alencon
.
.
.

Aérodrome de Alençon Valframbert : le Perche à portée de mains.


Tourisme


Alençon

Valfambert

Orne (61)

Pays de Loire


Le Mans Arnage
55 km
L'Aigle St Michel
55 km
Chartres Champhol
105 km
Blois le Breuil
120 km
Etampes Mondesir
145 km
Toussus-le-Noble
150 km
Persan Beaumont
180 km
Pont sur Yonne
235 km


Un oeil sur le rétro ; l'autre dans l'assiette

La basse Normandie occupe une position centrale dans le quart nord-ouest. De fait, qu'on soit parisien, rennais, dieppois ou tourangeau, on ne dévaste pas son crédit horaire à s'y rendre. Au coeur de cette région, Alençon invite le pilote désoeuvré à une instructive et désaltérante escale.


L'aérodrome d'Alençon Valframbert vu par satellite (source Google maps)



Le hangar de l'association A3A attire les pilotes de passage.


Comme épargné par la folie et le temps
L'aérodrome d'Alençon se voit de loin. On oublie le GPS et on profite d'une navigation à l'estime : là ou on va, ça fait couleur local... Un coup d'oeil circulaire suffit à visualiser la piste et la topographie environnante qui recèle les forêts d'Ecouves et de Perseigne, avec le Mont des Avaloirs qui surplombent Alençon de 800 ft. En prenant garde d'éviter la D507 (zone militaire de tirs activable par NOTAM au NNW), on approche en auto-information sur la fréquence terrain. En l'absence d'axe préférentiel, si le vent est faible, travers ou tournant, on reste attentif aux contacts radio et on repère le seuil où attendent les planeurs. Le taxiway revêtu chemine parmi les installations, notamment entre le hangar du club A3A et un bimoteur Dassault Flamant en parfait état de vol. Le club susnommé est présidé par Alain Odolant. A3A signifie Amicale Alençonnaise des Avions Anciens. Le pilote de passage est cordialement invité à visiter le hangar où règne, plus qu'un amoncellement de pièces détachées, une ambiance très particulière, mélange d'histoire et d'aventure.


Coup d'oeil sur un Renault Snecma V12
inversé de 580 ch équipant le MD 312.
Le hangar d'Ali Baba
Face aux MD 311 (bombardier) et MD 312 (transport) soigneusement parqués dehors, un autre MD 312 attend à l'abri d'être restauré. Les moteurs (Renault Snecma V12 inversés de 580 ch) sont à nu, le droit laissant pendre ses bielles en une bien triste attitude. Puis sur une desserte roulante, pas loin, on découvre rassuré les cylindres et les pistons. Alain explique que seuls les guides des soupapes sont à changer, mais que la pénurie sur ce type de pièces va obliger le club à fabriquer de nouveaux guides, et tant qu'à faire dans un matériau plus résistant que l'origine. Autour de la carlingue des caisses remplies de pièces détachées attendent d'être déballées, inventoriées et stockées dans un autre local où l'association travaille. A côté du Flamant, un Beechcraft 18 acquis en 2002 attend sa remise en état. L'amicale qui s'est fixé comme objectif premier la préservation du patrimoine aéronautique, a décidé de restaurer cet avion mythique récupéré à Brienne le Château. Ses magnifiques Pratt & Whitney exhibent fièrement leurs cylindres en étoile capables de développer 450 ch. Entre ces deux appareils, un Broussard subit une simple révision. Derrière, dans un imbroglio d'ailes, de moteurs, empennages et autres cockpits, un Jodel D221 est en cours de ré-entoilage après 30 ans de service. Entre les avions stationne un tracteur agricole ; parce qu'il est utile à la manoeuvre des Dassault et parce qu'il est vieux, il a aussi le droit à une restauration en règle. L'amicale qui reçoit des pièces de partout pour pérenniser son activité (récemment pas moins de 14 semi-remorques ont été livrés), décuple sa surface de stockage. On ne voit sur l'aérodrome que la partie émergée de l'iceberg. Et aussi le club house qui sait recevoir les visiteurs. Quand le président n'est pas là, les membres de l'A3A lui font honneur par leur hospitalité.


Révision de routine sur ce Broussard.

Amicale Alençonnaise des Avions Anciens (A3A)
Les objectifs de l'Amicale sont la sauvegarde du patrimoine aéronautique, la transmission du savoir faire pour l'entretien et la réparation des aéronefs et l'apprentissage du pilotage. L'A3A est agréée par le GSAC, sous tutelle de la DGAC pour la certification et l'aptitude au vol des appareils. L'A3A est partenaire de l'Association de Voltige Alençonnaise (AVA). L'amicale ne vit que des démonstrations effectuées lors des meetings aéronautiques. En 2005, l'A3A a organisé pour l'association Dassault Passion (financée par Dassault Aviation), une véritable expédition à Oshkosh. Une virée de 18 000 km agrémentée d'une aventure épique qu'on trouve racontée sur l'excellent site de l'association (www.a3a.org).


Se restaurer sur place
Blotti entre les hangars, l'Envol est le bar-restaurant de l'aérodrome. Tenu de main de maître par le dynamique Pierre-Yves Tireau, l'établissement propose du lundi au samedi midi, et les dimanches de mai à septembre, une restauration traditionnelle, plutôt économique, mais non dénuée de qualité : comptez neuf euros pour un menu ordinaire comprenant deux entrées au choix, deux plats du jour au choix, fromage ou dessert et boisson comprise. Les dimanche, de mai à septembre, en l'absence du chef Emilie, c'est une cuisine simplifiée de type brasserie qui est proposée. Servis par les charmantes Nora et Christelle, les pilotes de passage passeront un moment agréable, non loin de leur appareil (parking en face). Les deux superbes tilleuls centenaires qui ombraient la terrasse ont été coupés ; ce sont maintenant des parasols qui les remplacent.


Ne tentez pas de vous repérer aux
hippodromes, il y en a partout dans le Perche.
Navigation depuis Etampes
La nav' est simple ; décollant près d'Etampes, le cap est plein ouest, limité au niveau 55 (TMA Paris-7), donc 45, avec un passage au sud de Chartres qui forme un point de repère incontournable, en axe sur le VOR de Chartres La Loupe (115.2) puis à se faire pousser sur une radiale 265. La radio ne sera utile qu'à l'arrivée, en auto-information. L'aller-retour totalise 300 km. Ajoutons-en une centaine pour les tours de piste, un éventuel déroutement... Trois heures de carburant seront amplement suffisantes, avec une confortable réserve de sécurité. Pourquoi promener des charges inutiles ? Pas de vent notable prévu par Météo-France : c'est CAVOK partout et c'est bien ainsi. Décollage prévu à 10h30, pour prendre l'apéro sans se bousculer, visiter les hangars qui recèlent d'absolues merveilles et se mettre à table au restaurant local. J'ai téléphoné la veille ; Pierre-Yves Tireau, le patron des lieux est du genre aimable, plutôt blagueur, tendance espiègle. Le Guépy est léger comme une plume. Jojo et moi n'avons pris que l'essentiel : pas de couchage, ni de fringues... il fait beau et chaud (contrepéterie belge).
On trace au plus direct, le compas aligné sur 270 et la comtoise réglée sur 50 minutes. Trois points de repère au sol confirment la route et l'estimation horaire. On est à deux minutes du sans faute. L'aérodrome d'Alençon se voit de loin.



Retour tranquille au coucher du soleil, en
compagnie d'un Vega 2000.
Bilan
17h00. On prend du bon temps, avec les gens agréables. Les membres de l'A3A sont intarissables sur les avions qu'ils restaurent. Lorsqu'ils narrent le voyage à Oshkosh, les pannes, les aventures qu'ils ont connues, les solutions improvisées, on écoute et on se tait. Jusqu'au moment de repartir, bien sûr. Il y a une fin à tout ; aux bonnes choses aussi, ce qui fait qu'on les apprécie. Cette fin d'après-midi s'annonce calme et propice à quelques détours dans le Perche. La 25 est quittée sans un mouvement d'air. Tout semble figé, le temps comme le reste. Qu'il est bon de voler dans l'air tiède. Nous connaissons le cap : soleil dans le dos, un peu à droite. Forts de cette observation, on laisse le compas et le GPS raconter leur vie, et rentrons à l'instinct, tirant des bords d'un charmant village à un ouvrage d'art inexploré.
Joli but de sortie, Alençon est un aérodrome accueillant, bien entretenu et actif qui attend un éventuel futur déplacement géographique. Agrémentée d'un détour dans le Perche, la balade a totalisé environ 425 km (tracé GPS) pour une durée de vol totale de 2h46. Le Guépy a consommé 38 litres de SP 95, une dépense à peine supérieure à l'alimentation de ses occupants. Tout ceci reste parfaitement raisonnable.

carburant
50 euros
restaurant midi
31,50 euros
bar

7,50 euros

total (pour deux personnes)
89,00 euros

.

Protégé sous ses bâches, en parfait état de vol, ce Flamant attend ses prochaines mission : vols de démonstration, meetings ou aventures, comme ce Paris-Oshkosh réalisé en 2005.

.



Parmi les avions du club AVA, entre D221 et Cap10, ce Piper J3 remplit ses missions d'instruction ou de baptême, le charme rétro en plus...


En face du restaurant, les parkings durs ou gazonnés accueillent les visiteurs. Qui résistera au plaisir de « poser » près d'un avion chargé d'histoire ?

V12 580 ch contre flat-four de 85 ch ; à chacun ses valeurs.

Le restaurant

On déjeune face au park de stationnement des avions.

La terrasse du restaurant est le rendez-vous incontournable d'équipages venant se désaltérer ou se restaurer.


L'ancienne terrasse comptaient deux tilleuls centenaires aujourd'hui disparus.


Le hangar de l'A3A.

Le hangar de l'aéro-club d'Alençon

Hangar pour les ULM basés.



Quiconque ose penser qu'il s'agit là d'une épave se trompe. Ce Flamant subit simplement une grande visite. Il volera bientôt.


Récupéré à Brienne, ce Beechcraft 18 est en cours de restauration.


Acquis par A3A pour servir au maniement des avions, ce tracteur attend aussi sa restauration.


Un V12 de Flamant attend une nouvelle vie au sein de l'association.


Ces culasses récemment équipées de guides neufs n'ont plus qu'à être remontées.




Moteurs ouverts, pièces en tous genres, avions démontés... Les amateurs de restaurations trouveront dans le hangar de l'Amicale des trésors aéronautiques.


Les Pratt & Whitney 9 cylindres en étoile développent 450 ch.

.
.
.






Alençon

D'azur, à l'aigle bicéphale éployée d'or




Aérodrome d'Alençon
LFOF
Type
Ouvert à la CAP : avions, planeurs et ULM
Département
Orne - 61
Latitude
48 26 51 N
Longitude
000 06 33 E
Altitude
479 ft - 17 hPa
Fréquence radio
auto-info 118,325
Piste
07/25 x 730 m - herbe
07/25 x 775 m - revêtue
Circuit d'aérodrome
au Nord
.








Infos
Aéroclubs
A3A
Amicale alençonnaise des avions anciens
02 33 27 61 83
www.a3a.org
Aéro-club d'Alençon et de sa région
02 33 29 25 86
Réparations : Nord-Ouest Aéro.
Entretien général aviation
02 33 28 72 93
Association de voltige alençonnaise
02 33 27 61 83
Centre Départemental de Formation en vol à voile (CDFVVO)
02 33 29 90 82
Restauration sur site
Restaurant l'Envol
02 33 28 46 30
06 21 84 71 49
Hangar

possible

Déplacement
taxi
Carburant
AVGAS 100 LL
Lubrifiants : 80 ; 100 - (CIV-MIL) HX.
(contacter les clubs)
02 33 80 21 00
.






Notation
Difficulté circuit d'aérodrome
1/5
Restauration
3/5
Intérêt visite
4/5
Accueil club
5/5
Aéro-parking visiteurs

4/5

.





Orne

Au premier de gueules aux deux léopards d'or armés et lampassés d'azur, au second d'azur aux trois fleurs de lys d'or brisé d'une bordure de gueules chargée de huit besants d'argent