Tour ULM 2010
.
.
.



Tourisme


Tour ULM 2010
août 2010

Total théorique : 1700 km
Total pratique : 2200 à 2500 km

Romans-sur-Isère
0 km
Millau (via Alès)
210 km
Cabanac (via Belvès)
320 km
Couhé-Vérac (Via St Pierre d'Oléron)
280 km
Levroux
130 km
Nangis
210 km
Mâcon (via Gray St Adrien)
390 km
Romans (via Bourg-Ceyzeriat)
170 km

lire les réactions

Une expérience recommandable

Le Tour ULM 2010 partait sous des auspices météo incertains. C'est pourtant une formidable édition qui a réuni plus de 140 aéronefs cette année. L'itinéraire a permis de changer de région chaque jour, même plusieurs fois par jour, à la satisfaction de ceux qui aiment les voyages et les beaux paysages.



Rejoindre Romans-sur-Isère

Comme promis, ULMaG est présent sur le Tour ULM pour faire vivre la balade à ceux qui n'ont pas pu, pas osé, ou pas voulu s'y rendre. Genre journal de bord.
Jeudi 29, départ de ma piste privée en Beauce avec Xavier Le Bleu, copilote d'autant plus efficace qu'il sillonne lui aussi la France dans tous les sens.
Première étape : 11 kilomètres ! On se pose à Etampes pour récupérer l'équipage Gilles et Jean (et leur Tetras classique) avec qui nous voyagerons. Vol sans histoire, plutôt tranquille en dépit de prévisions météo inquiétantes et d'un plafond bas durant les premiers instants. Arrêt à Moulins pour casser la croûte avec d'autres équipages, puis re-vol vers Romans sur Isère où s'affaire déjà l'organisation et notamment le Club ULM local : ULM Evasion qui, sous la présidence de Dominique Belle, se donne depuis une semaine (après un mois de préparation) afin de réserver le meilleur accueil aux participants du Tour. Bon... on a un peu raté le premier briefing d'organisation, mais on se rassure en pensant qu'il y en aura encore beaucoup d'autres, qu'on ne ratera pas... enfin peut-être pas. La journée de vendredi est consacrée aux prises de vues, vidéo et photo. Les interviews s'enchaînent au bon rythme. La pluie annoncée et les vents forts sont restés à l'état de prévisions. Les participants arrivent sous un vent de 5 à 15 kts qui fait préférer la piste 02, peu ou plus utilisée en temps normal. Remerçions au passage chaleureusement la DGAC qui a délégué deux contrôleurs sur le Tour : la charmante Claire et et le non moins agréable Henrik. Pas d'incident à déplorer d'autre qu'un atterrissage ''dur''. Pierre Pouchès a été mis à contribution par plusieurs équipages pour différentes interventions mécaniques mineures. La logistique de la fédé' est telle qu'on la rêve : carrée. On retrouve les services habituellement mis à la disposition des équipages : acheminement des bagages, avitaillement, sanitaires... Côté compétition, quelques désistements ont été compensés par des inscriptions à la volée, ce qui porte le nombre des équipages engagés à 17. La météo a l'air de se tenir à carreau, ce qui promet un beau Tour 2010.



Première étape :
Romans - Millau


Cette première étape nous conduit à Millau via Alès. Matinée décontractée ; les équipages décollent à petit rythme en une envolée de plus de deux heures qui réjouit les autochtones venus nombreux. Seuls deux ULM restent au sol, sujets à des problèmes techniques. L'un des deux équipages a jeté l'éponge. L'autre rejoindra la caravane à l'étape suivante. Les compétiteurs se livrent à des épreuves de précision d'atterrissage sur l'aérodrome de Montélimar-Ancône, et de navigation. La température augmentant en fin de matinée, l'arrivée sur Alès face au Nord est un peu mouvementée. Mais pas au point de nous priver du majestueux spectacle qu'offrent les Gorges de l'Ardèche ou les villages historiques. L'arrêt à Alès permet à certains de ravitailler en carburant, à tous de déjeuner des casse-croûte emportés au matin et d'écouter le briefing de Jacques Krine, portant notamment sur la sécurité des vols. Après redécollage en direction de Millau, il faut atteindre l'altitude nécessaire pour passer les reliefs, culminant pour certains, à plus de 5000 pieds. Trop chahutés par des thermiques vigoureuses, certains équipages se posent à Millau sans faire le crochet nécessaire par le viaduc. Dommage ... le spectacle en vaut vraiment la peine. Avec une visibilité remarquable et un ciel parfaitement dégagé, l'ouvrage d'art prend toute sa dimension dans le panorama. Après quarante minutes de survol, pour capter des images définitives, le team ULMaG rentre à son tour sur Millau, appréciant une fois encore le travail de Claire et Henrik, les ''petites voix'' efficaces de la DGAC. Problème technique à l'arrivée : la semi-remorque du traiteur qui suit le Tour, a rendu l'âme, retardant la distribution des repas ... rien de bien grave. Si la météo était inespérée ces deux premiers jours, l'experte dépêchée par Météo-France, nous annonce un front dépressionnaire pour demain.



Deuxième étape :
Millau - Cabanac

La caravane du Tour ULM 2010 part de Millau pour rejoindre Cabanac via Belvès. La météo étant incertaine pour la journée, l'organisation et la direction des vols avaient suggéré un départ matinal, les ULM les plus lents devant décoller vers 7 heures afin d'atteindre l'étape intermédiaire (distante de 200 km) avant 11 heures, horaire prévu d'une dégradation à caractère orageux. Toujours sans camion, l'équipe de restauration génère un léger retard pour ceux qui n'entendent pas décoller sans caféine. Le vol du matin permet de se gaver à nouveau d'images fabuleuses au passage du viaduc de Millau. Avec, ce matin, un air très pur et parfaitement lisse, on en profite sans devoir bagarrer avec le stick. L'itinéraire survole l'Aveyron et le sympathique aérodrome de Villefranche-de-Rouergue (dont on recommande le restaurant) avant d'entamer un moment fort : la Dordogne, la région sarladaise, les cingles majestueux de la rivière et plus de deux mille châteaux. Les touristes (au rang desquels le Team ULMaG) entortillent un itinéraire buissonnier à l'arrivée sur Belvès ; le paysage le mérite. Atterrissage des derniers équipages à midi, quelques minutes avant qu'un orage s'abatte sur la piste. L'aérodrome à usage restreint est très accueillant ; le club local a organisé un point restauration avec grillades et boissons. Un deuxième front étant annoncé courant d'après-midi, le redécollage est retardé à 17 heures, avec report possible. Deux vagues successives partent en fin d'après- midi vers Cabanac en Gironde. Vol magnifique entre les barbules, vers un soleil paresseux de fin de journée qui peine à rayonner à travers la nébulosité. Quelques gouttes sont rencontrées, mais pas de quoi gêner les participants. L'arrivée sur Cabanac se fait dans une carté diminuante sous des stratocumulus chargés. Quelques équipages sont crispés dans un tour de piste où tout se confond au gris, mais tout le monde se pose sans problème. Peu d'incidents à déclarer pour la journée : une panne moteur avec atterrissage contrôlé et une crevaison suite à un posé dur. Ajoutons aussi la radio du MCR de la direction des vols qui a rendu l'âme, vraisemblablement suite au foudroiement qu'a subi ce dernier. Demain, journée de repos et meeting des Vieux Déb' (pour débris), qui sont venus de région parisienne pour certains... à 60 km/h !



Lundi 2 août :
journée de repos

C'est aujourd'hui relâche pour les participants du Tour ULM 2010. L'occasion de profiter d'un endroit agréable. La plupart des ulmistes présents restent au sol ; d'autres choisissent d'aller se balader, à Arcachon, Andernos, Lacanau... D'autres encore s'occupent à des tâches moins ludiques : ainsi Pierre Pouchès et Gérard Rayssac - le team mécanique - travaillent d'arrache-pied pour remettre à niveau quelques moteurs récalcitrants. N'empêche, un équipage doit abandonner le FK14 Polaris mis à disposition par son club à cause d'un allumage défaillant. La météo se montrant clémente, ce qui n'était pas gagné d'avance, l'initiative du club ULM Virage présidé par Francis Sansas est récompensée par une importante fréquentation d'un public demandeur de baptêmes. Les vieux débris reçoivent la visite de curieux, autant intéressés par leur monture que par l'authenticité de leur philosophie du vol. Ils décollent vers 16 heures pour regagner le Perche... en plusieurs étapes bien entendu. Bernard Chabert commente le ''meeting'' ULM (au plus une démonstration d'aéronefs légers), avec la verve qu'on lui connaît. Au soir, un cinéma en plein air est monté, toujours par les membres du club Virage, afin de projeter un film... aéronautique, cela va de soi. Bref, un accueil digne des meilleures organisations, qui montre une fois encore le dynamisme qui caractérise notre mouvement.



Troisième étape :
Cabanac - Couhé-Verac

La journée se lève avec une météo prometteuse. L'étape vers Couhé-Verac réjouit tout le monde dans la mesure où elle sous-entend un crochet par les paysages côtiers du secteur de l'île d'Oléron. Les premiers décollages font suite au briefing de 9h00 pour l'étape de midi à St Pierre d'Oléron. On apprécie l'accueil sympathique du club local qui a fait le nécessaire pour notre confort durant cette brève halte. L'ensemble de la caravane redécolle vers 16h30 avec un cap Nord-Est et il est demandé aux participants d'éviter la zone de Fort-Boyard pourtant considérée par beaucoup comme un passage obligatoire ! Vos serviteurs, en léger décalage avec la caravane n'ayant pas été averti, quelques images ''plein zoom'' sont saisies au profit de la vidéo ! Les paysages sont superbes, offrant , une vue magique sur les ports, les plages, les bouchots noyés sous une eau presque turquoise... La seconde partie de l'étape restera dans les mémoires comme plus remuante, notamment dans celles des ''penduleux'', lesquels rencontrent de facétieuses thermiques. Seul incident de parcours, un pilote pendulaire subit une panne moteur lors du survol maritime entre Fort Boyard et la côte. Il pousse au maximum la finesse de son Aquilair 582, mais échoue à quelques mètres de son point d'aboutissement. Pas de bobo, mais un ULM bien abîmé (aile détruite, hélice, carénages...), et un bain imprévu. Le pilote sera recueilli (avec son aéronef) par la voiture-balai et rentrera presque entièrement sec en milieu de nuit. Son moral reste toutefois intact, puisqu'il continue le Tour, bien sûr pas en vol avec sa machine. L'arrivée sur Couhé-Vérac ne pose pas de problème particulier. Les atterrissages s'enchaînent à rythme régulier pour que tout le monde soit finalement posé vers 19 heures. S'ensuit un accueil parfait du club ULM Cubyc présidé par François Durand. La journée s'achève par un concert de musique folk-country. La spécialiste météo nous annonce pour mercredi des perturbations de nature à compliquer la suite du Tour... Doit-on tirer sur le messager ?



Quatrième étape :
Couhé-Verac - Levroux

Mercredi soir, 19 heures : le briefing est plombé par une terrible nouvelle. Anthony Delluc s'est tué en évoluant avec son pendulaire Tanarg Bionix. L'accident s'est produit quelques instants après l'atterrissage des derniers concurrents, ''hors Tour ULM'', c'est à dire en dehors des itinéraires d'étapes ou de compétition. Après sa journée de vol, en encadrement des équipages jeunes, Anthony à redécollé seul pour enchaîner quelques évolutions, un peu à l'écart du site de Levroux où la caravane s'est arrêtée (étape improvisée à cause de la météo capricieuse). Il est tombé, vraisemblablement victime d'un tumbling, sans avoir déclenché son parachute. Garçon sympathique, instructeur, il poursuivait le rêve de son père Claude Delluc (ULM Evasion - Romans). Nos pensées vont à sa famille. L'organisation n'a pas décidé de changer les projets, en dépit des circonstances et d'une météo compliquée. Pour l'heure, il est juste question d'un report d'une journée sur le reste du trajet.



Cinquième étape :
Levroux - Nangis

Comme prévu, l'étape de ce jeudi 5 août est courte : il s'agit de rejoindre Nangis en Seine-et-Marne depuis Levroux dans l'Indre. Deux cents et quelques kilomètres pour ceux qui tirent en ligne droite, un peu plus pour ceux qui jardinent ou pour les compétiteurs qui doivent retrouver des spots au sol. L'ambiance est un peu triste suite à l'accident de la veille, mais les équipages sont motivés pour continuer le Tour. D'autant que Dominique Méreuze a relayé le souhait des parents d'Anthony de voir la caravane se poser au complet à Romans sur Isère (base d'attache de la famille Delluc), comme l'aurait apprécié le jeune homme. D'ailleurs le gala de clôture y aura également lieu. Respect pour le courage de cette famille dans la peine. La météo du jour annonçait des cumulus et strato-cumulus, avec un vent du 310 pour 10 à 15 kts. Les prévisions se révèlent exactes, à l'exception de rafales montant à 25 kts. Aucun incident n'entâche cette journée, finalement plus ensoleillée que prévue. La navigation sous la TMA Paris ne pose aucun problème, les participants ayant été largement briefés par Jack Krine des risques et ennuis que représentait une intrusion en classe A. Demain le Tour rejoint Mâcon via Gray en Haute Saône. La météo est donnée favorable par Catherine Van de Velde, avec vent dans le dos et nébulosité contenue. C'est la tendance qui fait jour pour la fin de semaine.





Sixième étape :
Nangis - Mâcon

AL'étape du jour relie Nangis en Seine-et-Marne, à Mâcon en Saône-et-Loire, via Gray en Haute Saône. Soit deux demi-étapes de 240 et 140 kilomètres. Comme chaque jour et selon un scénario bien rôdé à présent, les équipages s'élancent. Aujourd'hui en 23 sur la piste revêtue de Nangis. Le Zephyr de l'équipage M88 décolle juste derrière le Team ULMaG pour quelques prises de vues en l'air. Nous tirons un cap altéré jusqu'à Pont-sur-Yonne pour pouvoir évoluer librement sans gêner les autres participants. La météo étant de la partie, le plaisir du vol est complet. Seuls les équipages pendulaires qui ont choisi de passer sous les zones RTBA au voisinage des forêts se font un peu brasser. L'arrivée sur Gray-St-Adrien ne pose aucune difficulté. Trois pistes sont à disposition : 400 ou 800 m gazonnées ou 800 m revêtue. Jérôme Canelle qui préside à la destinée du Club ULM Gray a fait les choses bien. En résulte bien sûr un moment de décontraction qui se prolonge un tantinet, après le café... Pour la seconde partie du vol, en direction de Mâcon, je donne rendez-vous à Jack Krine en l'air pour une séance vidéo. La fusée MCR me rejoint à la manière d'un chasseur visant son objectif. On peut faire confiance à un ex-leader solo de la Patrouille de France... Encore une fois, le vol est paisible, avec la Saône comme fil d'Ariane. Côté navigation, on ne peut pas dire que l'organisation a choisi la complexité. Les rares zones rencontrées sont inactives et les repères sont nombreux et faciles à trouver. Après l'atterrissage, les équipages sont invités à un pot de bienvenue, qui sera suivi dans la soirée par le traditionnel pot des mécanos - Pierre et Gérard - qui se prolonge jusqu'au repas. Le briefing météo fait état d'un ciel clément pour le lendemain.



Septième étape :
Mâcon - Romans

Samedi 7 août : la caravane du Tour ULM 2010 s'élance pour la dernière étape qui la conduit à Romans-sur-Isère, d'où elle est partie une semaine plus tôt. Comme prévu, la météo est parfaite. L'itinéraire passe par Bourg-Ceyzeriat où il est prévu une halte pour honorer le travail remarquable accompli par Gérald Thevenon (Gemilis Aéro) qui a pris la gérance de cet aérodrome afin d'en relancer l'activité. Petit vol de 35 km que les participants sont priés d'allonger en visitant les environs, histoire de ne pas tous arriver en même temps sur l'aérodrome. A la suite, la nav' théorique estimée à 140 kilomètres se transforme pour certains équipages en un inoubliable vol en montagne. L'équipage Spirit of Noumea se fend d'une parenthèse au Mont-Blanc, après renseignements pris auprès des pilotes basés à Annecy. De l'avis de tous, cette dernière étape parachève l'un des plus beaux Tours ULM. L'arrivée à Romans se déroule sans incident. L'accueil du club ULM Evasion est telle qu'il fut au premier jour, en dépit du deuil qui en frappe ses membres. Un exemple, tant dans la dignité que dans le sérieux et le courage. Repas de clôture, fête et cérémonie emmènent les participants jusqu'après minuit, après quoi l'esprit chargé d'émotion, d'images superbes et de souvenirs nouveaux, chacun retourne à sa tente pour ''digérer'' cette semaine de balade. Demain les équipages se disperseront en toutes directions. La météo sera volable, mais pas aussi bonne selon la spécialiste du Tour.



Tour ULM 2010 :
le Bilan

De l'avis de tous, le Tour ULM 2010 est l'une des plus belles éditions réalisées à ce jour. Avec un itinéraire simple qui n'a pas dépassé le cadre des frontières françaises, il a permis de découvrir, ou redécouvrir, les régions Rhône-Alpes, Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées, Aquitaine, Poitou-Charentes, Centre, Parisienne, Franche-Comté et Bourgogne... Une boucle théorique de 1700 kilomètres qui en aura totalisé 2500 pour certains équipages, dont le Team ULMaG (hors déplacements privés, venue sur site et retour). Le choix de retarder d'une journée le Tour à partir de Couhé-Vérac a été bon : cela a permis terminer la boucle avec une météo favorable. Finalement, les participants n'auront quasiment pas rencontré de pluie ; seul un orage violent a été vécu lors de l'étape intermédiaire de Belvès, obligeant les pilotes à retarder leur décollage de quelques heures. Pas de quoi entamer le moral des troupes. Hormis l'accident mortel qui a eu lieu en marge des étapes et qui est dû à la fougue incontrôlée d'un jeune pilote-instructeur, on aura eu à déplorer que des incidents mineurs : un atterrissage dur occasionnant des dommages à la cellule, aux trains et aux gouvernes d'un multiaxe composite à ailes basses, et un amerrissage sur panne moteur ayant partiellement détruit un pendulaire. Deux incidents sans conséquences physiques pour les équipages. L'atelier mobile de Pierre Pouchès et Gérard Rayssac a fonctionné à plein : certains moteurs ont été refaits partiellement et d'autres ont été dépannés. Principalement des pannes à mettre à l'actif d'un mauvais suivi mécanique, d'une préparation insuffisante ou d'usure non détectée. La sécurité a été assurée par deux entités distinctes : le directeur des vols Jack Krine qui conjugue fort adroitement sérieux et humour, et les agents de contrôle dépêchés par la DGAC. Leur professionnalisme a convaincu les derniers participants septiques que les contrôleurs ne sont pas nos ennemis, bien au contraire. Pour la météo, une spécialiste, elle aussi dépêchée par la DGAC, a permis de faire les bons choix. Le Tour ULM ne serait pas sans les indispensables placeurs. Qu'ils soient remerciés pour leur travail silencieux et efficace. Aux étapes, les clubs réalisent des prouesses avec souvent peu de moyens. La disponibilité de leurs membres est le principal ingrédient de la réussite. Tous jouent le jeu. Qu'ils soient eux aussi chaleureusement remerciés pour leur bienveillance. Parmi les groupes représentés, il convient de féliciter celui des vols adaptés pour le courage et la ténacité de ses équipages, sans oublier les jeunes qui ont montré leur sérieux et leur bonne volonté (encore qu'on aurait apprécié qu'ils se mélangent d'avantage aux ''vieux''). Côté organisation, la FFPLUM est désormais rodée. Le fonctionnement est assez fluide pour des pilotes parfaitement encadrés. On pourra toujours discuter la qualité des prestations extérieures ; elles ont toutefois le mérite d'être assurées contre vents et marées, en dépit notamment de pannes de véhicules qui auraient pu bloquer plus lourdement la caravane que cela n'a été le cas. Côté équipages, si la très grande majorité est disciplinée et respectueuse des autres, il reste à déplorer quelques comportements individuels intolérables, notamment en terme d'égoïsme, d'éducation et d'hygiène. Mais ceux-là ne sont pas assez nombreux pour pourrir cette semaine de balade intensive. Au final, ce qu'on retient de ce Tour ULM est la formidable opportunité de découvrir des paysages qu'on n'aurait pas supposés, la possibilité de perfectionner son pilotage, les rencontres et la prise de confiance en soi. Pour tout cela, le Tour de la FFPLUM est un outil remarquable.


Contact
FFPLUM - 96 bis rue Marc Sangnier, 94704 Maisons Alfort Cedex - 01 49 81 74 43 - www.ffplum.com




Les stationnements impressionnent beaucoup le public.


Départ et arrivée à Romans-sur-Isère.


Le club ULM Evasion fait les choses très bien.


Les membres du club ULM Evasion proposent un BBQ géant.


Claire et Henrik à la radio pour notre sécurité.


L'hélico de la DGAC a subi une avarie qui l'a immobilisé durant une étape
.


Un Kompress catégorie CNSK a suivi le Tour... opération séduction !



Les sanitaires en progrès par rapport aux années précédentes
.


Peu de douches, mais pourtant pas d'embouteillage monstre
.


Les jeunes pilotent tous ; certains sont baptisés par Jack Krine et son MCR
.


L'avion de la DGAC suit le Tour.. ou le précède
.


Les hommes qui ''lubrifient'' roulages et stationnements.


Les handicapés sont présents sur le Tour et font preuve de courage et de ténacité.


Le carburant est servi en bidons de 10, 15 ou 20 litres.


Un orage violent ponctue l'étape intermédiaire de Belvès.


Les vieux Deb's montrent leur vieilles brèles aux spectateurs.


Guy Wardavoir en pleine navigation... à l'ancienne.


Gérard et Pierre bricolent une radio de dépannage pour le MCR.


Les files d'attente au décollage sont plus ou moins longues... selon la discipline des participants.


Briefing à Oléron : ne pas survoler Fort Boyard... Ah bon !.


Une semi-remorque suit le Tour avec les bagages ; jamais de retard à l'arrivée des équipages.


Concert de country-folk à Couhé-Vérac : l'organisation est impressionnante.


Le vent violent qui souffle à Levroux oblige les campeurs à se protéger derrière les hangars.


Nouvelle collection automne-hiver 2010 : la Mouche métallisée !


Mâcon, un aéroport qui offre une énorme surface de stationnement.


Rituel incontournable pour les équipages, l'avitaillement à l'ancienne.


Vézénobres, un village historique qu'on aperçoit en finale à Alès.


Les inscriptions et contrôles, passages obligés pour participer au Tour ULM.


Les briefings s'enchaînent à rythme effréné ; y'a toujours des trucs à dire que les gens oublient en général assez rapidement.


Après les vols, les équipages se délassent...


... ou notent leurs impressions sur leur journal de bord.


Xavier en partance pour la clinique psychiatrique...


Miguel s'adonne désormais à l'alcool, ça fait oublier les turbulences.


La bacchante est facétieuse, l'oeil est vif, l'humeur est mutine.


Test d'apnée : au bout d'une heure, le teint vire au pourpre !.


L'homme-balai teste une casquette pliante en métal... ça marche !


Serge Bouchet très studieux prépare La nav'... la bonne excuse pour envoyer Geneviève chercher les bagages.


Chaque ULM qui décolle ou atterrit est pointé ; il ne doit en manquer aucun aux étapes ou aux intermédiaires.


Ben-Hur ou le courage incarné ; quinze minutes de préparation pour s'arnacher avant de mettre en route. Leçon.


Quand l'ordinateur fonctionne, le Team ULMaG se réjouit.


Quand l'ordi plante, le Team tire la gueule.


Vos réactions

Posté le : 01/08/10 10:47 - par : borniche
Bonjour
où peut-on voir les photos ?
merci d'avance et bravo pour les compte rendu...

Posté le : 01/08/10 13:55 - par : madka
Très bons ces commentaires, merci de nous tenir au courant (surtout pour les "mamam" !) des photos des pilotes seraient agréables aussi, surtout si on peut reconnaitre son chéri ou son fiston! bon vol a tous

Posté le : 01/08/10 15:00 - par : Admin
Bonjour et merci de vos commentaires sympathiques. C'est pas très facile de tenir à la fois le manche, l'appareil photo, les trois caméras et le stylo ! Xavier et moi trouvons quelques minutes chaque nuit pour monter les films, mais pour les photos (qui sont très nombreuses), vous devrez attendre que nous soyons rentrés au bercail et ayons dérusher les quelques milliers d'images prises en vol, au sol et sous l'eau (ou sous la pluie) !!!
Des photos seront disponibles dans dossier à venir prochainement ; mais pour l'instant, vacances ! Encore merci de votre fidélité. miguel horville.

Posté le : 01/08/10 15:20 - par : Noumea
Parfait votre site bravo voici l'adresse de notre blog http://tourdefranceulm2010.blogspot.com/
Marc et Christian - Team Nouvelle Calédonie sur Spirit of Nouméa. Amicalement Marc.
Bons vols

Posté le : 01/08/10 17:42 - par : Be good
Et si tu nous le gagnais ce tour, tu aurais le temps de filmer les suivants, non ?
Bons vols

Posté le : 01/08/10 23:01 - par : mimi
Je souhaite juste préciser que Sylvie, Claude et Dominique ont fait un énorme travail depuis le début de l'année. Bon vol à tous et à vendredi au snack.

Posté le : 02/08/10 23:12 - par : hlothar
Bonsoir Miguel et Xavier,
Selon les observations faites par une personne (peut-être pilote d'avion vrai), plusieurs dizaines de participants du tour ont enfreint gravement les règles de la circulation aérienne dans la région de Bergerac. Ces observations ont été publiées dans le forum des pilotes privés (http://www.pilotes-prives.fr/viewtopic.php?f=2&t=9158&st=0&sk=t&sd=a&start=45) par ''Mousquetaire''.
hlothar

Posté le : 16/08/10 21:31 - par : Admin
Nous allons en reparler dans l'édito d'août ; les trous mal lavés devraient parfois retirer leur épingle du nez. Merci hlothar pour ton attention.

Posté le : 05/08/10 20:07 - par : guy
Bien vu Miguel et merci pour les vieux Déb's !

Posté le : 05/08/10 21:17 - par : florent
enfin une vidéo qui nous redonne du sourire ; je vous souhaite un très bon retour

Posté le : 05/08/10 22:52 - par : agnès
bravo pour les récits des étapes ; nous suivons les péripéties des pilotes au quotidien. des photos sont-elles diponibles sur ulmag ?

Posté le : 16/08/10 21:31 - par : Admin
Déjà répondu ; merci de votre fidélité.

Posté le : 05/08/10 23:04 - par : guy
tous les vieux Déb's sont bien rentrés en vol mercredi et avec une météo plus que moyenne et après quelques petites vaches...Carl Edouin à Bernay, François Prual à côté de Rennes, Jean Pierre Allagnon à Saint André de l'Eure, Jean Luc Prignol à côté d'Orléans, Pablo Bergel, Gilles Desheulles et moi même à CAP 28... pour la traditionnelle soirée gauloise..Vincent Bisiaux a poursuivi la balade vers l'Espagne... vive les vieux machins et les basses vitesses et merci à tous ceux qui nous ont accompagnés, Michèle, BK, Mimi, Claudine et Bernard et aussi à ceux qui nous ont toujours accueillis avec gentillesse et disponibilité, à bientôt à Blois.

Posté le : 13/08/10 17:28 - par : baroudeur
bien parlé mais pas de machine en vue !

Posté le : 12/08/10 10:36 - par : Vieux Pierre
J'ai pu apprécier ce tour, en tant que spectateur, ce pensant me ''mettre'' à l'ULM, maintenant à la retraite. Je me suis déplacé à plus de 300 km, pour l'étape de Cabanac-Villagrains : cette manifestation a été superbe. Cet enthousiasme m'amène à suggérer une idée, qui serait de proposer un Tour plus élargi, (voire en un ou plusieurs petits "S") qui autoriserait à davantage de personnes, d'assister à une telle présentation. Faire en sorte que 200 km soient un maximum, par rapport à son domicile, serait l'idéal. Là on peut découvrir une quantité très importante d'appareils, discuter avec des gens passionnés, parler, avion, navigation ou mécanique etc... contacts très enrichissants : j'ai découvert une ambiance sympathique, source de bonheur, qui pourrait plaire à un public, qui ne connaît pas encore ce loisir qu'est l'ULM. Les organisateurs ont beaucoup donné d'eux-même, qu'ils en soient ici, vivement remerciés.

Posté le : 14/08/10 06:30 - par : henri
super vidéos ! bravo pour les images et le montage ! SUPER PRO !!! y'aura-t-il un dvd du tour ulm 2010 ?

Posté le : 14/08/10 20:37 - par : Admin
DVD il y aura, c'est promis... mais d'abord, une semaine de vacances, en ULM of course !

Posté le : 14/08/10 22:36 - par : jeff
A mon avis, dans n'importe quelle manifestation, quand il y a un mort, peu importe les raisons, on s'abstient de parler de ''belle édition'' ne serait-ce que par respect pour la famille et les proches qui ne sont pas les organisateurs qui n'ont pas su empêcher ce jeune homme de prendre son dernier envol. Signé, un pilote désespéré devant le nombre d'accidents idiots et qui voudrait voler encore longtemps.

Posté le : 15/08/10 15:28 - par : Gilles
Bravo à tous organisateurs, participants et compétiteurs surtout compétiteurs... Où sont les résultats. Il est regrettable que la compétition ne soit pas plus mise en avant. Pourquoi la compétition en ULM est-elle toujours mise en arrière plan ? Où en sont les championnats d'Europe en Angleterre ? Même notre FFPLULM n'en parle pas, top secret ou quoi, la compétition ? Quelle dommage car ces une bonne école.

Posté le : 15/08/10 21:57 - par : kiki19
Bonjour, juste un commentaire, il n'est pas facile d'organiser, bravo aux organisateurs et petites mains qui ont fonctionné pour le bien de tous. Un seul regret, même s'il est plein d'humour et excellent pilote, dommage que notre directeur des vols ne puisse s'empêcher de faire une démo de voltige. Il me semble que le moment n'est pas adapté. C'est juste le point de vue de quelques pilotes. Encore br
avo

Posté le : 16/08/10 22:46 - par : fab
Bonjour ULMaG,
Bravo pour ce récit vivant. Avec des histoires comme ça illustrées de vidéos dynamiques, on vit réellement ce que vivent les pilotes et cela donne envie de faire soi-même l'expérience du Tour ULM. J'attends désormais avec impatience d'autres voyages racontés de la sorte. Merci.

Posté le : 19/08/10 10:51 - par : Alain Catalan
Merci pour ce fantastique reportage du Tour ! Nous aurons plaisir à le relire plusieurs fois cet hiver... Alain ''Lima'' (Tetras jaune), speaker amateur à l'étape de départ et d'arrivée, Romans.




.
.
.