logo ULMaG www.ulmtechnologie-shop.com
ACCUEIL
actualités
agenda
EDITO ulmag
CdG
BSV ffplum
édito ffplum


Courrier des lecteurs

2021 à 2018

<< page..12345678910..page >>

Rester ou partir ?

Bonjour Miguel,
Merci pour ton édito de décembre 2020. Je ne comprends pas pourquoi tu continues chez l'assureur ''traditionnel'' ; j'ai personnellement changé depuis un moment, on verra bien le jour où... D'ailleurs, vu le comportement que tu cites, j'en suis bien content ! Cordialement.
Henry Poutot - 03/02/21

Bonjour Henry,
Comme je m'en suis expliqué dans l'édito susmentionné, j'ai remis le couvert pour 2021 par esprit fédéraliste, tant que la FFPLUM peut apporter un semblant de protection à notre communauté. Je n'y crois plus beaucoup, mais on peut toujours rêver. Je le répète en boucle : nos fédérations aéro' n'ont rien à offrir ou échanger à l'autorité pour infléchir toute décision contraire à nos intérêts. Parce que nous ne sommes rien : pas un lobby économique, pas un groupement d'intérêt, pas une force électrice... juste de gentils inutiles, m'as-tu-vu un tantinet égoïstes. Quand le ciel s'encombrera de bidules autonomes (voir la quantité de restrictions dans ce sens - AIP NOTAMs...), les premiers à gicler seront les pilotes de loisir. Il faut en prendre son parti et s'y préparer. Cordialement.
Miguel Horville - ULMäG.fr

Elle n'était pas qu'un animal

Bonsoir Miguel,
Pour me situer, tu m'as dépanné d'un tee-shirt ULMAG en 2018 au salon de Blois et nous avons partagé une mousse. Je suis triste pour toi, de la disparition de ta chienne Goldy. Vous sembliez fusionnels tous les deux. J'ai perdu deux chiens et je sais ce qu'on ressent. Tes éditos critiques et plein de bon sens restent ma lecture favorite. J'ai abandonné les forums qui tournent en rond avec des acteurs sans âme délivrant des pensées péremptoires quand ce n'est pas de la haine gratuite ou des idées sans fond. Dans tes écrits, j'apprécie une réflexion en profondeur et des propos documentés. Cela devient rare. Alors ne change pas. Reste humain et proche de tes lecteurs. Cela devient rare.
Fabrice - Cerisier - 30/09/20

Bonjour Fabrice,
Merci à toi et à tous ceux qui m'ont écrit un mot gentil pour Gogo. Elle m'a accompagné quatre fois à Blois. Elle y vaquait sans laisse, au grand dam de l'organisateur qui m'engueulait copieusement à ce sujet. Elle était sage, me suivait partout et quémandait ça et là une maigre pitance pour arrondir ses formes déjà généreuses. Jean-Marie je te demande pardon... maintenant il y a prescription. Mes éditos semblent plaire aux lecteurs du magazine ; tant mieux. Mais si ce n'était pas le cas, je dirais... tant pis. Ils sont le reflet de ma pensée et rien ne saurait m'obliger à m'aligner sur une autre voie. Sauf à me prouver que j'ai tort. Cordialement.
Miguel Horville - ULMäG.fr


Les mots à ne pas dire

Bonjour monsieur Horville,
Je lis régulièrement les articles dans ULMaG, les infos, vos éditos (souvent inspirés et sincères) et les courriers des lecteurs avec vos réponses. À celui de Jean-Michel daté du 26 août 2020, vous répondez (je vous cite) : un bon écologiste est un écologiste transformé en terreau ! Je traduis ''mort'', si je lis entre les lignes. On ne peux pas dire ce genre de chose. On n'a pas le droit souhaiter la mort d'une personne, quelle qu'elle soit et quelles que soient ses idées. On peut discuter et même s'engueuler avec elle. La dispute peut en venir aux mains ; mais entre un coquard et une place au Père-Lachaise, il y a une nuance. C'est juste mon point de vue. Merci de me donner votre sentiment sur cet vision de l'humanité. Amicalement.
Luc Marie - 20/09/20

Bonjour Luc,
J'apprécie que m'autorisiez à publier notre échange récent avec votre nom. La phrase qui vous gêne est incomplète. J'ai écrit : ''un bon écologiste est, selon moi, un écologiste transformé en terreau. Sa boucle est bouclée et il sert enfin à quelque chose''.
Je dois vous faire un aveu : je souffre d'une maladie voisine du syndrome de Gilles de La Tourette. Je ne maîtrise pas le politiquement correct. Mes émotions guident mes réflexes et mes réflexes conditionnent ma pensée. Un genre d'instinctivité viscérale. Quand je n'aime pas je déteste et quand je déteste je voue aux gémonies. Je tends l'autre joue seulement pour la bise. Pour le reste, c'est balle pour œil et balle pour dent. La demi-mesure m'est étrangère. Car de plus les symptômes sont étendus : je n'ai aucune sympathie pour le genre humain. J'apprécie les gens qui me paraissent appréciables, j'ignore ceux que je ne connais pas et je me débarrasse (en songe, en rêve, au propre comme au figuré) de ceux qui me gonflent. Cette affection terrible qui me ronge depuis toujours se double d'une dégénérescence du filtre cognitif social : je n'arrive pas à fermer ma gueule. Ce que des gens disent tout bas ou pensent en silence, moi je le vocifère à tue-tête. Le pire, c'est que je pense sincèrement tout ce que je dis ou écris. Ajoutez à cela une hypertrophie glandulaire qui me pousse à braver les interdits et vous comprendrez pourquoi j'estime qu'un écologiste (j'ai peut-être omis de préciser ''militant'', cela me semblait aller de soi) - militant donc - est plus utile pour la société une fois transformé en compost ou en terreau.
J'ai consulté... il n'y a pas de remède à mon mal. Mon salut réside dans l'humour. Dans la vérité et dans l'humour. Cordialement.
Miguel Horville - ULMäG.fr

ULMaG sur FB : impossible... Nabila s'y trouve déjà !

Bonjour Miguel,
Permettez-moi de réagir au courrier du 12 août 2020 et à la réponse que vous lui accordez. Olivier propose de relayer vos éditos qui sont généralement pertinents sur un média incontournable, mais que vous traitez avec un immense mépris : Facebook. Certes vous avez raison en ce sens que tout n'est pas très intéressant, mais si de nombreuses personnes choisissent d'y figurer, c'est qu'elles y trouvent leur intérêt. Pourquoi entretenez-vous une telle vindicte vis-à-vis de ces réseaux sociaux qui, comme leur nom l'indique, rapprochent les gens qui vivent en société ? Je vous pensais plus perspicace... car il faut bien l'admettre, demain les médias tels que le vôtre n'existeront plus s'ils n'apparaissent pas sur Facebook. J'ai un compte FB et je ne crois pas que la tenue de ce compte soit moins sérieuse que le reste de ma vie. Un point de divergence qui n'entame pas le plaisir que j'ai à lire votre magazine. Amitiés aéronautiques.
Jean-Michel T. - 16/09/20

Bonjour Jean-Michel,
Le hic dans votre résonnement, c'est que la tenue de votre compte ne dépend pas de vous qui êtes, j'en suis certain, une personne de haute tenue, mais des gens qui y contribuent. Vous pouvez être Nobel en tout, si des cons postent sur votre compte, votre compte sera à l'image des contributions. Alors vous me rétorquerez que c'est vous qui choisissez les contributeurs. Dans ce cas vous n'intéressez personne d'autre que votre cercle (les gens qui partagent déjà vos idées, votre niveau, voire votre QI). Dès lors la théorie du média incontournable ne tient plus. Un média n'est pas un blog familial ou un clan d'entreprise. C'est une vecteur d'information ouvert à tous. Par ailleurs, je tiens à vous faire remarquer que Nabila et Kim Kardashian possèdent un compte FB, ce qui infirme l'hypothèse d'une quelconque possibilité de trace d'intelligence sur le support. Enfin, je tiens à vous signaler que FB applique une politique d'exclusion basée sur les idées politiques (les comptes autoritairement fermés de tous ceux qui n'embrassent pas les causes bien pensantes en sont la preuve). Comment peut-on accepter cela ? Comment peut-on accepter qu'un tabloïd pour starlettes (Kim, Nabi...) exerce une pression sur la pensée des gens ? Je vais même vous apprendre une chose assez incroyable : avant Facebook, il y avait une vie. Nos parents ont flirté pour nous concevoir, ont travaillé toute leur vie, ont eu des amis, ont connu des joies... sans FB, sans smartphone, sans ordi ! A l'école ils écrivaient des dictées dans lesquelles ''JETM'' s'écrivait ''je t'aime''. Cela étant il se peut, c'est concevable, même fort probable, que je sois un vieux con. Bah... cela me rassure dans un certain sens.
Qu'on soit bien d'accord ; ma réponse ne vous concerne pas. Elle concerne les réseaux asociaux. Vous avez été endoctriné et sujet à une addiction forcée. Mais comme je vous sais intelligent, je suis persuadé que vous vous en sortirez. Très cordialement.
Miguel Horville - ULMäG.fr


Message tronqué

Bonjour Miguel,
Tu publies régulièrement mes courriers et je t'en remercie. Je prends cela comme un (petit) honneur qui m'est fait (ma minute de célébrité). Je sais, car tu me l'as déjà expliqué, que tu corriges l'orthographe et des tournures de phrases. Toutefois, je m'aperçois qu'une partie de mon dernier message a été coupée. Je ne t'en veux pas, j'aimerais juste comprendre s'il s'agit de censure ou autre. Cordialement.
Jacques Delandes - 15/09/20

Bonjour Jacques,
Merci de m'autoriser à publier ton présent message avec ton patronyme. On se connait de longue date et tu sais que si un courrier me pose problème je t'en informerai avant de publier ou pas. Pareil avec tout autre lecteur qui prend la peine de contribuer au magazine. C'est un devoir. Comme tu le soulignes, je corrige l'orthographe des courriers et également les tournures. Attention : ce n'est pas parce les contributeurs n'ont pas reçu une formation littéraire que leurs propos sont inintéressants. Loin de là. Je me pose en ''traducteur'' des idées, de manière à rendre plus lisse la lecture et plus facile la compréhension. Et parfois, je reprends aussi la forme, en essayant de ne jamais trahir le fond. Toujours question d'homogénéisation du contenu d'ULMaG. Pour tout dire, je porte une attention particulière à ce point pour une question de ''tenue'' du magazine, mais aussi pour une question de référencement sur les moteurs de recherche dont Google. Pourquoi ? Parce que j'aime à penser que demain peut-être, un sursaut poussera la population à chercher un peu de qualité dans le verbe. Ce jour là, mes efforts seront récompensés. Donc pour reprendre, tout le monde n'a pas la même facilité à écrire. Cela ne m'ennuie pas de reprendre les courriers s'ils sont pertinents et innovants. C'est une marque de respect pour leur auteur. Quant au courrier auquel tu fais référence, après vérification, j'ai en effet coupé 3 lignes sans rapport avec le sujet, mais susceptibles de provoquer une polémique. Une césure dérisoire qui ne justifiait pas, selon moi, que je t'en avertisse. Peut-être ai-je eu tort et dans ce cas accepte mes excuses. Que cela ne nous fâche pas. Tes interventions sont toujours appréciées. Cordialement.
Miguel Horville - ULMäG.fr

Ecologie, rendement et foutage de gueule

Bonjour Miguel,
Suite à votre édito d'août 2020 : Punir les pilotes ; une idée citoyenne...
Petit rappel sur l'énergie. Toute transformation d'énergie en une autre occasionne une perte ; cette perte s'appelle rendement. Le coefficient maximum du rendement (inatteignable) est de 1. Le meilleur rendement actuel est obtenu avec les moteurs diesels moderne avec presque 0,29... Les centrales thermiques sont bien loin de se résultat : les meilleures tournent autour de 0,20. Comptons ensuite le transport de l'énergie qui occasionne aussi une perte importante. Ensuite chargeons nos batteries, encore de la perte, déchargeons encore nos batteries, perte supplémentaire. Imaginons maintenant combien consomme une voiture électrique en équivalent pétrole, équivalent charbon, équivalent fission nucléaire... L'électrique fait partie de cette intox. En fait quand on regarde les rendements, l'avion ou la voiture électrique est une hérésie. Bonne continuation, bon courage...
Jean-Michel - 26/08/20

Bonjour Jean-Michel,
Votre courrier répond également en tous points à l'édito de mai 2016 : Fumisterie électrique. Allez faire comprendre des choses aussi simples à des gens dont le cerveau est déformé par des idéologies fausses et mensongères ! Le rôle de l'écologie devrait se limiter à donner un cap ; surtout pas de solutions. C'est à la volonté populaire d'imposer des choix sociétaux à la recherche et l'industrie. Preuve que l'écologie ne fonctionne pas : la volonté populaire n'impose rien du tout. Seuls quelques khmers sinistrés du bulbe entendent interdire aux gens de vivre, tout en laissant, bien entendu, les grands pollueurs continuer leur business. Un bon écologiste est, selon moi, un écologiste transformé en terreau. Sa boucle est bouclée et il sert enfin à quelque chose. Merci de votre courrier. Cordialement.
Miguel Horville - ULMäG.fr




<< page..12345678910..page >>

Webmaster : Fabrice Gay & MH - Rédacteur : Miguel Horville - ULMaG ©2008-2021













page générée en 0,01 sec.