logo ULMaG www.ulmtechnologie-shop.com
Edito août 2014
126 articles .......... anciens éditos

vignette
Attention aux bagages

Un pilote sérieux n'entreprend pas un vol sans une vérification poussée de son aéronef. Cela ne concerne pas seulement ce qui appartient à ladite machine ; il en va de même pour les effets personnels, les accessoires et les bagages.

Reformulons le précepte : un pilote sérieux ne devrait pas...

En effet, le conditionnel semble ici de mise, pour que chacun d'entre-nous, toi, moi, eux, vous... ne passions pas irrémédiablement pour des fantoches.

Car si les pilotes pendulaires et autogires sont tenus d'arrimer solidement leurs colis pour ne pas les voir passer dans l'hélice, force est d'admettre que les pilotes multiaxe douillettement abrités dans leur cockpit ne prennent pas toujours, du moins pas souvent, le temps de le faire. On jette les objets dans le grand coffre et on décolle sans plus s'en soucier.

Or l'aventure qui est arrivée à Gilbert, instructeur de son état, montre que dans certaines situations, les bagages peuvent nous emmener au tapis. Pris dans des turbulences violentes, ce pilote au demeurant très expérimenté a vu sa verrière s'ouvrir sous l'impact des colis, ces derniers finissant leur course sur le tableau de bord, occasionnant l'arrêt du moteur (interrupteurs sur off). On imagine sans peine la sidération du pilote à ce moment. Gilbert a manoeuvré comme il a pu, pour finalement crasher ''proprement'' son superbe ULM. Aéronef foutu, mais pilote vivant, ce qui est le principal, en dépit de la belle journée de vol gâchée.

Cette aventure m'est arrivée également. Volant assez haut à contre-courant d'un mistral modéré pour échapper aux remous généré par le Pilat qui culmine à 4 700 ft entre St Etienne et Vienne, j'ai été pris par les rotors, lesquels ont retourné le Super Guépard, lequel a perdu 2000 ft dans la bagarre. Je me souviens très clairement le moment d'apesanteur, flottement incertain que j'ai mis à profit pour ne rien faire du tout... tout juste tenir le manche droit. Puis l'ULM qui se remet tout seul en ligne de vol, en douceur, et enfin la forte odeur d'essence et le merdier qui a résulté de cette figure imprévue : poussière terreuse partout, bagages disséminés en vrac, passagère passée au vert avec des larmes de croco coulant à l'horizontal, et surtout la terreur qu'un bagage ne soit parti coincer une commande.

Ayant repris le contrôle de l'ULM et vérifié que tout est opérationnel, j'ai rejoint le plus proche aérodrome, atterri sans fioriture afin de tout vérifier, et accessoirement de redonner des couleurs humaines à la Jojo qui avait viré au jaune, puis à l'indéfinissable.

Je crois que nous avons eu de la chance. Aucun paquet n'est passé dans les commandes, pourtant exposées sur ce modèle. Le retour n'a posé aucun problème, mais nous étions un peu honteux de s'être jeté dans un piège pareil, par paresse... Quelques minutes gagnées sur le harnachement ont failli nous coûter une éternité de minutes à regretter dans le néant.

L'anecdote a une suite irrésistible. Un peu éprouvée par ce vol mouvementé, Jojo m'a proposé, le weekend suivant, de laisser le zinzin ailé au hangar et d'aller à la foire du Trône découvrir de nouvelles attractions décrites comme particulièrement exaltantes. Ce que nous avons fait... et regretté ! En effet, notre choix s'est porté sur deux félonies de la pire espèce, qui nous ont fait virer au vert, au jaune, au mauve... au glumauve et gerber nos entrailles. Pire que les loopings !

Pour en revenir à nos moutons, encore que ces sympathiques ovins ne voyagent que rarement en ULM, l'emport de bagages mérite une attention particulière. Il faut penser aux conditions extrêmes, que l'on redoute, mais qui ne sont généralement pas les causes premières d'accident. Attacher les colis semble une précaution élémentaire. Et pourtant...

Gilbert s'est fait piéger. Je me suis fait piéger. Bien d'autres se sont faits piéger. Et pire que cela. Il m'arrive encore, souvent dois-je avouer, de jeter une paire de baskets au fond du coffre sans plus m'en soucier. Quelques bricoles traînent dans cet espace, que j'ai en partie oubliées. Et je regarde les autres. Pareil.

Loin de pointer un doigt accusateur sur la pratique des ''autres'', je constate avec résignation que nombres d'entre-nous sommes de grosses feignasses négligentes à la mémoire de poisson rouge.

Sauf... sauf... sauf que... Ha ! Je l'aime bien ce mot : SAUF. Sauf que nous ne sommes pas aidés. Quel constructeur propose, de série, un dispositif destiné à combattre notre imbécillité ? N'est-ce pas justement au professionnel de prévoir l'imprévisible et de devancer les erreurs commises par les utilisateurs ?

Nos bagnoles, aussi tartes soient-elles, ne sont-elles pas bardées de systèmes destinés à nous empêcher de commettre des actes dangereux (tout en nous laissant par ailleurs la possibilité de décimer la planète à leur volant) ?

J'ai découvert avec plaisir, lors du salon de Blois, que certains, très rares constructeurs pensent à la sécurité et nous protègent de nous-mêmes. De l'aveu du constructeur français G1 Aviation, équiper son ULM d'un filet de protection occasionne une dépense de quelques euros seulement. C'est pourquoi ce filet est monté de série. Il existe d'autres constructeurs qui y pensent... parfois il faut payer une option pour l'acquérir. Mais beaucoup trop n'y pensent pas.

Ceux qui suivent le fil des éditos savent que je ne suis pas un acharné de la sécurité imposée. Je crois en la sélection naturelle comme mode d'évolution et j'élève le libre-arbitre au rang supérieur de nos libertés, même s'il peut nous conduire au tapis. Mais bon... On peut avoir des convictions et n'être pas tout à fait con... non ? Alors si quelques euros peuvent nous sauver la vie en nous sauvant de notre paresse, pourquoi y renoncer ?

Pour ceux qui n'en sont pas équipés, ces filets élastiques éminemment adaptables se vendent en magasins d'accessoires automobiles. On peut aussi récupérer celui du break familial (parce qu'on s'en fout bien que les oeufs rapportés du supermarché montent une mayonnaise à l'huile de vidange dans le coffre du cube en ferraille).

Bons vols, avec prudence.

Miguel Horville



ANCIENS EDITOS
ULMaG : le renouveau magazine
septembre 2019
De qui se moque-t-on ?
août 2019
Les spécialistes
juillet 2019
Le respect des hôtes, des autres
juin 2019
Métastases cherchent naïfs pour proliférer
mai 2019
Les nouveaux ULM...
avril 2019
Vend liberté : mise à un prix 300 000 euros !
mars 2019
Remplir les cases
février 2019
Générations éphémères
janvier 2019
Est-il urgent d'attendre ?
décembre 2018
Aérodrome avec supplément d'âme
novembre 2018
Promotions à débattre
octobre 2018
Victimes or not victimes ?
septembre 2018
La foire aux accessoires
août 2018
Esprit ULM... es-tu là ?
juillet 2018
Entre peu et pas, un état d'esprit
juin 2018
Espace Schengen, my ass...
mai 2018
Entêtement irresponsable
avril 2018
Du carburant frais pour voler ''safe''
mars 2018
Universalité ; diversité ; francophonie...
février 2018
ULM : aéronef sémantiquement indésirable
janvier 2018
Ce contexte qui brise le rêve ?
décembre 2017
Parler patois pas parler à toi ?
novembre 2017
From rustic to high-tech
octobre 2017
S'élever, se régaler, se déplacer...
septembre 2017
De l'impuissance à l'imposture
août 2017
Baliser entre les cônes
juillet 2017
ULM : le bal des hypocrites
juin 2017
Les marquis du narquois vous em... brassent
mai 2017
500 kg : et après ?
avril 2017
Il est si facile d'interdire
mars 2017
A quand les ZIP ?
février 2017
Spécialistes en herbe
janvier 2017
Légèreté
décembre 2016
Comprenez si vous pouvez
novembre 2016
Le ciel a bon dos
octobre 2016
Salon de Blois : les limites
septembre 2016
Les euro-cocus du 8.33
août 2016
Concepteurs amateurs
juillet 2016
Ce chien... un humain comme les autres
juin 2016
Fumisterie électrique
mai 2016
De l'économie au foutage de gueule
avril 2016
Ça va chier !
mars 2016
Presbyte cherche gros caractères
février 2016
Et après?
janvier 2016
Le prix du baril d'a-brut-i...
décembre 2015
Vol de nuit : le bal des hiboux
novembre 2015
Et si la sophistication tuait ?
octobre 2015
Victimes consentantes
septembre 2015
Le sentir... ou pas
août 2015
La saison des gamelles
juillet 2015
Qui osera ?
juin 2015
Un système qui nous échappe
mai 2015
Multicopters : vers une 7e classe ULM ?
avril 2015
Le cinquième élément : celui de trop
mars 2015
Vigipirate : entre psychose et laisser-aller
février 2015
Dans le brouillard de la schizophrénie
janvier 2015
Une furieuse envie de voler !
décembre 2014
Marques sulfureuses... attention patates chaudes !
novembre 2014
Ceux dont la vie vaut moins...
octobre 2014
Drones : la messe est dite
septembre 2014
Attention aux bagages
août 2014
Dieu ne connaît pas ma soeur !
juillet 2014
L'ultime décision ; question de choix
juin 2014
Le beurre, l'argent du beurre et le reste on s'en fout
mai 2014
Volez! : la fin d'une histoire
avril 2014
Nous irons tous au paradigme*
mars 2014
Histoire belge
février 2014
Transfert d'incompétence : le Noël des voyous
janvier 2014
Drones à toutes les sauces
décembre 2013
Sophistication simplifiée
novembre 2013
Histoires de discrimination
octobre 2013
Un cône, ça se respecte ou ça se fume
septembre 2013
Dommages collatéraux
août 2013
Voler n'est pas un caprice
juillet 2013
Profiter c'est bien : mériter c'est mieux
juin 2013
Rencontres avec des martiens
avril 2013
Les pommes tombent des arbres... Les bananes s'y accrochent !
mars 2013
La méritocratie des branleurs ; comment accélérer le déclin
février 2013
Occasion : qu'est-ce qui cloche au pays des ulmistes ?
janvier 2013
Problèmes d'entoilage X-Air : lumière en vue
décembre 2012
Total Access ou l'étonnant paradoxe d'un vampire au sourire d'ange
novembre 2012
Une tablet'... à tous prix !
octobre 2012
Sainte Sarah is watching you*
septembre 2012
Intérêts... Désintérêt ? Connivence ou naïveté ?
août 2012
Conflit de probité ou incompétence... le danger guette
juillet 2012
J'ai tombé, je m'ai fait mal, je m'ai relevé... ou pas
juin 2012
En mai, fais ce qu'il te plaît...
mai 2012
Le bruit flou de l'administration
avril 2012
Rotax 912 iS : une innovation qui se mérite
mars 2012
Ne sombrons pas dans la vulgarité
février 2012
Et quoi d'autre pour 2012 ?
janvier 2012
Voler, c'est voler
décembre 2011
Les limites ont été atteintes... et dépassées !
novembre 2011
Blades...
octobre 2011
Les femmes, mères de tous les maux
septembre 2011
Le Tour ULM : une belle vitrine pour l'aéronautique
août 2011
Fausse-bonne idée cherche gogos... pour allonger l'oseille
juillet 2011
Du choix des mots et des propos
juin 2011
Basses couches en vert kaki
mai 2011
Ce facteur qui sonne toujours ... le glas
avril 2011
OUI... MAIS...
mars 2011
Des vautours planent sur nos ULM
février 2011
Restons éveillés
janvier 2011
Faisons un rêve
décembre 2010
Attention à la tâche d'huile...
novembre 2010
Mon royaume pour un bidon
octobre 2010
Genèse d'une Loi liberticide
septembre 2010
Aime le ciel, et le ciel t'aimera... peut-être
août 2010
Voler en Belgique... ou rouler
juillet 2010
Poule, oeuf et sophistication : la classe de plus, la classe de trop ?
juin 2010
Sous couvert d'anonymat
mai 2010
Taxe carbone : carbonisée
avril 2010
L'union fait notre force, notre salut
mars 2010
Le désespoir de ceux qui restent
février 2010
Bug de l'An 2000 : une simple répétition ?
janvier 2010
Migration : coucous désorientés
décembre 2009
La Chine s'éveille ; le monde s'endort
novembre 2009
Une crise... quelle crise ?
octobre 2009
Un parachute par amour, ou par respect
septembre 2009
Quand les pilotes dérapent...
août 2009
Quand les médias dérapent !
juillet 2009
A moi le ciel électronique !
juin 2009
A la gravité s'ajoute la connerie !
mai 2009
Etrange réglementation...
avril 2009
Inauguration
mars 2009

Webmaster : Fabrice Gay & MH - Rédacteur : Miguel Horville - ULMaG ©2008-2019

















page générée en 0,04 sec.