logo ULMaG www.ulmtechnologie-shop.com
Edito mai 2012
126 articles .......... anciens éditos

vignette
En mai, fais ce qu'il te plaît...

C'est ce qu'a dû penser le pilote paramoteur de l'ONG Greenpeace qui s'est posé le 2 mai dans l'enceinte de la centrale nucléaire de Bugey. Ce militant avait pour objectif de démontrer la vulnérabilité des centrales nucléaires françaises et d'adresser un message aux candidats à l'élection présidentielle.

Cette opération est totalement stérile et ne démontre rien du tout en terme de sécurité. En effet, il est possible à un paramoteur de déposer un fumigène sur le dôme d'un réacteur nucléaire... et alors ? Les centrales sont construites de manière à résister à de nombreux types d'accidents, et notamment à des impacts, même ciblés, de l'ordre et de la force d'un avion de tourisme de moins de 10 places. Des impacts d'une force supérieure auraient pour conséquence de détruire les installations de contrôle, plaçant les centrales en régime de sécurité.

Le militant a simplement apporté la preuve qu'une mouche peut survoler une centrale et s'y poser... La belle affaire !

Il eût été beaucoup plus démonstratif de précipiter un Airbus sur Bugey... Sauf que personne ne fera ça, parce que l'acte n'est pas médiatiquement ''rentable''.

Tant qu'à jeter des avions, mieux vaut les précipiter sur des zones à forte population et à forte valeur symbolique comme le quartier d'affaires de la Défense ou la Tour Eiffel. Le barbu désaxé Zinzin Laden avait, au moins sur ce point, fait un choix stratégique approprié.

Mais alors... que vient faire une ONG pacifiste dans une affaire de terrorisme ? Que ses militants s'opposent à l'abattage systématique des baleines, cela paraît sympathique et ressort de leur vocation première. Mais s'immiser dans les affaires de sécurité nationale ne relève pas de leur compétence.

D'autant que des missions nettement plus utiles (mais moins médiatiques) attendent les bonnes volontés pour la sécurité de tous et toutes, comme le gardiennage des points de puisage d'eau potable, admis comme étant une réelle et sérieuse menace de terrorisme bactériologique.

Oui... mais roupiller dans un guérite isolée, ça fait un peu léger dans un CV d'activiste ; en plus... c'est dangereux ! Cela représente une exposition directe à un danger de première ligne si des foldingos déterminés voulaient contaminer un réservoir ; le premier à dérouiller serait le gardien.

Donc, mieux vaut jouer les pirates de l'air avec la quasi certitude de s'en tirer à bon compte, puisqu'une organisation puissante et respectée (enfin...) lâchera sa meute d'avocats en cas de pépin.

Avec son baroud, le paramoteuriste de Bugey a réalisé un acte dont la portée va beaucoup plus loin que la mission initiale ne le prévoyait : attirer l'attention des spécialistes du sommeil des moutons bêlants sur l'aéronautique de loisir légère et ultra-légère. Ce type de publicité nous est hautement préjudiciable. Quand les politiques seront las des turpitudes de quelques illuminés, le glas sonnera pour notre liberté de voler.

Déjà le nouveau président a déclaré "faire confiance à l'autorité de sûreté nucléaire pour dire quels seraient les travaux qu'il conviendrait d'engager pour prévenir tout danger". Voilà qui augure de lendemains chantants.

Mais peut-être le crétin-schpountzo-volant s'en fout-il éperdument, n'étant pas concerné par les retombées françaises, lui qui vole d'ordinaire en Allemagne. Que ses conneries soient néfastes pour les pilotes sages et conscients n'effleure sans doute pas ce fanatique hypnotisé et lâche.

Une fois son rendez-vous honoré avec la justice française (il a été laissé libre après la notification de sa convocation), peut-être aura-t-il la bonne idée de démontrer son incommensurable bêtise outre-Rhin.

Souhaitons seulement que la justice française aura le réflexe de réclamer l'amende maximale de 45 000 euros conforme à l'article L.6332-2 du code des transports, histoire de contenter un Trésor Public en mal de recettes, sans emprisonnement, afin de ne pas charger davantage la collectivité.

Deux jours après cette regrettable affaire, un autre paramoteuriste a emplafonné la ZIT de Saint-Alban en Isère. Cette fois, il semble que le pilote n'ait pas ''fait exprès'' de se mettre en infraction. L'incident a toutefois déclenché une alerte mettant en scène l'intervention d'un Mirage 2000 de l'armée de l'Air et un hélicoptère de la gendarmerie. Le pilote a commis une incursion de 3,5 km dans la zone de sûreté de 5 km de rayon.

Souhaitons, si la sincérité du pilote est avérée, que la sanction sera sans rapport avec l'agité écolo. Une tape sur les doigts pourrait suffire à lui montrer le chemin du revendeur de cartes OACI... non ?

Donc pendant que ''l'autorité de sûreté nucléaire imagine les travaux qu'il conviendrait d'engager pour prévenir tout danger'', d'autres activistes, aux raisons plus ou moins claires, s'invitent dans la kermesse nucléo-médiatique.

Ainsi un poète-escaladeur connu pour ses délires s'est-il introduit à pieds dans la centrale de Civaux, dans la Vienne, non loin de Montmorillon. Le sinistré du bulbe évoque pour sa défense la responsabilité d'EDF, jugeant "anormal que quelqu'un ait pu pénétrer aussi facilement dans la zone sécurisée d'un site nucléaire''...

Finalement, j'aime bien ce type. Si son acte démontre effectivement la perméabilité des enceintes nucléaires, il démontre aussi que le risque aérien n'est pas plus important que le risque terrestre. Peut-être grâce à lui les politiques ne focaliseront-ils pas sur les ULM... Peut-être.

Au fait... a-t-on évoqué les risques sismiques ? Les bombardements aériens ? La folie passagère d'un employé de site ? Une défaillance structurelle ? Une météorite ?

Un candidat (élu président depuis) qui envisage d'expurger notre vie de ''tout danger'' a, selon moi, un très sérieux problème de crédibilité, mais surtout un énorme chantier sur les bras.

De ce voeu pieu (fondement d'une promesse électorale), je ne retiens qu'une chose : l'enfer est pavé de bonnes intentions. Donc merci de m'oublier dans les intentions louables ; je gère seul très bien mon médiocre destin.

Bons vols

Miguel Horville.

ANCIENS EDITOS
ULMaG : le renouveau magazine
septembre 2019
De qui se moque-t-on ?
août 2019
Les spécialistes
juillet 2019
Le respect des hôtes, des autres
juin 2019
Métastases cherchent naïfs pour proliférer
mai 2019
Les nouveaux ULM...
avril 2019
Vend liberté : mise à un prix 300 000 euros !
mars 2019
Remplir les cases
février 2019
Générations éphémères
janvier 2019
Est-il urgent d'attendre ?
décembre 2018
Aérodrome avec supplément d'âme
novembre 2018
Promotions à débattre
octobre 2018
Victimes or not victimes ?
septembre 2018
La foire aux accessoires
août 2018
Esprit ULM... es-tu là ?
juillet 2018
Entre peu et pas, un état d'esprit
juin 2018
Espace Schengen, my ass...
mai 2018
Entêtement irresponsable
avril 2018
Du carburant frais pour voler ''safe''
mars 2018
Universalité ; diversité ; francophonie...
février 2018
ULM : aéronef sémantiquement indésirable
janvier 2018
Ce contexte qui brise le rêve ?
décembre 2017
Parler patois pas parler à toi ?
novembre 2017
From rustic to high-tech
octobre 2017
S'élever, se régaler, se déplacer...
septembre 2017
De l'impuissance à l'imposture
août 2017
Baliser entre les cônes
juillet 2017
ULM : le bal des hypocrites
juin 2017
Les marquis du narquois vous em... brassent
mai 2017
500 kg : et après ?
avril 2017
Il est si facile d'interdire
mars 2017
A quand les ZIP ?
février 2017
Spécialistes en herbe
janvier 2017
Légèreté
décembre 2016
Comprenez si vous pouvez
novembre 2016
Le ciel a bon dos
octobre 2016
Salon de Blois : les limites
septembre 2016
Les euro-cocus du 8.33
août 2016
Concepteurs amateurs
juillet 2016
Ce chien... un humain comme les autres
juin 2016
Fumisterie électrique
mai 2016
De l'économie au foutage de gueule
avril 2016
Ça va chier !
mars 2016
Presbyte cherche gros caractères
février 2016
Et après?
janvier 2016
Le prix du baril d'a-brut-i...
décembre 2015
Vol de nuit : le bal des hiboux
novembre 2015
Et si la sophistication tuait ?
octobre 2015
Victimes consentantes
septembre 2015
Le sentir... ou pas
août 2015
La saison des gamelles
juillet 2015
Qui osera ?
juin 2015
Un système qui nous échappe
mai 2015
Multicopters : vers une 7e classe ULM ?
avril 2015
Le cinquième élément : celui de trop
mars 2015
Vigipirate : entre psychose et laisser-aller
février 2015
Dans le brouillard de la schizophrénie
janvier 2015
Une furieuse envie de voler !
décembre 2014
Marques sulfureuses... attention patates chaudes !
novembre 2014
Ceux dont la vie vaut moins...
octobre 2014
Drones : la messe est dite
septembre 2014
Attention aux bagages
août 2014
Dieu ne connaît pas ma soeur !
juillet 2014
L'ultime décision ; question de choix
juin 2014
Le beurre, l'argent du beurre et le reste on s'en fout
mai 2014
Volez! : la fin d'une histoire
avril 2014
Nous irons tous au paradigme*
mars 2014
Histoire belge
février 2014
Transfert d'incompétence : le Noël des voyous
janvier 2014
Drones à toutes les sauces
décembre 2013
Sophistication simplifiée
novembre 2013
Histoires de discrimination
octobre 2013
Un cône, ça se respecte ou ça se fume
septembre 2013
Dommages collatéraux
août 2013
Voler n'est pas un caprice
juillet 2013
Profiter c'est bien : mériter c'est mieux
juin 2013
Rencontres avec des martiens
avril 2013
Les pommes tombent des arbres... Les bananes s'y accrochent !
mars 2013
La méritocratie des branleurs ; comment accélérer le déclin
février 2013
Occasion : qu'est-ce qui cloche au pays des ulmistes ?
janvier 2013
Problèmes d'entoilage X-Air : lumière en vue
décembre 2012
Total Access ou l'étonnant paradoxe d'un vampire au sourire d'ange
novembre 2012
Une tablet'... à tous prix !
octobre 2012
Sainte Sarah is watching you*
septembre 2012
Intérêts... Désintérêt ? Connivence ou naïveté ?
août 2012
Conflit de probité ou incompétence... le danger guette
juillet 2012
J'ai tombé, je m'ai fait mal, je m'ai relevé... ou pas
juin 2012
En mai, fais ce qu'il te plaît...
mai 2012
Le bruit flou de l'administration
avril 2012
Rotax 912 iS : une innovation qui se mérite
mars 2012
Ne sombrons pas dans la vulgarité
février 2012
Et quoi d'autre pour 2012 ?
janvier 2012
Voler, c'est voler
décembre 2011
Les limites ont été atteintes... et dépassées !
novembre 2011
Blades...
octobre 2011
Les femmes, mères de tous les maux
septembre 2011
Le Tour ULM : une belle vitrine pour l'aéronautique
août 2011
Fausse-bonne idée cherche gogos... pour allonger l'oseille
juillet 2011
Du choix des mots et des propos
juin 2011
Basses couches en vert kaki
mai 2011
Ce facteur qui sonne toujours ... le glas
avril 2011
OUI... MAIS...
mars 2011
Des vautours planent sur nos ULM
février 2011
Restons éveillés
janvier 2011
Faisons un rêve
décembre 2010
Attention à la tâche d'huile...
novembre 2010
Mon royaume pour un bidon
octobre 2010
Genèse d'une Loi liberticide
septembre 2010
Aime le ciel, et le ciel t'aimera... peut-être
août 2010
Voler en Belgique... ou rouler
juillet 2010
Poule, oeuf et sophistication : la classe de plus, la classe de trop ?
juin 2010
Sous couvert d'anonymat
mai 2010
Taxe carbone : carbonisée
avril 2010
L'union fait notre force, notre salut
mars 2010
Le désespoir de ceux qui restent
février 2010
Bug de l'An 2000 : une simple répétition ?
janvier 2010
Migration : coucous désorientés
décembre 2009
La Chine s'éveille ; le monde s'endort
novembre 2009
Une crise... quelle crise ?
octobre 2009
Un parachute par amour, ou par respect
septembre 2009
Quand les pilotes dérapent...
août 2009
Quand les médias dérapent !
juillet 2009
A moi le ciel électronique !
juin 2009
A la gravité s'ajoute la connerie !
mai 2009
Etrange réglementation...
avril 2009
Inauguration
mars 2009

Webmaster : Fabrice Gay & MH - Rédacteur : Miguel Horville - ULMaG ©2008-2019





















page générée en 0,01 sec.