logo ULMaG www.ulmtechnologie-shop.com
Edito mai 2011
126 articles .......... anciens éditos

vignette
Basses couches en vert kaki

La DGAC édite un document relatif au RTBA (réseau très basse altitude), particulièrement bien fait pour rappeler les règles de vol, le comportement à adopter, les services d'information et la réglementation. Un document pour une fois ludique avec une iconographie agréable, ''digeste'' et concise. bref, un exemple pour toute la documentation aérienne parfois un peu obscure. Donc une fois le document au format PDF chargé, vous aurez la surprise d'y apprendre que les basses couches sont un endroit dangereux et qu'il est recommandé de ne pas y voler.

En effet, un encadré rouge, le plus important de tout le texte, malheureusement écrit en minuscules caractères presque illisibles (sans doute car le contenu est tellement scandaleux que les auteurs n'ont pas osé l'afficher en grand) expose sans ambiguïté :

''L'attention des pilotes est attirée sur le fait que, durant le jour et au-dessus du territoire français, la plupart des vols d'avions d'armes à basse altitude et grande vitesse sont effectués en dessous de 1500 ft ASFC durant les périodes suivantes : LUN-VEN sauf JF, SR-30 à SS+30. En conséquence, il est recommandé aux pilotes VFR, pour autant que cela soit possible et permis, de conduire leur vol en croisière à partir de 1500 ft ASFC.''

Il est précisé ailleurs que :
''Pour des raisons techniques ou de qualité de vol, les appareils de combat à réaction ne peuvent pas appliquer la limitation de vitesse de 250 kt (env. 460 km/h) en dessous de 10 000 ft. Ils sont donc amenés à évoluer à des vitesses beaucoup plus élevées..... or ...... Pour des besoins d'entrainement, les appareils de la défense sont amenés à effectuer isolément ou en patrouille des missions en basse et très basse altitude, en particulier en espace aérien non contrôlé. Ces missions, effectuées en dehors du RTBA, constituent la grande majorité des vols à vue de la Défense effectués en basse altitude.''

Voilà qui a le mérite d'être clair et qui m'autorise à en tirer 3 règles inattendues :

1) les avions militaires volent de façon non réglementaire parce que sinon ils tombent (j'extrapole à peine la connerie du propos)

2) le RTBA s'étend à toute la surface du territoire (c'est texto ce qui est écrit)

3) en conséquence et donc, désormais le ciel tout entier est à l'usage des militaires.

Car en langage administratif, le fait de publier un document, quelle qu'en soit la régularité, sa conformité, quel qu'en soit son fondement et même sa justesse, constitue un premier pas sans le sens d'une directive régularisée (qu'on appelle usage administratif), que seule une partie civile puissamment défendue peut ultérieurement remettre en question, devant des tribunaux blasés et acquis aux thèses administratives. C'est ainsi que les administrations ont toujours fonctionné et cela ne risque pas de changer.

Par ailleurs, la réglementation fait obligation aux aéronefs VFR pourvus d'un transpondeur de le connecter en mode 7000 du début à la fin des vols. Sage précaution en effet, sachant que les organismes de contrôle des vols militaires assurent ainsi la séparation. Mais alors : quid des aéronefs dépourvus de cet équipement ? Quid des méduses qui se traînent la nacelle à quelques mètres du sol ? Eux sont bons à devenir des moustiques étalés sur les pare-brises de jets ?

Pour ma part, j'ai toujours défendu le fait que les militaires puissent s'entraîner de manière efficace. Ceci afin que nous ayons une défense performante avec des pilotes de pointe. En cas de conflit, notre arsenal serait inutile sans des hommes et femmes sur-entraînés. Citoyen d'un pays qui taxe mes revenus en échange d'une promesse de défense militaire (entre-autres), je ne peux intellectuellement pas m'opposer aux moyens nécessaires à l'entretien de cette défense. Ce serait incohérent. Mais je n'accepte pas de payer cette défense au prix de ma liberté (celui qui sacrifie sa liberté pour sa sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre - B. Franklin). En temps de paix, il ne faut pas que la défense de notre pays nous empêche de vivre. Sinon on admet l'idée d'une vie sous couvre-feu et on admet le principe d'un état en guerre.


CELA NON !


Les statistiques le montrent, les collisions entre des avions civils et militaires sont très rares. Eu égard aux familles des quelques victimes, je ne dirai pas inexistants. Aussi, réglementer la séparation entre les avions civils et militaires ressemble à une énième exubérance destinée à réduire le risque à ZERO.

Pour ma part, j'accepte totalement le risque minime de prendre un Mirage dans la poire. Cela fait partie des risques de la vie, parce que la vie en est plein et que si cela ne me plaît pas je reste dans mon plumard, ou mieux, j'arrête de vivre, réduisant ainsi à ZERO le risque de mourir.

J'accepte donc que les bidasses partagent le ciel dans lequel j'évolue. J'accepte qu'ils commettent des excès de vitesse parce qu'on ne les paye pas à faire du tourisme ; et j'accepte également qu'ils volent au ras des pâquerettes et qu'ils envoient la fumée au-dessus de ma piste. J'accepte tout cela parce que je sais que ces pilotes ont autre chose que du fromage entre les oreilles. J'accepte également que de temps à autre, un pilote ait une défaillance et provoque un drame. Parce qu'un humain intelligent faillible vaut toujours mieux qu'une machine infailliblement conne.

Je trouve en revanche intolérable que l'administration tente toujours et inexorablement de faire sa propre petite politique, arguant de mensonges ou d'inepties pour faire avaler des vérités qui n'ont aucun fondement légal. Ainsi on nous explique que les avions militaires ne peuvent voler en dessous de 250 kt, ce qui est un mensonge doublé d'une connerie. En conséquence ils sont autorisés à voler de façon illégale.

Allez expliquer ça aux gendarmes de la route ! ''Comprenez, m'sieur, ma sportive roule mal à 90 ; alors je roule à 200 !'' Voilà qui les ferait bien marrer, les pandores !

Et bien pourtant, c'est exactement ce que nous vend la DGAC avec sa farce burlesque en forme de document pédagogique.

Un peu de sérieux ne ferait pas de mal. Soit on continue à taire les choses (les jets foncent et nous évitent), soit on réglemente. Mais dans ce cas, ce n'est pas à l'administration de jouer au bon Dieu, mais à la politique. Faudrait voir à pas inverser les prérogatives.

Pour ma part, j'opterais volontiers pour la thèse prohibée que ma vie ne vaut pas assez cher pour qu'on emmerde tout un tas de gens en la protégeant (partant du principe que la vie d'autrui n'a pas plus de valeur). Mais il paraît que mon discours n'est pas acceptable. Alors je m'abandonne à ceux qui détruiront ma liberté pour ma sécurité. Je m'abandonne en sachant que cette liberté aura un goût de sang quand je la récupèrerai. L'histoire le démontre.

Bons vols, avec légèreté.

Miguel Horville

ANCIENS EDITOS
ULMaG : le renouveau magazine
septembre 2019
De qui se moque-t-on ?
août 2019
Les spécialistes
juillet 2019
Le respect des hôtes, des autres
juin 2019
Métastases cherchent naïfs pour proliférer
mai 2019
Les nouveaux ULM...
avril 2019
Vend liberté : mise à un prix 300 000 euros !
mars 2019
Remplir les cases
février 2019
Générations éphémères
janvier 2019
Est-il urgent d'attendre ?
décembre 2018
Aérodrome avec supplément d'âme
novembre 2018
Promotions à débattre
octobre 2018
Victimes or not victimes ?
septembre 2018
La foire aux accessoires
août 2018
Esprit ULM... es-tu là ?
juillet 2018
Entre peu et pas, un état d'esprit
juin 2018
Espace Schengen, my ass...
mai 2018
Entêtement irresponsable
avril 2018
Du carburant frais pour voler ''safe''
mars 2018
Universalité ; diversité ; francophonie...
février 2018
ULM : aéronef sémantiquement indésirable
janvier 2018
Ce contexte qui brise le rêve ?
décembre 2017
Parler patois pas parler à toi ?
novembre 2017
From rustic to high-tech
octobre 2017
S'élever, se régaler, se déplacer...
septembre 2017
De l'impuissance à l'imposture
août 2017
Baliser entre les cônes
juillet 2017
ULM : le bal des hypocrites
juin 2017
Les marquis du narquois vous em... brassent
mai 2017
500 kg : et après ?
avril 2017
Il est si facile d'interdire
mars 2017
A quand les ZIP ?
février 2017
Spécialistes en herbe
janvier 2017
Légèreté
décembre 2016
Comprenez si vous pouvez
novembre 2016
Le ciel a bon dos
octobre 2016
Salon de Blois : les limites
septembre 2016
Les euro-cocus du 8.33
août 2016
Concepteurs amateurs
juillet 2016
Ce chien... un humain comme les autres
juin 2016
Fumisterie électrique
mai 2016
De l'économie au foutage de gueule
avril 2016
Ça va chier !
mars 2016
Presbyte cherche gros caractères
février 2016
Et après?
janvier 2016
Le prix du baril d'a-brut-i...
décembre 2015
Vol de nuit : le bal des hiboux
novembre 2015
Et si la sophistication tuait ?
octobre 2015
Victimes consentantes
septembre 2015
Le sentir... ou pas
août 2015
La saison des gamelles
juillet 2015
Qui osera ?
juin 2015
Un système qui nous échappe
mai 2015
Multicopters : vers une 7e classe ULM ?
avril 2015
Le cinquième élément : celui de trop
mars 2015
Vigipirate : entre psychose et laisser-aller
février 2015
Dans le brouillard de la schizophrénie
janvier 2015
Une furieuse envie de voler !
décembre 2014
Marques sulfureuses... attention patates chaudes !
novembre 2014
Ceux dont la vie vaut moins...
octobre 2014
Drones : la messe est dite
septembre 2014
Attention aux bagages
août 2014
Dieu ne connaît pas ma soeur !
juillet 2014
L'ultime décision ; question de choix
juin 2014
Le beurre, l'argent du beurre et le reste on s'en fout
mai 2014
Volez! : la fin d'une histoire
avril 2014
Nous irons tous au paradigme*
mars 2014
Histoire belge
février 2014
Transfert d'incompétence : le Noël des voyous
janvier 2014
Drones à toutes les sauces
décembre 2013
Sophistication simplifiée
novembre 2013
Histoires de discrimination
octobre 2013
Un cône, ça se respecte ou ça se fume
septembre 2013
Dommages collatéraux
août 2013
Voler n'est pas un caprice
juillet 2013
Profiter c'est bien : mériter c'est mieux
juin 2013
Rencontres avec des martiens
avril 2013
Les pommes tombent des arbres... Les bananes s'y accrochent !
mars 2013
La méritocratie des branleurs ; comment accélérer le déclin
février 2013
Occasion : qu'est-ce qui cloche au pays des ulmistes ?
janvier 2013
Problèmes d'entoilage X-Air : lumière en vue
décembre 2012
Total Access ou l'étonnant paradoxe d'un vampire au sourire d'ange
novembre 2012
Une tablet'... à tous prix !
octobre 2012
Sainte Sarah is watching you*
septembre 2012
Intérêts... Désintérêt ? Connivence ou naïveté ?
août 2012
Conflit de probité ou incompétence... le danger guette
juillet 2012
J'ai tombé, je m'ai fait mal, je m'ai relevé... ou pas
juin 2012
En mai, fais ce qu'il te plaît...
mai 2012
Le bruit flou de l'administration
avril 2012
Rotax 912 iS : une innovation qui se mérite
mars 2012
Ne sombrons pas dans la vulgarité
février 2012
Et quoi d'autre pour 2012 ?
janvier 2012
Voler, c'est voler
décembre 2011
Les limites ont été atteintes... et dépassées !
novembre 2011
Blades...
octobre 2011
Les femmes, mères de tous les maux
septembre 2011
Le Tour ULM : une belle vitrine pour l'aéronautique
août 2011
Fausse-bonne idée cherche gogos... pour allonger l'oseille
juillet 2011
Du choix des mots et des propos
juin 2011
Basses couches en vert kaki
mai 2011
Ce facteur qui sonne toujours ... le glas
avril 2011
OUI... MAIS...
mars 2011
Des vautours planent sur nos ULM
février 2011
Restons éveillés
janvier 2011
Faisons un rêve
décembre 2010
Attention à la tâche d'huile...
novembre 2010
Mon royaume pour un bidon
octobre 2010
Genèse d'une Loi liberticide
septembre 2010
Aime le ciel, et le ciel t'aimera... peut-être
août 2010
Voler en Belgique... ou rouler
juillet 2010
Poule, oeuf et sophistication : la classe de plus, la classe de trop ?
juin 2010
Sous couvert d'anonymat
mai 2010
Taxe carbone : carbonisée
avril 2010
L'union fait notre force, notre salut
mars 2010
Le désespoir de ceux qui restent
février 2010
Bug de l'An 2000 : une simple répétition ?
janvier 2010
Migration : coucous désorientés
décembre 2009
La Chine s'éveille ; le monde s'endort
novembre 2009
Une crise... quelle crise ?
octobre 2009
Un parachute par amour, ou par respect
septembre 2009
Quand les pilotes dérapent...
août 2009
Quand les médias dérapent !
juillet 2009
A moi le ciel électronique !
juin 2009
A la gravité s'ajoute la connerie !
mai 2009
Etrange réglementation...
avril 2009
Inauguration
mars 2009

Webmaster : Fabrice Gay & MH - Rédacteur : Miguel Horville - ULMaG ©2008-2019





















page générée en 0,01 sec.