essai_vija_j12si
.
.
.

Essai
sept.2008

Moteur Vija J-12Si

La première version du moteur Vija telle que présentée

en 2004 au salon de Blois. Le réducteur était à l'époque
peu convainquant. C'est aujourd'hui une partie repensée
et fiabilisée, au point de bénéficier d'une garantie étendue
de 3 ans ou 200 heures.

Un rêve devenu réalité

Le moteur Vija vole depuis 2005. Désormais validé sur le plan architectural, il engrange les heures pour démontrer son potentiel et sa fiabilité. J'ai eu l'occasion de tester une première version de cette mécanique lors du salon de Blois 2008 sur un vieux J300 ridé... Qu'importe l'apparence, une bonne surprise était au rendez-vous.


Le défi de l'aéronautique est aussi celui de la technique des moteurs. Dans ce domaine, et plus précisément pour nos aéronefs légers et ultra-légers, le nombre de mécaniques validées est réduit. Alors quand deux passionnés - français de surcroît - obtiennent un résultat probant et visiblement fiable, la moindre des choses est de s'y intéresser. Mieux encore, il faut l'essayer.


C'est grâce à leur talent et leur persévérance que

Vincent (à gauche) et Jacques (à droite) Trincal ont
pu mené à bien leur projet et créé leur SARL.

Génèse

Les architectes du moteur Vija sont deux frères, Vincent et Jacques Trincal, d'où Vi-Ja. Leur idée : avionner l'un des plus fiables et robustes des moteurs de moto. Pour ces deux ingénieurs en génie mécanique, le bloc le plus approprié à cet usage est sans conteste celui de la Suzuki Bandit 1200, ex-GSX-R 1100 ; du « béton » ! Aux idées suivent les actes. Nos entrepreneurs ont travaillé d'arrache-pied pour valider leur projet. Formation d'une SARL à caractère familiale, mise en chantier d'une maquette (présentée à Blois en 2004), puis d'un premier moteur quasi-fonctionnel (Blois 2005) et enfin de prototypes opérationnels. Côté financement, leur ambition ne convainquant pas les banques, c'est sur leurs fonds propres (la famille participant largement à l'aventure) que Vincent et Jacques supportent les charges du projet. Ce sont à ce jour presque 100 000 euros qui ont été investis. Un budget énorme pour la petite structure, mais ridiculement faible à côté de certaines firmes, dont certaines n'ont, en dépit d'annonces prometteuses, jamais réussi à faire voler le moindre aéronef. Chez Vija, l'idée est sans doute géniale, les ingénieurs sont sûrement doués ; reste que le moteur fonctionne et qu'il amasse les heures de vol !


La commande d'embrayage à deux position est d'un

usage facile et peut s'avérer utile pour augmenter le
taux de chute.

L'essai

Monté dans un J300 de première génération, le moteur de développement qui m'est confié à l'essai totalise 160 heures. Il ne développe « que » 90 ch. La visite des 100 heures s'est résumée à une révision. Le J300 est venu en vol de Toulouse. Il a tourné en démonstration durant toute la manifestation.
La mise en route du moteur est surprenante. On tire sur le levier à crans de l'embrayage pour désaccoupler l'hélice. Au second coup de démarreur, le quadricylindre en ligne part sans aucune inertie. Vincent s'amuse à donner des coups de gaz comme on le fait sur une moto (action habituellement destructrice sur un moteur d'avion). Le moteur prend ses tours vivement. La sonorité est caractéristique de la moto ; rien à voir avec un moteur d'avion. Aucune vibration n'est ressentie. Le ralenti est relevé à 2 500 tr/mn. La chauffe est assez rapide. Sans accélérer, on enfonce le levier qui accouple l'hélice Duc tripale Swirl de 172 cm. Les engrenages à taille droite de la transmission se font entendre, mais toujours aucune vibration n'est ressentie. Taxiage, alignement et mise en puissance. Le niveau sonore augmente à un niveau comparable à celui des 912 ou Jabiru. Le régime grimpe rapidement, ce qui prouve que le moteur n'a rien perdu de sa nervosité originelle.


Le vieux J300 de première génération accumule les

heures sans problème avec le moteur Vija. La vitesse
maxi en palier emboutit la Vne (180 km/h), preuve que
tous les chevaux sont au rendez-vous.

Il a la pêche

Toujours sans vibration, le régime atteint 5 700 tours, ce qui suffit à une prise de vitesse rapide et au décollage. Sans forcer sur la mécanique, la montée initiale se stabilise à 900 ft/mn et 85 km/h, valeur voisine de celle obtenue avec le bloc Rotax et très satisfaisante, compte-tenu que ce moteur ne bénéficie pas des derniers « up-grades » des versions à venir. En palier, la Vne (180 km/h) est rapidement emboutie. Réduction du régime à 5 200 tours pour obtenir 140 km/h au badin. Le niveau sonore reste dans la norme des moteurs sus-cités, vibrations en moins. Je réduis à nouveau les gaz pour stabiliser un palier lent à 3 850 tr/mn pour 80-85 km/h. Cette fois, le moteur peut-être qualifié de silencieux. Retour sur le circuit de piste. Réduction complète des gaz en longue finale. Le compte-tours affiche un petit 3 000 tours. Le test suivant consiste à débrayer la transmission. Le régime chute à 2 750 tr/mn (ralenti à chaud) et le J300 semble freiné par son hélice libre. Simulant une perte de hauteur exagérée, on ré-embraye d'un coup et poussons la manette des gaz vivement. Le moteur se montre aussi nerveux et réactif que sur sa monture originelle. Aucune hésitation ; il reprend son régime maximal en moins d'une seconde et le J300 retrouve immédiatement portance et manoeuvrabilité.


Le pilotage n'apporte aucune singularité gênante. La

plage de régime utilisable s'étend de 3 000 à plus de
6 000 tours pour des performances comparables à
celles obtenues avec d'autres moteurs de 80 à 100 ch.

Bilan - évolutions

Pour moi, le test est plus que positif : il est inespéré. On s'attend toujours dans ce genre d'essai à un bricolage plus ou moins génial, agrémenté de fausses notes et de ratés. Ici, rien de tout cela. Sans m'avancer trop, je labellise le bloc Vija de « moteur d'avion » abouti. S'il ne restait en 2008 que quelques détails de finition (principalement d'ordre esthétique) à revoir pour que le Vija J-12Si rentre en véritable concurrent des blocs très réputés qui propulsent ULM et CNRA, c'est avec la dernière mouture présentée au salon de 2009 chose faite.

Pour Blois 2009, Vincent Trincal est venu en vol avec son ''tout nouveau'' XK9 qui remplace l'ancien J300. Une machine ancienne entièrement refaite par le motoriste. Image du sérieux de la jeune entreprise, la réalisation est impeccable, sans parler de la peinture réalisée avec soin aux couleurs de Vija. Côté mécanique, les ingénieurs ont apporté les améliorations qu'ils jugeaient nécessaires : la mise au point d'une nouvelle admission en aluminium et surtout un gros travail (effectué en collaboration avec Promap à Valence) portant sur la cartographie moteur. Ces travaux avaient pour but d'effacer des petits défauts de fonctionnement découverts à l'usage et de rendre le moteur encore plus agréable. Le démarrage en a également profité (plus précis et plus ''propre''), ainsi que la consommation qui se limite désormais à 12 litres/heure en croisière rapide à 190 km/h. De plus, les dernières vibrations ont été gommées. Le nouvel échappement a rendu le moteur plus silencieux. Les frères Trincal développent actuellement une boîte à air en carbone avec un dispositif d'entrée d'air forcée à la manière des motos équipées de Ram Air Direct, qui augmente la puissance du moteur à mesure que la vitesse augmente (effet surpresseur de l'écope d'alimentation). Il est prévu d'équiper des appareils rapides comme le Millenium Master ou le Pioneer, ce qui sera rendu possible par ce système d'augmentation de la poussée à partir de 200 km/h. Le moteur J-12Si doit être installé sur G1, sur Loiret à l'horizon 2010-2011, et testé sur Asso X à la demande d'un constructeur amateur. Pioneer France et Aéro James (Isatis) s'intéressent également au moteur Vija. Déjà en sont équipés un autogire Deluc, un Jodel D112, un Piper CNRA...

.
Détails de construction

.



Montage tractif sur un bâti reprenant les points d'ancrage des moteurs Rotax 912/914
.


Aucune particularité de pilotage ; régime et températures sont les seuls cadrans à surveiller.


Montage autogire.


Le nouveau démonstrateur XK9 Classic équipé du Vija J-12Si

.
.
.





Caractéristiques
(données constructeur)
Vija J-12Si
Type
4 cyl. en ligne
Distribution
16 soupapes - 2 ACT entraînés par chaîne
Refroidissement
air et huile
Cylindrée
1 186 cm3
A x C
79 x 59 mm
Taux de compression
9.5 à 1
Alimentation
injection électronique multipoint - correction altimétrique et barométrique automatique - injecteurs multijets
Allumage
simple TCI à microprocesseur - bougies NGK JR 9B
Puissance maxi
100 ch à 6 900 tr/mn
Couple maxi
235 Nm
Consommation à 75%
9 litres/heure
Carburant
SP 95 (ou AVGAS 100 LL)
Huile 
3.7 litres 10W40
Transmission
Arbres de boîte d'origine - pignons modifiés + limiteur de couple
Réducteur 
Cascade d'engrenages
Ratio
2.55
Alternateur
13.5 V 405 W à 5 000 tr/mn
Poids
78 kg
Prix version de base
11 360 euros ttc
Garantie
1 an ou 100 heures
3 ans ou 200 heures (réducteur)
Contact
Vija Aircraft Engines
31500 Toulouse
09 50 87 63 67
06 88 03 29 18
06 16 44 91 03
vijaengines@free.fr
www.vija-engines.com







Performances
(vérifiées à pleine charge)
Vija J-12Si
Régime au décollage
5 700 tr/mn
Vitesse réelle à 5 700 tr/mn
> 180 km/h
Vitesse réelle à 5 200 tr/mn
140 km/h
Vz max
900 ft/mn à 85 km/h







Vija J-12Si
PLUS
Puissance
Embrayage
MOINS
Sonorité