logo ULMaG www.ulmtechnologie-shop.com
Edito avril 2022
156 articles .......... anciens éditos


vignette
Un martien, sinon rien...

De curieuses révélations informent que le peuple de la Terre est sujet à des rencontres avec des ''entités''.

En fait, cela ne date pas d'hier, mais de l'après seconde guerre mondiale. Du moins pour la vulgarisation du phénomène. Car bien avant, en 1898, Herbert George Wells publiait ''La guerre des mondes'', un roman de science-fiction qui causait d'une l'invasion de la Terre par des putains de conquistadors énervés venus d'une planète peuplée de putains de conquistadors énervés.

Et plus loin en arrière, les incas, les égyptiens et plein d'autres mabouls décrivaient des invasions extraterrestres. C'est du moins l'interprétation qu'en donnent certains ''scientifiques'' spécialisés dans l'ethnologie de nos lointains ancêtres, possiblement en recherche de sensationnel.

Revenons dans le présent, ou le passé proche.

Les langues se délient. Des pilotes, non des moindres, militaires, commerciaux ou spationautes, racontent leur expérience en rapport avec des phénomènes troublants qui leur sont arrivées durant l'exercice de leur activité aérienne ou spatiale.

Ce mois-ci, l'US Navy, par la voix de Scott W. Bray, co-directeur du renseignement naval US, informe le congrès américain de plus de 400 observations d'OVNI (ou PAN), et d'une progression linéaire de ces dernières depuis une demi décennie.

Affaire prise très au sérieux outre Atlantique, au point qu'une nouvelle loi (National Defense Authorization Act) impose à l'armée de collecter et étudier tout ce qui pourrait paraître dangereux, suspect ou même anormal dans le ciel ricain.

N'ayant aucun avis sur la question, n'ayant jamais croisé de martien, n'ayant même jamais rien vu d'autre que le prodigieux spectacle du ciel lorsque je vole (couchers de soleil, féeries de nuages...), je n'aurais jamais abordé le sujet si un pilote d'ULM ne m'avait conté son histoire.

Ce pilote, au demeurant discret et empreint de retenue quant au surnaturel, m'a convaincu de son trouble, et aussi de sa bonne foi.

Il a ''rencontré'' un OVNI (objet volant non identifié) lors d'un vol en ULM. Rencontré n'est d'ailleurs pas le terme approprié. Disons qu'il a observé un truc bizarre dans le ciel. Observé, car le phénomène a duré, selon lui, plusieurs secondes, peut-être une quinzaine.

Selon sa description, un ''machin'' a croisé sa trajectoire à une distance qu'il estime à plusieurs centaines de mètres devant lui, puis a changé de trajectoire de manière fulgurante pour rebrousser chemin, d'abord lentement, puis en accélérant comme un gars atteint d'une diarrhée subite lors d'une soirée mondaine.

Puis l'engin a disparu. Fin de l'observation.

Description de l'aéronef : peut-être cylindrique, de couleur gris clair, peut-être métallisé, ou blanc. Pas de fumée, pas de bruit perçu, pas de lumière jaillissante, altitude estimée 3 à 4 000 ft.

Ce témoin est, j'en suis persuadé, une personne équilibrée, qui ne veut tirer aucune notoriété de son observation (il a d'ailleurs exigé l'anonymat), qui ne picole pas plus que de mesure (ou deux mesures tout au plus) et qui demeure totalement détaché du paranormal.

Il y a eu d'autres pilotes, dont d'ULM ; Jack Krine, que nous connaissons tous, fut témoin d'un phénomène analogue... Mais ''mon'' témoin a ceci de privilégié, qu'il n'exploite pas son observation. C'est la raison pour laquelle je ne doute pas un instant de ce qu'il a vu, a cru voir, ou est persuadé d'avoir vu.

Maintenant, je me risque à une analyse, non pas des phénomènes décrits, mais du sujet en lui-même : les martiens (ou entités extraterrestres sensées nous visiter).

Selon moi, les martiens sont très cons... ou très curieux, mais assurément de fieffés maladroits !

S'ils possèdent la technologie pour venir nous visiter, qu'ils se montrent carrément ou qu'ils se cachent ; ils devraient savoir le faire.

Se montrer un peu, mais pas trop, n'est pas digne d'une entité supérieure qui doit obéir à des directives bien ou malveillantes : soit on se montre et c'est clair, soit on ne se montre pas. Mais jouer au chat et à la souris, cela n'est pas d'un niveau en rapport avec leur technologie.

Les martiens semblent s'intéresser à nos engins volants ou orbitants. Eux qui viennent des tréfonds de l'espace, seraient donc intéressés de voir nos pauvres avions décrocher à 80 km/h ou plafonner à Mac 7 ?

Un humain dans l'espace les intrigue, eux qui doivent y passer leur vie entière ?

Je comprendrais davantage qu'ils se penchent sur l'histoire et les sociétés ; que font nos prospecteurs quand ils se rendent sur la lune ou sur mars ? Epient-ils la faune locale (certes discrète) en jouant aux fantômes ?

Non, ils débarquent comme des boeufs et écrasent de leurs grosses bottes spatiales la poussière locale à la recherche d'indices scientifiques.

Que les martiens existent, c'est une évidence.
Qu'ils nous aient visités, qu'ils l'ont déjà fait et qu'ils le referont, c'est dans la nature des choses (reste la contemporanéité de la rencontre).

Mais qu'ils jouent aux cons avec nos nerfs en donnant des indices sans se présenter, je n'y crois pas.

Je n'y crois pas, d'abord parce qu'une civilisation assez avancée pour réaliser la prouesse d'un déplacement lointain aurait d'autres activités que papillonner ici ou là au grès des non-observations. Et aussi, et surtout, parce que je m'en réfère à ce que ferait un humain.

Et que ferait un humain à leur place ?
- Humain militaire : ils détruirait tout, par principe,
- Humain scientifique : il tenterait le contact et le partage (frimerait un peu avec sa belle technologie, peut-être...),
- Humain diplomate : il contacterait les autorités pour expliquer comment ils doivent se conduire, devenir progressistes et obéissants, se vacciner contre des phobies, voter pour le camp du bien...
- Humain humaniste : il donnerait des conseils de comment qu'on s'y prend pour pas être aussi con qu'un humain et proposeraient de recueillir quelques migrants vénusiens,
- Humain stratège ou commerçant : il aurait déjà tenté de tirer profit des ressources, tout pollué et déclenché une guerre stellaire, appelant l'humain militaire pour tout péter !
- Humain con : il agirait comme ce qu'on veut nous faire croire... en maladroit.

Or je pense que s'ils nous observent, les martiens sont tout, sauf maladroits. Donc ils ne nous observent pas.

Mais même si c'est le cas, s'ils n'arrivent pas à se décider sur ce qu'il convient de faire depuis le temps qu'ils sont sensés être là à bricoler autour de nos jets et nos satellites, c'est qu'ils sont très cons... ou très curieux (on n'y revient).

S'ils nous étudient pour voir comment on va se faire sauter la trogne, parce qu'ils voient que notre techno est proche d'une option de destruction totale, et qu'ils ne font rien pour nous empêcher, ben ce sont des gros cons, doublés de sacrés vicelards.

S'ils prennent leur pied à nous voir exploser, ce sont des gros cons aussi ; mais ça ne cadre pas avec leur niveau technologique qui indique un intellect non compatible avec le sadisme (instinct primal au demeurant typiquement humain, car les animaux ne tuent que pour la défense ou la tortore).

S'ils vivent cachés parmi nous ne négociant qu'avec les élites et les gouvernants... ce sont des SUPER GROS TARÉS, de pas comprendre que ce sont ces élites et gouvernants qui pourrissent la planète et l'emmène (avec eux) dans le gouffre.

Or s'ils s'intéressent à nous, c'est soit pour nous aider, soit pour profiter de nous ou de nos ressources ; c'est pas en laissant néantiser la Terre qu'ils profiteront de quoi que ce soit...

Au final, les seuls martiens que je rencontre dans ma vie.... sont des humains. Mais eux, je ne les comprends pas du tout.

En fait, j'ai un peu menti...

Car à bien y réfléchir, je dois l'avouer, j'ai également vu des choses. D'abord un étrange aéronef dans le ciel de Cognac (entre les R49 E1 et E2 sous SIV), il y a de ça une décennie. Une espèce de V1, repéré à une grosse deux-centaines de mètres par bâbord, en trajectoire parallèle à la mienne et vitesse fois deux (à l'estime). Quelques seconde après l'apparition, le machin a disparu dans le ciel laiteux.

En fait, sans avoir jamais eu le fin-mot de la rencontre, je sais pertinemment qu'il s'agit d'un engin militaire télépiloté, sans doute un chouïa échappé de son circuit programmé, puisque le SIV ne m'a informé de rien. Rien à battre. Le ciel est à tout le monde, aux bidasses comme aux autres, et je sais qu'en volant je m'expose à des rencontres imprévues, possiblement hasardeuses. Le risque est faible et je l'assume quelle que soit l'issue d'une rencontre (seul à bord, évidemment).

Et puis j'ai vu ce machin... Machin peut-être, mais terrien c'est quasiment certain. Mais machin quand même. C'était le 13 novembre 2020. Le phénomène a commencé à 17h32 et a duré 9 minutes. Observant depuis ma piste ULM, je ne peux en donner qu'une position estimée, entre 50 et 100 km sur une radiale SSO de Niort.
Le machin est parti vers l'Ouest, l'océan Atlantique, puis a changé de direction, puis j'ai pris des photos, alors je ne visualise plus très bien sa trajectoire. Au moment de son départ, un second objet plus petit est parti vers l'Est et est rapidement sorti de mon champ de vision.

Les quelques photos ci-dessous permettront peut-être aux martiens de se reconnaître.

D'où cet appel à témoin : quiconque pourra m'informer de la nature du phénomène recevra en retour l'expression d'une reconnaissance sincère et réelle et en sera remercié par des signes tangibles de grâce (gain aux jeux, retour d'affection, santé éternelle, joie, sérénité...).

En attendant de connaître la vérité sur l'existence ou non des martiens, sur leur présence ici-bas et sur leurs intentions, chaque soir possible, je me rends à un rendez-vous secret avec une entité pas farouche, précise comme un métronome, qui se lève le matin et se couche le soir après avoir éclairé ma partie de Terre.
Je vole jusqu'à son coucher, comme on borde un môme au pieu à l'heure du dodo. Et pour me remercier de cette attention, il m'offre un spectacle éphémère en cinémascope. Après quoi je rentre chez mémé avec une dose régénérée de bonheur.

Et aucun martien ne m'en privera !

Bons vols et beaux vols, entre humains, avec ou sans E.T.

Miguel Horville


Deux minutes après le début de l'observation, le 13/11/2020 à 17h32 - © ulmag



Quatre minutes après le début de l'observation, second départ moins visible vers l'Est - © ulmag



Cinq minutes après le début de l'observation, l'engin conserve une trajectoire très verticale avec une orientation Ouest - © ulmag



Neuf minutes après le début de l'observation, l'engin a changé de trajectoire, vecteur plus plat, orienté Nord avec deux traînées visibles et une vélocité supérieure à celle des avions de ligne - © ulmag



Les martiens sont des gros tarés ! © costa-graph-inlet


ANCIENS EDITOS
Un martien, sinon rien...
avril 2022
Et si on taxait l'indécence ?
mars 2022
Une lente descente vers le désenchantement
février 2022
Un ''sentiment'' d'augmentation...
janvier 2022
Histoire d'un voyage ordinaire extra
décembre 2021
MANEX pour OBL en OPS ULM
octobre 2021
MULM de la FFPLUM : une réussite !
septembre 2021
Du bal des timbrés aux joyeux suicidés
août 2021
Une idée féministe... l'ULM inclusif tendance woke sauce Fayence
juillet 2021
Une balle dans le pied... Une autre dans la tête !
juin 2021
Monopole, le chemin de la régression
mai 2021
La pilule de la veille
avril 2021
L'argent des autres
mars 2021
Comparaison n'est pas raison
février 2021
Fédérer, uniformiser... désunir
janvier 2021
De quoi j'me mêle ?
décembre 2020
Le diable se cache dans les petits caractères
novembre 2020
La cocorilose* en inaction
octobre 2020
J'ai perdu mon ombre... et bientôt ma liberté
septembre 2020
Punir les pilotes ; une idée citoyenne !
août 2020
Et Dieu créa la différence
juillet 2020
Bonne fête, mère Mozette
juin 2020
Vivre riche, sans modération
mai 2020
Histoire d'un rêve qui se termine
avril 2020
Le virus qui rend tout fou
mars 2020
Ceux dont la vie vaut plus
février 2020
Les bonnes résolutions
janvier 2020
Les pendul' à l'heure
décembre 2019
Pour qui roule la fédé' ?
novembre 2019
Qualif' radio : le début du renoncement
octobre 2019
Cherche ULM désespérément
septembre 2019
De qui se moque-t-on ?
août 2019
Les spécialistes
juillet 2019
Le respect des hôtes, des autres
juin 2019
Métastases cherchent naïfs pour proliférer
mai 2019
Les nouveaux ULM...
avril 2019
Vend liberté : mise à un prix 300 000 euros !
mars 2019
Remplir les cases
février 2019
Générations éphémères
janvier 2019
Est-il urgent d'attendre ?
décembre 2018
Aérodrome avec supplément d'âme
novembre 2018
Promotions à débattre
octobre 2018
Victimes or not victimes ?
septembre 2018
La foire aux accessoires
août 2018
Esprit ULM... es-tu là ?
juillet 2018
Entre peu et pas, un état d'esprit
juin 2018
Espace Schengen, my ass...
mai 2018
Entêtement irresponsable
avril 2018
Du carburant frais pour voler ''safe''
mars 2018
Universalité ; diversité ; francophonie...
février 2018
ULM : aéronef sémantiquement indésirable
janvier 2018
Ce contexte qui brise le rêve ?
décembre 2017
Parler patois pas parler à toi ?
novembre 2017
From rustic to high-tech
octobre 2017
S'élever, se régaler, se déplacer...
septembre 2017
De l'impuissance à l'imposture
août 2017
Baliser entre les cônes
juillet 2017
ULM : le bal des hypocrites
juin 2017
Les marquis du narquois vous em... brassent
mai 2017
500 kg : et après ?
avril 2017
Il est si facile d'interdire
mars 2017
A quand les ZIP ?
février 2017
Spécialistes en herbe
janvier 2017
Légèreté
décembre 2016
Comprenez si vous pouvez
novembre 2016
Le ciel a bon dos
octobre 2016
Salon de Blois : les limites
septembre 2016
Les euro-cocus du 8.33
août 2016
Concepteurs amateurs
juillet 2016
Ce chien... un humain comme les autres
juin 2016
Fumisterie électrique
mai 2016
De l'économie au foutage de gueule
avril 2016
Ça va chier !
mars 2016
Presbyte cherche gros caractères
février 2016
Et après?
janvier 2016
Le prix du baril d'a-brut-i...
décembre 2015
Vol de nuit : le bal des hiboux
novembre 2015
Et si la sophistication tuait ?
octobre 2015
Victimes consentantes
septembre 2015
Le sentir... ou pas
août 2015
La saison des gamelles
juillet 2015
Qui osera ?
juin 2015
Un système qui nous échappe
mai 2015
Multicopters : vers une 7e classe ULM ?
avril 2015
Le cinquième élément : celui de trop
mars 2015
Vigipirate : entre psychose et laisser-aller
février 2015
Dans le brouillard de la schizophrénie
janvier 2015
Une furieuse envie de voler !
décembre 2014
Marques sulfureuses... attention patates chaudes !
novembre 2014
Ceux dont la vie vaut moins...
octobre 2014
Drones : la messe est dite
septembre 2014
Attention aux bagages
août 2014
Dieu ne connaît pas ma soeur !
juillet 2014
L'ultime décision ; question de choix
juin 2014
Le beurre, l'argent du beurre et le reste on s'en fout
mai 2014
Volez! : la fin d'une histoire
avril 2014
Nous irons tous au paradigme*
mars 2014
Histoire belge
février 2014
Transfert d'incompétence : le Noël des voyous
janvier 2014
Drones à toutes les sauces
décembre 2013
Sophistication simplifiée
novembre 2013
Histoires de discrimination
octobre 2013
Un cône, ça se respecte ou ça se fume
septembre 2013
Dommages collatéraux
août 2013
Voler n'est pas un caprice
juillet 2013
Profiter c'est bien : mériter c'est mieux
juin 2013
Rencontres avec des martiens
avril 2013
Les pommes tombent des arbres... Les bananes s'y accrochent !
mars 2013
La méritocratie des branleurs ; comment accélérer le déclin
février 2013
Occasion : qu'est-ce qui cloche au pays des ulmistes ?
janvier 2013
Problèmes d'entoilage X-Air : lumière en vue
décembre 2012
Total Access ou l'étonnant paradoxe d'un vampire au sourire d'ange
novembre 2012
Une tablet'... à tous prix !
octobre 2012
Sainte Sarah is watching you*
septembre 2012
Intérêts... Désintérêt ? Connivence ou naïveté ?
août 2012
Conflit de probité ou incompétence... le danger guette
juillet 2012
J'ai tombé, je m'ai fait mal, je m'ai relevé... ou pas
juin 2012
En mai, fais ce qu'il te plaît...
mai 2012
Le bruit flou de l'administration
avril 2012
Rotax 912 iS : une innovation qui se mérite
mars 2012
Ne sombrons pas dans la vulgarité
février 2012
Et quoi d'autre pour 2012 ?
janvier 2012
Voler, c'est voler
décembre 2011
Les limites ont été atteintes... et dépassées !
novembre 2011
Blades...
octobre 2011
Les femmes, mères de tous les maux
septembre 2011


Le Tour ULM : une belle vitrine pour l'aéronautique
Le Tour ULM est l'occasion pour les plates-formes ULM et les clubs de s'illustrer dans l'art d'accueillir, d'organiser et de dynamiser notre activité... J'ai pu constater, puis apprécier la disponibilité des membres de clubs, leur implication dans la préparation et l'énergie qu'ils déploient. Il est bien...

Fausse-bonne idée cherche gogos... pour allonger l'oseille
juillet 2011
Du choix des mots et des propos
juin 2011
Basses couches en vert kaki
mai 2011
Ce facteur qui sonne toujours ... le glas
avril 2011
OUI... MAIS...
mars 2011
Des vautours planent sur nos ULM
février 2011
Restons éveillés
janvier 2011
Faisons un rêve
décembre 2010
Attention à la tâche d'huile...
novembre 2010
Mon royaume pour un bidon
octobre 2010
Genèse d'une Loi liberticide
septembre 2010
Aime le ciel, et le ciel t'aimera... peut-être
août 2010
Voler en Belgique... ou rouler
juillet 2010
Poule, oeuf et sophistication : la classe de plus, la classe de trop ?
juin 2010
Sous couvert d'anonymat
mai 2010
Taxe carbone : carbonisée
avril 2010
L'union fait notre force, notre salut
mars 2010
Le désespoir de ceux qui restent
février 2010
Bug de l'An 2000 : une simple répétition ?
janvier 2010
Migration : coucous désorientés
décembre 2009
La Chine s'éveille ; le monde s'endort
novembre 2009
Une crise... quelle crise ?
octobre 2009
Un parachute par amour, ou par respect
septembre 2009
Quand les pilotes dérapent...
août 2009
Quand les médias dérapent !
juillet 2009
A moi le ciel électronique !
juin 2009
A la gravité s'ajoute la connerie !
mai 2009
Etrange réglementation...
avril 2009
Inauguration
mars 2009

Webmaster : Fabrice Gay & MH - Rédacteur : Miguel Horville - ULMaG ©2008-2022







page générée en 0,06 sec.