logo ULMaG www.ulmtechnologie-shop.com
Edito avril 2023
172 articles .......... anciens éditos


vignette
Quand sonne l'heure

Arrêter une activité, c'est entrer dans l'inconnu ; du célibat au couple, de la jeunesse à la parentalité, du couple au divorce, du travail à la retraite, de la vie à... On construit un univers, on le customise pour qu'il soit douillet, puis il s'évapore pour laisser place à un autre chantier dont on ne maîtrise pas encore les ficelles.

Je témoigne d'un acte fort, passé d'il y a longtemps. Mon père, conducteur ordinaire, retraité shooté aux médocs, devenait un danger sur la route : feux brûlés, ignorance du trafic... ma mère blêmissait lors des déplacements en fiacre pétrolifère. Aussi après quelques mises en situation aventureuses, le paternel a-t-il décidé d'arrêter les conneries. La bagnole fut vendue, sans doute au profit des pare-chocs épargnées, et accessoirement de quelques vies insipides.

On ne peut pas dire que j'ai jamais été fan du vioque, mais sur le coup, j'ai admiré son courage. Parce que... quand on y réfléchit, retirer sa caisse à un mec, c'est l'amputer de sa liberté de mouvement, lui retirer sa masculinité conductrice ; bref lui ôter une couille, voire la paire.

Faut pouvoir. Il faut surtout faire plus qu'accepter : il faut provoquer la contrainte. Ce n'est pas donné à tout le monde.

J'en viens aux pilotes. Vieux pilotes ou pilotes malades. Des vieux pilotes, on en connaît tous. Des très vieux aussi. Il y a ceux qui envoient du bois, source d'étonnement perpétuel pour les copains de clubs. Il y en a d'autres qui perdent leur facilité, leur promptitude à réagir. Certains en ont conscience et réduisent la voilure ; d'autres pas et font comme ils ont toujours fait.

Il y a aussi des cas extrêmes, comme ce nonagénaire qui souhait passer une boucle avec son Potez et qui a fini dans la rubrique nécro d'une PQR vicelarde, ou cet autre qui a récemment abrégé son destin et celui d'un pauvre Cessna innocent sur une plage de Californie...

Tant qu'aucun dommage collatéral n'est à déplorer, on ne peut qu'accepter les choix de chacun, fussent-ils funestes. Peut-être certains anciens préfèrent tenter Papa Tango Charlie plutôt que de sucrer les fraises à l'Ehpad, en chaussons et couches mouillées. Cela se conçoit.

Mais on est bien sûr en droit de redouter l'inacceptable risque aux tiers.

Il y a l'âge, qui gagne du terrain sur chacun d'entre-nous, mais aussi les accidents de la vie, la maladie.

Comment décide-t-on qu'un événement inattendu peut devenir prépondérant sur notre libre-arbitre ?
Comment accepte-t-on la fin d'une époque heureuse ?

Gaétan de Truchis, pilote bien connu dans notre petit monde, a dû faire face à une maladie invalidante survenue brutalement, alors qu'il était encore un ''jeune'' pilote septuagénaire aux compétences incontestées.


Gaétan, quel est ton parcours de pilote ?


Suite à un baptême sur Hurricane qui m'a enthousiasmé, j'ai passé le brevet multiaxe à 52 ans. Nous étions en 1999. J'ai rapidement acheté un Savannah en copropriété, le 24 décembre pour être précis. Deux jours plus tard, la tempête du siècle a balayé les hangars et détruit l'ULM. Nous avons rebâti, les assurances ont fonctionné... L'événement a été oublié pour laisser place au plaisir. Un an plus tard j'obtenais le brevet pendulaire.
En 2001, suite à un plan social dans mon entreprise, j'ai eu l'opportunité d'obtenir une convention de reconversion qui m'a permis de devenir instructeur ULM classes 2 et 3. J'opérais sur deux plate-formes au début, puis uniquement St André de l'Eure où j'étais basé.
J'ai formé de nombreux élèves, dont une qui est devenue ma compagne, Marie, dite Marie-Pilote, celle qui vole et convole à mes côtés depuis 20 ans.
Je suis également breveté autogire, mais avec une faible expérience.
Mon dernier multiaxe était un Trial classique de Nando Groppo et mon dernier pendulaire un Racer mono de Air Création.
J'ai arrêté d'instruire le pilotage en 2012 (vers 65 ans) et me consacrais alors à mes balades et voyages aéronautiques pour lesquels j'ai validé mes compétences en montagne en 2017 pour une pratique en sécurité.
Je totalise environ 5500 heures de vol.


Quel est le moteur qui t'a poussé à voler ; où trouves-tu ton plaisir ?


La première raison, le ''moteur'' comme tu dis, qui me pousse à voler est sans conteste le plaisir de l'apprentissage d'un domaine de compétence. La navigation, l'établissement des plans de vol, sont également des moments enrichissants pour moi. Le plaisir du déplacement ; la sensation d'être capable... ce sont des marqueurs forts dans le fait de voler. J'ai également réalisé que mon plaisir de l'ULM était pour beaucoup lié aux cercles de connaissances et d'amis pilotes ou sympathisants, parfois rencontrés sur les réseaux puis découverts physiquement lors de sorties aériennes en groupe. Les voyages sont pour moi indissociables de la pratique du vol : j'ai traversé l'Europe, survolé l'Allemagne, l'Autriche, la Roumanie, la Croatie, la Hongrie, l'Italie, l'Espagne, le Maroc, la Mauritanie, le Sénégal... J'ai réalisé une bonne cinquantaine de beaux voyages. Le vol en montagne et la pratique des alti-surfaces avec l'excellent Trial m'enthousiasment. Sans oublier les petits vols du soir en pendulaire. La phase de vol que je préfère est le dernier virage, suivi de la finale...


Raconte-moi l'événement qui a bouleversé ta vie de pilote.


C'est arrivé en août 2022, un vendredi à 11h. J'ai ressenti de violents vertiges, une perte d'équilibre, des nausées incapacitantes, de fortes douleurs... et tout ça sans aucun signe avant-coureur. Après que les symptômes se soient atténués, j'ai immédiatement décidé de m'interdire définitivement de vol, imaginant ce qu'il serait advenu si cela était arrivé dans le ciel. J'ai été conforté plus tard dans ce choix par les avis médicaux qui m'ont affirmé que le mal dont je suis atteint ne peut être que soulagé, mais pas guéri.
Ma Marie-Pilote et moi devions nous rendre le lendemain à un rassemblement, chacun dans son ULM, mais finalement nous sommes partis à une seule machine, Marie aux commandes et moi en passager. Mon second réflexe a été de prévenir mon entourage et les réseaux sociaux que j'arrêtais de voler, de manière à ne pas être soumis aux tentations, ne pas me laisser d'espoir, et couper complètement.
La suite m'a donné raison, car j'ai eu d'autres crises ; gérables au volant d'un véhicule terrestre, mais pas aux commandes d'un aéronef.
Avec les traitements, les symptômes sont devenus moins forts et plus espacés, mais persistent.


Comment as-tu ''digéré'' le fait de ne plus piloter ?


J'ai souvent pensé que ma vie ne vaudrait pas d'être vécue sans le vol ; c'était mon état d'esprit. On change... Je regarde toujours le ciel pour voir si c'est volable ; j'ai la frustration de ne pas voler et je suis toujours envieux des expériences des autres au travers de leurs publications sur les réseaux sociaux, envieux mais content pour eux.
Avec le recul, je suis apaisé ; je ne suis pas malheureux aujourd'hui d'avoir arrêté de voler ; en fait je suis heureux, mais avec d'autres repères. Il va sans dire que c'est la maladie qui a précipité ma décision ; sans cela je volerais encore. J'aurais volé au moins jusqu'à 80 ans ; les exemples ne manquent pas de pilotes octogénaires en parfaite possession de leurs moyens et bons pilotes.
J'ai la chance de partager une vie sereine et pleine d'amour avec une femme charmante qui continue de piloter : mon exemplarité est donc forcément pondérée.


Des regrets ?


Des regrets, oui bien sûr, mais pas de réel sacrifice. Déjà, l'écolage que j'avais abandonné en 2012 ne me manque plus du tout. En revanche il me manque de posséder mon ULM, d'être libre de voler, de naviguer, de réaliser les petits vols du soir en pendulaire, de compléter ma liste d'alti-surfaces à découvrir (ma to-do-list idéale, remplie à même pas 15%)...


Des compensations ?


Ma compagne possède toujours son Savannah et vole régulièrement. Certes je n'ai pas de plaisir particulier à voler en passager, mais je partage celui de Marie, ce qui est déjà bien. L'arrêt du vol m'a redonné du temps pour accomplir d'autres activités que je délaissais auparavant (tourisme en camping-car, musique, réflexion philosophique, entre-autres...) et de la disponibilité pour Marie. Je le répète, je ne suis pas malheureux.


Encore une place pour l'ULM ?


Je reste sympathisant à la FFPLUM. Jusqu'à récemment je donnais des cours de perfectionnement à la navigation, ce qui me gardait le plaisir de transmettre un savoir ; c'était une chose importante pour moi. Je ne le ferai sans doute plus. Je vais probablement m'éloigner progressivement de l'ULM dans les années à venir, mais pour l'heure, j'ai encore beaucoup de plaisir à rencontrer les personnes, écouter leurs récits, et partager avec eux.
Un de mes grands plaisirs de pilote est d'avoir pu prendre les commandes d'une multitude d'ULM différents ; ajouté aux voyages, aux rencontres, aux expériences riches que j'ai vécues, il me reste un beau répertoire enregistré dans ma mémoire. Avec de tels souvenirs, je garde toujours un peu la tête dans les nuages, même si mes pieds sont ancrés au sol.


Gaétan de Truchis : une piste, une manche à air... la vie - © ulmag


Face à une vérité implacable, Gaétan s'est interdit lui-même de vol ! Une décision qui n'est ni facile, ni courante dans le monde de l'ULM, et qu'il convient de recommander, notamment à ceux qui auraient tendance à cacher (ou ne pas voir) leur perte de capacité de vol. C'est aussi une preuve de discernement et un témoignage fort et réconfortant.

Je considère comme une compétence et un privilège ma faculté d'absorber l'expérience des autres pour mon usage personnel. Bien qu'encore très jeune, avec seulement six décennies au compteur (quoi ?), je pense parfois à quand viendra le moment d'arrêter, quelle qu'en soit la raison, âge, maladie, pognon, écologie...

Ma vie idéale de pilote (la piste à 100 mètres de la maison, l'ULM à 70 mètres) cessera et ma vie en sera bouleversée. Mais il me semble que j'adopterai une philosophie voisine de celle de Gaétan. Je l'espère. Car il reste tant à faire, à découvrir...

Mais quand même : mes petits vols du soir, presque chaque soir, brefs de parfois quelques minutes, me manqueront. Beaucoup.

Bons vols, tant qu'on peut, sans arrière-pensée.

Miguel Horville

ANCIENS EDITOS
Le client est-il roi ?
janvier 2024
Remise de gaz : y penser à deux fois !
décembre 2023
Cachez cet objet volant télépiloté que je ne saurais voir
octobre 2023
Blois 2023 : l'audace et la persévérance
septembre 2023
Et s'il y avait moyen de ne pas disparaître ?
juillet 2023
Un constructeur qui se fout bien du monde
juin 2023
Quand sonne l'heure
avril 2023
Situations conflictuelles
mars 2023
Le coup du marteau sur la tong
février 2023
Mon curé chez les ulmistes
janvier 2023
Les complices
décembre 2022
Quand les clubs nous font voler
octobre 2022
Fin de cycle sur tapis rouge
septembre 2022
Quand l'intégrisme vert vire au kaki
août 2022
Les règles et ce qu'on en fait
juillet 2022
Grand pouvoir et irresponsabilité
juin 2022
Un martien, sinon rien...
avril 2022
Et si on taxait l'indécence ?
mars 2022
Une lente descente vers le désenchantement
février 2022
Un ''sentiment'' d'augmentation...
janvier 2022
Histoire d'un voyage ordinaire extra
décembre 2021
MANEX pour OBL en OPS ULM
octobre 2021
MULM de la FFPLUM : une réussite !
septembre 2021
Du bal des timbrés aux joyeux suicidés
août 2021
Une idée féministe... l'ULM inclusif tendance woke sauce Fayence
juillet 2021
Une balle dans le pied... Une autre dans la tête !
juin 2021
Monopole, le chemin de la régression
mai 2021
La pilule de la veille
avril 2021
L'argent des autres
mars 2021
Comparaison n'est pas raison
février 2021
Fédérer, uniformiser... désunir
janvier 2021
De quoi j'me mêle ?
décembre 2020
Le diable se cache dans les petits caractères
novembre 2020
La cocorilose* en inaction
octobre 2020
J'ai perdu mon ombre... et bientôt ma liberté
septembre 2020
Punir les pilotes ; une idée citoyenne !
août 2020
Et Dieu créa la différence
juillet 2020
Bonne fête, mère Mozette
juin 2020
Vivre riche, sans modération
mai 2020
Histoire d'un rêve qui se termine
avril 2020
Le virus qui rend tout fou
mars 2020
Ceux dont la vie vaut plus
février 2020
Les bonnes résolutions
janvier 2020
Les pendul' à l'heure
décembre 2019
Pour qui roule la fédé' ?
novembre 2019
Qualif' radio : le début du renoncement
octobre 2019
Cherche ULM désespérément
septembre 2019
De qui se moque-t-on ?
août 2019
Les spécialistes
juillet 2019
Le respect des hôtes, des autres
juin 2019
Métastases cherchent naïfs pour proliférer
mai 2019
Les nouveaux ULM...
avril 2019
Vend liberté : mise à un prix 300 000 euros !
mars 2019
Remplir les cases
février 2019
Générations éphémères
janvier 2019
Est-il urgent d'attendre ?
décembre 2018
Aérodrome avec supplément d'âme
novembre 2018
Promotions à débattre
octobre 2018
Victimes or not victimes ?
septembre 2018
La foire aux accessoires
août 2018
Esprit ULM... es-tu là ?
juillet 2018
Entre peu et pas, un état d'esprit
juin 2018
Espace Schengen, my ass...
mai 2018
Entêtement irresponsable
avril 2018
Du carburant frais pour voler ''safe''
mars 2018
Universalité ; diversité ; francophonie...
février 2018
ULM : aéronef sémantiquement indésirable
janvier 2018
Ce contexte qui brise le rêve ?
décembre 2017
Parler patois pas parler à toi ?
novembre 2017
From rustic to high-tech
octobre 2017
S'élever, se régaler, se déplacer...
septembre 2017
De l'impuissance à l'imposture
août 2017
Baliser entre les cônes
juillet 2017
ULM : le bal des hypocrites
juin 2017
Les marquis du narquois vous em... brassent
mai 2017
500 kg : et après ?
avril 2017
Il est si facile d'interdire
mars 2017
A quand les ZIP ?
février 2017
Spécialistes en herbe
janvier 2017
Légèreté
décembre 2016
Comprenez si vous pouvez
novembre 2016
Le ciel a bon dos
octobre 2016
Salon de Blois : les limites
septembre 2016
Les euro-cocus du 8.33
août 2016
Concepteurs amateurs
juillet 2016
Ce chien... un humain comme les autres
juin 2016
Fumisterie électrique
mai 2016
De l'économie au foutage de gueule
avril 2016
Ça va chier !
mars 2016
Presbyte cherche gros caractères
février 2016
Et après?
janvier 2016
Le prix du baril d'a-brut-i...
décembre 2015
Vol de nuit : le bal des hiboux
novembre 2015
Et si la sophistication tuait ?
octobre 2015
Victimes consentantes
septembre 2015
Le sentir... ou pas
août 2015
La saison des gamelles
juillet 2015
Qui osera ?
juin 2015
Un système qui nous échappe
mai 2015
Multicopters : vers une 7e classe ULM ?
avril 2015
Le cinquième élément : celui de trop
mars 2015
Vigipirate : entre psychose et laisser-aller
février 2015
Dans le brouillard de la schizophrénie
janvier 2015
Une furieuse envie de voler !
décembre 2014
Marques sulfureuses... attention patates chaudes !
novembre 2014
Ceux dont la vie vaut moins...
octobre 2014
Drones : la messe est dite
septembre 2014
Attention aux bagages
août 2014
Dieu ne connaît pas ma soeur !
juillet 2014
L'ultime décision ; question de choix
juin 2014
Le beurre, l'argent du beurre et le reste on s'en fout
mai 2014
Volez! : la fin d'une histoire
avril 2014
Nous irons tous au paradigme*
mars 2014
Histoire belge
février 2014
Transfert d'incompétence : le Noël des voyous
janvier 2014
Drones à toutes les sauces
décembre 2013
Sophistication simplifiée
novembre 2013
Histoires de discrimination
octobre 2013
Un cône, ça se respecte ou ça se fume
septembre 2013
Dommages collatéraux
août 2013
Voler n'est pas un caprice
juillet 2013
Profiter c'est bien : mériter c'est mieux
juin 2013
Rencontres avec des martiens
avril 2013
Les pommes tombent des arbres... Les bananes s'y accrochent !
mars 2013
La méritocratie des branleurs ; comment accélérer le déclin
février 2013
Occasion : qu'est-ce qui cloche au pays des ulmistes ?
janvier 2013
Problèmes d'entoilage X-Air : lumière en vue
décembre 2012
Total Access ou l'étonnant paradoxe d'un vampire au sourire d'ange
novembre 2012
Une tablet'... à tous prix !
octobre 2012
Sainte Sarah is watching you*
septembre 2012
Intérêts... Désintérêt ? Connivence ou naïveté ?
août 2012
Conflit de probité ou incompétence... le danger guette
juillet 2012
J'ai tombé, je m'ai fait mal, je m'ai relevé... ou pas
juin 2012
En mai, fais ce qu'il te plaît...
mai 2012
Le bruit flou de l'administration
avril 2012
Rotax 912 iS : une innovation qui se mérite
mars 2012
Ne sombrons pas dans la vulgarité
février 2012
Et quoi d'autre pour 2012 ?
janvier 2012
Voler, c'est voler
décembre 2011
Les limites ont été atteintes... et dépassées !
novembre 2011
Blades...
octobre 2011
Les femmes, mères de tous les maux
septembre 2011
Le Tour ULM : une belle vitrine pour l'aéronautique
août 2011
Fausse-bonne idée cherche gogos... pour allonger l'oseille
juillet 2011
Du choix des mots et des propos
juin 2011
Basses couches en vert kaki
mai 2011
Ce facteur qui sonne toujours ... le glas
avril 2011
OUI... MAIS...
mars 2011
Des vautours planent sur nos ULM
février 2011
Restons éveillés
janvier 2011
Faisons un rêve
décembre 2010
Attention à la tâche d'huile...
novembre 2010
Mon royaume pour un bidon
octobre 2010
Genèse d'une Loi liberticide
septembre 2010
Aime le ciel, et le ciel t'aimera... peut-être
août 2010
Voler en Belgique... ou rouler
juillet 2010
Poule, oeuf et sophistication : la classe de plus, la classe de trop ?
juin 2010
Sous couvert d'anonymat
mai 2010
Taxe carbone : carbonisée
avril 2010
L'union fait notre force, notre salut
mars 2010
Le désespoir de ceux qui restent
février 2010
Bug de l'An 2000 : une simple répétition ?
janvier 2010
Migration : coucous désorientés
décembre 2009
La Chine s'éveille ; le monde s'endort
novembre 2009
Une crise... quelle crise ?
octobre 2009
Un parachute par amour, ou par respect
septembre 2009
Quand les pilotes dérapent...
août 2009
Quand les médias dérapent !
juillet 2009
A moi le ciel électronique !
juin 2009
A la gravité s'ajoute la connerie !
mai 2009
Etrange réglementation...
avril 2009
Inauguration
mars 2009

Webmaster : Fabrice Gay & MH - Rédacteur : Miguel Horville - ULMaG ©2008-2024













page générée en 0,18 sec.