Porte-avion
.
.
.
La boîte à malice


Voir la vidéo Voir les infos pratiques


Construire un porte-avion
septembre 2005

Le Clémenceau de Beauce (part. 1)

Il existe de nombreux chariots pour déplacer les ULM ; mais il est des cas où les grands moyens s'imposent. Comme par exemple parcourir une centaine de mètres, sur un terrain accidenté, avec la possibilité de rentrer latéralement au hangar. Pour résoudre le problème, il a fallu user de ficelles épaisses...




Résoudre un problème

Le paradis pour un ulmiste, c'est d'avoir sa piste chez lui. Ce n'est pas toujours possible, et pas toujours facile. Mais moyennant quelques concessions, on parvient à réaliser ce rêve. Dans le cas présent, la piste est concédée par un voisin paysan qui échange un demi hectare de champ contre un peu de place dans un hangar pour y loger ses remorques agricoles. Top-là pour l'échange. Reste un petit problème, la piste est distante d'une centaine de mètres à pratiquer sur un chemin mal carrossé, qui subira régulièrement des dégradations dues aux engins agricoles.





Rouler en crabe

Au départ, je pensais tirer l'ULM à la main du hangar à la piste. Je l'ai fait plus d'une fois, c'est réalisable. Pas très agréable, un peu essoufflant, mais faisable. De toute manière, il faut créer un dispositif pour entrer l'appareil en crabe dans le hangar, car la porte est trop étroite. C'est un choix volontaire : le hangar mesure 9m75 de large et mon Guépy 9m70 m d'envergure ! Mieux valait donc réduire le risque de contact en imposant une pénétration latérale. Le premier chariot fût une réelle catastrophe ! Trop grand, trop souple, en acier : le risque de basculer n'était pas exclus. La seconde mouture, cette fois réalisée en bois, était plus rigide. Mais ses petites roues ne roulaient correctement que sur le sol en béton du hangar...



A l'extérieur, la surface irrégulière fait du déplacement un enfer. Ça coince, ça bloque, ça bouge, ça chahute.





Bref, cette solution n'est pas la bonne. Faut changer le fusil d'épaule, prendre le taureau par les cornes et surtout abandonner les solutions à deux balles. Il va falloir du lourd. Entouré de paysans et bricolant régulièrement avec eux sur leurs machines, j'ai conclu que seule une construction massive de type agricole peut convenir.




Cannibalisme

Y'en a qui possèdent deux beaux boeufs dans leur étable : moi, j'ai deux bagnoles dans mon hangar. Pas complètement neuves, un peu chiffon même, mais il doit y avoir moyen d'en faire quelque chose ? En coupant un morceau ici, un bout là, ça devrait bien le faire.







La récupération des demi-trains qui formeront l'essieu du porte-avion a donné lieu à un départ d'incendie. Qui est donc l'imbécile qui a tronçonné le réservoir ?




Voir la vidéo






Infos pratiques

Coût de la préparation

- Citroën Visa (trains arrières) : récupération gratuite
- Renault Fourgonnette : 50 euros
- Poutrelles en C (12 mètres) : 30 euros chez un récupérateur de métaux
- Profilés pliés - tôle de 2 mm en long. 1m70 x 6 : 20 euros dans une serrurerie locale
- Soudure (baguettes) et quincaillerie : 20 euros
- Révision moteur de la fourgonnette : 25 euros (vidange, bougies, vis platinées...)

Temps de travail

- 1 journée pour le démontage des deux voitures
- 1 journée pour la collecte des éléments de tôlerie
- 1/2 journée pour la réalisation






.
.
.