logo ULMaG www.ulmtechnologie-shop.com
. . Magazine ->
Essais

<< page..12345..page >>




QuickSilver Sport 2 S - 582


Un vrai ULM à l'ancienne



Accès rapides


Prise en mains

L'appareil reposant sur sa queue n'est équilibré que par le poids du ou des occupants. Dépourvu de pare-brise, le Sport 2 S offre un accès à bord facile. Juste un tube à enjamber avant de s'asseoir dans les confortables sièges matelassés. Ces derniers sont toutefois un peu trop serrés l'un contre l'autre, ce qui devrait être corrigé dans l'avenir. Les ceintures quatre points sont ancrées de manière à n'occasionner aucune gêne. Conception américaine oblige, les grands sont favorisés même si l'assise permet un réglage en trois positions. Manche et compensateur centraux, palonniers doubles, manettes de gaz latérales... l'ergonomie est remise en question par la position neutre du manche trop reculée d'une quinzaine de centimètres. Ce manche très haut permet à l'instructeur de corriger en double, sans que l'élève ne lâche prise. L'implantation baroque des coupe-contact (sur la barre transversale arrière) mérite d'être repensée. De même, la console d'instrument placée en hauteur impose des mouvements d'yeux pas naturels. A peine rodé, le 582 sonne juste et pas trop fort malgré l'absence de silencieux d'échappement. Le roulage est assez confortable. Notons que la roulette de nez est plus grande que sur les autres modèles de la gamme et qu'elle est directrice (les anciens savent qu'il s'agit d'une modernisation inédite). Le rayon de braquage est dès lors correct et le guidage parfait. Les freins sont suffisant pour stabiliser la machine ou la ralentir après l'atterrissage. Mais au point fixe, mieux vaut tenir le Quick avec les pieds. A ce propos, il conviendra de garder ces derniers sur les palonniers durant le roulage ou sinon gare aux entorses.


Les sièges réglables en trois positions sont très confortables. Un peu trop rapprochés pour l'instant, ils seront écartés pour les prochaines réalisations.


La commande de compensateur est logée entre les sièges.


Rotax 582, réducteur C et hélice Duc Windspoon ; cette association autorise des décollages courts, des montées énergiques, des remises de gaz nerveuses, mais les performances restent modestes et l'autonomie limitée.


Les freins ultra basiques ralentissent la bête mais manquent de tonus pour retenir le Quick' au point fixe. On utilisera les pieds pour cela...


Le réservoir de série de 19 litres permet de voler une heure tout au plus.


Le manche de pilotage est malcommode. Très (trop) haut, il est reculé à l'excès, ce qui induit une position peu naturelle du bras ; 15 cm plus avant seraient bienvenus.



<< page..12345..page >>
Webmaster : Fabrice Gay & MH - Rédacteur : Miguel Horville - ULMaG ©2008-2021



















page générée en 0,01 sec.