logo ULMaG www.ulmtechnologie-shop.com
Edito décembre 2009
126 articles .......... anciens éditos

vignette
Migration : coucous désorientés

De nombreux pilotes avion viennent à l'ULM. Logique. Les nouveaux ULM très performants (souvent plus que les avions de club), plus faciles à piloter, plus faciles à exploiter au plan comptable et parfois mieux équipés (parachute, PA...) suscitent un intérêt de plus en plus vif de la part des pilotes avion particuliers et des clubs. D'autres facteurs sont également susceptibles d'expliquer cette migration : une autre façon de voler (catégorie d'aéronefs et sensations différentes), le coût de l'heure de vol (15 à 60% moindre), la simplicité administrative (aucun document à remplir avant ou après les vols), la possibilité d'acquérir son propre aéronef (le prix d'une voiture correcte, pas d'entretien calendaire imposé), ou encore... la raison médicale (non renouvellement de la visite médicale d'aptitude). Aucun de ces facteurs n'est particulièrement visé, d'ailleurs aucun n'est prépondérant. En revanche tous concourent à une possible dérive de la culture ULM et à un potentiel accroissement des risques.


Culture


Certains comportements symptomatiques des pilotes avion évoluant en club ne sont pas compatibles avec les usages de l'activité ULM. Concernant l'utilisation même des machines. Du fait de leur masse, les ULM sont délicatement accastillés, contrairement à des avions plus robustes et peu sensibles aux mauvais traitement, notamment dans la durée. Il sont paradoxalement moins rustiques et emploient des technologies plus élaborées. Une surveillance accrue est donc indispensable, ce qui n'est pas l'apanage des utilisateurs d'avions de club. La visite prévol concerne également le compartiment moteur, ce qui n'est pas dans les coutumes des pilotes avion de club. Certains a-priori ont la vie dure, comme en témoigne le ''problème'' que semble représenter la lecture du niveau d'huile des Rotax boxer (certifiés ou non), qui a donné lieu à des lettres d'information à l'intention des utilisateurs avion et, in fine à la casse de moteurs. L'utilisation même des moteurs (plages vibratoires, soutien des régimes...) et le respect des allures (Va, Vno, Vfe...) donne lieu à des interprétation parfois surprenantes.


Comportement


Qui sous-entend pilotage. Là encore, les habitudes sont enracinées. De nombreux pilotes avion ne volent guère plus que les heures nécessaires au renouvellement de leur licence. L'auto-évaluation non encadrée devient dès lors une préoccupation majeure. Le vol en conditions météo dégradée (Imc) n'est pas du monde ULM. Mais la demande commerciale pour des instruments le permettant indique toutefois que les pilotes sus-visés l'envisagent. Les atterrissages en campagne ne sont pas inscrits au programme d'un pilote avion. Le fait de pratiquer l'encadrement ne participe que pour 50% à la réussite de cette pratique. La confiance immodérée en la mécanique -aussi sotte avec un matériel certifié que sans- fait partie des acquis du pilote avion qui se retranche derrière les conditions du manifeste CDN pour entamer des vols considérés comme risqués en ULM. La remise en question des compétences, ainsi que l'acceptation d'une nouvelle formation n'est pas chose facile (rappelons que l'équivalence n'est plus possible, le candidat doit passer le brevet ULM). L'instruction spécifique est souvent considérée comme perte de temps et l'enseignement délivré comme hérétique. Nombre d'instructeurs rapportent des attitudes de blocage ou de déni. Il n'est nullement question d'adresse ou de maîtrise, mais bien de conception et de philosophie. Il en va de même pour les conducteurs automobiles qui doivent adapter leur connaissance du milieu routier pour rouler à moto. Ce qui explique d'ailleurs que le permis ''A'' ne soit pas plus facile pour un conducteur ''B'', même confirmé.


Risque


L'autre aspect gênant de la migration concerne la population aéronautique avion inapte à piloter pour raison médicale. Qu'on discute le bien-fondé des critères discriminants ou non, qu'on s'interroge sur la liberté de décision des médecins agréés, cela ne change pas le principe et sa valeur statistique : quand on n'est plus apte à voler en avion (sous-entendu dangereux pour soi et pour les autres), on peut toujours faire de ULM. Voilà le mouvement ulmiste qualifié de poubelle dans laquelle on jette les rebuts des disciplines nobles. C'est consternant et pour le moins inique ; mais réglementaire. De plus c'est faux et idiot, les statistiques d'accidentologie le prouvent. Poussons un peu le raisonnement, volontairement de manière basique. Les risques aéronautiques liés à des causes médicales vont augmenter proportionnellement pour l'ULM et diminuer pour l'avion. Et ceci parce que les ULM progressent techniquement (rappelons que c'est cette progression qui engendre la migration). Pour pousser plus loin le raisonnement, de manière caricaturale, schématique, mais pas absurde, deux solutions semblent pouvoir contenir le risque statistique : faire régresser les ULM ou limiter la migration. D'où l'excellente idée de créer une catégorie intermédiaire qu'on pourrait nommer ELA, extérieure au mouvement ULM, avec sa propre fédération... A oui, mais non : comment y loger les pilotes avion qui viennent à cause de l'incapacité médicale ? Comment gérer l'entretien technique de ces appareils, entretien qui représente une part importante du coût horaire ? Et l'accès aux terrains ULM ? Quant à faire régresser les aéronefs légers...


Gérer le sursis


Ce qui a fait, et fait encore la sureté de l'ULM, son harmonie et son succès en terme d'image (vis-à-vis des administrations) est lié à l'état d'esprit de ses acteurs. Ces ''bricolos'' accrochés à des chiffons ne sont pas si fous qu'il y paraît. Ils sont globalement bien formés et bénéficient d'une spécificité unique et positive : l'absence de contraintes réglementaires lourdes. En découle une facilité à prendre les commandes pour des entraînements réguliers, l'acceptation du principe de moteur ''optionnel'' et un ciment très fort de cohésion : la pluralité des disciplines. Appartenant à la même fédération que les paramoteuristes, les pilotes des autres classes (dont multiaxe) connaissent leurs intérêts communs. Et comme catalyseur du ciment, une fédération forte et active qui défend réellement les intérêts de ses membres, et non le cuir ou l'encaustique de ses bureaux.
Ceci pour attirer l'attention des tous, fédération, pilotes avion et ULM sur le fait que l'incroyable espace de liberté dont nous jouissons n'est pas acquis. Il ne tient qu'à nous de le perdre en ''dérivant''. Ce sont aujourd'hui les coucous migrateurs que je vise, mais c'était hier les ulmistes imprudents et demain l'hélicoptère de classe ''6''. Pour paraphraser l'adage : volons heureux, volons discrets. Tous ce qui peut attirer négativement l'attention sur notre mouvement est un pas certain vers la fin de notre bonheur. Alors restons vigilants.

Bons vols, avec prudence.

Miguel Horville


ANCIENS EDITOS
ULMaG : le renouveau magazine
septembre 2019
De qui se moque-t-on ?
août 2019
Les spécialistes
juillet 2019
Le respect des hôtes, des autres
juin 2019
Métastases cherchent naïfs pour proliférer
mai 2019
Les nouveaux ULM...
avril 2019
Vend liberté : mise à un prix 300 000 euros !
mars 2019
Remplir les cases
février 2019
Générations éphémères
janvier 2019
Est-il urgent d'attendre ?
décembre 2018
Aérodrome avec supplément d'âme
novembre 2018
Promotions à débattre
octobre 2018
Victimes or not victimes ?
septembre 2018
La foire aux accessoires
août 2018
Esprit ULM... es-tu là ?
juillet 2018
Entre peu et pas, un état d'esprit
juin 2018
Espace Schengen, my ass...
mai 2018
Entêtement irresponsable
avril 2018
Du carburant frais pour voler ''safe''
mars 2018
Universalité ; diversité ; francophonie...
février 2018
ULM : aéronef sémantiquement indésirable
janvier 2018
Ce contexte qui brise le rêve ?
décembre 2017
Parler patois pas parler à toi ?
novembre 2017
From rustic to high-tech
octobre 2017
S'élever, se régaler, se déplacer...
septembre 2017
De l'impuissance à l'imposture
août 2017
Baliser entre les cônes
juillet 2017
ULM : le bal des hypocrites
juin 2017
Les marquis du narquois vous em... brassent
mai 2017
500 kg : et après ?
avril 2017
Il est si facile d'interdire
mars 2017
A quand les ZIP ?
février 2017
Spécialistes en herbe
janvier 2017
Légèreté
décembre 2016
Comprenez si vous pouvez
novembre 2016
Le ciel a bon dos
octobre 2016
Salon de Blois : les limites
septembre 2016
Les euro-cocus du 8.33
août 2016
Concepteurs amateurs
juillet 2016
Ce chien... un humain comme les autres
juin 2016
Fumisterie électrique
mai 2016
De l'économie au foutage de gueule
avril 2016
Ça va chier !
mars 2016
Presbyte cherche gros caractères
février 2016
Et après?
janvier 2016
Le prix du baril d'a-brut-i...
décembre 2015
Vol de nuit : le bal des hiboux
novembre 2015
Et si la sophistication tuait ?
octobre 2015
Victimes consentantes
septembre 2015
Le sentir... ou pas
août 2015
La saison des gamelles
juillet 2015
Qui osera ?
juin 2015
Un système qui nous échappe
mai 2015
Multicopters : vers une 7e classe ULM ?
avril 2015
Le cinquième élément : celui de trop
mars 2015
Vigipirate : entre psychose et laisser-aller
février 2015
Dans le brouillard de la schizophrénie
janvier 2015
Une furieuse envie de voler !
décembre 2014
Marques sulfureuses... attention patates chaudes !
novembre 2014
Ceux dont la vie vaut moins...
octobre 2014
Drones : la messe est dite
septembre 2014
Attention aux bagages
août 2014
Dieu ne connaît pas ma soeur !
juillet 2014
L'ultime décision ; question de choix
juin 2014
Le beurre, l'argent du beurre et le reste on s'en fout
mai 2014
Volez! : la fin d'une histoire
avril 2014
Nous irons tous au paradigme*
mars 2014
Histoire belge
février 2014
Transfert d'incompétence : le Noël des voyous
janvier 2014
Drones à toutes les sauces
décembre 2013
Sophistication simplifiée
novembre 2013
Histoires de discrimination
octobre 2013
Un cône, ça se respecte ou ça se fume
septembre 2013
Dommages collatéraux
août 2013
Voler n'est pas un caprice
juillet 2013
Profiter c'est bien : mériter c'est mieux
juin 2013
Rencontres avec des martiens
avril 2013
Les pommes tombent des arbres... Les bananes s'y accrochent !
mars 2013
La méritocratie des branleurs ; comment accélérer le déclin
février 2013
Occasion : qu'est-ce qui cloche au pays des ulmistes ?
janvier 2013
Problèmes d'entoilage X-Air : lumière en vue
décembre 2012
Total Access ou l'étonnant paradoxe d'un vampire au sourire d'ange
novembre 2012
Une tablet'... à tous prix !
octobre 2012
Sainte Sarah is watching you*
septembre 2012
Intérêts... Désintérêt ? Connivence ou naïveté ?
août 2012
Conflit de probité ou incompétence... le danger guette
juillet 2012
J'ai tombé, je m'ai fait mal, je m'ai relevé... ou pas
juin 2012
En mai, fais ce qu'il te plaît...
mai 2012
Le bruit flou de l'administration
avril 2012
Rotax 912 iS : une innovation qui se mérite
mars 2012
Ne sombrons pas dans la vulgarité
février 2012
Et quoi d'autre pour 2012 ?
janvier 2012
Voler, c'est voler
décembre 2011
Les limites ont été atteintes... et dépassées !
novembre 2011
Blades...
octobre 2011
Les femmes, mères de tous les maux
septembre 2011
Le Tour ULM : une belle vitrine pour l'aéronautique
août 2011
Fausse-bonne idée cherche gogos... pour allonger l'oseille
juillet 2011
Du choix des mots et des propos
juin 2011
Basses couches en vert kaki
mai 2011
Ce facteur qui sonne toujours ... le glas
avril 2011
OUI... MAIS...
mars 2011
Des vautours planent sur nos ULM
février 2011
Restons éveillés
janvier 2011
Faisons un rêve
décembre 2010
Attention à la tâche d'huile...
novembre 2010
Mon royaume pour un bidon
octobre 2010
Genèse d'une Loi liberticide
septembre 2010
Aime le ciel, et le ciel t'aimera... peut-être
août 2010
Voler en Belgique... ou rouler
juillet 2010
Poule, oeuf et sophistication : la classe de plus, la classe de trop ?
juin 2010
Sous couvert d'anonymat
mai 2010
Taxe carbone : carbonisée
avril 2010
L'union fait notre force, notre salut
mars 2010
Le désespoir de ceux qui restent
février 2010
Bug de l'An 2000 : une simple répétition ?
janvier 2010
Migration : coucous désorientés
décembre 2009
La Chine s'éveille ; le monde s'endort
novembre 2009
Une crise... quelle crise ?
octobre 2009
Un parachute par amour, ou par respect
septembre 2009
Quand les pilotes dérapent...
août 2009
Quand les médias dérapent !
juillet 2009
A moi le ciel électronique !
juin 2009
A la gravité s'ajoute la connerie !
mai 2009
Etrange réglementation...
avril 2009
Inauguration
mars 2009

Webmaster : Fabrice Gay & MH - Rédacteur : Miguel Horville - ULMaG ©2008-2019









page générée en 0,01 sec.