logo ULMaG www.ulmtechnologie-shop.com
Edito mai 2019
126 articles .......... anciens éditos

vignette
Métastases cherchent naïfs pour proliférer

Ils sont le cancer de la société ; des métastases putrides qui opèrent depuis d'obscures tréfonds. Leur vie est celle des rats ; leur univers, une fange nauséabonde. Leur abîme est relié à l'humanité par un câble Ethernet ou une connexion wifi.

Dieu, farceur mélancolique aux inspirations désopilantes, les a privés d'ombre et de reflet... Privés d'apparence. A leur proximité, la lumière ne rayonne plus. Ils sont une nuance de gris.

Eux sont les arnaqueurs du web ; dégénérescences d'une sous-espèce d'hominidés qui regroupe politiciens, avocats, dealers, blattes et autres immondes saloperies.

On distingue l'arnaqueur du web de l'animal charognard (hyène, vautour...) à l' odeur pestilentielle qui émane du premier, ainsi qu'à l'élégance comportementale du second.

A l'instar d'un virus, d'une infection stomacale ou d'un chancre anal, l'arnaqueur du web s'attaque aux sujets vulnérables.

Idéalement, il faudrait que s'abatte une avalanche d'abominations, des tombereaux d'épouvante, des nuées d'effroi et de sauvagerie sur la tronche de ces infâmes.

Mais concrètement, il faut seulement s'en préserver, ce qui n'est pas toujours simple.

Ainsi récemment, Alain M. est tombé dans le piège tendu par un de ces vérolés au travers d'une petite annonce déposée dans ULMaG. Une de celles qui passent épisodiquement à travers les mailles de notre vigilance.

A la recherche d'un transpondeur, Alain a envoyé un mandat au ''vendeur'', puis attendu, attendu, attendu, ce qui n'est jamais venu.

Alors certes Alain a-t-il été trop confiant... Certes l'affaire était très belle... Bien sûr trop belle pour être honnête.

Comme je le rappelle à tous ceux qui pensent être rasés gratis : Noël n'arrive qu'en décembre. Il est illusoire d'imaginer qu'un papy barbu botté de rouge veille à notre bonheur le reste de l'année. Surtout que préférant un traineau branlant tracté par de pauvres cervidés décharnés à un moderne drone multi-rotor, le vieux déglingué a perdu toute crédibilité.

Donc quand une occasion est fantastique, il convient en premier lieu de se demander où est l'arnaque. Ce n'est qu'après avoir éliminé les potentialités improbables que l'irrationnel s'impose comme seule réponse. Dès lors, on tente le coup ; ça marche ou ça rate... Et souvent ça rate.

L'occasion de rappeler qu'un deal se fait suivant des règles de sécurité. On ne confie pas son blé à un quidam sans une bonne raison de lui faire confiance.

Notre petit monde a ceci de précieux qu'il est quasiment impossible de ne pas connaître un gars qui connaît un gars qui en connaît un autre qui connaît le vendeur. Dès lors, il est assez facile de provoquer une approche ''parrainée'' entre vendeur et acheteur.

On peut aller plus loin en demandant l'intervention d'un tiers de confiance. Encore que la simple appartenance du vendeur à un club connu suffit en principe à éviter l'arnaque de base.

Ce qui revient à conseiller de ne pas acheter un bidule à une personne que personne ne connaît.

Pas cool, mais logique.

Dans la même optique et pour des sommes plus importantes, le tiers de paiement prend une forme institutionnelle. Depopass, Paycar, Carizy ou Reezocar pour ne citer que ces enseignes connues du secteur automobile, prennent une commission (relativement légère) pour garantir le paiement d'une transaction.

Ces organismes rapprochés des banques s'assurent que le compte débiteur est approvisionné et séquestrent le montant en attente de l'accord des deux parties. Si la vente est cassée, le vendeur perd la commission mais chacun rentre chez soi sans dommage. Si la vente est réalisée, le compte du vendeur est crédité rapidement et irrévocablement.

Pourquoi cette précaution ?
Parce qu'il existe des arnaques bien rodées qui fonctionnent toujours.

A commencer par le virement sans compensation. Cela consiste, pour l'arnaqueur, à créditer son compte avec un chèque en toc, puis dans la foulée de faire réaliser un virement au bénéfice du vendeur d'un bien. L'argent est bien transféré d'une banque à l'autre. Mais quand la première banque s'aperçoit que le chèque n'est pas couvert, elle débite autoritairement la somme. Ce faisant le virement est annulé. Le bénéficiaire qui a vu son compte crédité se voit retirer la somme sans pouvoir s'y opposer. C'est absolument dégueulasse, mais c'est le privilège des banques de ne jamais perdre d'argent, qu'importe la logique ou la morale. Au final le vendeur perd l'objet sans compensation.

L'arnaque au chèque de banque est plus vicieuse. L'arnaqueur met en vente un objet à prix intéressant. Au premier acheteur hameçonné, prétextant la crainte d'être victime d'une escroquerie, il demande une copie du chèque de banque et de la carte d'identité. Simultanément il répond à l'annonce de la victime ciblée et produit ces pièces usurpées pour prouver sa bonne foi. Lors de la réalisation de la vente, un faux chèque en tous points semblable au fac-similé est remis au vendeur qui n'aura qu'un papier bidon pour essorer ses larmes.

Il va sans dire que la lenteur de la justice ne profite pas aux victimes. Plus grave encore, certains cas avérés d'escroquerie ne débouchent sur aucune condamnation quand l'affaire implique un ressortissant étranger (y compris de l'UE).

L'arnaque dont a été victime Alain M. est moins sophistiquée. Elle fait appel à la confiance. Sauf que pour un gobelet à l'effigie de Lady Di, le risque se limite à quelques euros et une humiliation cosmique. Mais pour un transpondeur à mille balles, il convient d'évaluer le risque à sa juste mesure.

Il se trouve, par le plus grand des hasards, que j'ai contacté l'arnaqueur quelques mois avant cet événement. Trouvant son annonce douteuse, je lui ai posé quelques questions qui l'ont acculé. Après quoi j'ai détruit l'annonce sans autre forme de procès.

Sauf que l'animal est obstiné. Et comme les annonces ne sont pas toutes contrôlées, ou a posteriori, il est revenu à la charge, est passé à travers, et a trouvé son pigeon.

L'imminente prochaine version du magazine intègre la facticité des auteurs d'annonces. Il ne sera plus possible de publier une annonce sans être enregistré. Outre la sélection faite a posteriori, une note de confiance sera attribuée aux annonceurs. Mais qu'on ne s'y trompe pas : les arnaqueurs passent leurs journées à mettre au point des stratégies. Il est très audacieux de prétendre contourner leur malfaisance. Il reviendra donc à chacun de toujours rester méfiant face à un vendeur inconnu.

Et surtout ne pas amalgamer l'annonceur avec le média qui publie l'annonce.

Comme dit Gilou, philosophe-diéséliste et psycho-chaudronnier : l'arnaqueur n'est qu'un opportuniste ; ses victimes choisissent librement dans le catalogue de leurs faiblesses quelle astuce va les perdre... (mais il dit aussi beaucoup de conneries).

Bons vols, en finesse, en souplesse, en sécurité.

Miguel Horville

ANCIENS EDITOS
ULMaG : le renouveau magazine
septembre 2019
De qui se moque-t-on ?
août 2019
Les spécialistes
juillet 2019
Le respect des hôtes, des autres
juin 2019
Métastases cherchent naïfs pour proliférer
mai 2019
Les nouveaux ULM...
avril 2019
Vend liberté : mise à un prix 300 000 euros !
mars 2019
Remplir les cases
février 2019
Générations éphémères
janvier 2019
Est-il urgent d'attendre ?
décembre 2018
Aérodrome avec supplément d'âme
novembre 2018
Promotions à débattre
octobre 2018
Victimes or not victimes ?
septembre 2018
La foire aux accessoires
août 2018
Esprit ULM... es-tu là ?
juillet 2018
Entre peu et pas, un état d'esprit
juin 2018
Espace Schengen, my ass...
mai 2018
Entêtement irresponsable
avril 2018
Du carburant frais pour voler ''safe''
mars 2018
Universalité ; diversité ; francophonie...
février 2018
ULM : aéronef sémantiquement indésirable
janvier 2018
Ce contexte qui brise le rêve ?
décembre 2017
Parler patois pas parler à toi ?
novembre 2017
From rustic to high-tech
octobre 2017
S'élever, se régaler, se déplacer...
septembre 2017
De l'impuissance à l'imposture
août 2017
Baliser entre les cônes
juillet 2017
ULM : le bal des hypocrites
juin 2017
Les marquis du narquois vous em... brassent
mai 2017
500 kg : et après ?
avril 2017
Il est si facile d'interdire
mars 2017
A quand les ZIP ?
février 2017
Spécialistes en herbe
janvier 2017
Légèreté
décembre 2016
Comprenez si vous pouvez
novembre 2016
Le ciel a bon dos
octobre 2016
Salon de Blois : les limites
septembre 2016
Les euro-cocus du 8.33
août 2016
Concepteurs amateurs
juillet 2016
Ce chien... un humain comme les autres
juin 2016
Fumisterie électrique
mai 2016
De l'économie au foutage de gueule
avril 2016
Ça va chier !
mars 2016
Presbyte cherche gros caractères
février 2016
Et après?
janvier 2016
Le prix du baril d'a-brut-i...
décembre 2015
Vol de nuit : le bal des hiboux
novembre 2015
Et si la sophistication tuait ?
octobre 2015
Victimes consentantes
septembre 2015
Le sentir... ou pas
août 2015
La saison des gamelles
juillet 2015
Qui osera ?
juin 2015
Un système qui nous échappe
mai 2015
Multicopters : vers une 7e classe ULM ?
avril 2015
Le cinquième élément : celui de trop
mars 2015
Vigipirate : entre psychose et laisser-aller
février 2015
Dans le brouillard de la schizophrénie
janvier 2015
Une furieuse envie de voler !
décembre 2014
Marques sulfureuses... attention patates chaudes !
novembre 2014
Ceux dont la vie vaut moins...
octobre 2014
Drones : la messe est dite
septembre 2014
Attention aux bagages
août 2014
Dieu ne connaît pas ma soeur !
juillet 2014
L'ultime décision ; question de choix
juin 2014
Le beurre, l'argent du beurre et le reste on s'en fout
mai 2014
Volez! : la fin d'une histoire
avril 2014
Nous irons tous au paradigme*
mars 2014
Histoire belge
février 2014
Transfert d'incompétence : le Noël des voyous
janvier 2014
Drones à toutes les sauces
décembre 2013
Sophistication simplifiée
novembre 2013
Histoires de discrimination
octobre 2013
Un cône, ça se respecte ou ça se fume
septembre 2013
Dommages collatéraux
août 2013
Voler n'est pas un caprice
juillet 2013
Profiter c'est bien : mériter c'est mieux
juin 2013
Rencontres avec des martiens
avril 2013
Les pommes tombent des arbres... Les bananes s'y accrochent !
mars 2013
La méritocratie des branleurs ; comment accélérer le déclin
février 2013
Occasion : qu'est-ce qui cloche au pays des ulmistes ?
janvier 2013
Problèmes d'entoilage X-Air : lumière en vue
décembre 2012
Total Access ou l'étonnant paradoxe d'un vampire au sourire d'ange
novembre 2012
Une tablet'... à tous prix !
octobre 2012
Sainte Sarah is watching you*
septembre 2012
Intérêts... Désintérêt ? Connivence ou naïveté ?
août 2012
Conflit de probité ou incompétence... le danger guette
juillet 2012
J'ai tombé, je m'ai fait mal, je m'ai relevé... ou pas
juin 2012
En mai, fais ce qu'il te plaît...
mai 2012
Le bruit flou de l'administration
avril 2012
Rotax 912 iS : une innovation qui se mérite
mars 2012
Ne sombrons pas dans la vulgarité
février 2012
Et quoi d'autre pour 2012 ?
janvier 2012
Voler, c'est voler
décembre 2011
Les limites ont été atteintes... et dépassées !
novembre 2011
Blades...
octobre 2011
Les femmes, mères de tous les maux
septembre 2011
Le Tour ULM : une belle vitrine pour l'aéronautique
août 2011
Fausse-bonne idée cherche gogos... pour allonger l'oseille
juillet 2011
Du choix des mots et des propos
juin 2011
Basses couches en vert kaki
mai 2011
Ce facteur qui sonne toujours ... le glas
avril 2011
OUI... MAIS...
mars 2011
Des vautours planent sur nos ULM
février 2011
Restons éveillés
janvier 2011
Faisons un rêve
décembre 2010
Attention à la tâche d'huile...
novembre 2010
Mon royaume pour un bidon
octobre 2010
Genèse d'une Loi liberticide
septembre 2010
Aime le ciel, et le ciel t'aimera... peut-être
août 2010
Voler en Belgique... ou rouler
juillet 2010
Poule, oeuf et sophistication : la classe de plus, la classe de trop ?
juin 2010
Sous couvert d'anonymat
mai 2010
Taxe carbone : carbonisée
avril 2010
L'union fait notre force, notre salut
mars 2010
Le désespoir de ceux qui restent
février 2010
Bug de l'An 2000 : une simple répétition ?
janvier 2010
Migration : coucous désorientés
décembre 2009
La Chine s'éveille ; le monde s'endort
novembre 2009
Une crise... quelle crise ?
octobre 2009
Un parachute par amour, ou par respect
septembre 2009
Quand les pilotes dérapent...
août 2009
Quand les médias dérapent !
juillet 2009
A moi le ciel électronique !
juin 2009
A la gravité s'ajoute la connerie !
mai 2009
Etrange réglementation...
avril 2009
Inauguration
mars 2009

Webmaster : Fabrice Gay & MH - Rédacteur : Miguel Horville - ULMaG ©2008-2019





















page générée en 0,05 sec.