logo ULMaG www.ulmtechnologie-shop.com
Edito novembre 2015
127 articles .......... anciens éditos

vignette
Vol de nuit : le bal des hiboux

Qu'est-ce qui cloche au pays des béats ? On ne me fera pas croire que tout est normal... Quand des gars décollent à plus d'heure pour connecter la haute tension, c'est forcément qu'un truc part en biais sous les coiffus...

Un compte à régler avec EDF, peut-être ? Ouais, j'entrevois bien le raisonnement : trop de lignes aériennes commencent à échauffer les esprits. Alors les bougres veulent couper le jus là où c'est trop moche. Mais pourquoi faire ça de nuit ?

Non, ça doit être autre chose...

Tout ceci participe-t-il à une grande conspiration ? Après les jihadistes kamikazes, maintenant les ulmistes kamikazes, des fanatiques décidés à ce que cesse notre discipline ? Bah oui, peut-être, mais pourquoi faire ça de nuit ?

Il doit y avoir une autre raison...

La peine ? Un trop grand chagrin quand notre guide a rejoint le néant, qui pousse ces pauvres hères abandonnés à se jeter au sol, comme les chiens visent les pare-chocs à la mort de leur maître. Possible, mais pourquoi faire ça de nuit ?

Il faut chercher ailleurs...

Le syndrome du hibou ? Une nouvelle pandémie ; une vache foldingo au cortex spongieux qui fait s'écarquiller les orbites et croire au jour quand Ra s'en va bronzer les nouveaux incontinents des Keys. On tient un truc, là.

Va falloir avertir ceux d'en haut qu'outre les nique-ta-mère hostiles au heavy metal, un péril à pis et panse fait de nous de faux nyctalopes et de vrais cons.

Revenons au sérieux de la situation. Au sérieux et au dramatique. Les derniers accidents sont, à n'en pas douter, liés au crépuscule et la baisse de visibilité qui l'accompagne. On sait pourquoi certains pilotes retardent l'heure du décollage : le vent et les turbulences se calment généralement quand l'heure avance.

D'une part, ce qui est vrai aux beaux jours ne l'est pas forcément en fin d'automne ou en hiver. Souvent le vent tombe quand la nuit est installée. Par ailleurs, cette saison est propice à des levées soudaines de brumes, d'autant plus piégeuses que la lumière baisse.

De surcroît, le regard du terrestre piéton sur le ciel n'a rien à voir à celui du pilote qui regarde en bas. Quand c'est clair pour le premier, c'est déjà laiteux pour le second.

Du coup, deux types de traquenards attendent les pilotes noctambules : la petite balade du soir et le retour de voyage.

Deux cas typiques illustrés par des exemples vécus.

Le premier par votre serviteur, pas très malin de s'être -presque- fait piéger. Soirée de fin d'été après une journée à maçonner sous le cagnard. Le ciel adopte des couleurs invraisemblables, camaïeu de violet au noir, avec des zébrures de feu et des reflets pourpres. Il reste trois quarts d'heure avant la nuit aéronautique, bien assez pour aller tutoyer cette magnificence.
Cinq à sept minutes pour pré-voler, chauffer et décoller... Le vol est local, tout en tournoiements dans mon fief. Pas de casque, pas de radio, pas de GPS...
Je virevolte autour des éoliennes qui cernent ma petite piste durant dix minutes, quinze à tout casser. J'en ai pris tout mon saoul et la luminosité faiblit. Je décide donc de me reposer...
Sauf que la piste est introuvable. En Beauce, tous les villages se ressemblent. Les éoliennes sont toutes pareilles, par grappes uniformément réparties. Mon repère, un château d'eau, est absent du paysage... Et vers l'ouest, l'aveuglement est total.
Certes, aucun péril ne me guette. Les champs moissonnés m'offrent autant de vaches que j'en souhaite. Mais il serait dommage, même regrettable, de poser l'ULM, sans doute à moins de 5 minutes de son hangar, et qu'il passe la nuit dehors. Lors d'un énième virage, je trouve enfin mes repères et rejoins la piste. Il reste encore beaucoup de temps avant que le noir envahissent la plaine.

Ce qui m'a désorienté ? Les ombres allongées. Je croyais connaître la région par coeur, mais à un certain moment, la charnière bascule et l'environnement se métamorphose. Tout se confond et le pilote se perd. C'est tellement rapide...

Au final, je n'ai pas dû m'éloigner de plus de dix kilomètres du mouillage, dix bornes qui auront suffit à provoquer, toutes proportions gardées, un léger stress.

L'autre exemple appartient à un bon ami pilote, compétent et adroit, toujours en proie à de nouvelles expérimentations...
De retour d'un rassemblement où les discussions se sont prolongées au-delà du prévu (ce qui est prévisible avec l'oiseau en question), il se rappelle (un peu tard) que le voyage du matin avait donné lieu à un contournement coûteux en carburant. Du coup, son devis est tendu : il doit progresser rapidement pour arriver avant l'heure du trop tard, cela sans assécher les réservoirs.
Dans le cockpit, entre savants calculs, navigation et -déjà- recherche de points caractéristiques, la tension monte. Quand finalement il arrive à destination, le noir est partout. Il ne voit pas la piste qu'il vient de survoler, mais son GPS qui sait le point atteint, quitte le mode ''go-to'' pour le mode ''stand-by''.
Maintenant ça craint, et il le sait. Mais parce qu'il garde son sang froid et qu'un pu..ain de bol l'accompagne partout où il va, l'étourneau trouve la piste in extremis et se pose sans bobo. Il fait nuit noire.

Ce garçon qui m'a accoutumé à d'audacieuses frasques, raconte son périple comme un non-événement auquel il convient d'apporter une note d'humour et un tact de modestie : ''le moteur s'est mis à ratatouiller en finale... j'étais en panne sèche à la fin du roulage !''

Ces exemples n'ont pas vocation à vilipender leur auteur. Seulement à faire réfléchir sur la condition de ceux qui peuvent raconter leur dernier vol de nuit. Les autres, moins adroits, moins chanceux, moins expérimentés ou moins relax, ne raconteront plus rien.

Je pense à ces malheureux qui impactent les câbles sous tension et meurent sans même comprendre ce qui leur arrive. Au départ, leur vol devait être un moment de pur bonheur. Une bouffée d'oxygène avant de dormir. Un conditionnement aux meilleurs rêves...

Mais le noir reste le noir. Nous ne sommes pas nés hiboux dans des choux, et quand la nuit tombe, nous ne sommes que des cailloux.

Donc les pistes farfelues que j'entrevoyais plus haut pour expliquer ce qui pousse certains pilotes à voler trop tard dans la journée sont erronées. Pas de haine du flux d'électrons ; pas d'instinct kamikaze, ni de chagrin inconsolable. Seulement une mauvaise décision et pas assez de sagesse pour l'abandonner.

Cela me fait penser à Dingo le chien : il sait parfaitement qu'il va faire une connerie... mais il la fait, parce que l'envie est plus forte que la raison.

Bons vols, avec prudence.

Miguel Horville

ANCIENS EDITOS
Qualif' radio : le début du renoncement
octobre 2019
ULMaG : le renouveau magazine
septembre 2019
De qui se moque-t-on ?
août 2019
Les spécialistes
juillet 2019
Le respect des hôtes, des autres
juin 2019
Métastases cherchent naïfs pour proliférer
mai 2019
Les nouveaux ULM...
avril 2019
Vend liberté : mise à un prix 300 000 euros !
mars 2019
Remplir les cases
février 2019
Générations éphémères
janvier 2019
Est-il urgent d'attendre ?
décembre 2018
Aérodrome avec supplément d'âme
novembre 2018
Promotions à débattre
octobre 2018
Victimes or not victimes ?
septembre 2018
La foire aux accessoires
août 2018
Esprit ULM... es-tu là ?
juillet 2018
Entre peu et pas, un état d'esprit
juin 2018
Espace Schengen, my ass...
mai 2018
Entêtement irresponsable
avril 2018
Du carburant frais pour voler ''safe''
mars 2018
Universalité ; diversité ; francophonie...
février 2018
ULM : aéronef sémantiquement indésirable
janvier 2018
Ce contexte qui brise le rêve ?
décembre 2017
Parler patois pas parler à toi ?
novembre 2017
From rustic to high-tech
octobre 2017
S'élever, se régaler, se déplacer...
septembre 2017
De l'impuissance à l'imposture
août 2017
Baliser entre les cônes
juillet 2017
ULM : le bal des hypocrites
juin 2017
Les marquis du narquois vous em... brassent
mai 2017
500 kg : et après ?
avril 2017
Il est si facile d'interdire
mars 2017
A quand les ZIP ?
février 2017
Spécialistes en herbe
janvier 2017
Légèreté
décembre 2016
Comprenez si vous pouvez
novembre 2016
Le ciel a bon dos
octobre 2016
Salon de Blois : les limites
septembre 2016
Les euro-cocus du 8.33
août 2016
Concepteurs amateurs
juillet 2016
Ce chien... un humain comme les autres
juin 2016
Fumisterie électrique
mai 2016
De l'économie au foutage de gueule
avril 2016
Ça va chier !
mars 2016
Presbyte cherche gros caractères
février 2016
Et après?
janvier 2016
Le prix du baril d'a-brut-i...
décembre 2015
Vol de nuit : le bal des hiboux
novembre 2015
Et si la sophistication tuait ?
octobre 2015
Victimes consentantes
septembre 2015
Le sentir... ou pas
août 2015
La saison des gamelles
juillet 2015
Qui osera ?
juin 2015
Un système qui nous échappe
mai 2015
Multicopters : vers une 7e classe ULM ?
avril 2015
Le cinquième élément : celui de trop
mars 2015
Vigipirate : entre psychose et laisser-aller
février 2015
Dans le brouillard de la schizophrénie
janvier 2015
Une furieuse envie de voler !
décembre 2014
Marques sulfureuses... attention patates chaudes !
novembre 2014
Ceux dont la vie vaut moins...
octobre 2014
Drones : la messe est dite
septembre 2014
Attention aux bagages
août 2014
Dieu ne connaît pas ma soeur !
juillet 2014
L'ultime décision ; question de choix
juin 2014
Le beurre, l'argent du beurre et le reste on s'en fout
mai 2014
Volez! : la fin d'une histoire
avril 2014
Nous irons tous au paradigme*
mars 2014
Histoire belge
février 2014
Transfert d'incompétence : le Noël des voyous
janvier 2014
Drones à toutes les sauces
décembre 2013
Sophistication simplifiée
novembre 2013
Histoires de discrimination
octobre 2013
Un cône, ça se respecte ou ça se fume
septembre 2013
Dommages collatéraux
août 2013
Voler n'est pas un caprice
juillet 2013
Profiter c'est bien : mériter c'est mieux
juin 2013
Rencontres avec des martiens
avril 2013
Les pommes tombent des arbres... Les bananes s'y accrochent !
mars 2013
La méritocratie des branleurs ; comment accélérer le déclin
février 2013
Occasion : qu'est-ce qui cloche au pays des ulmistes ?
janvier 2013
Problèmes d'entoilage X-Air : lumière en vue
décembre 2012
Total Access ou l'étonnant paradoxe d'un vampire au sourire d'ange
novembre 2012
Une tablet'... à tous prix !
octobre 2012
Sainte Sarah is watching you*
septembre 2012
Intérêts... Désintérêt ? Connivence ou naïveté ?
août 2012
Conflit de probité ou incompétence... le danger guette
juillet 2012
J'ai tombé, je m'ai fait mal, je m'ai relevé... ou pas
juin 2012
En mai, fais ce qu'il te plaît...
mai 2012
Le bruit flou de l'administration
avril 2012
Rotax 912 iS : une innovation qui se mérite
mars 2012
Ne sombrons pas dans la vulgarité
février 2012
Et quoi d'autre pour 2012 ?
janvier 2012
Voler, c'est voler
décembre 2011
Les limites ont été atteintes... et dépassées !
novembre 2011
Blades...
octobre 2011
Les femmes, mères de tous les maux
septembre 2011
Le Tour ULM : une belle vitrine pour l'aéronautique
août 2011
Fausse-bonne idée cherche gogos... pour allonger l'oseille
juillet 2011
Du choix des mots et des propos
juin 2011
Basses couches en vert kaki
mai 2011
Ce facteur qui sonne toujours ... le glas
avril 2011
OUI... MAIS...
mars 2011
Des vautours planent sur nos ULM
février 2011
Restons éveillés
janvier 2011
Faisons un rêve
décembre 2010
Attention à la tâche d'huile...
novembre 2010
Mon royaume pour un bidon
octobre 2010
Genèse d'une Loi liberticide
septembre 2010
Aime le ciel, et le ciel t'aimera... peut-être
août 2010
Voler en Belgique... ou rouler
juillet 2010
Poule, oeuf et sophistication : la classe de plus, la classe de trop ?
juin 2010
Sous couvert d'anonymat
mai 2010
Taxe carbone : carbonisée
avril 2010
L'union fait notre force, notre salut
mars 2010
Le désespoir de ceux qui restent
février 2010
Bug de l'An 2000 : une simple répétition ?
janvier 2010
Migration : coucous désorientés
décembre 2009
La Chine s'éveille ; le monde s'endort
novembre 2009
Une crise... quelle crise ?
octobre 2009
Un parachute par amour, ou par respect
septembre 2009
Quand les pilotes dérapent...
août 2009
Quand les médias dérapent !
juillet 2009
A moi le ciel électronique !
juin 2009
A la gravité s'ajoute la connerie !
mai 2009
Etrange réglementation...
avril 2009
Inauguration
mars 2009

Webmaster : Fabrice Gay & MH - Rédacteur : Miguel Horville - ULMaG ©2008-2019





















page générée en 0,13 sec.