logo ULMaG www.ulmtechnologie-shop.com
. . Magazine ->
Expériences vécues

<< page..12..page >>




Premier lâcher par J. Foucher


Mon lâcher à Chambley




Autres temps, autres méthodes

Tournée générale au club ! Je suis le héros du jour. Aurélie et Marc sont fiers de leur père. Gilbert est content ; peut-être plus que moi. Voilà ce qui lie, la plupart du temps, l'élève et son instructeur. Des moments forts et inoubliables qu'eux seuls ont partagés et dont ils sont les seuls à connaitre l'historique. Il m'a donné des ailes ! Alors bien sûr, avec l'expérience, on peut juger l'anecdote différemment. La méthode ''silencieuse'' de Gilbert peut être contestée. Mais dans le milieu ULM du moment, la pédagogie n'est pas enseignée. Ma fille en fera les frais et finira malheureusement par cesser le pilotage, victime de multiples incompréhensions. Une décision courageuse ; SA décision.
Depuis, la formation a beaucoup évolué, avec des programmes construits et une réelle parité entre l'instruction théorique et pratique. Mais à cette époque, il est déjà méritoire de trouver un bénévole disponible le weekend, et de partir voler, parfois avec une simple carte routière... Une méthode loin d'être parfaite, mais qui a eu le mérite d'exister. Plus tard, j'ai connu d'autres instructeurs, en tout point meilleurs, mais au moment de mon lâcher, c'était Gilbert qui faisait référence dans la région. Je parle encore de lui comme étant celui qui m'a permis de voler. D'autant que les instructeurs que j'ai connu après lui n'auraient pas accepté les conditions matérielles qui furent celles de ma formation, à commencer par l'absence de radio...
Ce récit est un témoignage d'une époque révolue, mais qui a engendré une nuée de pilotes, pas plus mauvais que ceux d'aujourd'hui. L'engagement de l'instructeur était total, les machines mal adaptées... Gilbert me relâcha une deuxième fois, mais ce second vol solo ne m'a laissé aucun souvenir. Puis une troisième, par un dimanche ensoleillé de février, où le thermomètre affichait -10°C. Des rafales de vent balayaient la piste, mais moyennant une gestion plus accomplie, j'ai fait face. Je savais alors que je méritais le fameux papier vert qui ponctue une longue formation. Et même s'il me restait beaucoup à apprendre, j'étais enfin devenu pilote.


Le brevet de pilote ULM sanctionne le long apprentissage de l'air.


Suite à mon lâcher et à l'obtention de mon brevet, Gilbert, toujours lui, réalise l'essai du Himax qui sera le mien et avec lequel j'ai traversé la France.



<< page..12..page >>
Webmaster : Fabrice Gay & MH - Rédacteur : Miguel Horville - ULMaG ©2008-2021










page générée en 0,01 sec.