logo ULMaG www.ulmtechnologie-shop.com
Edito juillet 2013
126 articles .......... anciens éditos

vignette
Voler n'est pas un caprice

Des instructeurs constatent un manque d'assiduité de certains élèves. Formation interrompue, relâchement dans la progression, inconstance dans la fréquentation aux cours... autant de comportements qui font penser que voler n'est pas une préoccupation majeure des élèves en question. Ils viennent apprendre à voler comme des touche-à-tout, accrochant une compétence supplémentaire à leur catalogue de loisirs.

Côté instructeurs, ce type de comportement est démotivant ; ils s'investissent dans leur mission, délivrant une pédagogie de qualité, sans pour autant avoir l'impression de transmettre une passion. Car après ces quelques mois de fréquentation, ils ne ressentent pas de partage, parfois pas de reconnaissance.

Côté élèves, l'énergie déployée à emmagasiner du savoir est généralement perdue ou diluée. Ce qui fera de mauvais pilotes ultérieurement (entendez pilotes à risque).

Par ailleurs, cette recrudescence de curieux d'expériences n'est pas propice à une quelconque pérennité de notre activité.

Même si la sociologie ne peut expliquer toutes causes à tous problèmes, on peut en énumérer deux parmi les plus évidentes : le coût a posteriori, souvent sans rapport avec ce qui est annoncé au départ et le manque de motivation profonde des candidats.

Or de ces deux causes, la faute en incombe aux écoles : raconter aux candidats que voler ne coûte pas cher est un mensonge éhonté ! Faire croire qu'il suffit d'une quinzaine d'heures à 100 euros pour profiter du ciel est une hypocrisie absolue. L'engagement de l'élève n'est pas validé par une telle publicité.

Quand au sérieux, à l'envie ou à l'investissement des nouveaux pilotes, la moindre des précautions serait de s'assurer de leur motivation profonde et, on y revient, en cessant notamment de vendre de l'illusion. Voler a un coût et ce coût est élevé ; la motivation en fait abstraction.

Le premier cours devrait consister à casser tout net les rêves illusoires. J'entends trop souvent : ...quand j'aurai mon brevet, je partirai à tel endroit les weekends... je ferai ceci ou cela...

NON, NON et re-NON !

On fera ce que la météo permettra de faire ; on fera selon son niveau de progression... et on ne fera rien de tout ceci avant plusieurs mois ou années. Cela est un discours de vérité. Expliquer à un élève que 2 sorties sur 3 sont annulées pour diverses causes dont la météo ; que la saison de vol ne dure que 6 mois ; que des NOTAMs interdisent certaines régions épisodiquement... est une nécessité.

Mais bien sûr, ce discours n'est pas commercial. Quel candidat investira dans une formation et une machine avec une telle description de l'aviation de loisir ?

Mais l'élève n'est pas idiot. Il se rend bien compte, au fil de son apprentissage, que des vols sont annulés, que la ponctualité est absente ou que la réalisation de certains vols n'a rien à voir avec le tableau idyllique qu'il s'en faisait. D'où la marche arrière.

Le ciblage est pourtant assez simple à réaliser : le candidat qui nourrit des rêves de déplacement est à côté de la plaque et a de fortes de chances de se décourager. A contrario, celui qui aime voler pour l'acte lui-même, acceptera les contretemps et les obstacles pour profiter pleinement de ses rares et extraordinaires moments d'extase.

De là à en conclure que les pilotes de ''tours locaux'' sont plus amoureux de l'air que les grands voyageurs, il y a un pas que j'hésiterai à franchir. Mais quand même...

Je pense que la qualité des nouveaux pilotes, leur niveau de pilotage et leur sécurité, dépendent de leur implication dans les choses de l'air. Et pour qu'ils possèdent les bons outils d'analyse, pour qu'ils soient en capacité à choisir d'apprendre à voler, il est indispensable de leur donner une information sincère avant inscription.

J'ai rencontré un de ces candidats. Ayant, dans le passé, démarré puis abandonné une instruction de pilote avion, il est revenu vers moi pour un baptême-découverte ''longue durée'' (2 jours), durant lesquels il m'a demandé différents types de vols, croisière, saute-mouton, pistes perdues ou aérodromes... Ceci dans le but de tester son envie de s'y remettre. Belle démarche individuelle, pour laquelle l'investissement financier et humain est ridicule en comparaison des sommes qu'il aurait pu perdre à tenter une nouvelle expérience et à s'en trouver déçu.

L'histoire ne dit pas quelle option cette personne a choisie. Et cela n'a pas d'importance. Elle démontre seulement que l'envie ne fait pas tout. Le choix doit être réfléchi et ne jamais s'apparenter à un caprice.

Donc une fois encore j'encourage les formateurs, les écoles, à bien cibler les candidats, à bien sélectionner les élèves, car il en va de notre sécurité à tous.

Et quand bien même il faudrait revoir le système dans son ensemble, cela pourrait valoir le coup. Car une partie non négligeable du déficit d'image, de sérieux et d'assise économique de notre activité pèse sur la versatilité de ses acteurs, notamment des nouveaux pilotes.

Le ciel n'est pas une terrasse de café où se rencontre un aréopage de fantasques dilettantes. Le ciel se mérite, s'acquiert par passion et se paye au prix fort.

Bons vols
Miguel Horville

ANCIENS EDITOS
ULMaG : le renouveau magazine
septembre 2019
De qui se moque-t-on ?
août 2019
Les spécialistes
juillet 2019
Le respect des hôtes, des autres
juin 2019
Métastases cherchent naïfs pour proliférer
mai 2019
Les nouveaux ULM...
avril 2019
Vend liberté : mise à un prix 300 000 euros !
mars 2019
Remplir les cases
février 2019
Générations éphémères
janvier 2019
Est-il urgent d'attendre ?
décembre 2018
Aérodrome avec supplément d'âme
novembre 2018
Promotions à débattre
octobre 2018
Victimes or not victimes ?
septembre 2018
La foire aux accessoires
août 2018
Esprit ULM... es-tu là ?
juillet 2018
Entre peu et pas, un état d'esprit
juin 2018
Espace Schengen, my ass...
mai 2018
Entêtement irresponsable
avril 2018
Du carburant frais pour voler ''safe''
mars 2018
Universalité ; diversité ; francophonie...
février 2018
ULM : aéronef sémantiquement indésirable
janvier 2018
Ce contexte qui brise le rêve ?
décembre 2017
Parler patois pas parler à toi ?
novembre 2017
From rustic to high-tech
octobre 2017
S'élever, se régaler, se déplacer...
septembre 2017
De l'impuissance à l'imposture
août 2017
Baliser entre les cônes
juillet 2017
ULM : le bal des hypocrites
juin 2017
Les marquis du narquois vous em... brassent
mai 2017
500 kg : et après ?
avril 2017
Il est si facile d'interdire
mars 2017
A quand les ZIP ?
février 2017
Spécialistes en herbe
janvier 2017
Légèreté
décembre 2016
Comprenez si vous pouvez
novembre 2016
Le ciel a bon dos
octobre 2016
Salon de Blois : les limites
septembre 2016
Les euro-cocus du 8.33
août 2016
Concepteurs amateurs
juillet 2016
Ce chien... un humain comme les autres
juin 2016
Fumisterie électrique
mai 2016
De l'économie au foutage de gueule
avril 2016
Ça va chier !
mars 2016
Presbyte cherche gros caractères
février 2016
Et après?
janvier 2016
Le prix du baril d'a-brut-i...
décembre 2015
Vol de nuit : le bal des hiboux
novembre 2015
Et si la sophistication tuait ?
octobre 2015
Victimes consentantes
septembre 2015
Le sentir... ou pas
août 2015
La saison des gamelles
juillet 2015
Qui osera ?
juin 2015
Un système qui nous échappe
mai 2015
Multicopters : vers une 7e classe ULM ?
avril 2015
Le cinquième élément : celui de trop
mars 2015
Vigipirate : entre psychose et laisser-aller
février 2015
Dans le brouillard de la schizophrénie
janvier 2015
Une furieuse envie de voler !
décembre 2014
Marques sulfureuses... attention patates chaudes !
novembre 2014
Ceux dont la vie vaut moins...
octobre 2014
Drones : la messe est dite
septembre 2014
Attention aux bagages
août 2014
Dieu ne connaît pas ma soeur !
juillet 2014
L'ultime décision ; question de choix
juin 2014
Le beurre, l'argent du beurre et le reste on s'en fout
mai 2014
Volez! : la fin d'une histoire
avril 2014
Nous irons tous au paradigme*
mars 2014
Histoire belge
février 2014
Transfert d'incompétence : le Noël des voyous
janvier 2014
Drones à toutes les sauces
décembre 2013
Sophistication simplifiée
novembre 2013
Histoires de discrimination
octobre 2013
Un cône, ça se respecte ou ça se fume
septembre 2013
Dommages collatéraux
août 2013
Voler n'est pas un caprice
juillet 2013
Profiter c'est bien : mériter c'est mieux
juin 2013
Rencontres avec des martiens
avril 2013
Les pommes tombent des arbres... Les bananes s'y accrochent !
mars 2013
La méritocratie des branleurs ; comment accélérer le déclin
février 2013
Occasion : qu'est-ce qui cloche au pays des ulmistes ?
janvier 2013
Problèmes d'entoilage X-Air : lumière en vue
décembre 2012
Total Access ou l'étonnant paradoxe d'un vampire au sourire d'ange
novembre 2012
Une tablet'... à tous prix !
octobre 2012
Sainte Sarah is watching you*
septembre 2012
Intérêts... Désintérêt ? Connivence ou naïveté ?
août 2012
Conflit de probité ou incompétence... le danger guette
juillet 2012
J'ai tombé, je m'ai fait mal, je m'ai relevé... ou pas
juin 2012
En mai, fais ce qu'il te plaît...
mai 2012
Le bruit flou de l'administration
avril 2012
Rotax 912 iS : une innovation qui se mérite
mars 2012
Ne sombrons pas dans la vulgarité
février 2012
Et quoi d'autre pour 2012 ?
janvier 2012
Voler, c'est voler
décembre 2011
Les limites ont été atteintes... et dépassées !
novembre 2011
Blades...
octobre 2011
Les femmes, mères de tous les maux
septembre 2011
Le Tour ULM : une belle vitrine pour l'aéronautique
août 2011
Fausse-bonne idée cherche gogos... pour allonger l'oseille
juillet 2011
Du choix des mots et des propos
juin 2011
Basses couches en vert kaki
mai 2011
Ce facteur qui sonne toujours ... le glas
avril 2011
OUI... MAIS...
mars 2011
Des vautours planent sur nos ULM
février 2011
Restons éveillés
janvier 2011
Faisons un rêve
décembre 2010
Attention à la tâche d'huile...
novembre 2010
Mon royaume pour un bidon
octobre 2010
Genèse d'une Loi liberticide
septembre 2010
Aime le ciel, et le ciel t'aimera... peut-être
août 2010
Voler en Belgique... ou rouler
juillet 2010
Poule, oeuf et sophistication : la classe de plus, la classe de trop ?
juin 2010
Sous couvert d'anonymat
mai 2010
Taxe carbone : carbonisée
avril 2010
L'union fait notre force, notre salut
mars 2010
Le désespoir de ceux qui restent
février 2010
Bug de l'An 2000 : une simple répétition ?
janvier 2010
Migration : coucous désorientés
décembre 2009
La Chine s'éveille ; le monde s'endort
novembre 2009
Une crise... quelle crise ?
octobre 2009
Un parachute par amour, ou par respect
septembre 2009
Quand les pilotes dérapent...
août 2009
Quand les médias dérapent !
juillet 2009
A moi le ciel électronique !
juin 2009
A la gravité s'ajoute la connerie !
mai 2009
Etrange réglementation...
avril 2009
Inauguration
mars 2009

Webmaster : Fabrice Gay & MH - Rédacteur : Miguel Horville - ULMaG ©2008-2019

















page générée en 0,06 sec.