Demoichelle
.
.
.
Essai


Voir la vidéo Voir fiche technique


APEV Demoichelle Rotax 462
novembre 2012

L'héritage de Santos Dumont (part. 1)

Si on pouvait remonter le temps, la Demoichelle serait le véhicule d'exploration le mieux adapté. Avec son look délicieusement rétro, elle propulse son pilote dans une époque magique où on fendait l'air en Climax et serre-tête de cuir.




APEV... CHEL... Késako ?

La Demoichelle est bien entendu une réplique de la célèbre Demoiselle du pionnier de l'aviation Alberto Santos-Dumont. L'original fût l'un des premiers avions légers (60 kg), fait de bambou, de chanvre, de sapin, et motorisé par un bicylindre d'une vingtaine de chevaux. Ce dix-neuvième aéronef imaginé par l'ingénieur franco-brésilien était résolument moderne, avec son moteur tractif, la disposition de ses plans porteurs, dont une aile monoplan haute et des gouvernes de lacet. La Demoiselle faisait suite à un engin beaucoup plus lourd et instable, le SD 14bis de forme canard multiplan, qui eut toutefois les honneurs du public au jardin de Bagatelle lors d'un premier record mondial d'aviation établi à quelques mètres du sol, sur une distance de 220 m à la vitesse de 40 km/h. La Demoiselle est plus connue sous sa forme SD 20 (n°20), avec une aile à gauchissement variable (roulis) et un moteur 35 ch qui aurait propulsé son créateur à 3000 mètres d'altitude. Ceci remonte aux années 1906-1909. La Demoichelle est quant à elle née en 2007, du cerveau inventif de Daniel Dalby, un ingénieur en aéronautique, pilote avion, ULM et planeur, accessoirement instructeur VaV et animateur du réseau de développement technologique de la région PACA. Daniel est le concepteur de la série des Pouchels et dérivés, fondateur et trésorier de l'APEV (Association pour la Promotion des Echelles Volantes). Il a conçu la Demoichelle dans la pure ''tradition Dalby'' et des échelles volantes, avec toujours l'idée de construire avec des matériaux communs, au contraire des aéronefs nécessitant des matériaux aéronautiques choisis. C'est ce qui fait selon lui la popularité de ses appareils, pouvant être construits par des mains non expertes, à des coûts toujours très bas.




La Demoichelle est une réplique simplifiée et redimensionnée de la Demoiselle de A. Santos-Dumont. Le concept reste fidèle à l'original, bien que son créateur a opté pour des solutions techniques modernes.




Un xCHEL multiaxe : une première

La Demoichelle est donc une réplique, lointaine, tant au plan des dimensions, volontairement adaptées à un pilotage plus facile et plus stable, que de la structure, simplifiée pour une construction plus rapide et économique. Ainsi, Daniel Dalby a-t-il voulu se passer des ailerons, complexes à mettre en oeuvre, sans toutefois faire l'impasse sur le troisième axe, qui donne un comportement plus vif et une meilleure défense en conditions remuantes. Il a donc opté pour la technique éprouvée des ailes dites ''vivantes''. Pour le roulis, les ailes sont articulées, permettant au pilote de jouer directement sur leur incidence relative. Une solution soutenue entre-autres par George Spratt, Henri Mignet ou Marcel Leyat, plus efficace que la déformation du gauchissement appréciée des faucheurs de marguerittes. Les ailes de la Demoichelle sont identiques à celles du Pouchel Light, de type monolongeron en profilé alu 50 x 100 sur tranche (ép. 2 mm). Les nervures sont réalisées en Styrodur, avec chapeaux en CTP de 8/10. Les bords d'attaque et de fuite sont en composite et l'entoilage fait appel au Diatex 1000. Le profil choisi est le NACA 23112. L'angle de débattement différentiel des ailes est limité par butées à +2° et -4°. Des barres rigides commandent directement le mouvement depuis le guignol du manche. La gouverne de lacet monobloc équilibrée est commandée par des câbles. Elle est faite d'un rayonnement de lattes entoilées et articulée en son centre. La roulette de queue, judicieusement réalisée à partir d'une roue et fourche de vélo d'enfant, est conjuguée ; pour l'instant sans ressorts, à l'avenir avec. Une roulette plus discrète et générant moins de traînée est concevable pour les constructeurs amateurs. La profondeur fait appel à une commande mixte : d'abord une tige rigide jusqu'à un basculeur d'où repartent deux câbles par demi-gouverne. Sur ce point, je désapprouve la position du guignol de renvoi, lequel se situe au point le plus bas de l'aéronef. Un heurt avec un objet enfoui dans l'herbe d'une piste improvisée aurait des conséquences désastreuses. Les plans fixes et mobiles de profondeur sont en tubes d'alu, assemblés à la mode Weedhopper. La cellule est constituée de tubes d'aluminium liés par des goussets boulonnés. Les ailes s'articulent en deux points : l'un sur la quille (poutre longitudinale qui relie le moteur à la queue), l'autre à la jonction de deux haubans en V. Un petit câble de sécurité sécurise les rotules d'articulation. Ces points s'avancent à 23% de la corde des ailes, en compromis entre la légèreté des commandes et la stabilité. Un bâti-moteur amorti est placé à l'extrémité de la quille, toujours à la mode Weedhopper, avec des raidisseurs latéraux.




Quatre délicieux détails donnent toute sa personnalité à la Demoichelle : la dérive lattée en étoile, le siège en osier (option), le réservoir bidon (bientôt en cuivre) et les grandes roues rayonnées.





Le tableau de bord est réduit à une très simple expression : altimètre, compte-tours et thermomètre moteur faces au pilote, et sur l'aile un badin ventimètre. Pas de bille, ce qui finalement n'est pas gênant tant l'ULM se ressent ''aux fesses''.





Le siège en osier est une option vendue 100 euros. Il est fabriqué par un artisant de Haute-Saône spécialement pour la Demoichelle.




Voir la vidéo








PLUS

Simplicité
Pilotage facile
Look rétro
MOINS

Stabilité en roulis
Protection
Sonorité 2T inadéquate


APEV Demoichelle Rotax 462


Caractéristiques
(données constructeur)
Envergure
8,30 m
Longueur
5.3 m
Surface alaire
9.96 m2
Hauteur
2,10 m
Masse à vide de référence
130 kg (avec parachute)
Masse maxi
250 kg
VSO à 250 kg
40 km/h
Vno 
80 km/h
Vne 
120 km/h

Caractéristiques
(données constructeur)
Facteur de charge vérifié
+4/-2 G
Carburant
12 litres
Finesse maxi
n.c.
Passage des 15 m
400 m
Limite vent de travers
20 km/h
Prix version de base
14 000 euros ttc (P à V)
Prix version essayée
14 000 euros ttc
Contact
APEV - c/o Daniel Dalby
11 cours Albéric Laurent
13790 Peynier
06 10 78 38 95
daniel.dalby@laposte.net
www.pouchel.com

Performances
(vérifiées à pleine charge)
Vitesse maxi
100 km/h
Vitesse croisière
85-90 km/h
Croisière éco
75-80 km/h
Vz max
n.c.
Taux de chute max
n.c.
Autonomie (+30 mn)
1h30





.
.
.