logo ULMaG www.ulmtechnologie-shop.com
Edito mars 2021
145 articles .......... anciens éditos


vignette
L'argent des autres

L'aérien ne doit plus faire partie des rêves d'enfants...

Est-il vraiment nécessaire de revenir sur l'infinie bêtise de l'édile écolo de Poitiers ?

Il me semble que tout est et a été dit. Un ou une écolo aux manettes, c'est une connerie par seconde, une contrainte par minute, un interdit par heure et un impôt par jour.

On ne m'enlèvera pas de l'esprit qu'un bon écologiste est un écologiste transformé en terreau. Sa boucle est bouclée et il sert enfin à quelque chose. Donc zou ! Mémère la mairesse au composteur, avec les autres cons verts diseurs !

Reste la décision qui a mis le feu aux poudres : la réduction, puis l'arrêt, des subventions aux sports mécaniques, dont l'aviation, dont les clubs aéronautiques, notamment de Poitiers.

Mon portefeuille d'ennemis s'amincissant de façon inquiétante, j'ai choisi de m'aventurer sur un audacieux sentier pavé d'inégalités, de clientélisme, de copinage, d'incongruité : celui des aides financières.

Donc les aéro-clubs de Poitiers sont dépités de perdre leurs subventions, pour l'un de 8000 euros, pour l'autre (dépendant d'un riche comité d'entreprise) de 800 euros.

Et l'ensemble d'un landernau larmoyant d'expliquer que des enfants handicapés de l'opération Rêves de gosses seront les victimes collatérales de la baisse de ces subventions...

Dites, suis-je le seul à ressentir ce putain de chantage à la Zola ?

Donc les généreux aviateurs qui ''offrent'' du bonheur à ces mômes distincts, le font avec les subventions.
Donc pas avec leur blé, mais avec celui des contribuables.
Donc de générosité que nenni, puisqu'il s'agit de redistribution.

Je trouve cet altruisme un peu brouillon... Pas vous ?

Quand je sors ça à un président de club, sa réponse s'articule autour du maillage aéronautique de la France (vibrons en-fants de la patrIE-i-e), de l'importance de conserver une aéronautique en état, du pays de l'aviation, d'Airbus (?), de la sauvegarde des aérodromes, des augmentations de tout, de l'entretien coûteux des appareils, des élèves en baisse, de la casse, des assurances, du fric, du fric, du fric...

Bref, le taulier bafouille des tas de trucs inaudibles au travers desquels je perçois un ''tu-commences-à-me-les-briser-menu-on-veut-nos-sous !'' assourdissant.

On m'a toujours appris qu'un modèle économique est comme un membre : s'il n'est pas viable, on ampute pour éviter la gangrène.

Perso, mon rêve est de camper ma caravane sur mars. Mais à cause du modèle économique merdique de mon projet... j'ai renoncé. Même Elon Musk a abandonné l'idée, remisant simplement sa Tesla en orbite terrestre.

A quoi rime cette frénésie d'initier des projets qui ne peuvent s'accomplir sans aide extérieure ?

Est-ce ainsi qu'on exerce son autonomie ; qu'on prouve son indépendance ; qu'on démontre la maturité de sa discipline ?

Donc certains clubs ne peuvent fonctionner sans subventions. Mais au fait, ne sont-ce pas déjà ces mêmes clubs qui profitent d'infrastructures généralement mises à disposition à vil prix ou gratuitement ? Ces mêmes clubs ne profitent-ils pas de la gratuité des services en vol ? De la météo ? Des aides à la préparation des vols ?

Tout ceci n'est pas gratuit pour la collectivité. Cela coûte même un bras. Et cela coûtera encore plus cher, beaucoup plus cher, quand les services seront privatisés, ce qui ne saurait tarder.

Ces clubs vont devoir allonger l'oseille pour causer dans le micro et passer les péages invisibles du ciel. Ça va pleurnicher humide côté trésorerie. Sera-ce l'occasion de secouer encore l'arbre à subventions ?

Si un modèle économique est pourri, il faut en changer.

Des gens fort recommandables, à l'instar d'Henri Mignet, ont imaginé l'aéronautique populaire.

Une idée généreuse a priori, mais absurde et tout le démontre.

Outre le fait qu'il n'est pas donné à tout le monde, à tout le peuple, de voler, que cela requiert des prédispositions (sauf à prétendre que l'acte de pilotage se résume à l'exécution d'une succession de tâches basiques pouvant être opérées par un singe), il est faux, vain et illusoire d'imaginer que le vol est financièrement accessible à tout le monde, à tout le peuple.

Le mirage de l'aviation populaire est entretenu par le biais des aéro-clubs. On ne possède pas l'avion, on le loue. On ne paie pas les installations, on en est usager. Or le tarif affiché de l'heure de vol est sans rapport avec le coût réel de l'avion et de son environnement. Le principe est de multiplier le nombre d'utilisateurs, d'élèves, de manière à valoriser le club ou l'école, ce qui impacte directement le montant des subventions.

Modèle économique pourri, pour le bonheur de ceux qui en profitent. Car le jour où les subventions baissent ou cessent, on ne rigole plus.

Alors que si l'heure de vol était facturée ce qu'elle coûte, le modèle économique serait pérenne. Bien sûr, l'aviation ne serait plus populaire...

Idem : rouler en Ferrari n'a jamais été populaire. C'est bien dommage, mais c'est comme ça. Pour le quidam, c'est Clio ou bicyclette ; pour l'archiduc de Saint Fion, c'est limousine et caviar.

Que reprocher à cela ? L'histoire de l'aéronautique s'est faite avec une bourgeoisie aisée qui a souvent dilapidé son blé pour voler, et accessoirement se tuer. Parfois, de riches mécènes finançaient des projets fous. Des journaux en mal de sensationnalisme organisaient des courses, commanditaient des paris criminels... Une époque où l'état ne distribuait pas encore le blé du contribuable aux nantis anonymes (mais quand même un peu aux copains, faut pas déconner), le réservant au régalien, à l'édification du pays ou à... la guerre.

Bref le pilote qui voulait voler se démerdait pour le faire sans emmerder ses concitoyens.

Aujourd'hui, chaque association, chaque idée farfelue, chaque individu isolé, cherche à se faire financer ses loisirs, ses projets, sa vie.

Si on peut examiner la demande d'un organisme caritatif servant une cause réelle, l'heure n'est plus à éparpiller la monnaie pour le seul plaisir d'individus en manque de sensation, quand l'argent public ne suffit plus à assurer la dignité, voire la survie de certains français.

Que les fédérations concernées collectent un impôt ''subvention''... On verra bien le consentement des adhérents. Et si ça marche, alors tant mieux. C'est que les aviateurs sont généreux, ce dont je doute au plus profond.

Et bien sûr, mon hostilité envers les subventions ne s'arrête pas à notre discipline. Tout ce qui ne relève pas de l'intérêt général, au sens vital ou sécuritaire du terme, doit être exclus du champ des aides financières. Du groupe de rap bling à la confrérie des tailleurs de pipe en passant par les apnéistes et les taxidermistes.

Qui a une passion l'assume. Si l'aviation coûte trop cher, alors bicyclette. Si le vélo coûte encore trop cher, le football. Et si les crampons sont trop onéreux, canevas ou tricot. Et si cela ne convient pas... alors on entre dans le domaine de l'intérêt général, donc de l'aide financière.

Comme dit Gilou, philosophe-diéséliste et psycho-chaudronnier : Il y a plus gratuit que l'argent des autres : celui de personne en particulier ! (mais il dit aussi beaucoup de conneries).


Bons vols, quoi qu'il en coûte.

Miguel Horville

ANCIENS EDITOS
La pilule de la veille
avril 2021
L'argent des autres
mars 2021
Comparaison n'est pas raison
février 2021
Fédérer, uniformiser... désunir
janvier 2021
De quoi j'me mêle ?
décembre 2020
Le diable se cache dans les petits caractères
novembre 2020
La cocorilose* en inaction
octobre 2020
J'ai perdu mon ombre... et bientôt ma liberté
septembre 2020
Punir les pilotes ; une idée citoyenne !
août 2020
Et Dieu créa la différence
juillet 2020
Bonne fête, mère Mozette
juin 2020
Vivre riche, sans modération
mai 2020
Histoire d'un rêve qui se termine
avril 2020
Le virus qui rend tout fou
mars 2020
Ceux dont la vie vaut plus
février 2020
Les bonnes résolutions
janvier 2020
Les pendul' à l'heure
décembre 2019
Pour qui roule la fédé' ?
novembre 2019
Qualif' radio : le début du renoncement
octobre 2019
Cherche ULM désespérément
septembre 2019
De qui se moque-t-on ?
août 2019
Les spécialistes
juillet 2019
Le respect des hôtes, des autres
juin 2019
Métastases cherchent naïfs pour proliférer
mai 2019
Les nouveaux ULM...
avril 2019
Vend liberté : mise à un prix 300 000 euros !
mars 2019
Remplir les cases
février 2019
Générations éphémères
janvier 2019
Est-il urgent d'attendre ?
décembre 2018
Aérodrome avec supplément d'âme
novembre 2018
Promotions à débattre
octobre 2018
Victimes or not victimes ?
septembre 2018
La foire aux accessoires
août 2018
Esprit ULM... es-tu là ?
juillet 2018
Entre peu et pas, un état d'esprit
juin 2018
Espace Schengen, my ass...
mai 2018


Entêtement irresponsable
Le 6 mars 2018, la justice statuant sur un ''homicide involontaire'' a prononcé une décision clouant définitivement au sol un pilote multiaxe suite à un accident ayant entraîné la mort de son passager. Le crash a eu lieu en septembre 2016, suite à une longue navigation, à quelques kilomètres de...

Du carburant frais pour voler ''safe''
mars 2018
Universalité ; diversité ; francophonie...
février 2018
ULM : aéronef sémantiquement indésirable
janvier 2018
Ce contexte qui brise le rêve ?
décembre 2017
Parler patois pas parler à toi ?
novembre 2017
From rustic to high-tech
octobre 2017
S'élever, se régaler, se déplacer...
septembre 2017
De l'impuissance à l'imposture
août 2017
Baliser entre les cônes
juillet 2017
ULM : le bal des hypocrites
juin 2017
Les marquis du narquois vous em... brassent
mai 2017
500 kg : et après ?
avril 2017
Il est si facile d'interdire
mars 2017
A quand les ZIP ?
février 2017
Spécialistes en herbe
janvier 2017
Légèreté
décembre 2016
Comprenez si vous pouvez
novembre 2016
Le ciel a bon dos
octobre 2016
Salon de Blois : les limites
septembre 2016
Les euro-cocus du 8.33
août 2016
Concepteurs amateurs
juillet 2016
Ce chien... un humain comme les autres
juin 2016
Fumisterie électrique
mai 2016
De l'économie au foutage de gueule
avril 2016
Ça va chier !
mars 2016
Presbyte cherche gros caractères
février 2016
Et après?
janvier 2016
Le prix du baril d'a-brut-i...
décembre 2015
Vol de nuit : le bal des hiboux
novembre 2015
Et si la sophistication tuait ?
octobre 2015
Victimes consentantes
septembre 2015
Le sentir... ou pas
août 2015
La saison des gamelles
juillet 2015
Qui osera ?
juin 2015
Un système qui nous échappe
mai 2015
Multicopters : vers une 7e classe ULM ?
avril 2015
Le cinquième élément : celui de trop
mars 2015
Vigipirate : entre psychose et laisser-aller
février 2015
Dans le brouillard de la schizophrénie
janvier 2015
Une furieuse envie de voler !
décembre 2014
Marques sulfureuses... attention patates chaudes !
novembre 2014
Ceux dont la vie vaut moins...
octobre 2014
Drones : la messe est dite
septembre 2014
Attention aux bagages
août 2014
Dieu ne connaît pas ma soeur !
juillet 2014
L'ultime décision ; question de choix
juin 2014
Le beurre, l'argent du beurre et le reste on s'en fout
mai 2014
Volez! : la fin d'une histoire
avril 2014
Nous irons tous au paradigme*
mars 2014
Histoire belge
février 2014
Transfert d'incompétence : le Noël des voyous
janvier 2014
Drones à toutes les sauces
décembre 2013
Sophistication simplifiée
novembre 2013
Histoires de discrimination
octobre 2013
Un cône, ça se respecte ou ça se fume
septembre 2013
Dommages collatéraux
août 2013
Voler n'est pas un caprice
juillet 2013
Profiter c'est bien : mériter c'est mieux
juin 2013
Rencontres avec des martiens
avril 2013
Les pommes tombent des arbres... Les bananes s'y accrochent !
mars 2013
La méritocratie des branleurs ; comment accélérer le déclin
février 2013
Occasion : qu'est-ce qui cloche au pays des ulmistes ?
janvier 2013
Problèmes d'entoilage X-Air : lumière en vue
décembre 2012
Total Access ou l'étonnant paradoxe d'un vampire au sourire d'ange
novembre 2012
Une tablet'... à tous prix !
octobre 2012
Sainte Sarah is watching you*
septembre 2012
Intérêts... Désintérêt ? Connivence ou naïveté ?
août 2012
Conflit de probité ou incompétence... le danger guette
juillet 2012
J'ai tombé, je m'ai fait mal, je m'ai relevé... ou pas
juin 2012
En mai, fais ce qu'il te plaît...
mai 2012
Le bruit flou de l'administration
avril 2012
Rotax 912 iS : une innovation qui se mérite
mars 2012
Ne sombrons pas dans la vulgarité
février 2012
Et quoi d'autre pour 2012 ?
janvier 2012
Voler, c'est voler
décembre 2011
Les limites ont été atteintes... et dépassées !
novembre 2011
Blades...
octobre 2011
Les femmes, mères de tous les maux
septembre 2011
Le Tour ULM : une belle vitrine pour l'aéronautique
août 2011
Fausse-bonne idée cherche gogos... pour allonger l'oseille
juillet 2011
Du choix des mots et des propos
juin 2011
Basses couches en vert kaki
mai 2011
Ce facteur qui sonne toujours ... le glas
avril 2011
OUI... MAIS...
mars 2011
Des vautours planent sur nos ULM
février 2011
Restons éveillés
janvier 2011
Faisons un rêve
décembre 2010
Attention à la tâche d'huile...
novembre 2010
Mon royaume pour un bidon
octobre 2010
Genèse d'une Loi liberticide
septembre 2010
Aime le ciel, et le ciel t'aimera... peut-être
août 2010
Voler en Belgique... ou rouler
juillet 2010
Poule, oeuf et sophistication : la classe de plus, la classe de trop ?
juin 2010
Sous couvert d'anonymat
mai 2010
Taxe carbone : carbonisée
avril 2010
L'union fait notre force, notre salut
mars 2010
Le désespoir de ceux qui restent
février 2010
Bug de l'An 2000 : une simple répétition ?
janvier 2010
Migration : coucous désorientés
décembre 2009
La Chine s'éveille ; le monde s'endort
novembre 2009
Une crise... quelle crise ?
octobre 2009
Un parachute par amour, ou par respect
septembre 2009
Quand les pilotes dérapent...
août 2009
Quand les médias dérapent !
juillet 2009
A moi le ciel électronique !
juin 2009
A la gravité s'ajoute la connerie !
mai 2009
Etrange réglementation...
avril 2009
Inauguration
mars 2009

Webmaster : Fabrice Gay & MH - Rédacteur : Miguel Horville - ULMaG ©2008-2021













page générée en 0,06 sec.