logo ULMaG www.ulmtechnologie-shop.com
. . Magazine ->
Essais

<< page..123456789..page >>




Ekolot KR-030 Topaz - 912 UL


Très haute couture



Accès rapides


Gestion des basses vitesses

Le Topaz est convainquant en ULM de voyage. Reste à explorer le registre des basses vitesses. Moteur à 3 000 tr/mn en lisse, la vitesse chute lentement (preuve d'une bonne fluidité aérodynamique) pour se stabiliser à 110 km/h. A ce régime, je ne parviens pas à maintenir le vario' qui indique -400 ft/mn. Sans changer la puissance, mais avec les volets au premier cran, la vitesse chute à peine et le taux de chute passe à -300 ft/mn. Volets entièrement déployés, j'obtiens -250 ft/mn à 100 km/h. Si ces valeurs sont communes à bien d'autres ULM de classe analogue, le manche durcissant et le comportement altéré se perçoivent plus nettement. En lisse, le décrochage s'opère en douceur vers 85 km/h et se traduit par un salut symétrique. Il suffit de rendre la main pour que le Topaz raccroche les filets et vole de nouveau. Avec les volets sortis entièrement, le phénomène est un peu plus nerveux et apparaît vers 75 km/h. Ce qui me gène est l'absence totale de signes avant-coureurs. Seul le manche durcissant et les commandes moins efficaces préviennent qu'on flirte avec les limites. En ce qui concerne le taux de chute à vitesse stabilisée, le Topaz propose -700 ft/mn en lisse à 120 km/h ; -700 ft/mn à 115 km/h au premier cran et -850 ft/mn à 110 km/h toutes voiles dehors. D'assez bon chiffre en regard de la finesse donnée pour 16 par le constructeur. Une petite glissade à 150 km/h me permet d'accrocher -1500 ft/mn qui sera mon record du jour. En finale à 110 km/h et un cran, je me présente pour un atterrissage court, tentant de casser la vitesse par une légère asymétrie de vol. Le Topaz restitue plus qu'attendu en dépit des volets cette fois entièrement déployés. Je mange de la piste avant que la portance ne s'écroule d'un coup vers 80 km/h. Je considère l'atterrissage comme raté et remets la gomme pour tenter un kiss moins fougueux. Si la seconde tentative est correcte, je trouve toutefois le contrôle délicat, d'autant que la visibilité limitée rend imprécis la hauteur d'arrondi.


Les volets électriques manquent d'efficacité, tant pour casser la finesse du Topaz que pour booster l'hyper-sustentation ou le (paradoxalement) le taux de chute. Une meilleure définition contribuerait à la gestion des basses vitesses.


En configuration d'atterrissage, volets sortis à basse vitesse, le Topaz demande un peu d'attention ; le manche s'affermit, ce qui est l'unique signe avant-coureur du décrochage. Un minimum d'entraînement est nécessaire pour gérer l'affaire en sécurité.


A basse vitesse, le contrôle reste correct avec un manche durcissant, puis s'effondre assez brutalement vers 80 km/h.



<< page..123456789..page >>
Webmaster : Fabrice Gay & MH - Rédacteur : Miguel Horville - ULMaG ©2008-2021













page générée en 0,03 sec.