logo ULMaG www.ulmtechnologie-shop.com
Edito octobre 2022
161 articles .......... anciens éditos


vignette
Quand les clubs nous font voler

Posséder un objet n'est pas tout ; l'utiliser est fondamental. Et l'utiliser à bon escient est crucial.

Ainsi, nombreux propriétaires d'ULM, d'avions, n'utilisent pas leur appareil, ou peu, ou mal, parce qu'ils n'ont pas idée du bon usage qu'ils pourraient en faire.

Ennui, manque d'appétence, impression d'avoir fait le tour de la question... De ''mauvaises'' raisons contre lesquelles il convient de susciter l'envie.

Or il existe une antidote, plus que centenaire, à l'indifférence. Elle remonte à l'invention de l'automobile, du moins à ses débuts ''populaires''. Au début du XXe siècle, posséder une auto était parfois plus une gageure qu'un véritable luxe. Entre pannes et caprices, les voyages tournaient vite à l'épopée.

En 1900, les frères Michelin qui voulaient fourguer du gommard eurent l'idée génialissime d'inviter les totobilistes à sortir de leur zone de confort en balisant leurs itinéraires d'adresses utiles à la réparation de leur tuture et de ''bonnes'' tables ou hostelleries. Ainsi prémunis d'infortunes courues et attirés par des cartes alléchantes, les voyageurs vaporisaient du caoutchouc pour le plus grand bonheur du manufacturier de Clermont-Ferrand.

Ils possédaient l'objet et en faisaient le ''bon'' usage.

Pour en revenir à nos aéronefs, le bon usage à en faire est de voler. Enchaîner les tours de piste devenant vite lassant, on doit chercher un meilleur emploi. Et c'est parfois là que ça coince. Tout le monde n'a pas l'ambition de voyager, plus ou moins loin. On peut avoir les chocottes de s'aventurer hors de la ''zone de confort'', laquelle a perdu de son intérêt depuis qu'on la pratique.

Le p'tit coup de pied au cul nécessaire est offert par les clubs, leurs sorties, balades, rassemblements, journées découverte (anciennement journées portes ouvertes ou JPO), barbecue, vide-grenier...

Les clubs opérant ces activités sont nombreux ; de fait on n'est jamais très éloigné d'un événement. Et c'est l'occasion de voler avec un but, de rencontrer d'autres pilotes, de découvrir des endroits sympa et... enfin de faire un ''bon'' usage de son zinzin à hélice.

Côté club, ces activités apportent de nombreuses retombées positives, en contrepartie d'un investissement (principalement humain) non négligeable. Deux exemples illustreront le propos.

Journée découverte annuelle de l'aéroclub du plateau Mellois à Chenay dans les Deux-Sèvres. La plate-forme LF7922 (affiliée FFPLUM) dispose d'une piste facile de 500 mètres ouverte à toutes les classes.

Le calendrier des manifestations est déterminé durant l'AG de janvier. Si la logistique est affaire de semaines (contacts, choix des intervenants, enrôlement des bénévoles...), l'organisation pratique, dont l'approvisionnement des denrées ou l'attribution des tâches, débute une dizaine de jours avant l'événement.

Pour éviter les lourdes exigences sécuritaires et administratives d'une manifestation aérienne, ULM-Chenay a choisi la formule ''journée découverte'' que toute association 1901 peut organiser, se limitant à faire la promotion de l'activité du club (baptêmes, école...). Les baptêmes sont réalisés par des personnes autorisées par le club en la personne de son président du club, Thierry Charrier dans cet exemple.

S'agissant d'une activité publique, la publicité est faite auprès de la FFPUM et des comités, des magazines spécialisés, des pilotes à travers les envois en nombre, des réseaux sociaux, de la presse régionale, des offices de tourisme concernés...

Pour une question de gestion, le club demande aux participants de s'inscrire pour profiter des repas JPO. Le club peut faire appel à des traiteurs, mais le budget est forcément conséquent, de sorte qu'il est préférable de se débrouiller en interne, chacun apportant sa collaboration. Au fil du temps, le club fait les investissements nécessaires pour être autonome et les relations avec des associations permettent de profiter de prêts de matériel si nécessaire (friteuses, cafetières...).

Traitant en interne, on gagne en souplesse. Ainsi en août 2022, sur deux jours totalisant 120 repas payants, 70 personnes ont pu déjeuner le dimanche (journée phare) pour seulement 40 inscrites. On consent cet effort parce que c'est l'esprit club et que c'est bon pour le club.

Avec le temps, on tisse un réseau de partenaires avec les professionnels locaux. Par exemple, une grande surface accepte d'avancer des canettes de boisson en surnombre et de reprendre ce qui n'a pas été consommé au terme de l'événement. Ou encore, un brasseur avance des tonnelets de bière et récupère les unités non consommées. Pour un petit club, c'est un avantage énorme.

En terme de bénévolat, une quinzaine de membres s'investissent à fond pour l'organisation, et une dizaine aident ponctuellement le ou les jours de l'événement (stationnement, billetterie des baptêmes, buvette, service...).

Comptablement, dès lors qu'on traite en interne, le club économise la prestation et affiche un bénéfice sur la restauration. Les baptêmes opérés par les membres du club sur les machines du club rapportent l'intégralité du coût de la billetterie. Ce qui n'est pas le cas quand les membres ou accrédités opèrent avec leur machine personnelle pour le compte du club. Mais globalement, le résultat reste bénéficiaire.

Il est toutefois clair que tout le succès d'un tel événement, tant comptable que publicitaire, dépend de la météo. La venue en vol des ULM extérieurs apporte beaucoup, ne serait-ce qu'en terme d'image. Quand la presse locale couvre ces journées découverte, un plateau rempli d'ULM et de visiteurs a toujours un meilleur impact.

On en arrive à la raison d'être des événements comme les JPO. Selon Thierry Charrier, le club a beaucoup à gagner à développer son activité au travers d'une image positive. Que le public comprenne que l'aérodrome lui est destiné est un point important qui profite à la mixité des personnes, pouvant déboucher sur des baptêmes, des inscriptions à l'école de pilotage... La renommée du club en sort grandie et donc son essor aussi.

L'aéroclub vendéen ULM 85 (affilié FFPLUM) créé début 2022 proposait une sortie aéronautique mêlant ULM et avions début novembre. Un pari audacieux en terme météorologique, mais qui a été couronné de succès.

Ange Sylvain, président du club et gérant de l'atelier Aéro 85 situé sur l'aérodrome de Fontenay-le-Comte (LFFK), recherche les formules d'activité les moins onéreuses et entraînant le moins de contraintes possibles aux participants (horaires, obligation de suivre un parcours...). Le concept de la ''sortie'' est une réunion libre de pilotes sur la plate-forme de Fontenay avec un petit déjeuner offert par le club, suivi d'un moment de détente et de convivialité et d'une balade facultative thématique (notamment la tortore).

Il est donc proposé de voler ''comme on l'entend'' jusqu'à un aérodrome voisin (Cholet, distant de 70 km) sur lequel siège un restaurant. Pour ce coup d'essai qui fût réussi et apprécié, les participants ont dû réserver leur table afin de bénéficier d'un tarif groupe et de menus spéciaux. Le club a offert les taxes d'atterrissage (tarif de groupe) aux participants. Les pilotes étaient libres de venir directement ou de repartir sans passer par le point de rendez-vous.

Pour Sylvain, l'organisation représente 3 semaines de préparation, avec le stress des inscriptions tardives (restaurant). La dépense financière du club est faible et aucune déclaration administrative n'est nécessaire parce que chaque équipage se gère individuellement.

La publicité a été faite auprès des pilotes locaux, principalement par le bouche à oreille, l'envoi de messages en nombre et sur les réseaux sociaux.

L'idée est de faire connaître l'atelier Aéro 85 et de développer l'activité ULM du club par le biais d'événements.

La plupart des clubs organisent des JPO ou des balades. Les pilotes isolés (terrain perso) ou non assidus à leur plate-forme, doivent se tenir informés de ces activités. Contrairement aux grands rallyes (Tour -de France- ULM, rallyes régionaux...), les sorties proposées ne revêtent pas de difficulté majeure et s'assortissent généralement d'un report en cas de météo compliquée (chose impossible avec une grande organisation). La distance à parcourir est généralement faible, l'important étant de se rencontrer, de discuter et de déjeuner entre pilotes.

Pour ceux qui peinent à trouver une bonne raison de voler, ces événements sont idéalement dimensionnés et remplissent leur fonction : donner envie d'amuser les nuages.

Et pour les pilotes qui ne pratiquent pas assez, s'inscrire à quelques unes de ces sorties permet de se remettre régulièrement en jambes, ce qui est très bon pour la sécurité ''active'' de tout le monde.

Comme dit Gilou, philosophe-diéséliste et psycho-chaudronnier : l'hypothèse de prendre du plaisir à plusieurs vaut toujours mieux que la certitude de s'emmerder seul.

Bons vols, en finesse, en souplesse, en sécurité.

Miguel Horville


La plate-forme de Chenay reçoit les ulmistes régionaux à l'occasion des journées découverte- © ulmag



Les JPO sont également l'occasion de partager une bonne bouffe entre passionnés et avec des locaux curieux de notre activité - © ulmag



Point de rendez-vous d'une sortie ULM thématique à Fontenay-le-Comte LFFK - © ULM 85



ULM et équipages réunis sur un aérodrome voisin pour le déjeuner - © ULM 85


ANCIENS EDITOS
Quand les clubs nous font voler
octobre 2022
Fin de cycle sur tapis rouge
septembre 2022
Quand l'intégrisme vert vire au kaki
août 2022
Les règles et ce qu'on en fait
juillet 2022
Grand pouvoir et irresponsabilité
juin 2022
Un martien, sinon rien...
avril 2022
Et si on taxait l'indécence ?
mars 2022
Une lente descente vers le désenchantement
février 2022
Un ''sentiment'' d'augmentation...
janvier 2022
Histoire d'un voyage ordinaire extra
décembre 2021
MANEX pour OBL en OPS ULM
octobre 2021
MULM de la FFPLUM : une réussite !
septembre 2021
Du bal des timbrés aux joyeux suicidés
août 2021
Une idée féministe... l'ULM inclusif tendance woke sauce Fayence
juillet 2021
Une balle dans le pied... Une autre dans la tête !
juin 2021
Monopole, le chemin de la régression
mai 2021
La pilule de la veille
avril 2021
L'argent des autres
mars 2021
Comparaison n'est pas raison
février 2021
Fédérer, uniformiser... désunir
janvier 2021
De quoi j'me mêle ?
décembre 2020
Le diable se cache dans les petits caractères
novembre 2020
La cocorilose* en inaction
octobre 2020
J'ai perdu mon ombre... et bientôt ma liberté
septembre 2020
Punir les pilotes ; une idée citoyenne !
août 2020
Et Dieu créa la différence
juillet 2020
Bonne fête, mère Mozette
juin 2020
Vivre riche, sans modération
mai 2020
Histoire d'un rêve qui se termine
avril 2020
Le virus qui rend tout fou
mars 2020
Ceux dont la vie vaut plus
février 2020
Les bonnes résolutions
janvier 2020
Les pendul' à l'heure
décembre 2019
Pour qui roule la fédé' ?
novembre 2019
Qualif' radio : le début du renoncement
octobre 2019
Cherche ULM désespérément
septembre 2019
De qui se moque-t-on ?
août 2019
Les spécialistes
juillet 2019
Le respect des hôtes, des autres
juin 2019
Métastases cherchent naïfs pour proliférer
mai 2019
Les nouveaux ULM...
avril 2019
Vend liberté : mise à un prix 300 000 euros !
mars 2019
Remplir les cases
février 2019
Générations éphémères
janvier 2019
Est-il urgent d'attendre ?
décembre 2018
Aérodrome avec supplément d'âme
novembre 2018
Promotions à débattre
octobre 2018
Victimes or not victimes ?
septembre 2018
La foire aux accessoires
août 2018
Esprit ULM... es-tu là ?
juillet 2018
Entre peu et pas, un état d'esprit
juin 2018
Espace Schengen, my ass...
mai 2018
Entêtement irresponsable
avril 2018
Du carburant frais pour voler ''safe''
mars 2018
Universalité ; diversité ; francophonie...
février 2018
ULM : aéronef sémantiquement indésirable
janvier 2018
Ce contexte qui brise le rêve ?
décembre 2017
Parler patois pas parler à toi ?
novembre 2017
From rustic to high-tech
octobre 2017
S'élever, se régaler, se déplacer...
septembre 2017
De l'impuissance à l'imposture
août 2017
Baliser entre les cônes
juillet 2017
ULM : le bal des hypocrites
juin 2017
Les marquis du narquois vous em... brassent
mai 2017
500 kg : et après ?
avril 2017
Il est si facile d'interdire
mars 2017
A quand les ZIP ?
février 2017
Spécialistes en herbe
janvier 2017
Légèreté
décembre 2016
Comprenez si vous pouvez
novembre 2016
Le ciel a bon dos
octobre 2016
Salon de Blois : les limites
septembre 2016
Les euro-cocus du 8.33
août 2016
Concepteurs amateurs
juillet 2016
Ce chien... un humain comme les autres
juin 2016
Fumisterie électrique
mai 2016
De l'économie au foutage de gueule
avril 2016
Ça va chier !
mars 2016
Presbyte cherche gros caractères
février 2016
Et après?
janvier 2016
Le prix du baril d'a-brut-i...
décembre 2015
Vol de nuit : le bal des hiboux
novembre 2015
Et si la sophistication tuait ?
octobre 2015
Victimes consentantes
septembre 2015
Le sentir... ou pas
août 2015
La saison des gamelles
juillet 2015
Qui osera ?
juin 2015
Un système qui nous échappe
mai 2015
Multicopters : vers une 7e classe ULM ?
avril 2015
Le cinquième élément : celui de trop
mars 2015
Vigipirate : entre psychose et laisser-aller
février 2015
Dans le brouillard de la schizophrénie
janvier 2015
Une furieuse envie de voler !
décembre 2014
Marques sulfureuses... attention patates chaudes !
novembre 2014
Ceux dont la vie vaut moins...
octobre 2014
Drones : la messe est dite
septembre 2014
Attention aux bagages
août 2014
Dieu ne connaît pas ma soeur !
juillet 2014
L'ultime décision ; question de choix
juin 2014
Le beurre, l'argent du beurre et le reste on s'en fout
mai 2014
Volez! : la fin d'une histoire
avril 2014
Nous irons tous au paradigme*
mars 2014
Histoire belge
février 2014
Transfert d'incompétence : le Noël des voyous
janvier 2014
Drones à toutes les sauces
décembre 2013
Sophistication simplifiée
novembre 2013
Histoires de discrimination
octobre 2013
Un cône, ça se respecte ou ça se fume
septembre 2013
Dommages collatéraux
août 2013
Voler n'est pas un caprice
juillet 2013
Profiter c'est bien : mériter c'est mieux
juin 2013
Rencontres avec des martiens
avril 2013
Les pommes tombent des arbres... Les bananes s'y accrochent !
mars 2013
La méritocratie des branleurs ; comment accélérer le déclin
février 2013
Occasion : qu'est-ce qui cloche au pays des ulmistes ?
janvier 2013
Problèmes d'entoilage X-Air : lumière en vue
décembre 2012
Total Access ou l'étonnant paradoxe d'un vampire au sourire d'ange
novembre 2012
Une tablet'... à tous prix !
octobre 2012
Sainte Sarah is watching you*
septembre 2012
Intérêts... Désintérêt ? Connivence ou naïveté ?
août 2012
Conflit de probité ou incompétence... le danger guette
juillet 2012
J'ai tombé, je m'ai fait mal, je m'ai relevé... ou pas
juin 2012
En mai, fais ce qu'il te plaît...
mai 2012
Le bruit flou de l'administration
avril 2012
Rotax 912 iS : une innovation qui se mérite
mars 2012
Ne sombrons pas dans la vulgarité
février 2012
Et quoi d'autre pour 2012 ?
janvier 2012
Voler, c'est voler
décembre 2011
Les limites ont été atteintes... et dépassées !
novembre 2011
Blades...
octobre 2011
Les femmes, mères de tous les maux
septembre 2011
Le Tour ULM : une belle vitrine pour l'aéronautique
août 2011
Fausse-bonne idée cherche gogos... pour allonger l'oseille
juillet 2011
Du choix des mots et des propos
juin 2011
Basses couches en vert kaki
mai 2011
Ce facteur qui sonne toujours ... le glas
avril 2011
OUI... MAIS...
mars 2011
Des vautours planent sur nos ULM
février 2011
Restons éveillés
janvier 2011
Faisons un rêve
décembre 2010
Attention à la tâche d'huile...
novembre 2010
Mon royaume pour un bidon
octobre 2010
Genèse d'une Loi liberticide
septembre 2010
Aime le ciel, et le ciel t'aimera... peut-être
août 2010
Voler en Belgique... ou rouler
juillet 2010
Poule, oeuf et sophistication : la classe de plus, la classe de trop ?
juin 2010
Sous couvert d'anonymat
mai 2010
Taxe carbone : carbonisée
avril 2010
L'union fait notre force, notre salut
mars 2010
Le désespoir de ceux qui restent
février 2010
Bug de l'An 2000 : une simple répétition ?
janvier 2010
Migration : coucous désorientés
décembre 2009
La Chine s'éveille ; le monde s'endort
novembre 2009
Une crise... quelle crise ?
octobre 2009
Un parachute par amour, ou par respect
septembre 2009


Quand les pilotes dérapent...
Sans qu'on ait besoin d'en rajouter par erreur ou sensationnalisme (voir édito juillet 2009), ces derniers temps ont été durs pour le monde ULM. Cela m'amène à réfléchir sur les causes de ces accidents. On le sait, le facteur humain est immensément majoritaire. Et malgré toute la tristesse qu'entraîne la...

Quand les médias dérapent !
juillet 2009
A moi le ciel électronique !
juin 2009
A la gravité s'ajoute la connerie !
mai 2009
Etrange réglementation...
avril 2009
Inauguration
mars 2009

Webmaster : Fabrice Gay & MH - Rédacteur : Miguel Horville - ULMaG ©2008-2023










page générée en 0,06 sec.