logo ULMaG www.ulmtechnologie-shop.com
Edito janvier 2019
126 articles .......... anciens éditos

vignette
Générations éphémères

Des marques apparaissent, d'autres disparaissent... C'est la vie. L'histoire de l'industrie est émaillée de ces flux et reflux, de ces espoirs et de ces déceptions.

Le début du XXe siècle a ainsi vu éclore des constellations d'unités de production dont les collectionneurs retiennent les noms illustres. De cette profusion d'enseignes, il ne reste que quelques marques commerciales, souvent moins glorieuses, mais ô combien plus productives (entendez rentables).

Parfois, on voit ressurgir un vénérable logotype, dans le giron d'un groupe industriel décachiffrable dont le seul amour du beau réside dans l'exquise rentabilité d'une niche inexplorée.

Les échecs industriels n'appartiennent pas qu'au passé. Avec de l'audace, du cran, des soutiens financiers plus ou moins inspirés, certains entrepreneurs lancent les dés contre vents et marées. Et bien sûr, la logique cartésienne reprend son cours, cramant du Kbis sur l'autel des illusions...

Prenons l'exemple du constructeur de motos français Voxan. Belle aventure industrielle et humaine, pari audacieux d'investisseurs, élan suicidaire des acheteurs qui n'ont plus qu'à prier pour que les musées s'intéressent à leur clou rouillé. Valeur de revente néantisée, aucun espoir de réparer ou d'entretenir l'engin... Voilà ce qui s'appelle essuyer les plâtres.

Nos ULM se répartissent en deux catégories : ceux dont les pièces à remplacer ne peuvent être fournies que par l'usine qui les a fabriquées, et ceux pour lesquels un bon mécanicien suffit à refaire, copier ou réparer les éléments à changer.

Un ULM en bois, un autre en tubes entoilés, sont des machines qui ne posent pas de problème pour un artisan accompli. Ce n'est pas le cas des appareils en matériaux composites. Car si ''choucrouter'' un trou dans une barque de pêche est à la portée du premier venu, réparer une aile cassée, un cône arrière fissuré ou une dérive branlante est hasardeux.

Les exemples existent et sont même nombreux. On en retiendra notamment le magnifique Esqual de Vol Mediterrani (Francesc Velasco), qu'une ''Class Action'' suédoise (Arsi AB) a sauvé de l'abandon par son constructeur historique espagnol. La chronique du constructeur français Cosmos est tout aussi édifiante, déclassant l'acteur leader de la classe 2 au rang de souvenir sulfureux. De même pour Aquilair... Encore que ces deux marques aient vécu leur ''vie commerciale'' au sens où des suites d'événements pouvaient éveiller la suspicion de la clientèle.

Et que dire de la saga MCR, Dyn-Aupa-SE-Aviation... Des propriétaires malmenés, une production incertaine... Produit français performant et léger qui ne souffre que d'un marketing nébuleux. Et le métallique Sensation, passé sous contrôle d'une firme qui ''n'avait pas calculé'' la faiblesse et la versatilité du marché ULM. Reste des clients sur la touche qui prient pour ne pas plier une aile ou endommager un empennage.

C'est plus récemment le très sérieux, très aimé, très coté et très disgracieux constructeur FK Lightplanes qui abandonne l'arène. Après des déboires malodorants sur fond de sous-traitance perfide, l'industriel n'a pas cherché à redresser son outil. Et tant pis pour les modernes balles design en plastique et leurs malheureux proprios, leur sort en est jeté.

Autant dire que dans ces conditions, les acquéreurs actuels ont l'immense mérite de persister dans leur désir d'achat. Transposons deux minutes cette dinguerie au marché incontournable de l'automobile... Qui irait confier des cent mille euros à une société assise sur un château de cartes branlant ? A part des fous et des rêveurs...

La différence réside dans la passion... Quand on est passionné, quand on s'est bâti un rêve, la logique devient élastique. On flirte avec le risque financier sans penser aux conséquences. Il est vrai qu'une maîtresse envoûtante peut retourner une cervelle initialement équilibrée...

On parle souvent en serrant les poings d'obsolescence programmée. Savoir qu'un produit industriel est conçu pour s'autodétruire à terme paramétré, cela fait rager. Mais imaginer qu'une entreprise se développe dans le même but, cela devient flippant. Or on n'en est pas loin... Fini le petit ''manufacteur'' de bicyclettes qui transmet la firme à ses fils de générations en générations, n'abordant le progrès que pour bonifier ses produits. Aujourd'hui on prépare l'avenir sur le dos des victimes collatérales : ces cons de clients. On fait gonfler le concept, puis on l'abandonne.

Le marché des ULM s'est imaginé extensible à l'infini. Alors les marques se sont multipliées. Ce qui a réduit la rentabilité de chacune. Celles qui peuvent encaisser survivent. Celles qui n'en ont pas les moyens cessent d'exister. Au client de faire le bon choix, ou le bon pari.

Tant mieux pour ceux qui peuvent engager cent mille euros et plus dans un pari. Pour les autres, mieux vaut se rabattre sur des pendulaires basiques ou des multiaxes entoilés aisément réparables (je n'aborde pas le sujet des autogires, n'étant pas compétent en la matière).

Nous vivons aujourd'hui dans un monde accéléré. On nous explique des croissances hypothétiques, des dividendes dantesques, des cotes boursières... tout ceci s'évaporant d'un JT au suivant. Des groupes industriels perdent par année le PIB de petits pays sans que personne ne s'en émeuve. Ce n'est donc pas étonnant que des structures plus modestes, des PME, des TPE s'inspirent de ce pire modèle industriel et commercial.

C'est pourquoi je ne suis pas persuadé que l'avenir de l'ULM réside dans la rationalisation ou autre délocalisation. L'ULM doit rester une affaire artisanale : son marché ne me paraît pas justifier une autre approche.

Souvent les lecteurs m'interrogent sur le bon choix en terme d'ULM, ce qui leur conviendrait le mieux, la bonne affaire... Même si j'avais une réponse précise à offrir, mon premier paramètre serait la pérennité potentielle de l'entreprise ou, le cas échéant, la possibilité de s'affranchir de cette dernière.

Comme dit Gilou, philosophe-diéséliste et psycho-chaudronnier : si une fatalité s'abat sur une maison, on la reconstruit. Si elle s'abat sur le village, on le quitte.

Bons vols, en finesse, en souplesse, en sécurité.

Miguel Horville

ANCIENS EDITOS
ULMaG : le renouveau magazine
septembre 2019
De qui se moque-t-on ?
août 2019
Les spécialistes
juillet 2019
Le respect des hôtes, des autres
juin 2019
Métastases cherchent naïfs pour proliférer
mai 2019
Les nouveaux ULM...
avril 2019
Vend liberté : mise à un prix 300 000 euros !
mars 2019
Remplir les cases
février 2019
Générations éphémères
janvier 2019
Est-il urgent d'attendre ?
décembre 2018
Aérodrome avec supplément d'âme
novembre 2018
Promotions à débattre
octobre 2018
Victimes or not victimes ?
septembre 2018
La foire aux accessoires
août 2018
Esprit ULM... es-tu là ?
juillet 2018
Entre peu et pas, un état d'esprit
juin 2018
Espace Schengen, my ass...
mai 2018
Entêtement irresponsable
avril 2018
Du carburant frais pour voler ''safe''
mars 2018
Universalité ; diversité ; francophonie...
février 2018
ULM : aéronef sémantiquement indésirable
janvier 2018
Ce contexte qui brise le rêve ?
décembre 2017
Parler patois pas parler à toi ?
novembre 2017
From rustic to high-tech
octobre 2017
S'élever, se régaler, se déplacer...
septembre 2017
De l'impuissance à l'imposture
août 2017
Baliser entre les cônes
juillet 2017
ULM : le bal des hypocrites
juin 2017
Les marquis du narquois vous em... brassent
mai 2017
500 kg : et après ?
avril 2017
Il est si facile d'interdire
mars 2017
A quand les ZIP ?
février 2017
Spécialistes en herbe
janvier 2017
Légèreté
décembre 2016
Comprenez si vous pouvez
novembre 2016
Le ciel a bon dos
octobre 2016
Salon de Blois : les limites
septembre 2016
Les euro-cocus du 8.33
août 2016
Concepteurs amateurs
juillet 2016
Ce chien... un humain comme les autres
juin 2016
Fumisterie électrique
mai 2016
De l'économie au foutage de gueule
avril 2016
Ça va chier !
mars 2016
Presbyte cherche gros caractères
février 2016
Et après?
janvier 2016
Le prix du baril d'a-brut-i...
décembre 2015
Vol de nuit : le bal des hiboux
novembre 2015
Et si la sophistication tuait ?
octobre 2015
Victimes consentantes
septembre 2015
Le sentir... ou pas
août 2015
La saison des gamelles
juillet 2015
Qui osera ?
juin 2015
Un système qui nous échappe
mai 2015
Multicopters : vers une 7e classe ULM ?
avril 2015
Le cinquième élément : celui de trop
mars 2015
Vigipirate : entre psychose et laisser-aller
février 2015
Dans le brouillard de la schizophrénie
janvier 2015
Une furieuse envie de voler !
décembre 2014
Marques sulfureuses... attention patates chaudes !
novembre 2014
Ceux dont la vie vaut moins...
octobre 2014
Drones : la messe est dite
septembre 2014
Attention aux bagages
août 2014
Dieu ne connaît pas ma soeur !
juillet 2014
L'ultime décision ; question de choix
juin 2014
Le beurre, l'argent du beurre et le reste on s'en fout
mai 2014
Volez! : la fin d'une histoire
avril 2014
Nous irons tous au paradigme*
mars 2014
Histoire belge
février 2014
Transfert d'incompétence : le Noël des voyous
janvier 2014
Drones à toutes les sauces
décembre 2013
Sophistication simplifiée
novembre 2013
Histoires de discrimination
octobre 2013
Un cône, ça se respecte ou ça se fume
septembre 2013
Dommages collatéraux
août 2013
Voler n'est pas un caprice
juillet 2013
Profiter c'est bien : mériter c'est mieux
juin 2013
Rencontres avec des martiens
avril 2013
Les pommes tombent des arbres... Les bananes s'y accrochent !
mars 2013
La méritocratie des branleurs ; comment accélérer le déclin
février 2013
Occasion : qu'est-ce qui cloche au pays des ulmistes ?
janvier 2013
Problèmes d'entoilage X-Air : lumière en vue
décembre 2012
Total Access ou l'étonnant paradoxe d'un vampire au sourire d'ange
novembre 2012
Une tablet'... à tous prix !
octobre 2012
Sainte Sarah is watching you*
septembre 2012
Intérêts... Désintérêt ? Connivence ou naïveté ?
août 2012
Conflit de probité ou incompétence... le danger guette
juillet 2012
J'ai tombé, je m'ai fait mal, je m'ai relevé... ou pas
juin 2012
En mai, fais ce qu'il te plaît...
mai 2012
Le bruit flou de l'administration
avril 2012
Rotax 912 iS : une innovation qui se mérite
mars 2012
Ne sombrons pas dans la vulgarité
février 2012
Et quoi d'autre pour 2012 ?
janvier 2012
Voler, c'est voler
décembre 2011
Les limites ont été atteintes... et dépassées !
novembre 2011
Blades...
octobre 2011
Les femmes, mères de tous les maux
septembre 2011
Le Tour ULM : une belle vitrine pour l'aéronautique
août 2011
Fausse-bonne idée cherche gogos... pour allonger l'oseille
juillet 2011
Du choix des mots et des propos
juin 2011
Basses couches en vert kaki
mai 2011
Ce facteur qui sonne toujours ... le glas
avril 2011
OUI... MAIS...
mars 2011
Des vautours planent sur nos ULM
février 2011
Restons éveillés
janvier 2011
Faisons un rêve
décembre 2010
Attention à la tâche d'huile...
novembre 2010
Mon royaume pour un bidon
octobre 2010
Genèse d'une Loi liberticide
septembre 2010
Aime le ciel, et le ciel t'aimera... peut-être
août 2010
Voler en Belgique... ou rouler
juillet 2010
Poule, oeuf et sophistication : la classe de plus, la classe de trop ?
juin 2010
Sous couvert d'anonymat
mai 2010
Taxe carbone : carbonisée
avril 2010
L'union fait notre force, notre salut
mars 2010
Le désespoir de ceux qui restent
février 2010
Bug de l'An 2000 : une simple répétition ?
janvier 2010
Migration : coucous désorientés
décembre 2009
La Chine s'éveille ; le monde s'endort
novembre 2009
Une crise... quelle crise ?
octobre 2009
Un parachute par amour, ou par respect
septembre 2009
Quand les pilotes dérapent...
août 2009
Quand les médias dérapent !
juillet 2009
A moi le ciel électronique !
juin 2009
A la gravité s'ajoute la connerie !
mai 2009
Etrange réglementation...
avril 2009
Inauguration
mars 2009

Webmaster : Fabrice Gay & MH - Rédacteur : Miguel Horville - ULMaG ©2008-2019













page générée en 0,02 sec.