une manche à air
avril 2007

La biroute et le couteau suisse (part. 1)

La manche à air est l'accessoire indispensable d'une piste fréquentable. Voici une solution simple et économique pour en réaliser une à moindre coût.




Faire simple
Parce qu'elle est notre repère de sécurité, la manche à air doit être fiable. On peut opter pour un dispositif basique qui répond à une maxime d'évidence "plus c'est simple, moins ça tombe en panne", ou pour un produit plus sophistiqué dont l'infaillibilité dépend de la qualité de fabrication, donc du prix. Les choses simples me plaisent, sauf quand elles sont abusivement rustiques ou honteusement coûteuses. J'ai donc décidé de fabriquer une manche à air "technique" en utilisant des matériaux économiques ou des objets de récupération.




C'est dans les vieilles marmites qu'on fait les meilleures manches ! Celle-ci mesure 40 cm de diamètre, faite d'aluminium embouti épais de 3 mm




Un cul de marmite et deux imperméables
Ce que je crée vient généralement de la récupération. Selon moi, le recyclage exerce notre intelligence et permet de rester en éveil face aux dérives de la consommation ; même pour des passionnés de loisirs coûteux comme nous le sommes... Une manche à air, par exemple, peut naître de la mort d'autres objets : une marmite en alu, un (ou deux) K-Way, une chambre à air, une vieille roue de scooter et la quille d'un ULM chiffonné. Il faut ajouter un peu d'huile de coude, de jugeote et l'accès à un outillage adapté. La manche est constituée d'un tissu léger déperlant : un coupe-vent fait idéalement office. Demandez à votre maman couturière de récupérer cette toile rouge et d'en confectionner une chaussette d'un mètre de long, pour un diamètre décroissant de 40 à 18 cm. Un liseré solide permettra de clipper les 24 oeillets ø 6 mm. Je recommande de teinter l'extrémité pour une meilleure indication du sens du vent (vu du ciel). La marmite est découpée à la scie sauteuse suivant un tracé asymétrique pour parfaire l'effet girouette. L'aluminium de 3 mm sera doublé et riveté aux endroits stratégiques pour éviter la fatigue. La chaussette pouvant se déchirer au contact du métal, je conseille d'insérer des bandes de caoutchouc (chambre à air) avant de visser sous de larges rondelles.




Tout est fait pour éviter l'usure du textile (mouvements incessants) ; outre la lèvre en caoutchouc, un liseré solide reçoit les rivets à visser.






.
.
.