logo ULMaG www.ulmtechnologie-shop.com
Edito mars 2011
127 articles .......... anciens éditos

vignette
OUI... MAIS...

Comme à chaque édition, l'Assemblée Générale de la FFPLUM a donné lieu à une série de questions-réponses concernant la masse des ULM. Si le principe de la limite telle qu'on la connaît, semble à peu près admise, reste toujours un questionnement sous-jacent au parfum nauséabond...

Ainsi certains intervenants font état de leur sur-poids ; d'autres estiment que les constructeurs poussent à la faute avec des réservoirs volumineux ; quelques artistes expliquent qu'ils ne peuvent voler sans une instrumentation de Boeing ; sans parler de ces (maintenant rares) constructeurs ou importateurs qui persistent à militer pour les 500, 550 ou 600 kg, in-justifiant leur conviction par le fait que ''techniquement ça marche puisqu'ailleurs on le fait''.

Est-il utile de préciser pourquoi ça ne marche pas ? E=MC² ! C'est un clerc illuminé qui l'a dit. En clair, cela signifie que ''bobo'' est proportionnel à ''boum'', où ''boum'' résulte de ''vroum'' et de ''patapouf''. Si ''patapouf'' est élevé, alors ''vroum'' augmente pour compenser. Donc ''gros patapouf'' multiplié par ''grand vroum'' au carré, ça fait super ''badaboum'' donc méga ''bobo''.


Faire dessin ?


L'explication technique étant désormais clarifiée via l'onomatopéquation, reste à expliquer pourquoi ça ne marche pas non plus au plan administratif.

Dominique Méreuze l'a expliqué dix mille fois. Mais il parle si fort que les esgourdes se ferment et que ses mots glissent jusqu'au delà l'horizon, d'où la terrible tragédie que connaît le Japon.


Essayons autrement.


Gentil monsieur DGAC aimer bébés zoziaux. Lui faire câlins à eux. Méchant monsieur EASA pas aimer les bébés et pas faire câlins. Lui être dragon pas gentil. Quand dragon voir bébés zoziaux, lui enchaîner eux à prison et mélanger avec gros corbeaux pour faire corboziaux. Et corboziaux pleurer beaucoup dans prison.


Tout est clair, cette fois.


Donc il y'a consensus et personne ne doute plus des limites inscrites à l'Annexe II. Bien. Oui... Mais... Evidemment que oui-mais ! Oui-mais est le moteur de toute discussion ; le fondement du genre humain. Du môme qui taquine la limite des interdits parentaux au conducteur qui émoustille les radars, oui-mais devient un principe de vie. Et notre petit monde ULM n'échappe pas à la contagion. Même qu'ici, oui-mais dissimule une mauvaise foi manifeste derrière un constat insidieux. Bah oui, mais on me l'a vendu ainsi ! Oui, mais le vendeur m'avait pas dit ! Oui, mais j'ai payé de la TVA, je paye de la TIPP, alors zut ! Oui, mais ma femme est grosse ; alors ? Oui, mais réservoirs vides = danger !

Imparable. Oui-mais, c'est le pain béni des avocats. Le sucre dans le café fort ou le lait dans le thé moisi. Un mot de passe universel pour s'autoriser l'interdit et s'amender de ses fautes. Oui-mais remplace le psychanalyste, soigne les mauvaises consciences et redonne le sourire. Mais, oui-mais est également un détonateur qui peut générer le chaos.

Un accident récent a mis en évidence la surcharge d'un ULM. Pire, cette dernière, si elle n'est pas unique cause du crash, y a participé. Pour faire simple, dernier virage, sous-vitesse, surcharge et boum. Là, on ne rigole plus. Le pilote est mort et le passager est très abîmé. Ce qui se dit est encore moins drôle (la confirmation tarde à venir, mais l'hypothèse tient la route) ; l'assureur aurait payé la RC pour le blessé et se retournerait contre la famille du défunt responsable pour récupérer son argent. Cette fois, on n'est plus dans le cas de figure que j'évoquais dans l'édito de février ; ce n'est pas une compagnie blindée qui doit casquer, mais une famille. Or il ne s'agit pas de rembourser un miroir cassé. Quelques mois d'hospitalisation peuvent vous coûter un demi-salaire à vie.

Même si cela semble dégueulasse (comme la fameuse dette qu'on lègue à nos lardons avant même d'avoir rencontré leur mère...), c'est parfaitement logique, au plan inhumain des contrats d'assurance.

Oui... Mais... si on y réfléchit, le comportement du pilote (je parle de la surcharge, pas de la faute de pilotage) est le fruit d'un cheminement intellectuel. Si la peine encourue pour un dépassement de masse était la chaise électrique ou une gâterie du genre, il y a fort à parier qu'il n'aurait pas embouti la limite. Il n'aurait pas embarqué de passager s'il possédait déjà l'ULM ou n'aurait pas choisi cet ULM sachant qu'il embarquerait des passagers.

Mon propos n'est pas d'inverser les rôles. Mais quand même. Je questionne régulièrement les assureurs à ce propos. La réponse est toujours la même : oh... s'il s'agit d'un léger dépassement, ça ira... mais faut pas exagérer... m'enfin bon... c'est vous qui voyez... vous prenez vos responsabilités... En théorie...

D'un côté on est cool, entre surfers jamaïcains ''ouais mec... ça va le faire'' ; et de l'autre on pourrira une vie si ''ça le fait pas''. Elle est où la différence ?

Si cela n'est pas de l'incitation à la déconne, il faut me dire.

Quand j'étais nain, ma mère disait oui ou non. Quand c'était NON et que je comprenais OUI, le clerc illuminé revenait à la charge. Si E = MC², alors 5 doigts dans la tronche ça fait pleurer. Equation maintes fois vérifiée. Comme dit Jojo, qui dit peu mais juste : c'est carré-carré.

Même dans ma bagnole je m'égare... 90 + 5% = … Bon dieu de bois ! 90, c'est 90 ; pas 91. Sinon, on fait la révolution, on flingue l'énervé et on déclare vitesse libre partout. Et je garantis que les premiers à gueuler seront ceux pour qui 91 ''ça peut aller''.

Finalement, dans cette histoire, je m'interroge sur la petite part de responsabilité des assureurs. Avec un langage clair, ''carré-carré'', je pense que les dépassements seraient évités si la CERTITUDE d'en prendre plein la poire était clairement affichée. Actuellement, les assureurs jouent la sympathique complicité entendue avec les contrevenants en puissance ou en devenir. Une carte commerciale plaisante qu'il est de bon ton d'arborer au moment de signer un contrat. Mais une carte que tout le monde regrette d'avoir tirée quand E égale MC².

J'entends déjà les détracteurs, les courroucés, les impitoyables, me hurler à la face que je n'ai qu'à commencer par monter l'exemple... que plutôt qu'ouvrir mon bec, je devrais démonter tout le bazar qui encombre mes ailes, caméras, clic-clac, machins et trucs... Ben oui. Comme tout le monde je décolle parfois un peu lourd. L'ULM n'est pas en cause. Il n'a rien demandé et se passerait volontiers des excroissances que j'ai collées comme un porc à l'adhésif.

Mon idée n'est pas moralisatrice. Au contraire. Elle s'arrange avec les carrés-carrés pour laisser une part d'humanité bordélique dans l'ordre dont je rêve et que je préconise. Si j'emboutis la règle parfois, c'est parce que je sais que... ''ça va aller''. En toute franchise, on me l'a vraiment dit. Cela ne devrait pas pour autant me liquéfier le cerveau... NON, MAIS cela aide quand même.

Bons vols, avec légèreté.

Miguel Horville

ANCIENS EDITOS
Qualif' radio : le début du renoncement
octobre 2019
ULMaG : le renouveau magazine
septembre 2019
De qui se moque-t-on ?
août 2019
Les spécialistes
juillet 2019
Le respect des hôtes, des autres
juin 2019
Métastases cherchent naïfs pour proliférer
mai 2019
Les nouveaux ULM...
avril 2019
Vend liberté : mise à un prix 300 000 euros !
mars 2019
Remplir les cases
février 2019
Générations éphémères
janvier 2019
Est-il urgent d'attendre ?
décembre 2018
Aérodrome avec supplément d'âme
novembre 2018
Promotions à débattre
octobre 2018
Victimes or not victimes ?
septembre 2018
La foire aux accessoires
août 2018
Esprit ULM... es-tu là ?
juillet 2018
Entre peu et pas, un état d'esprit
juin 2018
Espace Schengen, my ass...
mai 2018
Entêtement irresponsable
avril 2018
Du carburant frais pour voler ''safe''
mars 2018
Universalité ; diversité ; francophonie...
février 2018
ULM : aéronef sémantiquement indésirable
janvier 2018
Ce contexte qui brise le rêve ?
décembre 2017
Parler patois pas parler à toi ?
novembre 2017
From rustic to high-tech
octobre 2017
S'élever, se régaler, se déplacer...
septembre 2017
De l'impuissance à l'imposture
août 2017
Baliser entre les cônes
juillet 2017
ULM : le bal des hypocrites
juin 2017
Les marquis du narquois vous em... brassent
mai 2017
500 kg : et après ?
avril 2017
Il est si facile d'interdire
mars 2017
A quand les ZIP ?
février 2017
Spécialistes en herbe
janvier 2017
Légèreté
décembre 2016
Comprenez si vous pouvez
novembre 2016
Le ciel a bon dos
octobre 2016
Salon de Blois : les limites
septembre 2016
Les euro-cocus du 8.33
août 2016
Concepteurs amateurs
juillet 2016
Ce chien... un humain comme les autres
juin 2016
Fumisterie électrique
mai 2016
De l'économie au foutage de gueule
avril 2016
Ça va chier !
mars 2016
Presbyte cherche gros caractères
février 2016
Et après?
janvier 2016
Le prix du baril d'a-brut-i...
décembre 2015
Vol de nuit : le bal des hiboux
novembre 2015
Et si la sophistication tuait ?
octobre 2015
Victimes consentantes
septembre 2015
Le sentir... ou pas
août 2015
La saison des gamelles
juillet 2015
Qui osera ?
juin 2015
Un système qui nous échappe
mai 2015
Multicopters : vers une 7e classe ULM ?
avril 2015
Le cinquième élément : celui de trop
mars 2015
Vigipirate : entre psychose et laisser-aller
février 2015
Dans le brouillard de la schizophrénie
janvier 2015
Une furieuse envie de voler !
décembre 2014
Marques sulfureuses... attention patates chaudes !
novembre 2014
Ceux dont la vie vaut moins...
octobre 2014
Drones : la messe est dite
septembre 2014
Attention aux bagages
août 2014
Dieu ne connaît pas ma soeur !
juillet 2014
L'ultime décision ; question de choix
juin 2014
Le beurre, l'argent du beurre et le reste on s'en fout
mai 2014
Volez! : la fin d'une histoire
avril 2014
Nous irons tous au paradigme*
mars 2014
Histoire belge
février 2014
Transfert d'incompétence : le Noël des voyous
janvier 2014
Drones à toutes les sauces
décembre 2013
Sophistication simplifiée
novembre 2013
Histoires de discrimination
octobre 2013
Un cône, ça se respecte ou ça se fume
septembre 2013
Dommages collatéraux
août 2013
Voler n'est pas un caprice
juillet 2013
Profiter c'est bien : mériter c'est mieux
juin 2013
Rencontres avec des martiens
avril 2013
Les pommes tombent des arbres... Les bananes s'y accrochent !
mars 2013
La méritocratie des branleurs ; comment accélérer le déclin
février 2013
Occasion : qu'est-ce qui cloche au pays des ulmistes ?
janvier 2013
Problèmes d'entoilage X-Air : lumière en vue
décembre 2012
Total Access ou l'étonnant paradoxe d'un vampire au sourire d'ange
novembre 2012
Une tablet'... à tous prix !
octobre 2012
Sainte Sarah is watching you*
septembre 2012
Intérêts... Désintérêt ? Connivence ou naïveté ?
août 2012
Conflit de probité ou incompétence... le danger guette
juillet 2012
J'ai tombé, je m'ai fait mal, je m'ai relevé... ou pas
juin 2012
En mai, fais ce qu'il te plaît...
mai 2012
Le bruit flou de l'administration
avril 2012
Rotax 912 iS : une innovation qui se mérite
mars 2012
Ne sombrons pas dans la vulgarité
février 2012
Et quoi d'autre pour 2012 ?
janvier 2012
Voler, c'est voler
décembre 2011
Les limites ont été atteintes... et dépassées !
novembre 2011
Blades...
octobre 2011
Les femmes, mères de tous les maux
septembre 2011
Le Tour ULM : une belle vitrine pour l'aéronautique
août 2011
Fausse-bonne idée cherche gogos... pour allonger l'oseille
juillet 2011
Du choix des mots et des propos
juin 2011
Basses couches en vert kaki
mai 2011
Ce facteur qui sonne toujours ... le glas
avril 2011
OUI... MAIS...
mars 2011
Des vautours planent sur nos ULM
février 2011
Restons éveillés
janvier 2011
Faisons un rêve
décembre 2010
Attention à la tâche d'huile...
novembre 2010
Mon royaume pour un bidon
octobre 2010
Genèse d'une Loi liberticide
septembre 2010
Aime le ciel, et le ciel t'aimera... peut-être
août 2010
Voler en Belgique... ou rouler
juillet 2010
Poule, oeuf et sophistication : la classe de plus, la classe de trop ?
juin 2010
Sous couvert d'anonymat
mai 2010
Taxe carbone : carbonisée
avril 2010
L'union fait notre force, notre salut
mars 2010
Le désespoir de ceux qui restent
février 2010
Bug de l'An 2000 : une simple répétition ?
janvier 2010
Migration : coucous désorientés
décembre 2009
La Chine s'éveille ; le monde s'endort
novembre 2009
Une crise... quelle crise ?
octobre 2009
Un parachute par amour, ou par respect
septembre 2009
Quand les pilotes dérapent...
août 2009
Quand les médias dérapent !
juillet 2009
A moi le ciel électronique !
juin 2009
A la gravité s'ajoute la connerie !
mai 2009
Etrange réglementation...
avril 2009
Inauguration
mars 2009

Webmaster : Fabrice Gay & MH - Rédacteur : Miguel Horville - ULMaG ©2008-2019













page générée en 0,02 sec.