logo ULMaG www.ulmtechnologie-shop.com
Edito octobre 2021
160 articles .......... anciens éditos


vignette
MANEX pour OBL en OPS ULM

Notre ministère tutélaire à la dénomination fluctuante a lancé une consultation en vue d'un projet d'arrêté relatif aux opérations aériennes commerciales des ULM, projet dont la publication est prévue pour fin 2021, donc incessamment.

Pour faire plus ''smart'', ça cause d'un arrêté OPS ULM... sans doute pour opérations spéciales ou spécialisées. A moins qu'il s'agisse d'une faute de frappe, le U de OUPS ayant été omis.

L'objectif de l'évolution réglementaire est de mettre en œuvre les recommandations du BEA concernant le renforcement des dispositions applicables aux opérations commerciales, tout en maintenant le cadre actuel pour les activités de loisir.

En clair, rien ne change pour l'ulmiste de base qui vole pour s'aérer les éponges, mais on va a contrario pourrir la vie des organismes qui vendent des heures de vol en ULM.

Sont notamment ciblés : le transport aérien de passagers ou les activités particulières, réalisés à titre onéreux.

Sans détailler la teneur des documents produits par la DGAC (voir fichier à télécharger ci-dessous), globalement on considère qu'un professionnel qui facture une prestation de baptême doit répondre à quelques obligations réglementaires afin de garantir la meilleure sécurité possible à ses ''clients''.

Parachute, balise de détresse, carnet d'entretien, manex, formation, expérience, évaluation... visite médicale !

Somme toute, des exigences équivalentes à celles des pilotes d'avion.

Qu'en penser ?

Sans détour : J'APPROUVE A 100% ! Je trouve même inquiétant qu'on y pense seulement maintenant.

Soyons clair, on doit à deux ou trois entités bien connues cette remise en question des fondamentaux de l'ULM. Entités qui se singularisent par une prise de risque XXL menant régulièrement à des drames.

L'une d'elle, sans doute la plus létale, opère dans un environnement où les ULM devraient purement et simplement être interdits de vol en raison de sa dangerosité.

Alors puisque ces professionnels ne peuvent ou ne veulent se résoudre à ignorer le risque, semblent ne pas comprendre la base de notre Annexe 2, autant leur faire la misère, ce qui n'empêchera pas les accidents*, mais rassurera a minima la frileuse autorité.

Pour préciser le propos, les clubs qui opèrent l'activité de vols de découverte dans une frange marginale de leur activité totale seront moindrement impactés, seul le pilote devant répondre d'une qualification et d'une expérience démontrée.

Alors bien sûr les opportunistes vont grincher. Bah oui, quoi... C'était si simple de gagner sa vie en transportant des non-initiés dans des poubelles volantes. On vend l'espoir de passer un moment merveilleux, sans se soucier de mettre tout en œuvre pour que cela se termine bien.

Nous en connaissons tous, des pilotes tarés qui n'ont aucun respect de leur passager. J'ai rencontré en région parisienne un ''professionnel'' qui emmenait ses ''victimes'' dans un Weedhopper que je n'aurais jamais autorisé à quitter le sol... Il s'amusait des nombreuses anecdotes hallucinantes qui ont émaillé son activité. Grrrr !

Outre que ces ''professionnels'' du risque font un tort considérable à l'image de notre discipline, faisant passer ses acteurs pour des timbrés, ils jouent à la roulette avec la vie d'innocentes personnes qui font l'erreur d'accorder leur confiance.

C'est dégueulasse, que ce soit volontaire ou non.

Personnellement je pense que la recommandation du BEA ne va pas assez loin. Je serais pour l'interdiction pure et simple de tout transport commercial en ULM.

L'ULM n'étant pas certifié, je ne vois pas en quel honneur on peut autoriser son exploitation de manière publique, alors qu'une simple bagnole transportant des occupants doit répondre à des normes strictes et passer régulièrement un contrôle technique.

Sans parler de l'aviation certifiée dont le coût d'exploitation est grevé par la sécurité passive que représentent les visites calendaires et l'entretien agréé.

Sans causer d'un manège de foire qui fait l'objet d'inspections régulières pour assurer la sécurité du public.

Et quand j'utilise donc le mot ''opportuniste'', c'est en conscience. L'ULM permet de concurrencer l'aviation CDN à moindre coût. Comme un plombier auto-entrepreneur concurrence une SARL avec une charge d'exploitation divisée par quatre ! Alors qu'on ne me parle pas d'autre chose que d'opportunisme.

Bien sûr ceci est rendu possible parce que la réglementation le permet !

Si l'ULM était resté une activité de loisir comme le prédestinait son concept original, les ulmistes seraient restés invisibles et donc tranquilles. Mais autant la fédération que l'administration, ont permis ou contribué à développer les usages pouvant être faits de nos chiffons volants.

Pour être précis, cette dérive trouve son origine dans l'évolution majeure de la réglementation sur les masses. Certes pas les 500 kg de 2019 !

On parle d'une origine de 1980 où les ULM pesaient 150 kg à vide, avec une charge alaire max de 15 kg/m² et une Vs0 de 40 km/h, ou d'une origine de 1982 fixant la masse des biplaces à 175 kg avec une surface mini (en m²) valant 10% de ladite masse.

Ces ULM pouvaient juste voler. Et ceux qui, comme moi, ont volé avec ces pétrolettes (Weed, Maestro, Quick... pour les multi), savent l'intense bonheur que procurait le vol simple. Imaginez une procédure A.C.H.E.V.E.R qui dure 6 secondes ! Cela s'appelle voler en ULM...

Et pour ceux qui trouvent cette aéronautique trop restrictive, trop désuète, il reste l'aviation certifiée... pourquoi n'y vont-ils pas ? Rire ironique à tendance sarcastique hahahaha !

Avec l'augmentation successive des masses, les activités se sont multipliées.

Ce qui aurait pu passer pour des cas atypiques et ponctuels d'originalité, est devenu la norme : largage de parachute, transport de personnes, épandage, remorquage...

Alors bien sûr en multipliant le risque de l'activité, on multiplie les accidents et dès lors, l'invisible activité ULM se remarque ; on en parle -négativement- dans les médias et l'avalanche d'emmerdements nous tombe sur la tête.

MAIS...

Bah oui. Y'a toujours un ''mais'' qui traîne dans les circonvolutions d'un cerveau tourmenté.

On nomme cela dichotomie pour faire intello, schizophrénie pour faire tendance.

Je suis POUR qu'on sur-réglemente (ou interdise) les activités commerciales (notamment) de transport en ULM, pour la raison évoquée plus haut, mais également CONTRE qu'on sur-réglemente ces mêmes activités.

J'en vois déjà qui se grattent le cuir. Il était fou, maintenant il est dément...

Je suis contre parce que, fils d'un fonctionnaire éclairé qui m'a initié aux cheminements de cette classe socio-professionnelle, je sais que jamais une décision n'est prise isolément sans arrière pensée, ni sans options complémentaires futures.

Ainsi je sais que le fonctionnaire-technocrate ''tente'' parfois des trucs en attente de la réaction des usagers, avant de les valider par une généralisation ; une sorte ''d'étude de marché'' des services publics.

Je sors mon billet que ce qui vaudra pour les professionnels vaudra pour les clubs (déjà une limitation fait partie de l'arrêté), ce que personne ne souhaite, les clubs étant beaucoup plus impliqués dans la sécurité, puisque non assujettis à l'objectif de rentabilité (du moins pour les vrais clubs, non pour les OBL déguisés en clubs : et ça, c'est à la fédé' de faire le ménage).

Et bien sûr, l'étape suivante... après les clubs, le reste du troupeau.

Alors forcément, on ne peut que s'interroger sur le rôle et l'action de la FFPLUM, dont le président contacté à ce sujet n'a pas jugé utile de répondre.

Bon : perso j'suis un gland. Je considère qu'une personne qui sait me reprocher d'égratigner la fédé', doit faire en sorte que cela ne se produise pas, notamment en répondant à ces questions simples :
- ce projet a-t-il été développé en concertation avec la FFPLUM ?
- la FFPLUM a-t-elle présenté et expliqué les termes de ce projet d'arrêté aux adhérents, OBL ou non ?

L'absence de réponse m'informe de l'absence de concertation, de transparence et/ou, selon moi, d'anticipation.

Donc pour résumer : les ulmistes (particuliers, clubs ; pros évidemment) sont en grand danger à cause des évolutions irresponsables de la réglementation et de la tolérance aveugle dont ils bénéficient.

L'Annexe 2 risque de devenir obsolète dans ses grands principes, par élargissement de l'emprise des annexes supplétives de l'arrêté 2021 (décrites dans le fichier joint).

J'en arrive à un constat glaçant : s'il est acquis que la DGAC n'est pas notre amie**, tout porte à croire que la FFPLUM ne l'est pas davantage. Encore faut-il s'entendre sur la définition de l'amitié...

Un ami ne donne pas le poisson : il apprend à pêcher. Un ami offre l'assurance d'une prospérité, la sécurité et l'avenir. Sinon, c'est juste un copain, un pote, une relation... personne.

Comme dit Gilou, philosophe-diéséliste et psycho-chaudronnier : La technocratie a de bonnes intentions. Mais elle a de mauvaises idées. Ces mauvaises idées font de la vie un enfer. Aussi dit-on que l'enfer est pavé de bonnes intentions. Mais c'est faux et facile à démontrer. L'enfer n'existe pas parce que Dieu n'existe pas. Car si Dieu existait, il n'aurait jamais autorisé la technocratie (mais il dit aussi beaucoup de conneries).

Bons vols, beaux vols, avec les papiers en règle, le tampon obligatoire et la qualif' adhoc.

Miguel Horville

* On peut inventer toutes les règles qu'on veut : quand l'opérateur est un gland, le résultat est attendu. Le dernier accident mortel en vol commercial ULM impliquait un pilote ultra expérimenté, capable de voler en conditions difficiles, sans doute avec un ULM très bien entretenu... Mais l'impératif de rentabilité l'a conduit à décoller par temps merdique... Lorsque la visibilité a décru dans un environnement hostile, le pilote expert super entraîné, la passagère et l'ULM ont rencontré le sol et boum. Quelle réglementation changera ça ? Seule l'interdiction peut l'empêcher.

** la DGAC n'est pas notre amie : elle dépend d'un ministère. Ayant acquis une indépendance due à la spécificité de sa spécialité, elle a pu longtemps entretenir le mythe de son indispensable, voire incontournable raison d'être. Mais face à la privatisation des services et à la poussée de l'EASA, les fonctionnaires qui la composent ont un impératif supérieur à l'aéronautique : justifier leur salaire.

Projet d'arrêté OPS ULM

Communiqué de presse du GIPAG



ANCIENS EDITOS
Fin de cycle sur tapis rouge
septembre 2022
Quand l'intégrisme vert vire au kaki
août 2022
Les règles et ce qu'on en fait
juillet 2022
Grand pouvoir et irresponsabilité
juin 2022
Un martien, sinon rien...
avril 2022
Et si on taxait l'indécence ?
mars 2022
Une lente descente vers le désenchantement
février 2022
Un ''sentiment'' d'augmentation...
janvier 2022
Histoire d'un voyage ordinaire extra
décembre 2021
MANEX pour OBL en OPS ULM
octobre 2021
MULM de la FFPLUM : une réussite !
septembre 2021
Du bal des timbrés aux joyeux suicidés
août 2021
Une idée féministe... l'ULM inclusif tendance woke sauce Fayence
juillet 2021
Une balle dans le pied... Une autre dans la tête !
juin 2021
Monopole, le chemin de la régression
mai 2021
La pilule de la veille
avril 2021
L'argent des autres
mars 2021
Comparaison n'est pas raison
février 2021
Fédérer, uniformiser... désunir
janvier 2021
De quoi j'me mêle ?
décembre 2020
Le diable se cache dans les petits caractères
novembre 2020
La cocorilose* en inaction
octobre 2020
J'ai perdu mon ombre... et bientôt ma liberté
septembre 2020
Punir les pilotes ; une idée citoyenne !
août 2020
Et Dieu créa la différence
juillet 2020
Bonne fête, mère Mozette
juin 2020
Vivre riche, sans modération
mai 2020
Histoire d'un rêve qui se termine
avril 2020
Le virus qui rend tout fou
mars 2020
Ceux dont la vie vaut plus
février 2020
Les bonnes résolutions
janvier 2020
Les pendul' à l'heure
décembre 2019
Pour qui roule la fédé' ?
novembre 2019
Qualif' radio : le début du renoncement
octobre 2019
Cherche ULM désespérément
septembre 2019
De qui se moque-t-on ?
août 2019
Les spécialistes
juillet 2019
Le respect des hôtes, des autres
juin 2019
Métastases cherchent naïfs pour proliférer
mai 2019
Les nouveaux ULM...
avril 2019
Vend liberté : mise à un prix 300 000 euros !
mars 2019
Remplir les cases
février 2019
Générations éphémères
janvier 2019
Est-il urgent d'attendre ?
décembre 2018
Aérodrome avec supplément d'âme
novembre 2018
Promotions à débattre
octobre 2018
Victimes or not victimes ?
septembre 2018
La foire aux accessoires
août 2018
Esprit ULM... es-tu là ?
juillet 2018
Entre peu et pas, un état d'esprit
juin 2018
Espace Schengen, my ass...
mai 2018
Entêtement irresponsable
avril 2018
Du carburant frais pour voler ''safe''
mars 2018
Universalité ; diversité ; francophonie...
février 2018
ULM : aéronef sémantiquement indésirable
janvier 2018
Ce contexte qui brise le rêve ?
décembre 2017
Parler patois pas parler à toi ?
novembre 2017
From rustic to high-tech
octobre 2017
S'élever, se régaler, se déplacer...
septembre 2017
De l'impuissance à l'imposture
août 2017
Baliser entre les cônes
juillet 2017
ULM : le bal des hypocrites
juin 2017
Les marquis du narquois vous em... brassent
mai 2017
500 kg : et après ?
avril 2017
Il est si facile d'interdire
mars 2017
A quand les ZIP ?
février 2017
Spécialistes en herbe
janvier 2017
Légèreté
décembre 2016
Comprenez si vous pouvez
novembre 2016
Le ciel a bon dos
octobre 2016
Salon de Blois : les limites
septembre 2016
Les euro-cocus du 8.33
août 2016
Concepteurs amateurs
juillet 2016
Ce chien... un humain comme les autres
juin 2016
Fumisterie électrique
mai 2016
De l'économie au foutage de gueule
avril 2016
Ça va chier !
mars 2016
Presbyte cherche gros caractères
février 2016
Et après?
janvier 2016
Le prix du baril d'a-brut-i...
décembre 2015
Vol de nuit : le bal des hiboux
novembre 2015
Et si la sophistication tuait ?
octobre 2015
Victimes consentantes
septembre 2015
Le sentir... ou pas
août 2015
La saison des gamelles
juillet 2015
Qui osera ?
juin 2015
Un système qui nous échappe
mai 2015
Multicopters : vers une 7e classe ULM ?
avril 2015
Le cinquième élément : celui de trop
mars 2015
Vigipirate : entre psychose et laisser-aller
février 2015
Dans le brouillard de la schizophrénie
janvier 2015
Une furieuse envie de voler !
décembre 2014
Marques sulfureuses... attention patates chaudes !
novembre 2014
Ceux dont la vie vaut moins...
octobre 2014
Drones : la messe est dite
septembre 2014
Attention aux bagages
août 2014
Dieu ne connaît pas ma soeur !
juillet 2014
L'ultime décision ; question de choix
juin 2014
Le beurre, l'argent du beurre et le reste on s'en fout
mai 2014
Volez! : la fin d'une histoire
avril 2014
Nous irons tous au paradigme*
mars 2014
Histoire belge
février 2014
Transfert d'incompétence : le Noël des voyous
janvier 2014
Drones à toutes les sauces
décembre 2013
Sophistication simplifiée
novembre 2013
Histoires de discrimination
octobre 2013
Un cône, ça se respecte ou ça se fume
septembre 2013
Dommages collatéraux
août 2013
Voler n'est pas un caprice
juillet 2013
Profiter c'est bien : mériter c'est mieux
juin 2013
Rencontres avec des martiens
avril 2013
Les pommes tombent des arbres... Les bananes s'y accrochent !
mars 2013
La méritocratie des branleurs ; comment accélérer le déclin
février 2013
Occasion : qu'est-ce qui cloche au pays des ulmistes ?
janvier 2013
Problèmes d'entoilage X-Air : lumière en vue
décembre 2012
Total Access ou l'étonnant paradoxe d'un vampire au sourire d'ange
novembre 2012
Une tablet'... à tous prix !
octobre 2012
Sainte Sarah is watching you*
septembre 2012
Intérêts... Désintérêt ? Connivence ou naïveté ?
août 2012
Conflit de probité ou incompétence... le danger guette
juillet 2012
J'ai tombé, je m'ai fait mal, je m'ai relevé... ou pas
juin 2012
En mai, fais ce qu'il te plaît...
mai 2012
Le bruit flou de l'administration
avril 2012
Rotax 912 iS : une innovation qui se mérite
mars 2012
Ne sombrons pas dans la vulgarité
février 2012
Et quoi d'autre pour 2012 ?
janvier 2012
Voler, c'est voler
décembre 2011
Les limites ont été atteintes... et dépassées !
novembre 2011
Blades...
octobre 2011
Les femmes, mères de tous les maux
septembre 2011
Le Tour ULM : une belle vitrine pour l'aéronautique
août 2011
Fausse-bonne idée cherche gogos... pour allonger l'oseille
juillet 2011
Du choix des mots et des propos
juin 2011
Basses couches en vert kaki
mai 2011
Ce facteur qui sonne toujours ... le glas
avril 2011
OUI... MAIS...
mars 2011
Des vautours planent sur nos ULM
février 2011
Restons éveillés
janvier 2011
Faisons un rêve
décembre 2010
Attention à la tâche d'huile...
novembre 2010
Mon royaume pour un bidon
octobre 2010
Genèse d'une Loi liberticide
septembre 2010
Aime le ciel, et le ciel t'aimera... peut-être
août 2010
Voler en Belgique... ou rouler
juillet 2010
Poule, oeuf et sophistication : la classe de plus, la classe de trop ?
juin 2010
Sous couvert d'anonymat
mai 2010
Taxe carbone : carbonisée
avril 2010
L'union fait notre force, notre salut
mars 2010
Le désespoir de ceux qui restent
février 2010
Bug de l'An 2000 : une simple répétition ?
janvier 2010
Migration : coucous désorientés
décembre 2009
La Chine s'éveille ; le monde s'endort
novembre 2009
Une crise... quelle crise ?
octobre 2009
Un parachute par amour, ou par respect
septembre 2009
Quand les pilotes dérapent...
août 2009
Quand les médias dérapent !
juillet 2009
A moi le ciel électronique !
juin 2009
A la gravité s'ajoute la connerie !
mai 2009
Etrange réglementation...
avril 2009
Inauguration
mars 2009

Webmaster : Fabrice Gay & MH - Rédacteur : Miguel Horville - ULMaG ©2008-2022













page générée en 0,07 sec.