logo ULMaG www.ulmtechnologie-shop.com
Edito mars 2016
126 articles .......... anciens éditos

vignette
Ça va chier !

Il fût une lointaine époque où j'ai eu le loisir... non, pas un loisir ; le privilège... non ce n'en était pas un ; disons pour faire simple, où il m'a été donné d'être diverti par certains politiciens, croisés dans les couloirs d'assemblées orgueilleuses ou des boudoirs (je n'affecte pas qu'on me reçoive dans les cabinets) tendus de velours et affichés de présidents momentanés.

J'ai eu le plaisir... non pas le plaisir ; pas plus que l'honneur d'ailleurs ; mettons ''l'occasion'' de palabrer avec un joyeux idiot, à moins qu'il ne s'agisse d'un gai-sot, en charge des transports et de la mortalité routière. Découla de son ministère, après quelques errements irréalistes, une vision toute répressive de la sécurité, préfigurant l'instauration d'une surveillance prétexte à se goinfrer de devises.

Parce que le politique ne connaît que ça ; la coercition s'il est vaguement honnête, sinon l'enrichissement. Formation ? Incitation ? Moi pas comprendre vocables à toi ! Et ce qui vaut pour les politiques vaut également pour les technocrates de l'ombre, et pire pour les techniciens rattachés. Aux solutions valorisantes on préfère les chocs simplistes ; à la carotte, le bâton. Si ça peut rapporter, à soi d'abord (of course) et aux copains, tant mieux.

Et quand on ne trouve pas... on tranche dans le vif. Avec nous autres virevolteurs tridimensionnels, on trouve que ça meurt un peu trop, mais on ne comprend pas pourquoi. Il va donc falloir prendre des mesures, ce qui traduit de la langue de bois donne : ''ça va chier'' !

Pensez... 45 morts en 2015, dont 27 instructeurs. La DGAC qui ne comptabilise pas le demi million de décès dus à des causes proprement inavouables (car identifiées et pour la plupart anthropiques) voit à travers un prisme réducteur en pensant que si d'aventure le politique s'émeut des quelques pauvres gus qui se foutent en l'air en brassant ce gaz invisible, ça lui retombera inévitablement sur la tronche. Or là, les p'tits amis, ça craint pour la hiérarchie pyramidale et son concert de trouillards.

Qu'un schpountz déglingos bousille ses cent cinquante pax au motif qu'il a un gros chagrin, passe encore. On ferme son clapet sur la sécurisation des cockpits qui a rendu possible ce drame, puis on passe à autre chose... Mais quand de joyeux inutiles s'embrochent sur leur manche, faut remédier. Et dans l'urgence, tant qu'à faire. A chaud, comme on dit. Jouer de l'émotion avant qu'elle ne retombe ; une cible beurrée facilite l'estocade.

Ainsi ladite DGAC a causé dans l'oreille de la FFPLUM, exigeant un projet de révision de la formation des instructeurs. La fédé' associée au SNPPAL a créé une commission dans l'urgence pour répondre servilement à l'injonction.

En découlera rapidement un truc plus ou moins bien ficelé, qui ne résoudra rien du tout. Pourquoi cela ? Parce que ce type d'accidentologie ne découle pas de critères simplistes qu'une réglementation supplémentaire résout. Certains types d'accidentologies sont prévisibles et modifiables ; sur la route, l'alcool et la vitesse sont des causes identifiées. Il existe donc des leviers pour influer sur les statistiques. Mais dans le domaine de l'aéronautique de loisir, ou des ULM, presque chaque accident est différent, quand pour autant on parvient à en connaître la cause.

Peut-être le vol en visibilité dégradée et les évolutions à faible altitude ressortent comme causes admises. Et alors ? La réglementation existe à ces sujets. Qu'y ajouter pour changer le constat ?

La formation des instructeurs ? Il y a en effet de quoi s'étonner qu'autant soient impliqués dans les accidents. Mais en regard des causes identifiées d'accidents les concernant, il semble que l'habileté et la connaissance des règles n'en soient pas les facteurs essentiels.

Si le rapport de certains crashs est fidèle à la réalité, le comportement en vol (facteur humain ou déficience intellectuelle incapacitante) prend une part importante dans l'accidentologie des instructeurs. Encore une fois, aucune réglementation n'y peut rien ; on ne transforme pas un âne bâté en cheval de course.

On a pensé une société basée sur le principe que les humains sont tous égaux, et qu'il suffit de les former pour qu'ils se spécialisent. Un système à l'américaine, qui fonctionne outre-Atlantique car on applique le concept pour des tâches relativement simples. Je témoigne que le plus ''simplet'' des corniauds peut oblitérer un courrier ou distribuer un colis si on lui apprend. Mais de là à devenir chirurgien ou pilote de ligne, y'a un pas à ne pas franchir.

Instructeur de pilotage aérien n'est pas une occupation qu'on peut apprendre durant un stage. Il faut une fibre, une expérience ; n'ayons pas peur des mots : un don. Faire d'un pilote du dimanche un instructeur homologué par un stage est une utopie.

J'ai croisé nombre de ces instructeurs qui me foutent les jetons. Presque toujours la motivation est l'occupation du temps libre, le désir de se sentir utile, le souhait de voler à l'oeil... Quant au sens de l'air, au ''don'' du pilotage, changez de chemin, y'a pas de ça ici.

Mais cela ne se réglemente pas. Il serait mal venu, voire parfaitement discriminatoire de décider que tel ou tel individu ne peut prétendre à une fonction donnée. Décider de la capacité individuelle n'est plus de la compétence de la société (on ne note plus les élèves, ce n'est pas pour commencer à noter les grands-parents). Plus prosaïquement, le CON de base n'existe plus. On l'a éradiqué en propulsant 80% des mômes en faculté. Or ce con, que j'affectionne et respecte hautement et auquel je m'idendifie, est pourtant le maillon le plus utile de notre société.

Programmé pour certaines tâches, il est irremplaçable. Il ne sera jamais chirurgien ou expert en pilotage, mais pourra toutefois se faire plaisir en pilotant. Ne nous voilons pas les yeux : nous en connaissons tous un ou plusieurs exemplaires. D'ailleurs, n'en sommes-nous pas nous-mêmes ?

Je n'ai pas la pré-science de la révision que proposera la fédé' et que nous imposera la DGAC. Mais tout me laisse penser que les statistiques n'en ont déjà rien à foutre. Seuls des comportements individuels responsables pourront réduire la mortalité en ULM. J'y place beaucoup plus d'espoir que dans une nouvelle réglementation.

Pour ceux que le sujet intéresse, j'ai déjà développé la genèse d'une Loi liberticide dans l'édito de septembre 2010.

Comme dit Gilou, philosophe-diéséliste : pour réussir, ce qui est humainement possible ne suffit pas ; mais pour les miracles, un don est essentiel.

Bons vols, avec prudence.

Miguel Horville

ANCIENS EDITOS
ULMaG : le renouveau magazine
septembre 2019
De qui se moque-t-on ?
août 2019
Les spécialistes
juillet 2019
Le respect des hôtes, des autres
juin 2019
Métastases cherchent naïfs pour proliférer
mai 2019
Les nouveaux ULM...
avril 2019
Vend liberté : mise à un prix 300 000 euros !
mars 2019
Remplir les cases
février 2019
Générations éphémères
janvier 2019
Est-il urgent d'attendre ?
décembre 2018
Aérodrome avec supplément d'âme
novembre 2018
Promotions à débattre
octobre 2018
Victimes or not victimes ?
septembre 2018
La foire aux accessoires
août 2018
Esprit ULM... es-tu là ?
juillet 2018
Entre peu et pas, un état d'esprit
juin 2018
Espace Schengen, my ass...
mai 2018
Entêtement irresponsable
avril 2018
Du carburant frais pour voler ''safe''
mars 2018
Universalité ; diversité ; francophonie...
février 2018
ULM : aéronef sémantiquement indésirable
janvier 2018
Ce contexte qui brise le rêve ?
décembre 2017
Parler patois pas parler à toi ?
novembre 2017
From rustic to high-tech
octobre 2017
S'élever, se régaler, se déplacer...
septembre 2017
De l'impuissance à l'imposture
août 2017
Baliser entre les cônes
juillet 2017
ULM : le bal des hypocrites
juin 2017
Les marquis du narquois vous em... brassent
mai 2017
500 kg : et après ?
avril 2017
Il est si facile d'interdire
mars 2017
A quand les ZIP ?
février 2017
Spécialistes en herbe
janvier 2017
Légèreté
décembre 2016
Comprenez si vous pouvez
novembre 2016
Le ciel a bon dos
octobre 2016
Salon de Blois : les limites
septembre 2016
Les euro-cocus du 8.33
août 2016
Concepteurs amateurs
juillet 2016
Ce chien... un humain comme les autres
juin 2016
Fumisterie électrique
mai 2016
De l'économie au foutage de gueule
avril 2016
Ça va chier !
mars 2016
Presbyte cherche gros caractères
février 2016
Et après?
janvier 2016
Le prix du baril d'a-brut-i...
décembre 2015
Vol de nuit : le bal des hiboux
novembre 2015
Et si la sophistication tuait ?
octobre 2015
Victimes consentantes
septembre 2015
Le sentir... ou pas
août 2015
La saison des gamelles
juillet 2015
Qui osera ?
juin 2015
Un système qui nous échappe
mai 2015
Multicopters : vers une 7e classe ULM ?
avril 2015
Le cinquième élément : celui de trop
mars 2015
Vigipirate : entre psychose et laisser-aller
février 2015
Dans le brouillard de la schizophrénie
janvier 2015
Une furieuse envie de voler !
décembre 2014
Marques sulfureuses... attention patates chaudes !
novembre 2014
Ceux dont la vie vaut moins...
octobre 2014
Drones : la messe est dite
septembre 2014
Attention aux bagages
août 2014
Dieu ne connaît pas ma soeur !
juillet 2014
L'ultime décision ; question de choix
juin 2014
Le beurre, l'argent du beurre et le reste on s'en fout
mai 2014
Volez! : la fin d'une histoire
avril 2014
Nous irons tous au paradigme*
mars 2014
Histoire belge
février 2014
Transfert d'incompétence : le Noël des voyous
janvier 2014
Drones à toutes les sauces
décembre 2013
Sophistication simplifiée
novembre 2013
Histoires de discrimination
octobre 2013
Un cône, ça se respecte ou ça se fume
septembre 2013
Dommages collatéraux
août 2013
Voler n'est pas un caprice
juillet 2013
Profiter c'est bien : mériter c'est mieux
juin 2013
Rencontres avec des martiens
avril 2013
Les pommes tombent des arbres... Les bananes s'y accrochent !
mars 2013
La méritocratie des branleurs ; comment accélérer le déclin
février 2013
Occasion : qu'est-ce qui cloche au pays des ulmistes ?
janvier 2013
Problèmes d'entoilage X-Air : lumière en vue
décembre 2012
Total Access ou l'étonnant paradoxe d'un vampire au sourire d'ange
novembre 2012
Une tablet'... à tous prix !
octobre 2012
Sainte Sarah is watching you*
septembre 2012
Intérêts... Désintérêt ? Connivence ou naïveté ?
août 2012
Conflit de probité ou incompétence... le danger guette
juillet 2012
J'ai tombé, je m'ai fait mal, je m'ai relevé... ou pas
juin 2012
En mai, fais ce qu'il te plaît...
mai 2012
Le bruit flou de l'administration
avril 2012
Rotax 912 iS : une innovation qui se mérite
mars 2012
Ne sombrons pas dans la vulgarité
février 2012
Et quoi d'autre pour 2012 ?
janvier 2012
Voler, c'est voler
décembre 2011
Les limites ont été atteintes... et dépassées !
novembre 2011
Blades...
octobre 2011
Les femmes, mères de tous les maux
septembre 2011
Le Tour ULM : une belle vitrine pour l'aéronautique
août 2011
Fausse-bonne idée cherche gogos... pour allonger l'oseille
juillet 2011
Du choix des mots et des propos
juin 2011
Basses couches en vert kaki
mai 2011
Ce facteur qui sonne toujours ... le glas
avril 2011
OUI... MAIS...
mars 2011
Des vautours planent sur nos ULM
février 2011
Restons éveillés
janvier 2011
Faisons un rêve
décembre 2010
Attention à la tâche d'huile...
novembre 2010
Mon royaume pour un bidon
octobre 2010
Genèse d'une Loi liberticide
septembre 2010
Aime le ciel, et le ciel t'aimera... peut-être
août 2010
Voler en Belgique... ou rouler
juillet 2010
Poule, oeuf et sophistication : la classe de plus, la classe de trop ?
juin 2010
Sous couvert d'anonymat
mai 2010
Taxe carbone : carbonisée
avril 2010
L'union fait notre force, notre salut
mars 2010
Le désespoir de ceux qui restent
février 2010
Bug de l'An 2000 : une simple répétition ?
janvier 2010
Migration : coucous désorientés
décembre 2009
La Chine s'éveille ; le monde s'endort
novembre 2009
Une crise... quelle crise ?
octobre 2009
Un parachute par amour, ou par respect
septembre 2009
Quand les pilotes dérapent...
août 2009
Quand les médias dérapent !
juillet 2009
A moi le ciel électronique !
juin 2009
A la gravité s'ajoute la connerie !
mai 2009
Etrange réglementation...
avril 2009
Inauguration
mars 2009

Webmaster : Fabrice Gay & MH - Rédacteur : Miguel Horville - ULMaG ©2008-2019





















page générée en 0,01 sec.