logo ULMaG www.ulmtechnologie-shop.com
. . Magazine ->
Essais

<< page..1234567..page >>


Si le CH 701 se prend facilement en mains pour ce qui est du vol courant, il faut une période d'adaptation pour l'utiliser pleinement, notamment en mode STOL.


Zenair CH-701 - 912 UL


STOL stories



Accès rapides


Soyons STOL

Gagnant une altitude plus calme, j'entame les exercices en commençant par la stabilité des axes. Trim bien ajusté, j'applique une traction sur le manche jusqu'à effacer l'horizon, et lâche en cliquant sur le chrono. Clic ! Neuf secondes plus tard le 701 a recouvré son assiette normale de vol. Pas d'erreur ; ce sont bien neuf secondes et zéro oscillation. Et cette agréable caractéristique se répète avec les axes de lacet et de roulis. Sympa et surtout rassurant ; il est toujours précieux de pouvoir abandonner les commandes sans que l'avion parte à l'envers ! En revanche, si la profondeur est très réactive et les ailerons assez nerveux pour permettre de giter de -45° à +45° en 2 secondes environ, l'axe de lacet se montre un peu paresseux. Les tests se pratiquent dans l'enveloppe de la vitesse de manoeuvre. C'est toutefois du côté des basses vitesses que j'attends le 701. Donc réduction des gaz. Ayant toute l'eau qu'il faut sous la quille, je laisse mourir le badin, d'abord en lisse. L'aiguille cherche 70 km/h, puis 65 avec un vario à -300 ft/mn. Des vibrations apparaissent dans le fuselage, signe qu'on approche des limites. Les commandes restent toutefois efficaces. Toujours manche en arrière, je déploie 1 cran de flaperons. La vitesse affichée chute cette fois à 60 km/h et le vario reprend -50 ft/mn. Toutes voiles dehors, la vitesse baisse à peine, mais le variomètre passe à -400/-450 ft/mn. Une fois de plus je suis surpris par la bonne volonté de cet ULM. D'autres, qualifiés (ou autoproclamés) STOL, n'ont pas cette retenue moteur réduit. Ils décrochent brutalement à 90 km/h quand ce n'est pas plus. Quand se produit l'abattée (qu'il faut provoquer), le 701 tremble comme un diablotin frigorifié. Il suffit de rendre la main pour que l'ULM reprenne toute sa cohérence. Sans changer les paramètres, je remets les gaz ; environ 4 500 tours. Cette fois c'est gagné : le Zenair 701 conserve sa vitesse (indiquée) de 60 km/h et le vario remonte vers zéro, puis s'y fixe. Un poil plus de gaz, avec désormais une assiette de folie, et le badin oscille entre 55 et 60. Mieux encore, les trois axes sont opérationnels. Je ne me sens pas assez ''propre'' au manche pour tenter le coup à l'atterro', mais force est de reconnaître que les basses vitesses revendiquées semblent réalisables, moyennant un peu d'exercice. Cette réflexion est d'ailleurs l'objet d'un constat que me confirmera plus tard Edgar Grimm : s'il semble facile à prendre en mains, le Zenair CH 701 demande un apprentissage et surtout une certaine habitude pour délivrer son potentiel.


En dépit d'un ersatz de séparation, volets et ailerons sont liés entre-eux pour devenir flaperons. La Vfe est fixée à 96 km/h.


Avec ou sans mode d'emploi

Décoller, voler, ''déconner'' et atterrir ne posent aucune difficulté. L'exploitation de ses capacités STOL réclame en revanche plus qu'une simple prise en main. Il faut apprendre la machine. Soit. J'accepte avec humilité que cet ULM ne me livre pas immédiatement tous ses secrets. Après tout, ce léger voile de mystère ne l'en rend que davantage attractif ; du moment que les manoeuvres essentielles restent à la portée de tous. C'est le cas. Le constructeur revendique une finesse de 10 à laquelle je ne crois pas du tout. Il suffit de couper les gaz en palier (configuration lisse) pour comprendre qu'il s'agit d'un fantasme marketing. Ce qui nous amène logiquement à éprouver le taux de chute, dont je rappelle que le test consiste à obtenir le meilleur à vitesse stabilisée. En lisse, le vario indique -800 ft/mn à 120 km/h. Un bon chiffre, mais pas tant qu'avec un cran de ''volets'' (-1000 ft/mn à 115 km/h) ou 2 crans (-1000 ft/mn à 110 km/h). Décollage court et descente rapide : le 701 est l'outil idéal pour les pistes enclavées.


Le 701 génère des traînées parasites du fait de ses haubans contrefichés et de ses formes globalement peu aérodynamiques.


La commande des volets est accessible seulement depuis la place gauche ; pas réellement pratique, mais pas gênante non plus.


La profondeur est très efficace mais néanmoins...


... stable, avec un retour rapide à l'assiette de vol.






<< page..1234567..page >>
Webmaster : Fabrice Gay & MH - Rédacteur : Miguel Horville - ULMaG ©2008-2021










page générée en 0,02 sec.