logo ULMaG www.ulmtechnologie-shop.com
. . Magazine ->
Essais

<< page..1234567..page >>


Montée initiale façon second degré sur l'échelle du n'importe quoi ! Pendu à l'hélice, avec trois molécules d'air pour porter les ailes, le 701 monte aux arbres à des allures ridiculement basses.


Zenair CH-701 - 912 UL


STOL stories



Accès rapides


Incidence ? Quelle incidence ?

C'est parti ! Le 701 est chargé au maximum pour les tests. Flaperons au premier cran, la course d'élan est brève ; une quarantaine de mètres pour libérer la roue avant et 20 de plus pour larguer les amarres. Surprenant. D'autant qu'on sent l'appareil bien parti pour continuer à grimper, après avoir rapidement effacé la zone instable de second régime (à moins que cette phase du vol lui soit étrangère). Les 15 mètres sont franchis en environ 120 m : un record à ce jour pour un ULM de ce calibre. L'incidence est copieuse ; il paraît que c'est normal. Le moteur crache ses watts et ses décibels comme un damné. Mon barouf-mètre frôle l'inédit avec 102 dB à hauteur d'oreilles. Au moins ça réveille ! Ceux qui -comme moi- sont un tantinet sensibles des feuilles devront investir dans un casque à atténuation renforcée. Les conditions du jour font état de 25°C, 1020 hPa, un peu de vent et des thermiques actives. Après la rentrée des ''volets'', je cherche le meilleur taux de montée et obtiens 800 ft/mn à 95 km/h. L'assiette de vol est impressionnante, mais pas autant qu'en recherche du meilleur angle de montée, vers 75 km/h. Là, on se demande à quoi s'accrochent les ailes ! Et le badin de descendre, et l'avion de monter... L'étalonnage du badin donne les résultats suivants : 85 km/h lus pour 89 réels à 3 500 tr/mn ; 95 affichés pour 97 réels à 4 000 tr/mn ; 125 au badin pour 120 au GPS à 4 500 tours et 145 indiqués pour 137 chrono à 5 000 tr/mn. Les chiffres sont conformes au manuel d'utilisation. Aucune tromperie. Les turbulences chahutent le CH 701 sans pour autant le rendre inconfortable. Sans doute le bénéfice du faible allongement des ailes épaisses et rigides. Pas d'esquive malicieuse ou de roulis stressant ; le Zenair reste facilement pilotable, juste un poil brouillon dans dans les tabasses.


Le montage du moteur n'appelle aucune critique : le bâti est solide et les faisceaux électriques et hydrauliques proprement implantés. Reste l'isolation acoustique...


Simple manche, ergonomie efficace, aération performante... Un intérieur plutôt convivial sous un déferlement sonore dû à une isolation phonique insuffisante.


Les palonniers place gauche reçoivent les freins différentiels, au demeurant puissants et précis à l'usage. Les pédales sont bien placées pour ne pas être actionnées inopinément.


Les becs associés au profil épais des ailes assurent le respect de très basse vitesses, le constructeur annonçant 30° d'incidence en palier. Aux commandes, c'est assez spectaculaire.



<< page..1234567..page >>
Webmaster : Fabrice Gay & MH - Rédacteur : Miguel Horville - ULMaG ©2008-2021













page générée en 0,02 sec.