logo ULMaG www.ulmtechnologie-shop.com
Edito octobre 2019
127 articles .......... anciens éditos

vignette
Qualif' radio : le début du renoncement

Le 2 août 2019, le journal officiel a publié l'arrêté du 12 juillet relatif aux procédures générales de circulation aérienne pour l'utilisation des aérodromes par les aéronefs.

Ce texte est signé de Marc Borel, directeur du transport aérien à la direction générale de l'aviation civile (DGAC), par délégation pour la ministre de la transition écologique et solidaire, chargée des transports, Elisabeth Borne.

L'entrée en vigueur de l'arrêté est fixée au 2 septembre 2019.

Que dit cet arrêté ?

Rien de bien extraordinaire qu'on ne sache déjà concernant les circuits d'aérodromes. Un précis de ce que tout pilote fait, ou doit faire, ou devrait savoir faire.

Cela sert au moins à justifier le salaire des potes de promo. Ils sont fiers de montrer ''leur loi'' à maman et s'en vont indiquer à bobonne c'est qui le pacha à la casbah !

Bref du blabla, jusqu'à la partie F spécifique aux aéronefs ultralégers motorisés (ULM) et aux planeurs ultralégers (PUL) qui ne manquera pas d'intéresser les glands d'ulmistes.

Il est écrit que :
l'utilisation par les ULM de classe 2, 3 et 4 et 6 des aérodromes pour lesquels des procédures de départ ou d'approche aux instruments sont publiées (NDR : percées IFR signalées par des p'tits points sur les cartes OACI), est subordonnée à la justification par le pilote de son aptitude à s'intégrer dans la circulation d'aérodrome de ces aérodromes :
- soit par une attestation délivrée par un instructeur de pilote d'ULM selon un programme de formation intégrant cette aptitude particulière ;
- soit par la détention d'une qualification de radiotéléphonie au titre d'une licence de pilotage valide pour toute autre catégorie d'aéronef ;
- soit par la preuve d'une pratique dans le cadre d'un accord de l'autorité compétente des services de la circulation aérienne précédemment délivré
.

A ce stade de la lecture, on pense à un énième défonçage de porte ouverte : pour causer dans le poste, les pilotes ULM doivent détenir la qualification radio. Comme les aérodromes ci-dessus décrits imposent une procédure radio, cela semble tomber sous le sens...

Raté ! Ce n'est pas ce qu'il faut comprendre. Parce que si tel était le cas, l'article Partie F de l'arrêté n'aurait pas lieu d'être. Or il est.

Non. Il faut comprendre que la qualification radio, délivrée aux ulmistes (par délégation) par l'autorité régissant l'aviation civile, a autant de valeur qu'une pastille de menthe n'en a contre un cancer colorectal.

Bref, on peut se torcher avec !

Ce faisant, l'autorité en question reconnaît qu'elle distribue les brevets ou les qualifications n'importe comment ; donc qu'elle est incompétente à gérer des machins qui volent. C'est pas un scoop.

Qu'on se comprenne. Je n'ai jamais affirmé que tous les ulmistes qualifiés radio possèdent un bon niveau de phraséo'. De même j'affirme que de nombreux ''autres nobles'' pilotes sont des tanches en blablatage hertzien. Et bibi épisodiquement itou. Admettons ce postulat.

Mais dans ce cas, fallait pas distribuer les qualif' comme les bons points à l'école des fans. On n'a pas demandé des pochettes surprises de tirette à deux-balles.

Convenons qu'une génération de pilotes s'est vue remettre la qualif' radio au bar de l'escadrille en échange d'une roteuse. Et alors ?

Qui a eu l'idée géniale de valider le tamponnage bidon ? N'est-ce pas l'autorité concernée et sa cohorte fantoche ?

Et puis : qui va vérifier que la qualif' Premium sera remise aux demandeurs avec le sérieux attendu ?

Qui va vérifier que l'instructeur-tamponneur aura le niveau requis pour délivrer le sésame ?

Qui va contrôler que la délivrance sera faite en vol et non au club-house ?

Tous les instructeurs ont-ils déjà pratiqué des aérodromes contrôlés, ceux avec percée IFR ?

Tout cela relève de la fumisterie ; de l'emporte-pièce ; de l'amateurisme ; du n'importe-quoi. Un truc d'ingénieurs des grandes écoles... Ces mecs qui brassent les décisions avec, comme expérience de terrain, la projection d'un PowerPoint sur un tableau d'amphi poussiéreux.

Ainsi, le vélivole qui ne pratique que dans son champ ; le BB qualifié sous De Gaulle ; ces pilotes sont aptes à trafiquer là où des ulmistes aguerris sont mis en doute...

C'est juste complètement con.

Con et injuste.

Mais attendez le meilleur...

En préambule, j'ai mentionné la date d'entrée en vigueur de l'arrêté. Cette date : quelle est-elle ?

Le 2 septembre 2019.

Bravo à ceux qui suivent.

Mais dites... Où est l'arrêté qui décrit le programme de formation intégrant cette aptitude particulière ?

PAS ENCORE ÉCRIT !

C'est ballot, vous en conviendrez...

Donc si on applique la loi à la lettre, le pilote ULM qui se rend ordinairement sur un terrain concerné, ne peut plus s'y rendre depuis 2 mois. Pour s'y rendre, il doit passer un permis qui n'existe pas.

Bon... celui-là n'a qu'à aller voir chez mémé si l'herbe y est plus verte.

Mais le basé ; comment fait-il ?

Il doit apporter la preuve d'une pratique dans le cadre d'un accord de l'autorité compétente des services de la circulation aérienne précédemment délivré.

La bonne blague ! La preuve qu'il est nul en radio, ou la preuve qu'il n'existe pas plus de programme de dé-nullisation que d'échelle d'évaluation de nullité ?

En fait, la seule question pertinente est :
''le technocrate inspiré (Marc Borel et/ou son orchestre ?) qui a pondu cet arrêté a-t-il lui-même obtenu la qualif' permettant de piloter un mandat de délégation''.
Si j'en crois mes antennes, il semble que sa proche subordination a fait des bonds en découvrant l'absurdité du texte.

Encore un que l'histoire n'aura pas à oublier... quelques secondes y suffiront.

Donc pour faire simple, les pilotes d'ULM sont des glands dont les droits sont comme des briquets ou les mouchoirs : jetables (briquet + mouchoir... le bon cocktail de Viatcheslav Molotov). Or si le concept n'est pas franchement révolutionnaire, il fallait quand même un certain aplomb pour le notifier dans un texte de loi et, ce faisant, reconnaître qu'on avait homologué les glands, donc qu'on était soi-même le roi des glands.

Contacté à ce sujet, la FFPLUM insiste sur le fait que cet arrêté est une chance pour nous !
Grâce à cet arrêté, les aérodromes n'auront plus la possibilité de refuser l'accès aux ULM, car ils devront s'en justifier ; et si la justification n'est pas pertinente, elle leur sera refusée.

Désolé, mais cette analyse n'est étayée par aucun écrit, par rien. Elle est hors du champ de l'arrêté qui ne l'évoque d'aucune manière. Bref aucun rapport.

Bien au contraire ; l'arrêté précise dans la partie F (la partie réservée aux ULM) que lorsque les conditions de circulation aérienne sur l'aérodrome ou dans l'espace aérien environnant le justifient, cette utilisation (comprenez par les ULM) peut être interdite ou restreinte par la direction de la sécurité de l'aviation civile territorialement compétente. Ces interdictions et restrictions sont portées à la connaissance des usagers par la voie de l'information aéronautique.

Cela ne peut être traduit que d'une manière : désormais l'information aéronautique pourra distinguer les ULM des autres aéronefs. Il faut être bien crédule pour imaginer un rétropédalage des gestionnaires d'aérodromes à l'endroit des ULM.

Pire que le statuquo actuel, on pourra découvrir à l'avenir des NOTAM ou des SUP-AIP ciblant exclusivement les ULM !

Donc ''demain on ne rasera pas gratis'' ; ça c'est garanti !

Pour quelle raison la FFPLUM défend-elle cet inacceptable arrêté qui présente les ulmistes comme des glands ?

Est-ce une manière de défendre ses adhérents ?
Est-ce une méthode pour les faire respecter ?
Est-ce une façon de défendre la valeur de nos brevets et qualifications ?

Car si aujourd'hui la FFPLUM passe sur ce mépris, alors demain elle concèdera peut-être que nos brevets de pilotage ne valent pas mieux que cette qualif' paillasson.

L'autorité aura alors beau jeu de nous soustraire des morceaux de ciel au motif que notre niveau ne nous permet pas d'y prétendre.

J'ai toujours entretenu une certaine méfiance vis-à-vis de l'autorité dont nous dépendons. La DGAC dépend d'un ministère. Le ministère est dirigé par un ou une ministre formaté pour la rentabilité, le renvoi d'ascenseur, le risque zéro, le léchage de CUC40, les enjeux électoraux, son premier et son suprême...

Ils se tapent de nos petits problèmes d'ulmistes comme de leur premier mensonge. Ils n'y entendent rien et entendent ne jamais rien n'y entendre. Eux volent en Falcon payé par la taxe carbone.

Comment imaginer une seule seconde que les revendications de zozos ailés puissent intéresser des personnes qui ont promis le ciel aux compagnies aériennes, aux drones de la défense, aux p'tits copains et à l'EASA ?

Que la DGAC ait ou non co-rédigé l'arrêté de juillet ; qu'elle ait été évincée par le ministère, comme le suggère la FFPLUM, cela revient au même : elle ne roule pas pour nous.

Croire au donnant-donnant, comme semble le faire la FFPLUM, relève de la plus profonde naïveté. D'abord parce que la fédé' n'a rien à troquer. Ensuite parce que ce principe implique une réciprocité entre les parties. Qui peut en déceler une ébauche entre un très sérieux ministère et une bande de joyeux crétins qui se suspendent dans le vide pour faire marrer les galinettes ?

Faut arrêter deux secondes de prendre ses rêves pour des réalités Et retomber sur Terre. Seul un bras de fer musclé et solidement étayé peut répondre aux errements technocratiques que nous subissons.

La première marque de résignation signe notre consentement à tout et au reste.

Perso', je pense que nous sommes très mal barrés. Nos intérêts sont tellement minuscules et autocentrés face à une implacable logique politique et sociétale... Nous avions une belle opportunité, avec l'ULM, de vivre notre plaisir discrètement, profitant d'une réglementation légère.

Mais cela n'a pas suffit. Il a fallu intégrer des engins hautement sophistiqués, augmenter les masses, les puissances, revendiquer des droits...

Maintenant commence le décompte de nos libertés perdues pour avoir voulu toujours un peu plus, jusqu'à un peu trop.

Aujourd'hui la qualif' radio est remise en cause ; et demain ?

Comme dit Gilou, philosophe-diéséliste et psycho-chaudronnier : ''on peut briller, puis s'éteindre ; on peut s'élever, puis retomber ; la transparence permet juste de durer'' (mais il dit aussi beaucoup de conneries).

voir l'arrêté du 12 juillet 2019

Bons vols, en légèreté et en souplesse.

Miguel Horville

ANCIENS EDITOS
Qualif' radio : le début du renoncement
octobre 2019
ULMaG : le renouveau magazine
septembre 2019
De qui se moque-t-on ?
août 2019
Les spécialistes
juillet 2019
Le respect des hôtes, des autres
juin 2019
Métastases cherchent naïfs pour proliférer
mai 2019
Les nouveaux ULM...
avril 2019
Vend liberté : mise à un prix 300 000 euros !
mars 2019
Remplir les cases
février 2019
Générations éphémères
janvier 2019
Est-il urgent d'attendre ?
décembre 2018
Aérodrome avec supplément d'âme
novembre 2018
Promotions à débattre
octobre 2018
Victimes or not victimes ?
septembre 2018
La foire aux accessoires
août 2018
Esprit ULM... es-tu là ?
juillet 2018
Entre peu et pas, un état d'esprit
juin 2018
Espace Schengen, my ass...
mai 2018
Entêtement irresponsable
avril 2018
Du carburant frais pour voler ''safe''
mars 2018
Universalité ; diversité ; francophonie...
février 2018
ULM : aéronef sémantiquement indésirable
janvier 2018
Ce contexte qui brise le rêve ?
décembre 2017
Parler patois pas parler à toi ?
novembre 2017
From rustic to high-tech
octobre 2017
S'élever, se régaler, se déplacer...
septembre 2017
De l'impuissance à l'imposture
août 2017
Baliser entre les cônes
juillet 2017
ULM : le bal des hypocrites
juin 2017
Les marquis du narquois vous em... brassent
mai 2017
500 kg : et après ?
avril 2017
Il est si facile d'interdire
mars 2017
A quand les ZIP ?
février 2017
Spécialistes en herbe
janvier 2017
Légèreté
décembre 2016
Comprenez si vous pouvez
novembre 2016
Le ciel a bon dos
octobre 2016
Salon de Blois : les limites
septembre 2016
Les euro-cocus du 8.33
août 2016
Concepteurs amateurs
juillet 2016
Ce chien... un humain comme les autres
juin 2016
Fumisterie électrique
mai 2016
De l'économie au foutage de gueule
avril 2016
Ça va chier !
mars 2016
Presbyte cherche gros caractères
février 2016
Et après?
janvier 2016
Le prix du baril d'a-brut-i...
décembre 2015
Vol de nuit : le bal des hiboux
novembre 2015
Et si la sophistication tuait ?
octobre 2015
Victimes consentantes
septembre 2015
Le sentir... ou pas
août 2015
La saison des gamelles
juillet 2015
Qui osera ?
juin 2015
Un système qui nous échappe
mai 2015
Multicopters : vers une 7e classe ULM ?
avril 2015
Le cinquième élément : celui de trop
mars 2015
Vigipirate : entre psychose et laisser-aller
février 2015
Dans le brouillard de la schizophrénie
janvier 2015
Une furieuse envie de voler !
décembre 2014
Marques sulfureuses... attention patates chaudes !
novembre 2014
Ceux dont la vie vaut moins...
octobre 2014
Drones : la messe est dite
septembre 2014
Attention aux bagages
août 2014
Dieu ne connaît pas ma soeur !
juillet 2014
L'ultime décision ; question de choix
juin 2014
Le beurre, l'argent du beurre et le reste on s'en fout
mai 2014
Volez! : la fin d'une histoire
avril 2014
Nous irons tous au paradigme*
mars 2014
Histoire belge
février 2014
Transfert d'incompétence : le Noël des voyous
janvier 2014
Drones à toutes les sauces
décembre 2013
Sophistication simplifiée
novembre 2013
Histoires de discrimination
octobre 2013
Un cône, ça se respecte ou ça se fume
septembre 2013
Dommages collatéraux
août 2013
Voler n'est pas un caprice
juillet 2013
Profiter c'est bien : mériter c'est mieux
juin 2013
Rencontres avec des martiens
avril 2013
Les pommes tombent des arbres... Les bananes s'y accrochent !
mars 2013
La méritocratie des branleurs ; comment accélérer le déclin
février 2013
Occasion : qu'est-ce qui cloche au pays des ulmistes ?
janvier 2013
Problèmes d'entoilage X-Air : lumière en vue
décembre 2012
Total Access ou l'étonnant paradoxe d'un vampire au sourire d'ange
novembre 2012
Une tablet'... à tous prix !
octobre 2012
Sainte Sarah is watching you*
septembre 2012
Intérêts... Désintérêt ? Connivence ou naïveté ?
août 2012
Conflit de probité ou incompétence... le danger guette
juillet 2012
J'ai tombé, je m'ai fait mal, je m'ai relevé... ou pas
juin 2012
En mai, fais ce qu'il te plaît...
mai 2012
Le bruit flou de l'administration
avril 2012
Rotax 912 iS : une innovation qui se mérite
mars 2012
Ne sombrons pas dans la vulgarité
février 2012
Et quoi d'autre pour 2012 ?
janvier 2012
Voler, c'est voler
décembre 2011
Les limites ont été atteintes... et dépassées !
novembre 2011
Blades...
octobre 2011
Les femmes, mères de tous les maux
septembre 2011
Le Tour ULM : une belle vitrine pour l'aéronautique
août 2011
Fausse-bonne idée cherche gogos... pour allonger l'oseille
juillet 2011
Du choix des mots et des propos
juin 2011
Basses couches en vert kaki
mai 2011
Ce facteur qui sonne toujours ... le glas
avril 2011
OUI... MAIS...
mars 2011
Des vautours planent sur nos ULM
février 2011
Restons éveillés
janvier 2011
Faisons un rêve
décembre 2010
Attention à la tâche d'huile...
novembre 2010
Mon royaume pour un bidon
octobre 2010
Genèse d'une Loi liberticide
septembre 2010
Aime le ciel, et le ciel t'aimera... peut-être
août 2010
Voler en Belgique... ou rouler
juillet 2010
Poule, oeuf et sophistication : la classe de plus, la classe de trop ?
juin 2010
Sous couvert d'anonymat
mai 2010
Taxe carbone : carbonisée
avril 2010
L'union fait notre force, notre salut
mars 2010
Le désespoir de ceux qui restent
février 2010
Bug de l'An 2000 : une simple répétition ?
janvier 2010
Migration : coucous désorientés
décembre 2009
La Chine s'éveille ; le monde s'endort
novembre 2009
Une crise... quelle crise ?
octobre 2009


Un parachute par amour, ou par respect
Mais pas par conviction ou par confiance. Car le parachute : je n'y crois pas. Ou du moins, ça ne me plaît pas. De la même manière qu'on m'oblige à me saucissonner dans mon automobile, alors que je suis censé être doué d'intelligence et de libre arbitre, le fait de me poser un champignon sur la tête pour...

Quand les pilotes dérapent...
août 2009
Quand les médias dérapent !
juillet 2009
A moi le ciel électronique !
juin 2009
A la gravité s'ajoute la connerie !
mai 2009
Etrange réglementation...
avril 2009
Inauguration
mars 2009

Webmaster : Fabrice Gay & MH - Rédacteur : Miguel Horville - ULMaG ©2008-2019





















page générée en 0,01 sec.