logo ULMaG www.ulmtechnologie-shop.com
Courrier des lecteurs

2022 à 2018

<< page..1234567891011..page >>

De quoi se mêle-t-elle ?

Bonjour Miguel,
Je suis tombé sur le courrier que Françoise Horiot signe au nom du GIPAG : Encadrer le travail aérien en ULM. De quoi se mêle cette personne ? Que connaît-elle du monde ULM ? Cela va sembler paradoxal, mais ton édito d'octobre qui va dans le même sens ne me choque pas. Parce que tu sais de quoi du parles, et surtout parce que argumentes avec force et raison en donnant des exemples concrets. Je suis certain que cette personne a écrit son communiqué sur commande pour des gens jaloux de notre réglementation. La réaction de Sébastien Perrot, le président de la FFPLUM est légitime et bien sentie. Merci de tes articles toujours intéressants. Cordialement.
Jacques Delande - 23/12/21

Bonjour cher revenant !
Entièrement d'accord avec ton analyse : ce communiqué laisse un relent de jalousie. Et encore d'accord avec toi sur l'édito de Sébastien Perrot : il a remis les choses à leur place, qu'il en soit félicité. Amicalement.
Miguel Horville - ULMäG.fr

Quand la FD s'offusque

Bonjour Miguel,
J'ai lu le courrier de René Viguier (Polémiques autour de la FFPLUM - 10 décembre 2021) et le tien en réponse. Je partage totalement l'avis exprimé sur nos fossoyeurs et, en fait, je suis particulièrement déçu de la naïveté de nos élus en particulier du comité directeur qui n'assume pas son rôle face à la DGAC, et n'envisage rien de particulier pour réagir à part s'estimer offusqué ; c'est consternant !
On est bien loin des réactions de Dominique Méreuze, dont je ne cautionne pas tous les choix qui, lorsqu'il y avait un conflit d'importance et qu'il fallait faire corps m'avait contacté à 2 occasions (et beaucoup d'autres bien évidemment) pour savoir si nous étions prêts à bloquer un aéroport ou une voie routière importante... Nous étions tous prêts à le suivre sans aucune hésitation, cela a suffi à reprendre les négociations. Comme ancien commandant de la CRS N°1, il savait très bien comment fonctionnaient les politiques et les administratifs pour leur faire faire machine arrière dans leur désir permanent de nous réglementer sans cesse pour notre bien, évidemment. Ceci étant, Dominique volait, connaissait les enjeux de notre mouvement et surtout il en avait... Cordialement.
Guy Wardavoir - 21/12/21

Bonjour Guy,
Il est vrai que l'action de la FFPLUM était nettement plus palpable du temps de Méreuze. Pareil qu'en politique, il y a eu de grands présidents et... des différents. Comme tu le fais remarquer, le plus agaçant est la succession de messages offusqués émanant d'une fédé' qui constate sans agir ce qui nous tombe sur le pif. Jusqu'au jour où la DGAC nous apprendra que la FFPLUM a disparu ! Merci de ton message. Cordialement
Miguel Horville - ULMäG.fr


Polémiques autour de la FFPLUM

Bonjour Miguel,
Je te remercie pour ton édito d’octobre 2021. Celui-ci expose clairement avec raison, une des graves dérives du mouvement, capté par les pros et les faiseurs de chiffres d’affaire au détriment de ceux qui ne demandent qu'à voler tranquille en maintenant les fondamentaux .
Effectivement ils n'en ont rien à foutre !
Lors d’une réunion de l’association les Vieux’Debs, il y a 2 ans à CAP28, une poignée de pilotes venus tout spécialement pour discuter de ces dérives du mouvement, voyaient bien tout cela arriver !
Le vice-président fédéral s’y était déplacé, oui déjà 2 ans et jamais de réponse, hors quelques réflexions méprisantes et bottant en touche.
Il y avait été sollicité la tenue d’une table tonde, du débat au niveau national, mais RIEN.
Devant cette surdité, une association ULM Liberté a vu le jour pour dénoncer ces silences. Elle a assumé sa communication au mieux, en diffusant des lettres expliquant la dérive interne de la FFPLUM.
Depuis, et c’est remarquable, conscient du problème tu as permis à ULMaG de les diffuser, comme récemment les lettres 10 et 11 de novembre 2021, ou clairement il est démontré le dysfonctionnement fédéral !
On ne peut pas les mettre en cause, c’est du factuel !
Le 27 du mois dernier s’est tenu une réunion au CNOSF du Comité Directeur fédéral et des Comités Régionaux de la FFPLUM.
Auparavant, certains membres du CD et des CR, ont eu connaissance de ce qui est évoqué dans ces lettres de contestations.
Ayant de bonnes relations avec eux, au vu de ma participation active à la FFPLUM, lors d’une mandature de Dominique Mereuze, nous avons pu en débattre et j’ai pu leur donner la conclusion qui suit :
''Pour ramener la sérénité avec bien des adhérents et une remise en ligne du mouvement, qui en ce moment affronte avec la DGAC une passe difficile et dangereuse pour son avenir, une seule solution : ouvrir les portes, appeler tous ces contestataires, créer des tables rondes, du débat etc…
Mais comme on le sait le Président Fédéral, au vu de l’idée qu’il a de sa propre personne, il en est et en restera incapable.
Donc, c’est simple, tant que ce président restera là, avec son fonctionnement autocratique, ce sera ainsi et l’on s’enfoncera vers un déclin du mouvement, ça c’est sûr hélas !    
Ça ce n’est pas que moi qui le dit, mais bien des anciens que j’ai régulièrement au téléphone.
Pour rappel, il n’est même pas pratiquant… et ne met jamais les pieds sur le terrain ou il est inscrit (pour la forme et donner le change).
Urgent : trouver une solution, pour que des personnes probres, comme des passionnés Ulmistes de cœur que vous êtes et sûrement d’autres, reprennent le flambeau !
C’est faisable avec de la volonté d’élus au CD, il y a des moyens…''

Dans ce Comité Directeur, je le sais, il y a des bénévoles francs et intègres, qui ont à cœur de défendre le mouvement.
Mais ce dit Comité Directeur, pourtant absolument souverain selon les statuts de la FFPLUM, est actuellement verrouillé par le bureau et son président, qui s’est tout simplement adjugé sa fonction !
Je crois que certains comprennent enfin la responsabilité qu’ils prennent vis-à-vis des adhérents en laissant cette situation se perpétuer et en se laissant ainsi manipuler.
De vives discussions en interne sont en train de naître ; j’en ai eu le témoignage !
Je ne sais si cela aboutira... en tous cas ils ont les clefs.
René Viguier - 10/12/21

Bonjour René,
Ton courrier m'inspire à bien des niveaux, mais surtout il me permet de faire une indispensable mise au point.
Contrairement à certains journalistes assez faibles mentalement (la plupart en vérité), je parviens à avoir une pensée propre tout en pratiquant honnêtement et impartialement mon métier.
Donc les positions que je prends et défends dans mes éditos sont totalement cloisonnées du reste du magazine et notamment de l'actualité.
J'essaye de ne jamais prendre parti pour un ''clan'', une association, un club, une fédération quand il s'agit de relayer une lettre d'information (newsletter).
Je publie le document qu'on me transmet pour le porter à la connaissance des lecteurs. Point.
Parfois les contre-vérités criantes ou de trop ostensibles foutages de gueule m'imposent de réagir ; en ne le faisant pas j'en serais complice et cela me serait reproché.
Donc informer oui, transmettre absolument, mais pas servir la soupe comme le font désormais la quasi-totalité des journaleux qui pensent que le public est bête, alors que pas toujours...
Ces précautions liminaires accomplies, je peux concéder que notre fédération a bien changé.
Factuellement, il faut reconnaître que la FFPLUM, son président et son bureau directeur mènent une politique ''progressiste'' à hauts risques, mais semblent parallèlement totalement dépassés par des règles nouvelles qui les effarent et face auxquelles ils ne sont que spectateurs (selon moi par manque d'anticipation et de maîtrise des sujets).
Mais là où certains voient un nuisible complotisme, je ne vois qu'amateurisme et aveuglement.
Un exemple :
Le récent courrier de Louis Collardeau (à propos de la décision ED 2020/ 005/R abordant la comptabilisation des heures de vol ULM en heures de vol avion) conclu par un autoritaire ''ce sera sans nous !'' est prophétiquement annonciateur de notre débâcle : car ''ce sera bien avec nous'', la DGAC ayant entériné cette décision sans concertation, laissant notre vice-président réfléchir au poids que pèse désormais la FFPLUM, face à deux entités madrées qui l'ont poussée aux fautes élémentaires pour désormais la contrôler à loisir.
Au risque de me répéter, tout cela était prévisible, mais encore fallait-il ne pas s'aveugler d'un pouvoir de pacotille. Avant de se lancer dans de grandes trajectoires fumeuses, Génération ULM (en marche ?) aurait dû analyser la situation, inventorier les enjeux et capitaliser sur l'histoire.
L'expérience est une lanterne attachée dans notre dos, qui n'éclaire que le chemin parcouru. Sur une autre route, les suivants avancent dans le noir.
Merci pour ton courrier, cordialement.
Miguel Horville - ULMäG.fr

Adieu l'ami

Gilbert Schumacher est parti vers un autre monde, emporté par la maladie. Il fut mon instructeur et celui de très nombreux élèves, sur la base de Zoufftgen, au Nord de Thionville, sur la base de Sterpenich en Belgique, sur la base de Cipières et bien sûr à Chambley. Gilbert, je l'appelais ''le Tabarly de l'ULM'', taciturne souvent, direct mais affectueux, disponible et toujours bénévole. Il connut des aventures durant toutes ses années d'instructeur, dont un crash violent en testant un appareil. Gilbert manquera à beaucoup de gens, et je fais partie de ces personnes qui avaient du respect et de l'affection pour lui. Il a souhaité sa fin sans visite aucune, sans vagues.
Une personne n'est pas vraiment disparue tant qu'il reste quelqu'un pour penser à elle... Gilbert, je pense à toi. J'essaye de ne pas être triste ; je n'y arrive pas ; les mots ne suffisent plus.

Jacques Foucher - 07/07/21

Bonjour Jacques,
Il y a des personnes qui laissent un vide en partant. Cet instructeur t'a marqué et tu lui rends un bel hommage. Ceux qui connaissaient Gilbert apprécieront. Cordialement.
Miguel Horville - ULMäG.fr


Monopole Rotax

Bonjour Miguel,
Intéressant édito de mai 2021 ! Mais je ne suis pas sûr que le frein à l'offre soit le monopole actuel de Rotax, avec lequel je vole après des expériences... compliquées... sur d'autres moteurs. La concurrence n'est pas nombreuse car le marché, en fait, n'est pas énorme... et s'oriente vers l'électrique. Alors, les chinois ou autres peuvent ils nous offrir de l'innovation ? Rotax le peut/veut-il ? Je ne serais pas surpris d'une annonce dans ce genre du leader dans les années qui viennent ! Concernant les Lycosaures, la certification y est sûrement pour beaucoup dans leur peu d'innovation. Ce que nous devrions pouvoir palier avec l'ULM !
Henry Poutot - 28/05/21

Bonjour Henry,
Il n'y a pas de frein à l'offre ; mais à l'innovation et c'est connu dans l'industrie : quand une formule fonctionne, pourquoi s'emmerder à la changer si rien n'incite à le faire ? Seule la concurrence peut faire bouger les lignes : c'est le sens de cet édito. La concurrence stimule l'imagination, aiguise la qualité, bonifie les performances et baisse les tarifs. C'est en ceci que l'arrivée de tout motoriste sérieux a du bon : pousser les leaders à mériter leur leadership, à toujours améliorer leur produits. Je ne sais pas pour les autres, mais personnellement je ne me satisfais pas de mon Rotax. Certes il est fiable, certes il est puissant. Mais quand je compare le fonctionnement (quand même très merdique, démarrage, arrêt, conso...), les usures bizarres de pignonnerie du réducteur (pas de panne mais de la limaille en quantité anormale vu la régularité des vidanges), la gestion merdique des températures (outre l'avionneur)... à mes bagnoles, celle de 2021, et aussi celle de 2000 et celle de 1985... j'ai honte de ce bouzingue. Je rappelle que je viens de la moto : aujourd'hui nous sommes à 250 ch/litre avec une fiabilité exemplaire, aucune usure mécanique et une qualité de fonctionnement admirable... ça laisse rêveur. J'ai eu un Jabiru 2200A que j'adorais pour son fonctionnement, mais bien sûr pas pour les ennuis qu'il a procuré à certains, et qu'il allait me procurer à terme. Les deux temps Rotax sont pour moi exemplaires, mais on n'aime pas le 2T avec son bruit de vaisselle et ses fumées puantes... et puis, ça fait pas ''avion''. J'ai beau retourner le problème dans tous les sens : le 912 est sans doute le moins mauvais moteur, mais quand même désormais complètement dépassé et scandaleusement trop cher. Pour l'anecdote, mon voisin anglais Terry est fier de voler sur son nouvel Eurofox 912S depuis quelques mois. Il l'a ramené d'Angleterre, a survolé ma maison quelques fois puis plus rien. Renseignement pris, il est cloué au sol à même pas 30 heures à cause des carbus/flotteurs et personne n'a de solution à lui proposer, car il vient d'Angleterre.
Qu'en penser ?
Qu'à 18 KE le bout, y'a un peu de foutage de gueule.
J'ai acheté une bagnole 0 km (Occas'Or), dernière génération, full options 16 KE (Kangoo Maxi DCI 110) ; jusqu'à preuve du contraire, mon 912S ne possède pas 2 ordinateurs, pas de GPS, pas de téléphone ni de BT, pas de roue de secours, pas de clim... Cette caisse tape 200 MK avant de flancher et réclame de l'huile tous les 40 MK... Qui veut m'expliquer que c'est normal, sans trembler des genoux ?
Mais Rotax engrange de très beaux résultats financiers qu'il nous jette chaque année à la face dans son communiqué d'autosatisfaction.
Cordialement.
Miguel Horville - ULMäG.fr

Podium : première place !

Excellent et désormais traditionnel poisson que cette peinture ! j'espère juste cette année être sur le podium des lecteurs réactifs. Bravo pour ton travail que je suis régulièrement.
Frédéric Fauveau - 01/04/21

Podium : première place !
Le second a 12 min de retard à l'allumage (9:50)...
Bravo ! Maintenant, reste à savoir si c'est réellement un poisson ou non ; réponse jeudi 8 avril, comme chaque année. Cordialement
Miguel Horville - ULMäG.fr




<< page..1234567891011..page >>

Webmaster : Fabrice Gay & MH - Rédacteur : Miguel Horville - ULMaG ©2008-2022













page générée en 0,01 sec.