Montage parachute
.
.
.
Technique



Montage d'un parachute
septembre 2011

Eviter les erreurs (part. 1)

La pose d'un parachute requiert une attention soutenue si on veut éviter les nombreux pièges qui se présentent. La position d'implantation, le cheminement des sangles, la fixation de poignée... Autant de décisions qu'il faut ne pas prendre à la légère...


Si la quasi totalité des ULM est disponible sur le marché avec ou sans parachute de secours, on peut être amené à post-équiper un appareil n'en possédant pas : achat d'occasion, décision tardive, grosse frayeur... En règle générale, on essayera de copier des montages existants en se rapprochant d'un propriétaire équipé, voire du constructeur ou de l'importateur. Mais sur certains appareils, anciens ou de construction (et conception) amateur, il faudra imaginer le montage. Parfois aussi, le montage ''série'' ne convient pas pour une question de choix personnel et on décide d'en repenser l'implantation. Or comme pour tout ''bricolage'' ou toute modification d'un aéronef, il ne faut pas agir à la va-vite, ni à la légère. En cas d'erreur de montage, les conséquences peuvent être dramatique, voire pire que l'absence même de parachute.




Montage usine d'un parachute Mven K500 sur BRM  Citius. L'intégration basique, évite toute faute technique.



Un festival cauchemardesque

Heureusement (?) pour nous, l'administration ne met pas son nez dans le montage du parachute ! Ce qui permet aux bricoleurs de réaliser leur propre montage et aux professionnels de bosser tranquillement... Et à tout ce beau monde de faire n'importe quoi en toute bonne conscience ! En effet, on rencontre ici ou là, de fort belles réalisations de parachutes qui ne se déploieront jamais en cas de nécessité. Goupille de transport oubliée, câble de déclenchement pincé ou coudé, cheminement de sangles improbable... J'ai même vu une roquette montée à l'envers (sens de tir opposée à la trappe d'extraction), des câbles primaires enroulés autour d'un bâti-moteur propulsif ou une trappe d'éjection du diamètre exact... de la roquette ! Bref, un festival de fautes de montage qu'il serait un jour utile de recenser en vue de les éviter. Pire encore : vu sur un forum aéro, un ulmiste a volé quelques années avec un parachute ''décoratif'' avant de découvrir (à l'occasion d'un démontage pour reconditionnement) que la sécurité de transport n'avait pas été retirée. Un problème récurrent qui a conduit un très sérieux mécanicien officiant chez ULM St Exupéry (base Montpezat d'Agenais) à communiquer à la presse un rapport alarmant concernant le non retrait de cette fameuse goupille (pour les parachutes GRS, les autres marques étant elles aussi concernées), régulièrement constaté.




Câble entortillé, pincé ou plié, goupille de transport non retirée, sangles mal organisée... autant de pièges grossiers qui guettent le monteur amateur.





Il existe aussi des causes moins visibles de dysfonctionnement ; le croisement des câbles d'un dispositif à double poignée en est un exemple





Des croquis et schémas de montages sont disponibles dans les documentations pour réaliser des montages corrects. Certains n'entrent pas assez dans les détails, mais généralement ils sont explicites. Encore faut-il percevoir une documentation en langue française.











.
.
.