Vidange Rotax
.
.
.
Technique



Voir la vidéo


Vidange huile moteur
mars 2011
révision octobre 2017

Maintenance Rotax série 9xx (part. 1)

Le moteur est lubrifié et refroidi par de l'huile. L'huile subit de très nombreuses attaques qui la dégradent au fil du temps et des heures de fonctionnement. Il convient donc de la remplacer régulièrement. Une opération simple, mais qui mérite toutefois une attention particulière.


Pourquoi l'huile ?

L'huile a pour fonction d'éviter l'usure mécanique en déposant un film entre les pièces en mouvement. Elle a aussi un pouvoir détergent ; elle débarrasse le moteur de certaines pollutions et impuretés. On lui demande également de dissiper de la chaleur, et aussi de transmettre des mouvements par pression. Sans l'huile, aucun moteur thermique ne peut fonctionner. La vidange, tout le monde sait que c'est nécessaire. Mais tout le monde ne sait pas pourquoi il est important de procéder au remplacement du lubrifiant. Ou plus exactement, tout le monde ne sait pas ce qui rend le lubrifiant inopérant. Plusieurs facteurs entrent en jeu : dégradation chimique ou mécanique ; pollutions en suspension. Que fait l'huile durant sa ''carrière'' de lubrifiant d'un moteur ? Elle chauffe et se refroidit. De multiples fois. Parfois elle change d'état (vaporisation puis condensation). Elle fréquente des matériaux métalliques de diverses natures. Elle se charge de minuscules limailles, ou seulement de poudres métalliques (d'où sa coloration noire à l'usage). Elle est en présence de carburant et de gaz, dont certains très acides qui peuvent se combiner. Elle subit à ce moment des attaques chimiques. Mécaniquement, elle est laminée, compressée, étirée, martelée... Bref, maltraitée. Ceci quand le monteur fonctionne bien. Car en cas de défaillance, elle peut se mélanger à de l'eau, de l'essence, être brûlée... Vous l'aurez compris, cette huile subit tant d'attaques, que son remplacement à terme est indispensable. D'abord selon la périodicité de fonctionnement (50 heures, 100 heures...), puis selon une périodicité calendaire (1 an, 2 ans...). Dans ce cas, c'est parce que l'huile subit une agression insoupçonnable dès l'ouverture du bidon : l'oxydation. On considère généralement qu'une huile synthétique peut rester 3 à 4 ans dans un carter et qu'une huile minérale stagne sans dommage 12 à 18 mois. Et la semi-synthèse ? Bof... base d'esters ou base minérale... Et si on partait du principe qu'une vidange annuelle ne démonte pas le porte-monnaie ? Et puis cela apporte l'avantage de connaître son moteur et de le contrôler d'avantage. Complément indispensable de l'huile, le filtre doit être changé à chaque vidange. Aucun filtre ne doit venir en substitution du modèle référencé et approuvé par le motoriste.


ASTUCE
Il est souvent fait référence à l'avant et l'arrière du moteur Rotax flat-four : l'avant est habituellement la zone du porte-hélice et l'arrière celle des carburateurs. De même, le côté droit est celui de la pompe à essence et le gauche celui du filtre à huile.






Spécificités des Rotax 4T

L'acte de vidanger un moteur est schématiquement le même sur tous les moteurs : on ouvre ; on vide ; on referme et on remplit. Sauf que chaque moteur a ses spécificités. Les Rotax flat-four sont d'architecture ''carter-sec''. Ce qui signifie que l'huile est contenue dans une nourrice séparée du moteur et reliée à lui par des durits. Super, penserez-vous ! Ben non. Pas super. Car avec une telle architecture, vidanger totalement le circuit d'huile est impossible sans pénibles démontages. En effet, les boucles de Durites ne se vident jamais entièrement, de même que le radiateur selon sa position. Ceci même en débranchant la connexion la plus basse. On se contente donc de réaliser des vidanges partielles. La qualité des huiles modernes est telle, et la proportion de ''vieux lubrifiant'' dans le volume total est si faible, que cela suffit à assurer un service correct. Pour en revenir à nos Rotax, une autre spécificité s'ajoute. Le circuit d'huile intègre un clapet qui empêche le lubrifiant de retourner dans le carter. L'étanchéité de cette pièce n'étant pas absolue, de l'huile finit par remplir le carter en cas de non utilisation prolongée. Pour cette raison, il faut chasser ce volume avant d'opérer la vidange. Sur le Rotax, c'est simple. Moteur horizontal (queue remontée pour un train classique), contact coupé et sécurisé, on tourne l'hélice dans le sens de rotation habituel, c'est à dire anti-horaire face au moteur (jamais à l'envers) jusqu'à obtenir un bruit de succion parfaitement audible. Ce bruit signifie que la pompe à huile ''cavite'', qu'elle brasse de l'air. Dès lors, on sait que le carter du moteur est vide. Il est plus facile de réaliser cet acte avec les bougies retirées. Comme le remplacement de l'huile tombe au même terme que l'inspection ou le remplacement de ces dernières, leur démontage est doublement justifié.


ASTUCE
Pour brasser plus facilement le moteur avant de purger le circuit d'huile, il est préférable de retirer les bougies ; ce qui tombe bien, puisque les termes de ces entretiens coïncident. Et surtout COUPER les contacts d'allumage.



Avant toute chose, assurez-vous que le contact du moteur est coupé.



Videz le carter-moteur en tournant l'hélice dans son sens conventionnel jusqu'à entendre un bruit de succion.



En ouvrant le bouchon du réservoir d'huile, on entend mieux le ''glouglou'' de succion.



L'huile est contenue dans un réservoir séparé nommé ''nourrice''. C'est ce réservoir qu'on vide et ensuite qu'on remplit d'huile neuve.







Voir la vidéo







.
.
.