logo ULMaG www.ulmtechnologie-shop.com
Edito septembre 2023
172 articles .......... anciens éditos


vignette
Blois 2023 : l'audace et la persévérance

La météo était annoncée comme abominable... Et ceux qui sont arrivés jeudi 31 août sur le terrain de Blois craignaient de passer un week-end déprimant, entre maussade et morose.

Au final, il y a bien eu de l'eau, mais pas trop. Un peu aussi dans la nuit, très peu. Puis trois gouttes le vendredi... puis la magie FFPLUM a opéré. Peut-être une bénédiction discrète initiée par un président galvanisé ?

Pourquoi les desseins changent-ils ?

Personne ne se plaindra du revirement des hyades, sans doute parties doucher le perfide Tlaloc.

Le soleil et la chaleur ont investi les lieux pour n'en repartir qu'après le dernier démontage achevé.

Bravo la fédé' pour ce synchronisme d'horloger.

Reste donc un salon encore plus réussi que celui de 2022, lui même en progression par rapport à 2021. La fédé' a tout bien fait ; petits plats dans les grands, sans omettre le centenaire des autogires, mêlant nostalgie et avenir prometteur ; sans oublier l'ULM canal historique, village rétro dans un grand espace dédié à ces ''obsolètes'' machines, espace un peu fourre-tout avec des compositions modernes faussement habitées d'un label d'authenticité... Mais l'intention y était et c'est au moins aussi important que la forme.

Salon de belle tenue, avec de l'espace pour y faire circuler des milliers de visiteurs, lesquels avaient tous un rendez-vous hyper important... ailleurs, ce week-end là, précisément.

Parce que dans les faits, la seule chose manquante à Blois du 1er au 3 septembre, c'était bien le public. J'en suis le premier chagriné. Car cette belle organisation méritait mieux. Et les exposants méritaient également mieux.

C'est d'autant plus fâcheux que le rôle que s'est donné la FFPLUM pour cet événement international est d'apporter une magnifique vitrine de l'ULM au public, aux béotiens... faire briller notre discipline. Or tous les ingrédients de la meilleure recette ne servent à rien si personne ne goûte le plat. Et là... pffff !


Le bazar de Balthazar


Qu'ont exposé les exposants ? De beaux avions, de très beaux avions. Et de beaux ULM aussi. Mais tant de beaux avions, qu'il était par moment possible de douter.

Citons quelques merveilles : VL3 Turbine ; Dynamic ; Risen ; Blackwing ; Shark... Point commun à ces machines : leur luxe décomplexé. On vous annonce des trois cent mille euros, et on vous sourit en ajoutant : sans les taxes ni le transport, bien sûr, puisque de nombreux clients achètent leur jouet sur le compte de l'entreprise, repoussant ainsi encore plus loin le concept d'abus de bien social.

Qu'importe, l'inflation galope à +20% chaque année et les constructeurs risquent seulement de terminer leur partouze noyés dans une immense piscine de biftons, façon Balthazar Picsou de Barks.

Autre point commun à ces machines : leurs performances propre à reléguer l'aviation générale certifiée au rang d'aérigami fantaisie.

Dernier point commun à ces machines : leur éloignement de plus en plus assumé du concept d'ULM, de l'annexe II, de simplicité, de sorte qu'on peut s'interroger sur la pertinence et la valeur de la formation et du brevet.


Salades de pales sous les rotors


Mais ne boudons pas le plaisir de voir de belles choses. D'autant que d'autres merveilles étaient exposées : les hélicoptères classe 6. C'est connu, la nature a horreur du vide. Donc après deux ans sans presque aucune concurrence, Dynali a vu des marques combler les stands vides.

Un léger frémissement des constructeurs, diront certains, une gamelle à lécher penseront d'autres. Et miam la gamelle à cinq zéros derrière le deux, derrière le trois.

Donc Dynali présente un adorable cabriolet Open Air, Lamanna revisite le Hugues 500 et Cicaré mise un rétro sur la ''8'' pendant que Kompress joue les stars invitées au salon VIP.

Et si la bonne surprise venait de l'autogire ? Un siècle à battre l'air avec un rotor libre, ça laisse le temps de cogiter, ce qu'une grande marque comme MagniGyro semble faire de manière constructive.

Avec une gamme bien équilibrée, une maîtrise technique indiscutable et une grille tarifaire relativement abordable, le leader prend une avance méritée sur une concurrence tantôt paresseuse, tantôt azimutée ou totalement égarée.

On trouve toutefois de quoi se réjouir avec un constructeur français qui bataille dur pour valoriser son Ventura Eagle à 70 000 euros avec parachute.


Renouveau et compétition


Depuis plusieurs années, la classe pendulaire souffre d'une désaffection du public. Pour faire simple, voler pas cher ne fait plus recette. Là où avant d'intrépides découvreurs tentaient des trucs insensés pour voler à peu de frais, aujourd'hui on sort le chéquier et on aligne les zéros.

Du coup, voler comme un cosmonaute sous bâche, c'est un peu moins sexy quand ça coûte un bras. L'autre cause du désintérêt, c'est le manque d'acteurs dans la discipline. Mais là, heureuse surprise : on apprend au salon que DTA revient dans la course, avec des professionnels très sérieux aux manettes.

La compétition va reprendre avec Air Création, d'où la clientèle sortira gagnante sur tous les plans. Pour l'heure, les ''petits'' constructeurs classe 2 avancent leur pions : bien sûr le français Ellipse Delta, mais aussi l'ukrainien Aeros avec sa gamme Aeros Nanolight Trikes. Là les prix sont corrects et les performances en rapport.

Reste le gros des multiaxes : ceux qui ne sont pas totalement hors sujet. D'abord les métalliques à ailes basses qui se subdivisent en deux catégories : celle designée par Milan Bristela et qu'on qualifiera d'élégante et profilée, et l'autre qui brille par d'autres singularités.


La foire aux chiffres


Les ULM composites, à ailes hautes ou basses, forment une étonnante partition aussi hétéroclite que conformiste : CTLS, FK9, Vampire, Alpha Trainer, Phoenix ou l'étonnant Pegaso portent tous une identité forte et apportent chacun des caractéristiques distinctes, d'où une certaine logique établie dans l'offre.

Les métalliques à ailes hautes et les hétérogènes (tubes-et-toile) se posent en référence aéronautique là où tout autre ULM s'apparente à l'exception.
Et dans cette classe 3 ''moyen de gamme'', la compétition est rude pour que l'attractivité débouche sur une supériorité.

Chacun y va de ses arguments, de ses équipements, de ses... mensonges. Parce que de ce côté, si les vendeurs sont bons, les bonimenteurs sont encore meilleurs. C'est comme aux enchères : 200 km/h ! 250 km/h ! 270 km/h ! Qui veut une autonomie de 3000 km ? Et UN, et DEUX, et TROIS é-crans ! On sort du salon épuisé, à tenter de remettre un chouïa de rigueur tangible, ou alors on s'abandonne aux chiffres fous et on signe à l'usure.

Sauf que les constructeurs français ont eu une idée de génie : tenir leurs tarifs pour former un groupe bien distinct composé de concurrents loyaux qui se battent avec fair-play.

On y retrouve Humbert et Aéroservices Guépard, contre ICP et Flylight. Ce club des quatre limite la casse inflationniste en portant plus d'attention au marché et à la clientèle qu'aux dividendes. Et ça marche !

Le Savannah... une réussite industrielle et commerciale qui totalise près de 1000 exemplaires vendus dans la seule version S. Le but des constructeurs français est de rester dans la course avec des rapports qualité / prix analogues.


Et l'audace dans tout ça ?


Trouve-t-on plus audacieux de voler à 400 km/h avec un racer à turbine, que de voler à 70 km/h dans un engin qui ne ressemble à rien, qui n'est pas réellement économique, qu'on ne pourra jamais revendre, ou à vil prix... ?

Mes deux chouchous de Blois 2023 sont sans conteste le Future Vehicles Dingo et l'Aviad TrueLite. Des monoplaces rigolos, de VRAIS ULM comme décrits dans l'Annexe II, qui se traînent en l'air, qui ne décollent pas par tous les temps, qui crachent une fumée puante...

Le rêve de tout pilote, le cauchemar de tous les pilotes. Mais surtout ce qui devrait être le rêve de tous les ulmistes : décoller depuis son jardin. En regrettant l'absence fort remarquée du constructeur italien Eurofly (Minifox) qui a une réelle partition à jouer face à ces deux brigands.

Coup de chapeau à la société Elektra Solar qui présentait son élégant Elektra Trainer, un quasi-planeur monotrace biplace côte-à-côte facturé le prix d'une très belle maison avec jardin et piscine. Gratifiée de dotations européennes pour abonder la doxa électrique, elle demeure le seule à tenir tête à Pipistrel et son Alpha Electro. Du moins en classe 3...


Terrain d'expérimentation


Reste le paramoteur. Quand on arrive dans la ''zone'' paramoteur, on change carrément de planète. Les gens sont jeunes, plus jeunes... moins vieux. Ils ont la banane, toujours. On rencontre des multiples champions du monde qui restent simples, modestes et accessibles aux visiteurs. L'ambiance est ''cool'', avec une concurrence pondérée par l'instinct d'entraide.

Mais dans ce village qui vole en tous sens, la technologie va bon train. C'est le terrain d'expérimentation des inventeurs de tous poils. Avec des gars qui tentent des solutions ''révolutionnaires'', des bimoteurs électriques, des électrifications participatives open-source, des chariots en fer, d'autres en carbone...

Parce que dans cet endroit, on s'envole pour moins de 6 000 euros si on est un peu gêné, ou pour 20 000 si on veut taper en pointe. A l'atterro, la banane est la même.
L'équipe de France de paramoteur réalise toujours des exhibitions de grande qualité. L'édition 2023 n'échappe pas à la règle.


Pourquoi faire simple...


... quand on peut faire compliqué ? C'était déjà un peu dans l'air ces dernières années, mais là ça devient carrément flippant. A la simple question : qui vend ce matériel, ou qui fabrique ceci, cela ? La réponse devient parfois alambiquée, gênée... On sent qu'il y a un malaise, une réticence à nommer l'entité responsable.

Et comme cela occupe une part non négligeable de mon questionnement pour la gestion de mes fichiers, j'insiste assez lourdement, balaye les mensonges pour finalement obtenir des demi-vérités embarrassées.

D'où vient cet embarras ? C'est pourtant pas compliqué de nommer les choses. Si je possède une Renault Clio, alors la voiture est une Clio, le constructeur est Renault et le vendeur est mon garagiste, Marcel Pupied. Je vois pas plus simple.

De même pour un matériel étranger. L'usine Vladaborg fabrique le machin ; l'importateur est Vladaborg France s'il est exclusif, ou la Sté Pupied en cas contraire. Je vois vraiment pas ce qui pose problème.

Pourtant dans l'ULM, il y a un nombre conséquent d'exposants qui semblent très embêtés à l'idée d'expliquer qui est qui et qui fait quoi. Cela donne lieu à des situations cocasses, comme le distributeur A associé au constructeur B qui doit créer un société C pour vendre son ULM.

Bon... n'y allons pas par quatre chemins, c'est la plupart du temps pour une question de protection d'intérêts. Ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier, au cas où le panier se casse la gueule.

Ou alors, pour trafiquer un business en parallèle d'un autre business concurrent qu'on a négligemment oublié de déclarer à ses partenaires...

Personnellement, je fuis toute entité qui n'affiche pas clairement la couleur, à haute et intelligible voix. Mais chacun fait comme bon lui semble. Et si certains jugent que dealer avec des gens qui cachent des choses est une bonne pratique, alors amen.

Juste, faudra pas venir pleurnicher le jour où ça merdera. Or, ça merdera un jour, c'est sûr. Ça merde déjà copieusement quand un motoriste doit prendre en charge la casse d'un ULM dont le crash est consécutif à la panne d'un moteur sous garantie, panne dûment documentée comme récurrente.

Le client devient la boule dans le flipper. Alors que sur la Clio, si le moteur casse entraînant des dommages, Renault sera l'unique et seul responsable, que le moteur vienne de chez Nissan ou de Jupiter.

Mais pour ça, il faut que le marché soit adulte.

Or si les tarifs pratiqués en ULM semblent montrer une certaine hauteur transactionnelle, les usages restent généralement au niveau de la cuvette des chiottes.

Au final, la troisième édition du MULM administrée par la FFPLUM (quarante-et-unième rassemblement ULM de Blois) s'est déroulée sans accroc. Ce fut un salon de grande tenue avec un professionnalisme inédit et de beaux ULM, pour presque pas toutes les bourses !

Beaux rêves, bons vols

Miguel Horville


Le Aviad TrueLite remplace le Zogolo Mg21, et propose des caractéristiques et des options qui l'ouvrent à de nouveaux marché, dont le Nord-Américain via la Part103.


ANCIENS EDITOS
Le client est-il roi ?
janvier 2024
Remise de gaz : y penser à deux fois !
décembre 2023
Cachez cet objet volant télépiloté que je ne saurais voir
octobre 2023
Blois 2023 : l'audace et la persévérance
septembre 2023
Et s'il y avait moyen de ne pas disparaître ?
juillet 2023
Un constructeur qui se fout bien du monde
juin 2023
Quand sonne l'heure
avril 2023
Situations conflictuelles
mars 2023
Le coup du marteau sur la tong
février 2023
Mon curé chez les ulmistes
janvier 2023
Les complices
décembre 2022
Quand les clubs nous font voler
octobre 2022
Fin de cycle sur tapis rouge
septembre 2022
Quand l'intégrisme vert vire au kaki
août 2022
Les règles et ce qu'on en fait
juillet 2022
Grand pouvoir et irresponsabilité
juin 2022
Un martien, sinon rien...
avril 2022
Et si on taxait l'indécence ?
mars 2022
Une lente descente vers le désenchantement
février 2022
Un ''sentiment'' d'augmentation...
janvier 2022
Histoire d'un voyage ordinaire extra
décembre 2021
MANEX pour OBL en OPS ULM
octobre 2021
MULM de la FFPLUM : une réussite !
septembre 2021
Du bal des timbrés aux joyeux suicidés
août 2021
Une idée féministe... l'ULM inclusif tendance woke sauce Fayence
juillet 2021
Une balle dans le pied... Une autre dans la tête !
juin 2021
Monopole, le chemin de la régression
mai 2021
La pilule de la veille
avril 2021
L'argent des autres
mars 2021
Comparaison n'est pas raison
février 2021
Fédérer, uniformiser... désunir
janvier 2021
De quoi j'me mêle ?
décembre 2020
Le diable se cache dans les petits caractères
novembre 2020
La cocorilose* en inaction
octobre 2020
J'ai perdu mon ombre... et bientôt ma liberté
septembre 2020
Punir les pilotes ; une idée citoyenne !
août 2020
Et Dieu créa la différence
juillet 2020
Bonne fête, mère Mozette
juin 2020
Vivre riche, sans modération
mai 2020
Histoire d'un rêve qui se termine
avril 2020
Le virus qui rend tout fou
mars 2020
Ceux dont la vie vaut plus
février 2020
Les bonnes résolutions
janvier 2020
Les pendul' à l'heure
décembre 2019
Pour qui roule la fédé' ?
novembre 2019
Qualif' radio : le début du renoncement
octobre 2019
Cherche ULM désespérément
septembre 2019
De qui se moque-t-on ?
août 2019
Les spécialistes
juillet 2019
Le respect des hôtes, des autres
juin 2019
Métastases cherchent naïfs pour proliférer
mai 2019
Les nouveaux ULM...
avril 2019
Vend liberté : mise à un prix 300 000 euros !
mars 2019
Remplir les cases
février 2019
Générations éphémères
janvier 2019
Est-il urgent d'attendre ?
décembre 2018
Aérodrome avec supplément d'âme
novembre 2018
Promotions à débattre
octobre 2018
Victimes or not victimes ?
septembre 2018
La foire aux accessoires
août 2018
Esprit ULM... es-tu là ?
juillet 2018
Entre peu et pas, un état d'esprit
juin 2018
Espace Schengen, my ass...
mai 2018
Entêtement irresponsable
avril 2018
Du carburant frais pour voler ''safe''
mars 2018
Universalité ; diversité ; francophonie...
février 2018
ULM : aéronef sémantiquement indésirable
janvier 2018
Ce contexte qui brise le rêve ?
décembre 2017
Parler patois pas parler à toi ?
novembre 2017
From rustic to high-tech
octobre 2017
S'élever, se régaler, se déplacer...
septembre 2017
De l'impuissance à l'imposture
août 2017
Baliser entre les cônes
juillet 2017
ULM : le bal des hypocrites
juin 2017
Les marquis du narquois vous em... brassent
mai 2017
500 kg : et après ?
avril 2017
Il est si facile d'interdire
mars 2017
A quand les ZIP ?
février 2017
Spécialistes en herbe
janvier 2017
Légèreté
décembre 2016
Comprenez si vous pouvez
novembre 2016
Le ciel a bon dos
octobre 2016
Salon de Blois : les limites
septembre 2016
Les euro-cocus du 8.33
août 2016
Concepteurs amateurs
juillet 2016
Ce chien... un humain comme les autres
juin 2016
Fumisterie électrique
mai 2016
De l'économie au foutage de gueule
avril 2016
Ça va chier !
mars 2016
Presbyte cherche gros caractères
février 2016
Et après?
janvier 2016
Le prix du baril d'a-brut-i...
décembre 2015
Vol de nuit : le bal des hiboux
novembre 2015
Et si la sophistication tuait ?
octobre 2015
Victimes consentantes
septembre 2015
Le sentir... ou pas
août 2015
La saison des gamelles
juillet 2015
Qui osera ?
juin 2015
Un système qui nous échappe
mai 2015
Multicopters : vers une 7e classe ULM ?
avril 2015
Le cinquième élément : celui de trop
mars 2015
Vigipirate : entre psychose et laisser-aller
février 2015
Dans le brouillard de la schizophrénie
janvier 2015
Une furieuse envie de voler !
décembre 2014
Marques sulfureuses... attention patates chaudes !
novembre 2014
Ceux dont la vie vaut moins...
octobre 2014
Drones : la messe est dite
septembre 2014
Attention aux bagages
août 2014
Dieu ne connaît pas ma soeur !
juillet 2014
L'ultime décision ; question de choix
juin 2014
Le beurre, l'argent du beurre et le reste on s'en fout
mai 2014
Volez! : la fin d'une histoire
avril 2014
Nous irons tous au paradigme*
mars 2014
Histoire belge
février 2014
Transfert d'incompétence : le Noël des voyous
janvier 2014
Drones à toutes les sauces
décembre 2013
Sophistication simplifiée
novembre 2013
Histoires de discrimination
octobre 2013
Un cône, ça se respecte ou ça se fume
septembre 2013
Dommages collatéraux
août 2013
Voler n'est pas un caprice
juillet 2013
Profiter c'est bien : mériter c'est mieux
juin 2013
Rencontres avec des martiens
avril 2013
Les pommes tombent des arbres... Les bananes s'y accrochent !
mars 2013
La méritocratie des branleurs ; comment accélérer le déclin
février 2013
Occasion : qu'est-ce qui cloche au pays des ulmistes ?
janvier 2013
Problèmes d'entoilage X-Air : lumière en vue
décembre 2012
Total Access ou l'étonnant paradoxe d'un vampire au sourire d'ange
novembre 2012
Une tablet'... à tous prix !
octobre 2012
Sainte Sarah is watching you*
septembre 2012
Intérêts... Désintérêt ? Connivence ou naïveté ?
août 2012
Conflit de probité ou incompétence... le danger guette
juillet 2012
J'ai tombé, je m'ai fait mal, je m'ai relevé... ou pas
juin 2012
En mai, fais ce qu'il te plaît...
mai 2012
Le bruit flou de l'administration
avril 2012
Rotax 912 iS : une innovation qui se mérite
mars 2012
Ne sombrons pas dans la vulgarité
février 2012
Et quoi d'autre pour 2012 ?
janvier 2012
Voler, c'est voler
décembre 2011
Les limites ont été atteintes... et dépassées !
novembre 2011
Blades...
octobre 2011
Les femmes, mères de tous les maux
septembre 2011
Le Tour ULM : une belle vitrine pour l'aéronautique
août 2011
Fausse-bonne idée cherche gogos... pour allonger l'oseille
juillet 2011
Du choix des mots et des propos
juin 2011
Basses couches en vert kaki
mai 2011
Ce facteur qui sonne toujours ... le glas
avril 2011
OUI... MAIS...
mars 2011
Des vautours planent sur nos ULM
février 2011
Restons éveillés
janvier 2011
Faisons un rêve
décembre 2010
Attention à la tâche d'huile...
novembre 2010
Mon royaume pour un bidon
octobre 2010
Genèse d'une Loi liberticide
septembre 2010
Aime le ciel, et le ciel t'aimera... peut-être
août 2010
Voler en Belgique... ou rouler
juillet 2010
Poule, oeuf et sophistication : la classe de plus, la classe de trop ?
juin 2010
Sous couvert d'anonymat
mai 2010
Taxe carbone : carbonisée
avril 2010
L'union fait notre force, notre salut
mars 2010
Le désespoir de ceux qui restent
février 2010
Bug de l'An 2000 : une simple répétition ?
janvier 2010
Migration : coucous désorientés
décembre 2009
La Chine s'éveille ; le monde s'endort
novembre 2009
Une crise... quelle crise ?
octobre 2009
Un parachute par amour, ou par respect
septembre 2009
Quand les pilotes dérapent...
août 2009
Quand les médias dérapent !
juillet 2009
A moi le ciel électronique !
juin 2009
A la gravité s'ajoute la connerie !
mai 2009
Etrange réglementation...
avril 2009
Inauguration
mars 2009

Webmaster : Fabrice Gay & MH - Rédacteur : Miguel Horville - ULMaG ©2008-2024













page générée en 0,06 sec.