logo ULMaG www.ulmtechnologie-shop.com
Salons & rassemblements

<< page..1234567..page >>
photos : Patrick Perrier - Florian Excrozailles - ULMag & constucteurs
Blois 2021
septembre 2021 - par ULMag
MULM de la FFPLUM : une réussite !

commencer la visite ...................................... visite virtuelle classée
Pour la première fois cette année, la FFPLUM organisait le salon ULM de Blois, rebaptisé pour l'occasion Mondial de l'ULM ou MULM. Force est de reconnaître que face à des prévisions météo inquiétantes, face aux conditions sanitaires toujours de mise, en dépit de la découverte d'une énorme organisation, la fédé' a assuré. Tout n'était pas parfait, mais pour une première, c'était une première réussie.
Pour 2021 et son premier événement, la FFPLUM avait décidé de rompre avec certaines habitudes et de redonner sa dimension à l'ULM. Ainsi, aucun ''avion'' n'était admis dans l'enceinte d'exposition. Tous les aéronefs présentés détenaient une carte d'identification ULM valable en France. Intention louable et bien perçue, sauf bien sûr par quelques constructeurs qui axent leur fonds de commerce sur la mixité ULM-LSA. Par ailleurs, les ''grandes marques'' qui orchestraient habituellement leur mini-salon au sein du rassemblement ont dû se résoudre à loger dans des stands, certes dimensionnés en conséquence de leurs moyens, mais conformes au standard esthétique des autres tentes d'expo. On peut interpréter cette volonté de différentes manières, certains n'hésitant pas à parler de despotisme ; il est toutefois plus honnête de penser synergie globale et alignement salutaire. Une marque qui sort du lot par sa publicité ne tire pas l'ensemble des acteurs dans son sillage. Isolée, elle ne bénéficie pas du rythme d'ensemble et participe à une fracture, accentuée par la notion financière jamais étrangère au mécanisme.
La Demoichelle 462 conçue par Daniel Dalby, fondateur de l'Association pour la Promotion des Echelles Volantes (APEV).

Pour ne pas s'y tromper, l'organisation avait choisi de présenter 3 ULM historiques au centre de la manifestation, le Mini Explorer de Norman Aviation, un Weedhopper monoplace et une Demoichelle thermique. En dépit de l'époque mouvementée, les exposants ont répondu présent. Une présentation statique connue et plutôt bien organisée. C'est du côté des présentations dynamiques que le salon a raté l'objectif. Quelles que soient les contraintes, voire les ''limites'' demandées par les autorités, on a vu très peu d'ULM dans le ciel de Blois. Les évolutions spectaculaires étaient interdites (60° d'inclinaison max) et des cartons rouges ont été distribués... Alors que la réglementation n'interdit pas les évolutions en question et que jamais par le passé ces spectacles n'ont posé de problème. Dommage pour le public et pour ceux qui savent les réaliser en toute sécurité. L'autre difficulté concernait les arrivées en vol, que de nombreux pilotes ont jugé compliquées, avec radio obligatoire, créneaux stricts... Pour l'avenir, la FFPLUM devrait davantage s'imposer auprès des autorités pour que l'ULM reste, dans le cadre réglementaire, une activité qui se passe très bien de radio. Sous peine, une fois encore, qu'une exception ne devienne la règle.
Weedhopper JC-24B KFM restauré par Stéphane Roche.

L'exposition 2021 a dévoilé encore plus de professionnalisme de la part des constructeurs et des exposants. Pour les grandes tendances, l'autogire reste un gisement d'innovation avec des modèles toujours plus luxueux, puissants (en regard de la nouvelle réglementation et de la gamme Rotax étendue). L'offre classe 6 est moins dynamique que par le passé, avec seulement quelques constructeurs dominants qui imposent leur style. La classe multiaxe continue son ascension régulière vers les sommets du déraisonnable en termes de prix et de... POIDS ! Car comme attendu des personnes possédant un peu d'expérience en la matière, le gain de masse obtenu en 2019 avec la nouvelle réglementation n'a servi qu'à repousser les limites, mais ne suffit pas à satisfaire des constructeurs - et des propriétaires - qui veulent toujours plus d'équipements dans des AVIONS toujours plus lourds et performants. Un gentil coup d'épée dans l'eau qui fera tôt ou tard revenir les lobbyistes dans la course à l'armement. Et si la démonstration auprès des vendeurs d'ULM-fusées ne suffisait pas, d'autres types de constructeurs sont également concernés, ceux-là mêmes qui jouaient la carte de la légèreté quelques années plus tôt. On pense à certains biplans typés historiques de construction hétérogène qui flirtent avec les limites dès lors qu'on propose des équipements spéciaux ou des motorisations alternatives. Enfin reste les pendulaires... Plus objectivement reste Air Création et quelques constructeurs de chariots monoplaces qui n'ont pas indisposé les visiteurs par leur emprise au sol ou leur battage. Plus que dommage, c'est triste. Pourtant ce sont deux micro pendulaires qui ont enorgueilli notre activité récemment avec un record mondiale historique de distance...
Le Norman Aviation Nordic 8 Mini Explorer dérivé du Personal Explorer conçu par Hubert de Chevigny.

Reste le ''problème'' paramoteur, pour lesquels l'organisation n'a pas tenu sa parole de ''recentrage'', repoussant loin et toujours plus loin leur exposition. Un isolement qui ne peut qu'engendrer de l'entre-soi et à terme du séparatisme. Les rares occasions de placer les paramoteurs au centre du salon de Blois ont donné lieu à une mixité appréciée de tous sans nuire aux évolutions spectaculaires, bien au contraire. A méditer pour l'avenir.
Les paramoteurs ont réalisé un magnifique vol collectif.

Du côté des équipementiers, la tendance enregistrée depuis plusieurs années poursuit son cap et radicalise les solutions. Pour l'instrumentation, l'analogique disparaît peu à peu au profit d'afficheurs numériques combinés. De grands écrans pour les ''grands'' ULM, mais aussi de petits écrans complets bourrés de technologie pour les pendulaires minimalistes ou les chariots paramoteurs. De belles choses pour des gens de vingt ans à la vue parfaite ; des gadgets inutiles pour les cinquantenaires (et plus) dont la vue de près s'affaiblit (presque tous). Faire comprendre des choses aussi simples à des industriels déconnectés ne semble pas chose aisée... Il en va de même bien sûr pour les radios ou les transpondeurs : toujours plus d'info... toujours moins lisibles ; donc toujours plus d'erreur et de risques. Autre mode qui ''prend'' : les dispositifs d'anti-collision se perfectionnent et se multiplient. Une offre qui peut séduire, mais qui n'apporte qu'une sécurité de façade dès lors qu'on oublie les principes de base (voir et être vu). Or... c'est malheureusement le cas et quelques témoignages montrent que ça peut parfois friser les moustaches, notamment quand tout le monde n'est pas équipé. Prions seulement pour que le législateur n'ait pas l'idée saugrenue de rendre ces matériels obligatoires afin de sécuriser ceux qui les ont déjà acquis. Les systèmes de repérages en vol sont également en recrudescence avec des solutions légères, simples et peu coûteuses. Certains de ces appareils permettent de suivre les vols sur un ordinateur distant via internet et peuvent déclencher des secours en cas de besoin. Peut-être un débouché pour l'homologation de records sportifs...
Un turbopropulseur à Blois ! Une incongruité pour certains... un trou dans la raquette pour d'autres... Une solution pragmatique pour faire voler la classe 6 en sécurité pour les promoteurs du projet.

Corroloraire de ces techniques énergivores, la demande d'électricité accroît et il devient souvent nécessaire d'ajouter de lourdes génératrices pour fournir la demande.
L'optimisation des moteurs poursuit son élan. L'injection est proposée par de nombreuses marques, avec des systèmes parfois très beaux et très coûteux. Souvent, l'optimisation rime avec augmentation de puissance. Une histoire connue dans d'autres secteurs de loisir... Pour les moteurs à pistons, l'arrivée d'une concurrence directe au motoriste Rotax pourrait possiblement rebattre les cartes de la distribution et des tarifs, à condition que l'essai soit transformé. Aucun droit à l'erreur, pas de panne permise et une satisfaction totale obligatoire : telles sont les cases que doit cocher le challenger. Et même punition pour les concepteurs de l'unique turbopropulseur spécialement créé pour l'aéronautique légère (pour l'instant) non certifiée. L'avenir de l'ULM ? Sûrement pas vu les tarifs et la technologie embarquée, mais une option recevable pour de riches propriétaires d'ULM haut de gamme et a fortiori pour les constructeurs d'hélicoptères légers (classe 6 mais non Annexe II) qui y trouvent les fondements d'un moteur approprié. On s'éloigne bien du monde ULM, mais on reste potentiellement dans le cadre légal. Donc why not ?
Nouveauté cette année, les visiteurs (et exposants) pouvaient choisir leur lieu de restauration. Une excellente idée pour qui veut en finir avec le choix unique imposé. Quelques food-trucks étaient réunis près de l'entrée, laissant s'échapper d'alléchantes senteurs de friture...
Blois en chiffres
Comme chaque année, l'organisation du Salon de Blois nous livre les chiffres clés de l'événement. Ainsi l'édition 2021 a-t-elle attiré 5500 visiteurs ''terrestres'' et venus par la voie des airs, soit 57% de plus que durant l'édition 2019 ; un chiffre jamais atteint depuis 2013, sachant que les fréquentations de la première décennie du siècle étaient régulièrement supérieures à 7000 visiteurs. Du côté des aéronefs, on dénombre 500 ULM et aucun avion. Plus qu'en 2019 (qui était décidément une petite année, mais un chiffre encore bas par rapports aux autres années (660 en 2018, 752 en 2015...). La ligne d'exposition était longue, avec plus d'espace de circulation que les années précédentes ; sur 140 exposants attendus, seuls 3 ont fait défection. Comme avec l'ancien organisateur, les 85 bénévoles ont réalisé un travail formidable. On les en remercie. La mise à disposition de l'aérodrome durant 3 jours et la compréhension des résidents est à remarquer également.
Le pot de la FFPLUM réservé à la journée professionnelle.

Contact
FFPLUM - 96 bis rue Marc Sangnier - 94704 Maisons Alfort Cedex - 01 49 81 74 43 - ffplum@ffplum.org - www.ffplum.fr

Visite par ordre alphabétique

AVI Aircraft Swan 120 et e-SwanAdventure Nano Quad & Funflyer 3
Aerolight injections Edge Performance - Ligier AutomotiveAeropilot Legend
Air Création iFun XL - Skypper Bush - Pixel Polini 303Air-K Motors Zongshen C80 - C100
Airlony Skylane VAlpi Aviation Pioneer 300 Griffon
AutoGyro MTO Classic kitAvirex
Aéroservices GuépardBRM Aero FB8 Bristell
Beringer AeroBlackwing
Coavio DA EvolutionDUC Hélices
Direct Fly Alto 912TGDova Aircraft DV-1 Skylark
Dynali H3 Sport 135 chE-Props Glorieuse
ELA Aviacion ELA 10 Eclipse EVOEllipse Delta
Eurofly MinifoxEvektor Eurostar
ExomoFK - FK9 Mark VI
FP PropellerFlight Design
Fresh Breeze XcitorG1 Aviation Zongshen C100
HSComHelyxir Choppair CR4-T Turbotech TP-R90
Humbert TetrasICP Savannah & Ventura
JMB Aviation VL3Jabiru 2200 Gen 4
Kiebitz Verner 5SLa Mouette
Loravia - LOR - TurboMCR Evolution
MacflyMagni Gyro XM-26
MicrotrakNando Groppo G70
Phenix Air Corp Transat MD03Shark Aéro
Splach-In Aviation Pétrel XTL-Ultralight TL3000 Sirius
Tecnam 92 Echo MK2 LTomark Aero Skyper & Viper
Turbotech TP-R90ULM Technologie Design 4 Pilots
Ultralight Concept Stampe SV4

<< page..1234567..page >>


Webmaster : Fabrice Gay & MH - Rédacteur : Miguel Horville - ULMaG ©2008-2021













page générée en 0,05 sec.