logo ULMaG www.ulmtechnologie-shop.com
Edito août 2021
150 articles .......... anciens éditos


vignette
Du bal des timbrés aux joyeux suicidés

La bien-pensance préconise d'user de termes politiquement choisis pour signifier que ça déconne sous le casque. Ainsi parle-t-on de dysfonctionnement psychique, de perception altérée, de troubles de la compréhension, de désorientation...

Pour ma part, n'étant pas né correct du verbiage, je me contenterai de termes simples : tout-fou ; foldingo ; barré ; timbré ; taré ; barjot... avec une préférence pour ''abruticon'', terme générique qui résume à peu près tous les individus à l'équilibre précaire, dont les actes interfèrent négativement sur la vie des autres et sur la société en général.

Sachant qu'à l'instar du papillon dont le battement des ailes peut déclencher une cascade de trucs merdiques, chaque geste qu'entreprend un quidam, peut causer des tracas à tout ou partie des 7 milliards de gus qui partagent la baraque (voyez comment un pangolinophile excité a démonté une planète !).

Tout individu bienveillant vis-à-vis de sa communauté, peut en conséquence prendre le parti de réfléchir avant d'agir, quels que soient sa motivation, sa pulsion ou son degré de ''fantaisie''.

Aujourd'hui, je m'intéresse aux fantasmes qui poussent certains zinzins à se suicider, en rapport à l'actualité récente d'un mec qui, après avoir tenté de précipiter l'avion qu'il occupait en place d'élève, condamnant son instructeur au trépas, a fini par se jeter dans le vide avec la fin qu'une telle décision laisse supposer.

Passons sur le choc psychologique du pauvre instructeur qui après avoir décollé en binôme repose son avion en solo... C'est pas courant, hormis chez les parachutistes.

Des braques de cet acabit, on en compte des pleins wagonnets. L'un des plus sinistrement connus est Andreas Lubitz, qui a jeté son A320 dans les Alpes, flinguant 150 innocents au passage. Il était psychologiquement ''tourmenté'', a commenté la compagnie Germanwings...

Mais il y en a de tous les âges, de toutes les nationalités...
- Un ado chinois de 13 piges qui vole un premier avion, se plante avec... en reprend un second et le tord sans parvenir à décoller, puis rentre chez mémé attendre la flicaille ; il était passionné d'aéronautique !
- Un français de 25 piges à peine débourré en instruction vole un premier avion de nuit pour effectuer une nav' de 100 bornes, puis vole un second aéronef pour le retour ; déséquilibré avec pulsions morbides a statué le collège de psykomachins.
- Après avoir cramé sa baraque, le ricain quinqua énervé Joe Stack a précipité son Piper Cherokee sur l'hôtel des impôts d'Austin au Texas, au motif que les services fiscaux lui pourrissaient la vie. Sa mort fut accompagnée de nombreux blessés ; une personnalité tourmentée pouvant passer à l'acte, a raconté le spécialiste des cerveaux tordus. Tu m'étonnes !
- Un instructeur français sexagénaire, dépressif en proie à une déception amoureuse, a honoré un contrat de transport d'une famille ; vol VFR en conditions inappropriées. Cinq morts quand le Cessna a percuté un relief dans le brouillard ; sa gonzesse couchait avec un autre pilote...

Ça, c'est pour les gros titres d'une presse tonitruante.

Mais des exemples, nous en connaissons plein, rien que dans le monde ULM. Il y a ceux qui se terminent mal, et ceux qui échappent de peu à la punition suprême.

Prenons le cas des ''m'as-tu-vu'' qui terminent en bouillie pour avoir voulu épater la galerie...
Ou le cas des ''coucou-aux-amis'' qui terminent dans le jardin desdits potes (et dix potes ne forment pas une équipe)...
Ou encore les amateurs de sensations qui, pour une boucle de plus, font de leur voile un linceul...

Alors... suicide or not suicide ?

Je pense que notre vie, notre survie, tient à la valeur de l'équilibre entre ''ça passe'' ou ''ça casse''. Un genre de 50/50.

Idéalement, la personne sensée tend vers le 100% contrôlé (valeur hypothétique inatteignable) : vie réfléchie ; hygiène mentale ; décisions rationnelles ; actes calculés. Bref la vie banale d'un mec hyper chiant, qui prépare sa nav' au cordeau avec les cartes de l'année, qui emporte un GPS de secours, qui fait sa pré-vol en grand silence un chiffon à la main... Il est peut être un Sully, mais a priori non ; il préférera planter son zinc en respectant la procédure que le sauver en improvisant.

A l'opposé, le tordu s'accorde un fort pourcentage de négligence. Tant qu'il ne dépasse pas 50%, il reste en vie. Son existence ressemble au pire cauchemar d'un rigoriste (chambre d'ado, cerveau d'écologiste...), mais s'il est adroit il s'en sort plus ou moins. Et quand il dépasse 50%, les conséquences sont 100% incontrôlables.

Entre les deux... il y a nous, tous, les gens sages, les pilotes sérieux. Nous faisons au mieux ; nous tentons de garder les idées claires... Nos actes et nos gestes découlent d'une réflexion acceptable pour des gens moyens. Nos erreurs sont compensées par une surdose de prudence, qui au final fait de nous des êtres soumis aux aléas, mais pas spécialement visés par une foudre démoniaque.

Sauf quand vient l'instant fantasque...

Un instant inévitable, au regard qu'aucune personne équilibrée, sensée ou réfléchie, ne peut vivre sans un minimum de fantaisie, sans l'instant fantasque ; pour une sensation, pour la frime, par étourderie, par entêtement, par impatience...

Et les exemples remplissent la rubrique des actualités. En cause souvent, l'appréciation erronée d'un risque : la photo ciblée, le coucou, le radada... Le pilote commet une faute de perte de contrôle, qui découle plus amont d'une faiblesse comportementale ; celle d'avoir accepté une demande extérieure (parfois du passager) ou d'avoir cédé à une pulsion. Donc comme toujours, cause multifactorielle, dont l'un des items est une sottise, une fantaisie.

Parce que le chiant décrit plus haut, lui n'accepte pas de saluer les amis. Il prend ses photos de haut, au téléobjectif. Et quand il réalise un radada, c'est sur sa piste et cela s'appelle un passage basse hauteur d'entraînement.

Bah oui... Mais que son vol est banal, triste !

L'accident classique qui suit une panne moteur en milieu inhospitalier est conséquente de la décision de ne pas respecter un cône de sécurité ; de ne pas préparer mentalement une interruption de vol ; de ne pas piloter ''sérieusement'' en anticipant les événements.

Du coup, le pourcentage de réussite du pilote tend déjà dangereusement vers 50%, le point d'équilibre.

Et dès lors, j'affirme ce qui me vaut d'être fustigé par mes pairs ; que le mort de l'accident qui en résulte s'est ''suicidé''.

Je l'affirme parce que je ne retiens que la sémantique du terme : action volontaire menant à la mort.

Le pilote qui se met en configuration dangereuse pour peu qu'un événement extérieur se produise commet typiquement un ''acte volontaire menant à la mort''. Je ne joue pas sur les mots.

En conséquence, en faisant abstraction de l'altruisme légendaire qui me caractérise, une rhétorique simple basée sur l'analyse froide des situations m'autorise à associer le concept de ''suicide'' à celui de ''fantaisie''. Parce qu'une fantaisie momentanée a fait commettre à son auteur un ''acte volontaire menant à la mort''.

Et c'est en substance ce que retient également la justice quand elle condamne un pilote (un conducteur ou plus généralement un opérateur) qui a pris un ''risque'' pour lui-même et autrui : le risque étant entendu comme non respect des règles sécurité, dites ''de bon père de famille''.

Au bal des déglingos, chez les cons, on observera donc trois types de suicidés :
- ceux pour qui le drame est une finalité, qui cherchent la mort,
- les négligents à l'audace hypertrophiée,
- les ordinairement prudents, fantaisistes d'un instant.

Bref, 99% des pilotes.

Reste le bon élève soporifique (1%), malheureusement tout aussi mortifère que les autres... ne dit-on pas ''ennuyeux à mourir'' ?

Comme dit Gilou, philosophe-diéséliste et psycho-chaudronnier : la vie n'est rien sans de folles actions ; mais à l'instar d'une chaîne qui ne tient qu'à son maillon le plus faible, la vie ne tient qu'à son action la plus folle... (mais il dit aussi beaucoup de conneries).

Bon vols, beaux vols, avec sagesse et... folie !

Miguel Horville

ANCIENS EDITOS
MULM de la FFPLUM : une réussite !
septembre 2021
Du bal des timbrés aux joyeux suicidés
août 2021
Une idée féministe... l'ULM inclusif tendance woke sauce Fayence
juillet 2021
Une balle dans le pied... Une autre dans la tête !
juin 2021
Monopole, le chemin de la régression
mai 2021
La pilule de la veille
avril 2021
L'argent des autres
mars 2021
Comparaison n'est pas raison
février 2021
Fédérer, uniformiser... désunir
janvier 2021
De quoi j'me mêle ?
décembre 2020
Le diable se cache dans les petits caractères
novembre 2020
La cocorilose* en inaction
octobre 2020
J'ai perdu mon ombre... et bientôt ma liberté
septembre 2020
Punir les pilotes ; une idée citoyenne !
août 2020
Et Dieu créa la différence
juillet 2020
Bonne fête, mère Mozette
juin 2020
Vivre riche, sans modération
mai 2020
Histoire d'un rêve qui se termine
avril 2020
Le virus qui rend tout fou
mars 2020
Ceux dont la vie vaut plus
février 2020
Les bonnes résolutions
janvier 2020
Les pendul' à l'heure
décembre 2019
Pour qui roule la fédé' ?
novembre 2019
Qualif' radio : le début du renoncement
octobre 2019
Cherche ULM désespérément
septembre 2019
De qui se moque-t-on ?
août 2019
Les spécialistes
juillet 2019
Le respect des hôtes, des autres
juin 2019
Métastases cherchent naïfs pour proliférer
mai 2019
Les nouveaux ULM...
avril 2019
Vend liberté : mise à un prix 300 000 euros !
mars 2019
Remplir les cases
février 2019
Générations éphémères
janvier 2019
Est-il urgent d'attendre ?
décembre 2018
Aérodrome avec supplément d'âme
novembre 2018
Promotions à débattre
octobre 2018
Victimes or not victimes ?
septembre 2018
La foire aux accessoires
août 2018
Esprit ULM... es-tu là ?
juillet 2018
Entre peu et pas, un état d'esprit
juin 2018
Espace Schengen, my ass...
mai 2018
Entêtement irresponsable
avril 2018
Du carburant frais pour voler ''safe''
mars 2018
Universalité ; diversité ; francophonie...
février 2018
ULM : aéronef sémantiquement indésirable
janvier 2018
Ce contexte qui brise le rêve ?
décembre 2017
Parler patois pas parler à toi ?
novembre 2017
From rustic to high-tech
octobre 2017
S'élever, se régaler, se déplacer...
septembre 2017
De l'impuissance à l'imposture
août 2017
Baliser entre les cônes
juillet 2017
ULM : le bal des hypocrites
juin 2017
Les marquis du narquois vous em... brassent
mai 2017
500 kg : et après ?
avril 2017
Il est si facile d'interdire
mars 2017
A quand les ZIP ?
février 2017
Spécialistes en herbe
janvier 2017
Légèreté
décembre 2016
Comprenez si vous pouvez
novembre 2016
Le ciel a bon dos
octobre 2016
Salon de Blois : les limites
septembre 2016
Les euro-cocus du 8.33
août 2016
Concepteurs amateurs
juillet 2016
Ce chien... un humain comme les autres
juin 2016
Fumisterie électrique
mai 2016
De l'économie au foutage de gueule
avril 2016
Ça va chier !
mars 2016
Presbyte cherche gros caractères
février 2016
Et après?
janvier 2016
Le prix du baril d'a-brut-i...
décembre 2015
Vol de nuit : le bal des hiboux
novembre 2015
Et si la sophistication tuait ?
octobre 2015
Victimes consentantes
septembre 2015
Le sentir... ou pas
août 2015
La saison des gamelles
juillet 2015
Qui osera ?
juin 2015
Un système qui nous échappe
mai 2015
Multicopters : vers une 7e classe ULM ?
avril 2015
Le cinquième élément : celui de trop
mars 2015
Vigipirate : entre psychose et laisser-aller
février 2015
Dans le brouillard de la schizophrénie
janvier 2015
Une furieuse envie de voler !
décembre 2014
Marques sulfureuses... attention patates chaudes !
novembre 2014
Ceux dont la vie vaut moins...
octobre 2014
Drones : la messe est dite
septembre 2014
Attention aux bagages
août 2014
Dieu ne connaît pas ma soeur !
juillet 2014
L'ultime décision ; question de choix
juin 2014
Le beurre, l'argent du beurre et le reste on s'en fout
mai 2014
Volez! : la fin d'une histoire
avril 2014
Nous irons tous au paradigme*
mars 2014
Histoire belge
février 2014
Transfert d'incompétence : le Noël des voyous
janvier 2014
Drones à toutes les sauces
décembre 2013
Sophistication simplifiée
novembre 2013
Histoires de discrimination
octobre 2013
Un cône, ça se respecte ou ça se fume
septembre 2013
Dommages collatéraux
août 2013
Voler n'est pas un caprice
juillet 2013
Profiter c'est bien : mériter c'est mieux
juin 2013
Rencontres avec des martiens
avril 2013
Les pommes tombent des arbres... Les bananes s'y accrochent !
mars 2013
La méritocratie des branleurs ; comment accélérer le déclin
février 2013
Occasion : qu'est-ce qui cloche au pays des ulmistes ?
janvier 2013
Problèmes d'entoilage X-Air : lumière en vue
décembre 2012
Total Access ou l'étonnant paradoxe d'un vampire au sourire d'ange
novembre 2012
Une tablet'... à tous prix !
octobre 2012
Sainte Sarah is watching you*
septembre 2012
Intérêts... Désintérêt ? Connivence ou naïveté ?
août 2012
Conflit de probité ou incompétence... le danger guette
juillet 2012
J'ai tombé, je m'ai fait mal, je m'ai relevé... ou pas
juin 2012
En mai, fais ce qu'il te plaît...
mai 2012
Le bruit flou de l'administration
avril 2012
Rotax 912 iS : une innovation qui se mérite
mars 2012
Ne sombrons pas dans la vulgarité
février 2012
Et quoi d'autre pour 2012 ?
janvier 2012
Voler, c'est voler
décembre 2011
Les limites ont été atteintes... et dépassées !
novembre 2011
Blades...
octobre 2011
Les femmes, mères de tous les maux
septembre 2011
Le Tour ULM : une belle vitrine pour l'aéronautique
août 2011
Fausse-bonne idée cherche gogos... pour allonger l'oseille
juillet 2011
Du choix des mots et des propos
juin 2011
Basses couches en vert kaki
mai 2011
Ce facteur qui sonne toujours ... le glas
avril 2011
OUI... MAIS...
mars 2011
Des vautours planent sur nos ULM
février 2011
Restons éveillés
janvier 2011
Faisons un rêve
décembre 2010
Attention à la tâche d'huile...
novembre 2010
Mon royaume pour un bidon
octobre 2010
Genèse d'une Loi liberticide
septembre 2010
Aime le ciel, et le ciel t'aimera... peut-être
août 2010
Voler en Belgique... ou rouler
juillet 2010
Poule, oeuf et sophistication : la classe de plus, la classe de trop ?
juin 2010
Sous couvert d'anonymat
mai 2010
Taxe carbone : carbonisée
avril 2010
L'union fait notre force, notre salut
mars 2010
Le désespoir de ceux qui restent
février 2010
Bug de l'An 2000 : une simple répétition ?
janvier 2010
Migration : coucous désorientés
décembre 2009
La Chine s'éveille ; le monde s'endort
novembre 2009
Une crise... quelle crise ?
octobre 2009
Un parachute par amour, ou par respect
septembre 2009
Quand les pilotes dérapent...
août 2009
Quand les médias dérapent !
juillet 2009
A moi le ciel électronique !
juin 2009
A la gravité s'ajoute la connerie !
mai 2009
Etrange réglementation...
avril 2009
Inauguration
mars 2009

Webmaster : Fabrice Gay & MH - Rédacteur : Miguel Horville - ULMaG ©2008-2021
















page générée en 0,09 sec.